Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :


  

Hommage appuyé au
Dr Jean François GILLE

I Introduction

      "Une loi fatale veut que tout ce qui semble sortir des bornes étroites de la routine soit d'abord condamné au pilori" Dr Encausse. (extrait page 17 de "Le livre du Paranormal" de Jimmy Guieu, Editeur Omnium Littéraire 1er trim. 73)

      Cette citation semble parfaitement s'appliquer au contenu de l'article qui va suivre et qui va mettre en relief les mécanismes sournois de l'occultation de faits hors normes qui dérangent bien ceux qui détiennent les clés de la diffusion du savoir.

II La genèse de l' affaire.

     En effet, nous allons aujourd'hui rendre un exceptionnel hommage à un scientifique sortant vraiment du lot et dont le verbe audacieux et le courage sans faille, ont dû déclencher il y a déjà 18 ans, des grincements de dents et d'amers remords.

     Nous avions eu déjà le privilège d'apprécier, le travail très pointu du Dr Jean-François Gille dans un super article sur l'ufologie (qui est en rapport avec les Ovnis ) publié dans le n° 209 de la revue très sérieuse "Lumière dans la Nuit" de Nov. 1981. Il s'agissait dans cet article de démontrer que les observations sur le déplacement des ovnis d'un ancien officier de l'Armée de l'air, Mr Jean-Charles Fumoux étaient parfaitement fondées. En effet Mr J-C Fumoux avait remarqué que certains points d'atterrissage étaient séparés de deux autres par la même longueur et il trouva ainsi jusqu'à 1911 triangles isocèles pour 78 localisations françaises prises en compte. Après de savants calculs statistiques le Dr J.F.Gille arrivait à la conclusion "que le nombre des triangles isocèles engendrés par le réseau des atterrissages réellement rapportés soit dû au hasard est inférieure à un sur dix milliards de milliards ". Cette théorie qui reçut le nom de l'isocélie, démontre donc que le phénomène ovni obéit à des lois mathématiques bien surprenantes et très structurées. L'écrivain Maurice Chatelain parle superbement des travaux du Dr J.F. Gille dans son ouvrage remarquable "Les Messagers du cosmos", publié aux Editions Robert Laffont dans la collection "Les énigmes de l'univers" en Sep.1980.

     Mais c'est surtout à la suite de son extraordinaire "Lettre ouverte à mon Directeur de Laboratoire" publiée par le n° 510 de la revue "Nostra" du 14-20 Jan. 1982, que nous avons en l'idée le 19 Jan. 82 de contacter le Dr J.F. Gille pour le féliciter de son courage et aussi pour l'encourager à poursuivre ses recherches. En début Fév 82, nous avons été surpris de recevoir une missive des USA du Dr J.F. Gille, alors que nous avions cru qu'il vivait en France et nous avions joint à notre missive une enveloppe timbrée pour la France. Autrement dit, la revue Nostra a eu l'extrême gentillesse de compléter les frais d' expédition pour que notre lettre aille jusqu'aux USA.

     Après ce préambule de présentation passons "au plat de résistance" et envolons nous vers des cieux plus surprenants, mais, de grâce, attachez vos ceintures car il risque d'y avoir de fortes turbulences .

     Voici donc intégralement la lettre du Dr J.F.Gille publiée par le n° 510 de la revue Nostra du 14-20 Jan. 1982 sur 4 colonnes. Soulignons cependant qu'à l'époque le mot ovni n'était encore admis communément et s'écrivait invariablement OVNI . (Les couleurs sont ajoutées par nous, bien sûr pour agrémenter la page Web)

LETTRE OUVERTE A MON DIRECTEUR DE LABORATOIRE.

     A ma très modeste place de tout petit scientifique, j'estime avoir fait mon devoir d'être humain et de chercheur. J'ai indiqué, du mieux que j'ai pu, quelles étaient les questions nouvelles et extraordinaires sur lesquelles un organisme comme le C.N.R.S. pourrait faire porter au moins une petite partie de son effort.

     Quelles sont-elles, ces questions? Eh bien, tout simplement ce que l'on appelle populairement le problème des OVNI. ?

1°) Depuis, en tout cas la fin des années 40, et sans doute depuis une époque considérablement plus reculée, la Terre est entourée de civilisations spatiales. Ces civilisations spatiales ont précédé l'émergence de l'humanité peut-être de millions d'années (il y a suffisamment d'anciennes étoiles G2 entourées (vraisemblablement, je sais) d'un cortège de planètes pour cela... mais, dans cette lettre, pour raison de concision, je passerai sous silence les nombreux faisceaux d'indices qui sont actuellement disponibles).      Certains OVNI sont donc les véhicules des civilisations spatiales susdites. Il y a des vaisseaux mères, et le plus souvent n'approchent du sol que des "chaloupes" (d'environ 5 m d'envergure ), tout cela surabondamment attesté par de nombreux témoins fiables,. pilotes, radaristes, météorologistes... Mais, je le répète, cela est enregistré par ailleurs, et je n'ai pas l'intention d'esquisser ici une démonstration (il y faudrait une oeuvre collective de plusieurs milliers de pages), mais seulement de résumer les points saillants de ma position.

     Ces civilisations spatiales sont, pour le moment, inaccessibles à notre initiative. Cependant, elles n'existent pas seulement -comme seraient prêts à le reconnaître la plupart des astrophysiciens des jeunes générations (cf. Carl Sagan) - autour d'étoiles situées à des milliers de parsecs (unité de distance en astronomie valant 3,6 années-lumière) de nous. Non, elles sont présentes dans notre environnement, bien que, la plupart du temps, non perceptibles par les humains. On peut concevoir que la majeure partie des civilisations spatiales n'habite pas, en dépit de cette proximité d’intervalle, notre continuum. L'interprétation d'Everett de la mécanique quantique, en substance "Many World Theory" servant de cadre aux concepts des "états virtuels" et de la "zéro point", énergie du vide développés; le colonel "Thomas E. Bearden" permet d'avoir au moins un schéma de ce qui pourrait se passer quand un OVNI devient visible.

2°) Des OVNI (manifestations provisoirement visibles des civilisations spatiales) prennent en fait contact dans un voisinage spatio-temporel chaque fois très restreint, avec certains humains. Mais ce contact est discret (y compris dans l'acception mathématique du mot).

"Beaucoup d'entre les hommes se sont aperçus de leur présence, bien qu'il appert que cette reconnaissance soit, pour la majeure partie, d'un type très primitif, quasi religieux. En tant que communauté scientifique mondiale ou en tant qu'entité planétaire,"nous"ne sommes pas conscients de leur présence".(David W.Schwartzman, Icarus, n° 32, déc. 1977, pp. 473-475.)

3°) A partir de la fin des années 40, de grandes puissances ont pu récupérer plusieurs épaves d'OVNI. Certains de ces OVNI étant suffisamment intacts pour fournir l'évidence d'une technologie non humaine .

     Ces épaves d' OVNI, d'où il a été retiré, dans plusieurs cas, des cadavres d'êtres non humains de forme humanoïde, sont sous la garde des autorités . Par "autorités", j'entends des structures politico-militaires suffisamment secrètes et/ou des départements des services de renseignements (presque) totalement autonomes vis-à-vis du circuit universitaire. Aux Etats-Unis, la base de Wright-Patterson est le candidat le plus vraisemblable eu égard au recel des cadavres de ces entités. (Cf.La Recherche, n° 124, Juil.-Août 1981, p. 885.)

4°) Et cela représente plus spécifiquement ma contribution, j'accuse la communauté scientifique d'abandon de poste . Depuis près de trente-cinq ans, ces problèmes (les OVNI) n'ont pas simplement été négligés par la communauté scientifique, ils ont été tout bonnement niés(avec une fureur hystérique, à bien des occasions ).

     La démission intellectuelle que cela représente est d'une exceptionnelle gravité . Il n'est pas exagéré de dire que j'éprouvais une grande honte lorsque, à partir de la fin des années soixante, je pris progressivement conscience des trois points évoqués plus haut, à n'appartenir qu'à une communauté qui, trahissant sa plus haute mission - informer et instruire le reste de la population, en un mot "dire la vérité"... laissant à une autre organisation sociale le soin d'assumer exclusivement la confrontation et l'aide de cet inconnu radical, le plus prodigieux que l'humanité ait connu.

     Cette organisation sociale est l'armée . Et nous, nous n'avions que condescendance drapée d'indignation raisonneuse et d'inébranlables complexes de supériorité morale vis-à-vis de cette institution. Il serait temps d'aller à Canossa...Cette "trahison des clercs" me laisse au moins libre d'apprécier sans indulgence une communauté scientifique qui refuse de se décider à examiner l'énorme mystère qui frappe à notre porte. Un article (il y en a chaque mois d'analogues dans toutes les revues scientifiques) paru dans Scientific American me servira d'unique exemple "Travestissement des signaux sexuels chez les lucioles" juillet 1981, 245, I, pp. 138-145. En bon français, cela s'appelle déserter les vrais problèmes pour couper les cheveux en quatre!


     Quant aux hommes de la Commission 05 qui me jugeront, je considère comme inutile de leur demander de penser à l'avenir à long terme de la communauté scientifique au sein de la société.

          J.F. Gille.

Docteur ès sciences chargé de recherche au C.N.R.S.

Commentaire de la revue Nostra :

NOSTRA ___________

     Vous êtes mieux placé que nous pour fustiger l'attitude de certains scientifiques. Votre courage vous honore, car il en faut pour oser dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. C'est ce que nous faisons depuis des années à Nostra, non seulement à propos des OVNI, mais aussi de la parapsychologie et de l'inexpliqué en général. Aussi soyez assuré de notre soutien le plus total dans votre combat pour la recherche de la vérité.

     Voici maintenant la substance de la lettre que nous avons adressée le 19/01/82 au Dr J.F.Gille.

          Monsieur,

     Je ne sais pas si la revue Nostra aura la gentillesse de vous transmettre cette missive. Si donc est réalisée cette heureuse initiative, et que vous lisiez ces lignes, qu'il me soit permis de vous transmettre en premier lieu, en ce début d'année tous mes vœux de santé et de prospérité dans la difficile tâche que vous avez entreprise pour faire éclater la vérité, dans un domaine où elle est si inlassablement occultée par ceux là même qui auraient dû la brandir en avant comme garantie de leur intégrité.

     Aussi c'est avec une grande satisfaction que j'ai lu votre propos publié dans le n°510 de Nostra et je me permet alors d'emblée de vous féliciter pour le courage que vous avez eu pour rédiger cette diatribe, oh combien attendue, contre la léthargie du corps scientifique touchant de si près nos interrogations quotidiennes. Vous n'allez pas manquer de vous faire fustiger par les "Pontifes", mais l'abcès est crevé désormais, soyez en sûr et vous aurez le soutien de tous ceux qui mettent l'intérêt de l'humain au dessus des manigances des politiciens et des militaires.

      Mais parlons d'autre chose voulez-vous. Depuis des années, j'ai, comme vous, cherché à comprendre l'origine des légendes qui accompagnent l'histoire des peuples et le problème des OVNI m'avait tout autant passionné. La revue Nostra a déjà publié plusieurs de mes lettres et je vous adresse la dernière en photocopie accompagnée de la lettre d' Alfred NAHON (auteur du livre : La Lune et ses défis à la science) que vous devez sans doute connaître et avec qui je suis en relation. Mais Nostra n'avait pas, à l'époque, osé publier, ce que j'appelle "mes preuves" et je vous les adresse aussi en complément. J'aurais tant aimé que vous me donniez votre appréciation sur cette intrigante affaire de cette "super-structure", découverte en Guadeloupe par un de mes amis, et qui figure noir sur blanc sur une photo de la NASA publié page 33 par le Paris-Match, dans son n°1028 du 18 Janvier 1969.


      Attention, si vous n'avez pas ce n° en votre possession et que vous vouliez le commander à Paris-Match, vous pourriez être déçu en le recevant, car certaines personnes ont reçu des exemplaires complètement maquillés exactement à l'endroit où l'on aperçoit cette gigantesque "super-structure" . Je vous joins quelques agrandissements de "la chose" en question et je vous adresserai ultérieurement d'autres articles sur la question, car je ne veux pas alourdir ce pli, que je dois glisser dans une autre enveloppe pour l'envoyer à Nostra.

      J'enseigne les Maths et la Physique dans le collège de St-Claude et je ne désespère pas un jour, vous faire visiter la Guadeloupe, si ce n'est pas déjà fait. En attendant, je vous adresse mes salutations bien distinguées, sous les ardents rayons du soleil des Tropiques. Puissent-ils vous apporter force et courage au sein du rigoureux hiver que vous vivez en ce moment en Métropole.

      Signé Fred Idylle


      Voici maintenant la réponse de J.F.Gille du 3 FéV. 82 (Les couleurs sont ajoutées par nous, bien sûr pour agrémenter la page web) :

John F. Gille,
17700 El Camino Real,
Houston, Texas 77058 U.S.A
M.Réf.: F1D020382
Houston, le 3 février 1982.


            Cher Monsieur,

      Je vous remercie pour votre courrier, reçu il y a quelques jours. C'est ainsi que j'ai appris que ma lettre ouverte avait été publiée par l'hebdomadaire NOSTRA.

     Je ne peux que vous féliciter pour votre indépendance d'esprit, manifestée par l'intérêt que vous prenez aux aspects non conventionnels de la sélénographie.

     Il ne m'est malheureusement pas possible de vous apporter des précisions supplémentaires au sujet de la photo de Paris-Match dont vous m'adressez très aimablement des agrandissements. Telle n'est pas ma spécialité (j'en parle plus bas).

     Cependant la question d'une présence non humaine et celle des structures artificielles observables à la surface de la Lune touchent d'assez près mes propres centres d'intérêt pour que j'ai quelque opinion, en amateur.

     J'ai lu l'ouvrage de G. Léonard (avec passion), lu aussi les bouquins de Chatelain, avec qui j'ai été un temps en rapport. Je suis persuadé que vous avez raison, ainsi que M. Alfred Nahon, et que, bien entendu, les extra-terrestres (faute de mieux, je n'ai pas de pudeur à employer cette désignation bateau) ont construit des artefacts sur la Lune, et, qu'à tout le moins, "ils" y sont présents de temps à autre (ce qui ne veut pas dire que je considère comme impossible qu'ils y soient à temps complet et/ou que la Lune soit un satellite artificiel). Il pourrait aussi s'agir d'un planétoïde naturel qui aurait été "transporté" en orbite terrestre. Mais je manque de bases pour évaluer ces différentes spéculations.

     Je suis convaincu également que le témoignage de Chatelain concernant la présence de deux ovnis lors de l'arrivée d’Armstrong et d'Aldrin sur la "base Tranquillité" est véridique. (Il vous amusera peut-être de savoir que j'ai suivi ce premier débarquement lunaire au moyen d'un petit poste à transistor, de la terrasse d'un immeuble à Ste. Marie, Martinique) -- j'avais été frappé, à l'époque, par le long délai imposé aux astronautes par Mission Control à la suite de leur touch down réussi. Le programme original prévoyait une sortie (une EVA, en jargon NASA) qq minutes après l'alunissage. Elle fut repoussée d'au moins quatre heures (ou même six, je n'ai pas mes archives sous la main), sans qu'aucune explication convaincante soit donnée. Le timing de la NASA -- sauf incident avoué -- était d'ordinaire plus rigoureux que çà, et j'avais flairé anguille sous roche.

     Cependant, je ne considère pas l'intégralité des écrits de Chatelain comme parole d'évangile. Il y a pas mal de remplissage peu solide (c'est le moins qu'on puisse dire), particulièrement dans son premier bouquin. C 'est cette attitude cavalière vis-à-vis de la vérité qui a causé la cessation de mes rapports avec Chatelain (bien qu'il m'ait couvert de louanges dans son troisième livre).

     Pour l'instant je restreins mon intérêt en ufologie à la question des récupérations de cadavres d'E.T. C'est un sujet brûlant, et frustrant, puisque les dits cadavres sont pour ainsi dire à portée de la main, à Wright-Patterson AFB. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres...

     Pour revenir à vos centres d'intérêt, j'habite à côté de l'Institut de la Lune, Houston, et je tâcherai lorsque j'y ferai un petit saut d'y glaner quelques renseignements susceptibles de vous intéresser. Naturellement, je ne vous promets rien. La fameuse photo de Paris-Match n°1028 paraissant extrêmement difficile à apparier avec un négatif original vu la non coopération de Paris-Match. Quant à espérer la coopération de la NASA ...

     Vous avez très bien compris que le silence officiel sur les ovnis, les mystères de la Lune, etc.., est relié à la question du pouvoir politique et de sa survivance dans les différentes nations. Les jeunes (et moins jeunes) ufologues qui s'imaginent que le problème des ovnis est avant tout scientifique, et qu'il suffit de tarabuster la communauté scientifique (ce dont je ne me prive pas ! ), sont bien naïfs -- comme si l'on pouvait court-circuiter gratuitement le pouvoir politique. Hélas!

     Je vous adresse à mon tour mes meilleurs vœux pour l'année 82. J'ai fait un petit séjour à la Guadeloupe, il y a une douzaine d'années, et croyez-moi, j'espère bien y retourner dans cette vie-ci..

Bien amicalement à vous .

J.F.Gille

1er P.S. Auriez-vous la gentillesse de me communiquer l'adresse d’ Alfred Nahon. Je n' ai jamais eu encore le loisir de lui commander son ouvrage, et mes archives sont à Paris.

2ème P.S. J'ai ri dans ma barbe lorsque j'ai lu vos "condoléances" pour le rigoureux hiver que nous vivons en Métropole. Ici, au Texas, la climatisation "air froid" fonctionne aussi souvent que la climatisation "air chaud", même en plein hiver

3ème P.S. Cette présente lettre n'a rien de confidentiel.



Fin de la missive du Dr J.F.Gille du 3 Fév 82.

III Conclusion


      Que dire de plus, quand tout a si bien été dit ici. Nous aimerions cependant savoir si ce Dr a pu poursuivre ses recherches hors-normes sans trop d'encombres et quels résultats positifs, il a pu obtenir après ces 18 ans d'obstination dans ce domaine si brûlant des ovnis et de leurs récupérations.

  Si vous voulez plonger dans d'autres mystères planétaires, cliquez s.v.p sur les à :

http://www.artivision.fr/docs/match.html
ou http://www.artivision.fr/docs/myslune.html
ou http://www.artivision.fr/docs/mars.html
ou http://www.artivision.fr/docs/mercure.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Nasajury.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Nasatangible.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Nasatangiblesuite.html
ou http://www.artivision.fr/docs/remucos.html
ou http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteSA.html
ou http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteSVJ.html
ou http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteCe.html
http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteMHetFR3.html
ou http://www.artivision.fr/docs/RoseC.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Roselune.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Terresym.html
ou  http://www.artivision.fr/docs/unplusdansespace.html
ou  http://www.artivision.fr/docs/Ameriquechocretour.html
ou  http://www.artivision.fr/docs/retourauCosmos.html
ou  http://www.artivision.fr/docs/retourauCosmosplus.html



     Si vous voulez en savoir plus, et apprécier d'autres sites concernant le même sujet, ayez l'audace de cliquer aux adresses Web ci-dessous :

     http://lheureux.free.fr
ou http://www.chez.com/ahb/



    Article mis en page le 08/09/2000 , puis le 15/07/2001, puis le 30/05/05, puis le 25/05/08.

IDYLLE Fred


Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil