Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu


Quand Barack Obama gronde ses Services de Renseignement.

I Introduction.

      Ce jeudi 31 Décembre 09, de très nombreux journaux ont fait état de l'amère réaction du président Barack Obama, vis à vis des responsables des Services de Renseignement américains, après l'attentat manqué contre le vol Amsterdam-Detroit, qu'un certain nigérian nommé Umar Farouk Abdulmutallab avait orchestré sur le vol 253 de la compagnie Northwest le jour de Noël reliant les deux villes en question. Les sites suivants décortiquent admirablement cette affaire :

http://www.france-info.com/monde-ameriques-2009-12-30-barack-obama-demande-des-explications-a-ses-services-de-386332-14-16.html
http://www.romandie.com/ats/news/091231100721.d1xtndx9.asp
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/bruguiere-le-renseignement-americain-manque-de-reactivite_839188.html

II Genèse de l'affaire.

      Le président Barack Obama, aurait déclaré alors :" Il y a eu un mélange de défaillances humaines et du système qui ont contribué à cette brèche dans la sécurité, potentiellement catastrophique " .

      Barack Obama, aurait aussi ajouté substantiellement :" C'est inacceptable ...car en effet, ce Nigérian de 23 ans..., avait été autorisé à prendre l’avion alors que son père avait alerté des diplomates américains sur la radicalisation de son fils. Un suspect dont les activités passées font désormais l’objet d’une enquête approfondie. ".

      En 1969 (on verra plus bas pourquoi cette date est évoquée ici), les USA n'étaient pas équipés des ordinateurs performants actuels, et c'est pour cela que nous pensons que cette brèche dans la sécurité est sans doute due à un manque de réactivité et de communication entre les divers services secrets de ce pays.

      Et voici en plus un entrefilet en date du 6/01/2010, qui complète tout cela :


      Cette affaire d'erreur humaine, nous interpelle aussi grandement et nous nous demandons maintenant, si elle n'est pas tout simplement aussi à l'origine de l'affaire extraordinaire du Paris Match 1028 du 18 Janvier 1969, qui montrait une photo prise par l'équipage d'Apollo 8, qui tourna autour de la Lune en fin de 1968. Disons alors pour le novice, qui ne connaît rien à cette affaire, que si elle avait été révélée et discutée à l'époque, dans les médias qui ont pignon sur rue, toute notre actuelle conception politique, économique et militaire, en aurait, peut-être, été très affectée.

      En effet, il aurait suffit qu'un journaliste curieux , de cette revue, eut, à ce moment là, la simple idée de scruter un peu, la petite partie de la face cachée de la lune, publiée page 33 de l'exemplaire en question. Il aurait alors l'immense surprise, (on le sait, grâce à ARTivison dans d'autres articles) de découvrir ceci :


     Et voici alors, toujours pour le novice, deux agrandissements de la structure en question :


      Nous n'avons hélas jamais pu contempler plus tard, dans cette revue, une image analogue de la face cachée de la Lune, pour pouvoir faire des comparaisons.

      Reste à savoir si ce journaliste en question, aurait été autorisé par sa Direction, à dévoiler une telle découverte, car cette structure, qui ressemble à un demi porte-avions, mesure près de 30 km de long, et ce serait, d'après l'ami Serge Boisse ingénieur du SERVICE TECHNIQUE DE LA NAVIGATION AERIENNE :

a) Soit, une rayure ou une pollution (graisse, morceau de cheveu.. sur le négatif ou sur l'épreuve qui a servi à la photocomposition.
b) Soit, un objet réel situé sur la Lune, dont les dimensions seraient gigantesques.
c) Soit, un objet spatial, situé entre Apollo et la Lune au moment où la photo a été prise.
d) Soit, une trace sur le hublot d'Apollo.

      D'autre part, avant même de révéler sa découverte, le journaliste curieux de Paris Match, aurait obligatoiremennt le devoir de retrouver le négatif, utilisé par sa revue pour produire cette image inouie de la page 33 du n° 1028 . Ce négatif alors, pourrait ressembler à celui qui suit, que nous avons, nous même, facilement obtenu à L'agence USIS (United States Information Service ), sise à l'époque, au cœur même de l'Ambassade Américaine, 2 rue Saint-Florentin Bureau 200 75042 Paris, pour la modique somme de 50 F d'alors. Ce négatif est presque identique à celui du Paris Match 1028, mais il s'agissait d'une photo prise dit-on, par Apollo 11 en Juillet 69 :


     Et voici ce que l'on découvre après développement :


     Le cercle rouge, tracé par nos soins, montre bien la blancheur notoire du secteur en question, où toute structure éventuelle a disparu, ce qui nous fait dire que la netteté de l'image est ici inversement proportionnelle au n° d'Apollo, et autrement dit, chez Apollo 8, les images étaient bien plus révélatrices que chez Apollo 11, alors que ce devrait être en principe l'inverse. A vous de juger.

     Il faut savoir aussi que ce négatif introuvable actuellement, aurait été prêté par l'Agence WORD BOOK SCIENCE SERVICE ( qui n'existe plus), comme le confirme cet entrefilet de la page 29 du n° 1025 du Paris Match du 28 Décembre 1968 :

 


      Finalement le site ARTivision, après mures réflexions, en est arrivé à admettre qu'il sagit certainement d'un artefact placé sur le bord de la face cachée de la Lune (comme l'avait affirmé le célèbre contacté Adamski :voir nos articles :RetourauCosmos.html et RetourauCosmosplus.html ). En effet, il faut savoir que tous les clichés d'Apollo 8 , obtenus à l'époque directement à la Nasa, ne présentaient plus rien, au même emplacement où était supposée être cette "superstructure", sur le Paris Match 1028.

(Voir le cercle rouge de la photo suivante ) :


(Voir aussi cette deuxième photo ):


     Et alors, il est à noter qu'à l'intérieur de ce cercle rouge, dessiné par nos soins, apparaît une auréole caractérisée, qui pourrait être le résultat de l'application d'une "pastille de camouflage notoire " .

     Voici, avec nos faibles moyens, ce qu'on peut voir de plus près, pour la première photo :


      Il nous reste cependant la possibilité de recourir à un traitement informatique d'images en trois D qui seul pourrait nous restituer la finesse recherchée des traits de cette superstructure. Toute aide dans ce domaine, serait aussi la bienvenue.

III Conclusion.


      Le risque zéro, n'existe pas dit-on, et on le voit dans ce qui précède, avec cette affaire mettant en cause les Services de renseignement, mais on demeure, n'est-ce pas, interloqué par le fait que, les (SFNO) (les Sbires des Forces Négatives de l'Ombre), spécialistes du caviardage des photos de l'Espace, aient pu laisser passer à l'époque, un tel document ...A moins que, déjà en 1969, ils préparaient la désinformation actuelle...

     À vous de juger...et d'essayer d'en savoir plus, en découvrant notre article :
http://www.artivision.fr/docs/match.html

     Nous attendons alors, vos suggestions et nous vous souhaitons une annnée 2010 , pleine de fructueuses découvertes et d'un admirable enrichissement.

IV Prolongement inéluctable et très audacieux de cette affaire du Paris Match 1028(Paragraphe en date du 3 Janvier 2010).


     Pour interpeller volontairement à nouveau un éventuel journaliste de Paris Match sur cette affaire ( aucun n'a jusqu'à présent réagi... et on devine aisément pourquoi !), il nous semble utile ici toujours pour le novice, de remuer une fois de plus, toute cette magouille de silence, qui s'attache cette affaire inouie, en insérant, une fois de plus, quelques éléments de notre propos très osé, déjà placé à : mondeillusion.html, ayant trait à cet épisode où, au début de Septembre 08, Paris Match a voulu booster ses ventes par une opération médiatique très discutable.

     En effet, le 4/09/08, nous avons appris la sortie dans la revue Paris Match d'un reportage fait par des journalistes montrant les évolutions des insurgés talibans qui ont récemment décimé dans une embuscade des militaires français en opération en Afghanistan. La Chaine I Télé, nous permet d'en découvrir plus :

  

     Tollé général de la nomenklatura politique, sociale et militaire, (et surtout de certaines familles douloureusement touchées directement par ce drame), qui s'insurgent directement contre la publicité gratuite faite ainsi aux insurgés qui ont su en profiter largement. Les journalistes eux parlent de liberté de la presse et d'intégrité professionnelle, ayant pour but d'assurer une vision journalistique des deux camps. Nous allons alors voir ici que cette prétendue liberté de la presse, invoquée par ces journalistes n'est qu'un trompe l'oeil, et nous exhorterons plus bas, ces journalistes à nous prouver le contraire...

      Nous n'allons pas épiloguer ici sur le droit qu'avaient ces journalistes, de faire ou non ce reportage, ni sur l'opportunité qu'en a tirée la communauté talibane, de mettre en exergue sa légitimité.

      Le site ARTivision, cela va de soi, de toute façon ne peut que s'insurger contre toute communauté religieuse ou pas, qui méprise la dignité de l'être humain de sexe féminin en lui interdisant par exemple le droit à protection et surtout à l'instruction dans tous les domaines de la Connaissance, de quelque discipline que ce soit.

      D'autre part les occcidentaux si fiers de leur culture et qui veulent l'imposer aux autres, devraient balayer d'abord devant leur porte, et se souvenir des innombrables conflits et massacres de populations qui leur sont imputables, (Voir par exemple, comment ont été balayés les améridiens, qui avaient tout aussi le droit de vivre sur la terre de leurs ancêtres, avant la venue des pionniers et autres conquistadors armés jusqu'aux dents pour les supprimer), et exactions dont ils sont responsables depuis des siècles pour des raisons d'abord religieuses et ethniques et puis ensuite économiques, et cela continue ... (Voir ce qui se passait, il n'y a pas si longtemps, en Bosnie, et qui prouve que rien n'a changé).

      L'article sur l'illusion, dont il est question plus haut, est un article ésotérico-philosophique, lancé par le plus grand hasard, et nous voyons progressivement qu'il a bien sa raison d'être. En fait cet article n'est pour ARTivision qu'un tremplin pour faire un retour sur les magouilles des acteurs dirigeants  ( politiques, scientifiques, religieux etc..) de notre socièté qui sont bien, on le sait désormais,  des "marchands d'illusion", qui se remplissent les poches de dollars, en nous faisant "prendre des vessies pour des lanternes ".

      Cette hardie prise de position, ne s'adresse évidemment pas seulement aux journalistes de Paris Match, mais à tous ceux qui croient satisfaire leur Direction, en prenant des risques effarants, en des lieux où le danger est à chaque coin de rue. Voyez vous-même, cet entrefilet en date du 2 Janvier 2010 :


      Mais revenons à nos moutons. Pour ARTivision qui s'efforce de lire entre les lignes, il semblerait que cette action insolite, des journalistes de Paris Match, du 4/09/08, avait pour objet, en ligne droite, de péréniser la devise bien connue de cette revue :

"Le poids des mots et le choc des photos",

et évidemment de faire monter en flèche le tirage de la revue en question.

       Nous avions dès le 11/10/01 , dans notre article, dilemmePM.html, ouvertement et sans concession, stigmatisé, cette attitude mercantile de la revue, lors de l'arrestation par les Talibans, d'un journaliste de Paris Match, nommé Michel Peyrard, et de deux de ses accompagnateurs pakistanais, aussi journalistes (mais dont bizarrement les noms n'ont pas été révélés à l'époque). Rappelons brièvement (cette affaire étant déjà presque enfouie dans les vases du passé), que ces journalistes, (pour, selon nous, mettre en exergue la fameuse devise de Paris Match citée plus haut, et évidemment pour aussi gonfler le tirage de la revue.), ont voulu pénétrer, déguisés dans une région en crise de l'Afghanistan, et ils avaient tout juste échappé à la lapidation totale par la foule en colère, car ils étaient considérés alors comme d'affreux pestiférés.(Apparemment cela ne semble plus être le cas pour les journalistes actuels).

      Mais revoyons ici, certains propos que nous avions avancés à ce sujet :

      Début de citation :

      " Seulement, voilà que nous sommes désormais confrontés actuellement à l'une des crises mondiales des plus graves et qu'il ne convient plus de faire le timoré, ou de mettre comme l'autruche la tête sous le sable, pour ne pas voir le danger. Comment en effet arrêter ce cycle infernal "attentats-représailles, re-attentats et re-représailles", qui n'en finit pas d'émailler la vie politique internationale et cela sans doute jusqu'à l'explosion apocalyptique finale, qui rasera tout sur cette planète qui s'endormira ainsi pour dix mille ans au moins, et comme nous l'avons déjà dit, (voir notre article : reveutopique.html), ainsi que cela s'est déjà passé dans les temps reculés et hélas oubliés de l'humanité.

     Nous déplorons donc ici une fois de plus que des êtres humains vont devoir subir les affres maléfiques d'un système fantasmagorique, qui ne vise que le profit immédiat, et qui pousse les individus comme les pions d'un échiquier, avec tous les risques que cela comporte de voir ces pions être mis hors circuit. Nous apportons ici aux familles de ces journalistes toute notre sympathie dans la terrible angoisse qui les étreint en ce moment, comme d'ailleurs, nous accordons aussi notre chaleureuse considération à tous ceux qui pleurent leurs blessés, morts ou disparus dans cette explosion de violence qui fuse de partout en ce moment.

     Paris Match avait donc mieux à faire pour éviter l'engrenage dans lequel se trouvent désormais son journaliste et ses confrères pakistanais... ".

      Fin de citation.

     Nous sommes presque certains que si cette revue Paris Match avait pris en considération, il y a déjà près de 9 ans , notre exhortation, les familles françaises actuelles en détresse n'auraient certainement pas à pleurer leurs récents disparus d'Afghanistan, car toute la face politique, économique et militaire du monde, en aurait été changée (après évidemment quelques réticences et atermoiements vite bayayés ), et les humains prendraient alors conscience qu'ils sont tous des frères de cœur sur cette planète, et que depuis belle lurette, ils sont surveillés et "suggestionnés" par les Dieux d'Outre-espace, qui nous considèrent comme des attardés mentaux, en raison des agissements aberrants de nos dirigeants, qui évidemment en profitent pour s'enrichir, par l'intermédiaire des marchands d'armes et des autres acteurs de la pollution planétaire, et qui nous cachent cette vérité connue (par eux) depuis des lustres. Ces dirigeants ne veulent absolument pas la dévoiler car ceci, évidemment, affaiblirait considérablement leur autorité et leur capacité à nous mener par le bout du nez.

     Il ne nous reste donc, cette fois de plus , qu'à mettre au défit les journalistes qui ont voulu gonfler leur prestige, par ce dérisoire compte-rendu fait en Afghanistan, de vouloir, dans leur prochain reportage (où ils n'auront pas du tout à risquer leur vie inutilement pour assurer la célèbre devise vue plus haut de leur revue) d'aller simplement dans le centre de stockage des anciens numéros de Paris Match et d'y soustraire le n° 1028 du 18 Janvier 1969 et d'y photographier page 33, dans le quadrant supérieur droit cette incroyable superstructure que nous reproduisons ici, à dessein une fois de plus (le subconscient s'accomode parfaitement parait-il des répétitions pour en saisir l'essentiel), étant donnée son importance ( et il serait dès lors, très opportun de la mettre en 3D, dans ce reportage ) :


     De toute façon, nous sommes absolument certains, que, plus ces journalistes refuseront de montrer au monde entier cette superstructure fantastique, et ( chose ironique) venant de leur propre périodique, plus ils seront discrédités (et invités à se taire), quand ils voudront prendre le train en marche qui justement s'emballe de plus en plus (Et ARTivision s'efforce de le dire et de le montrer régulièrement). A bon entendeur Salut !!!.

     Le 17/09/08, nous avons pu nous procurer seulement le Paris Match n° 3095 du 11 au 17 Septembre 2008, qui a suivi celui présentant le reportage très contesté sur les Talibans.

     Voici donc un bandeau annonciateur de la couverture qui relance l'affaire :


     Pour ARTivision ce n° 3095 est sans doute encore plus intéressant que le précédent, car Paris Match y donne ses justifications pour avoir publié le reportage contesté, par le concours de divers intervenants. Voici d'ailleurs un extrait, en page 40, des raisons invoquées par le Directeur actuel de la Rédaction :


     Nous avons souligné en rouge certaines assertions de ce texte et l'on peut donc lire ceci :

" En publiant dans notre dernier numéro un reportage sur le commando taliban qui le 18 Août , a monté l'embuscade contre nos soldats dans la vallée d'Uzbin, Paris Match  a d'abord voulu répondre au devoir d'informer. Cette exigence de vérité nous lie aux français depuis soixante ans "

     Et plus loin, on le voit bien, il est aussi écrit, cette phrase sublime : " A Paris Match, dire la vérité , c'est la montrer" .

     Nous espérons donc vivement que cette belle devise s'appliquera dans le contexte du n° 1028 du 18 Janvier 1969 évoqué ci-dessus. Donc : Qui vivra verra.

     Cependant dans ce n° 3095, hélas, il nous a été impossible de trouver un e-mail d'un employé quelconque de Paris Match qui pourrait faire suivre ce courrier, soit à Monsieur Olivier Royant, soit au journaliste Eric de Lavarène et soit au photographe Véronique de Viguerie de Paris Match, ces deux derniers ayant été à l'origine du reportage contesté.

     Si donc un internaute a le grand le privilège de connaître l'e-mail d'un journaliste quelconque de Paris Match, nous espérons alors vivement, qu'il pourra inviter ce journaliste, à consulter le paragraphe XI ci-dessus, de l'article :

http://www.artivision.fr/docs/mondeillusion.html

http://artivision.eu/docs/mondeillusion.html

     Souhaitons ensuite que ce journaliste aura le courage, d'envoyer cet url au rédacteur en chef ou aux hardis journalistes de l'article en question sur les talibans. Merci d'avance...

     Fred IDYLLE.

     Article mis en page le 01/01/2010 , et revu le 02/01/2010 , et revu le 03/01/2010, et revu le 05/01/2010 et revu le 07/01/2010.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil