Quand-des-cadors-de-la-Presse-vont-louper-lamentablement-le-coche-cosmique
Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision

fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas

Pour connaitre le code des couleurs, prière d'aller, SVP, à :
Avant-propos.html



Quand, des cadors de la Presse, ont loupé lamentablement, le coche, cosmique.

      Avertissement préliminaire : Le 24 Mars 2021, nous avons le grand privilège (mais il faut savoir que rien ne se passe par hasard sur ARTivision) d'entendre à la radio du matin, une émission de France Inter qui présentait le site Interclassesup.fr, spécialisé parait-il, (pour les jeunes), dans la détection de "fake News", qui pullulent en ce moment sur le WEB. Comme nous n'avons pas réussi à trouver un email quelconque pour joindre ces organismes, voilà un article qui doit leur permettre franchement , d'exercer leur art.

     Cependant, il est du devoir d'ARTivision, d'avertir ces internautes bien intentionnés, qu'il existe, une loi cosmique, qu'ils ignorent très probablement, à savoir :

"Celui qui croit devoir informer un quidam, d'une connaissance culturelle, (qu'il croit être bien assise), doit obligatoirement, permettre aussi à ce dernier de répondre, aux allégations avancées ".

     Ces bien-pensants, ont parfaiement le droit, de n'accorder aucun crédit à toutes les informations hors normes, qui vont suivre, mais le site ARTivision, les considérera alors, comme des blagueurs et des blogueurs fantaisistes, tant qu'ils ne se seront pas prononcés ouvertement , sur les spécifiques interrogations pragmatiques, voire très prosaïques, qui vont suivre ...

      D'autre part, il n'est aussi, pas besoin de sortir de l' Ecole Polytechnique, pour s'apercevoir que, ces temps ci, les tergiversations et atermoiements des scientifiques, vis à vis du virus Covid 19, de l'hydroxychloroquine, des masques, et des tests... et désormais en plus que, les imprécisions concernant l'efficacité et les effets tardifs des éventuels vaccins, si promptement apparus sur le marché, nous montrent parfaitement, que la prétendue science académique de nos pontifes contemporains en matière biologique, est largement sujette à caution ... (un grand hommage doit cependant être accordé, aux personnes soignantes très courageuses, qui ont à combattre, ce terrible virus).

     Le Webmaster du site ARTivision, a déjà explicité, dans de nombreux articles, le fait indéniable, que les incertitudes notoires des épidémiologistes et consorts affiliés, s'appliquent, de même assurément, en ce qui concerne, notre espace planétaire environnant...

      De plus, il est ici aussi, très utile de savoir, que notre grand Jules Verne (certes de manière très schématique, et sans les preuves, que nous possédons), , a fait, dans un de ses ouvrages, une révélation extraordinaire, que personne, n'a osé prendre en compte actuellement, et dont on ne discute jamais la teneur, dans nos écoles et nos universités.. Cette révélation inouïe, fut publiée, dès 1866, dans son ouvrage intitulé : "Voyages et aventures du capitaine Hatteras", telle que, dans une édition moderne, on ait :


     Nous en reparlerons bien sûr, plus tard.

     Fin de l'avertissement préliminaire.

      Focus n° 1 : L'affaire du New-York-Times du 19 Août 2000 :

      C'est en fouillant dans un DVD très ancien, que nous avons découvert, ces temps-ci, l'information suivante, publiée en Août 2000, par l'auteur et journaliste scientifique :




Le titre de cet article, est donc : The North Pole is melting.

     The thick ice that has for ages covered the Arctic Ocean at the pole has turned to water, recent visitors there reported yesterday. At least for the time being, an ice-free patch of ocean about a mile wide has opened at the very top of the world, something that has presumably never before been seen by humans and is more evidence that global warming may be real and already affecting climate.
      The last time scientists can be certain the pole was awash in water was more than 50 million years ago. ''It was totally unexpected,'' said Dr. James J. McCarthy, an oceanographer, director of the Museum of Comparative Zoology at Harvard University and the co-leader of a group working for the Intergovernmental Panel on Climate Change, which is sponsored by the United Nations. The panel is studying the potential environmental and economic consequences of marked climate change.
      Dr. McCarthy was a lecturer on a tourist cruise in the Arctic aboard a Russian icebreaker earlier this month. On a similar cruise six years ago, he recalled, the icebreaker plowed through an icecap six to nine feet thick at the North Pole.
      This time, ice was generally so thin that sunlight could penetrate and support concentrations of plankton growing under the ice. Dr. McCarthy said the icebreaker's Russian captain, who has made the voyage 10 times in recent years, said he had never before encountered open water at the pole. Another lecturer, Dr. Malcolm C. McKenna, a paleontologist at the American Museum of Natural History, said the ship, the Yamal, crunched through miles of unusually thin ice and intermittent open water on the approach from Spitsbergen, Norway, to the pole. When the ship reached the pole -- which Dr. McKenna and his wife, Priscilla, confirmed with a handheld Global Positioning System navigation device -- water lapped its bow.
      ''I don't know if anybody in history ever got to 90 degrees north to be greeted by water, not ice,'' Dr. McKenna said in an interview. He instantly snapped pictures to document the phenomenon in photographs.
      The Yamal eventually had to steam six miles away to find ice thick enough for the 100 passengers to get out and be able to say they had stood on the North Pole, or close to it. They saw ivory gulls flying overhead, the first time ornithologists said they had ever been sighted at the pole.
      Over the last century, the average surface temperature of the globe has risen by about 1 degree Fahrenheit, and the rate of warming has accelerated in the last quarter-century. That is a significant amount, considering that the world is only 5 to 9 degrees warmer now than it was in the last ice age, 18,000 to 20,000 years ago.
      Scientists and policy makers are still arguing about whether this is a natural fluctuation or an effect of industrial society's releasing heat-trapping gasses into the atmosphere.
      ''Some folks who pooh-pooh global warming might wake up if shown that even the pole is beginning to melt at least sometimes, as in the Eocene,'' Dr. McKenna said.
      The Eocene was the geological period when the world's climate grew significantly warmer. Around 55 million years ago, according to sedimentary and fossil evidence, tropical vegetation spread inside the Arctic and Antarctic circles. Water and jungles dominated the polar environments, and in the generally warm world, mammals for the first time grew in number, size and diversity. Previous studies of satellite and submarine observations have seemed to establish a warming trend in the northern polar region and raise the possibility of a melting icecap.
      Scientists at the Goddard Space Science Institute, a NASA research center in Manhattan, compared data from submarines in the 1950's and 1960's with 1990's observations, demonstrating that the ice cover over the entire Arctic basin has thinned by 45 percent. Satellite images have revealed that the extent of ice coverage has significantly shrunk in recent years.
      Dr. McCarthy said he would report the encounter with open polar water to environmental scientists and consult other scientists to see if new satellite remote-sensing data have detected the extent of the melting.
      Recalling the reaction of passengers when they saw an iceless North Pole, he said: ''There was a sense of alarm. Global warming was real, and we were seeing its effects for the first time that far north.''
     In their models of climate patterns, scientists have long suggested that the northern polar region would be affected earlier and more seriously than the southern region.
      They said that the greater expanse of land in the northern hemisphere should respond more rapidly to temperature change, presumably leading to marked climate change
      Fin du texte du NEW York Times

     Mais pour les puristes français, voici alors une modeste traduction :

The New York Times 19 Août 2000. Auteur : John Noble Wilford
=================================================
Les scientifiques constatent que la calotte glaciaire
du Pôle nord est en train de fondre.

=================================================

      Selon les derniers visiteurs de ces régions qui s'exprimaient hier, l'épaisse couche de glace qui recouvrait l'océan arctique au pôle nord depuis la nuit des temps s'est transformée en eau.
      Au moins actuellement, une langue d'océan libre de glace large d'environ 1600 mètres est apparue tout au sommet du globe terrestre, un phénomène qui n'a probablement jamais été observé auparavant par l'espèce humaine, et qui constitue une preuve supplémentaire de la réalité du réchauffement global et des effets climatiques déjà produits..
      La dernière fois que les scientifiques peuvent affirmer que le Pôle nord se trouvait en eaux libres remonte à 50 millions d'années..
      "C'était tout à fait inattendu," a déclaré le Dr. James J. Mac Carthy, océanographe, directeur du Muséum de Géologie Comparative de l'Université de Harvard, et co-directeur d'un groupe travaillant pour le compte de l'IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change), sponsorisé par les Nations Unies. Ce groupe étudie les conséquences potentielles, environnementales et économiques, d'une importante variation du climat..
      Le Dr. Mac Carthy était conférencier pendant cette croisière dans l'océan arctique à bord d'un brise-glace russe, au début du mois. Au cours d'une croisière semblable six ans plus tôt, il se souvient que le brise-glace avait dû affronter au Pôle Nord une couche de glace épaisse de deux à trois mètres.
      Cette fois, la couche de glace était en général si fine que la lumière solaire parvenait à la traverser et à entretenir la croissance du plancton sous la glace. Le Dr. Mac Carthy rapporte que le commandant russe du brise-glace, dont c'était le dixième voyage récent au pôle, a déclaré n'y avoir encore jamais rencontré d'eau libre de glace..
      Un autre conférencier, Dr. Malcolm C. Mac Kenna, paléontologiste au Muséum d'histoire naturelle américain, a déclaré que le navire, le "Yamal", avait croisé sur plusieurs kilomètres d'une couche de glace inhabituellement fine avec intermittences d'eau libre entre Spitsbergen (Norvège) et le pôle. Lorsque le navire eut atteint le pôle --ce que le Dr. Mac Kenna et son épouse, Priscilla, confirmèrent à l'aide de leur GPS portatif, l'eau libre les entourait.

      ;"Je doute que quiconque dans l'histoire soit jamais allé à 90 degrés de latitude nord pour y rencontrer de l'eau libre, en non de la glace", a déclaré le Dr. Mac Kenna, en montrant aussitôt des photographies du phénomène..
      Le "Yamal" dût finalement s'écarter de dix kilomètres pour trouver une couche de glace assez épaisse pour supporterer ses 100 passagers désireux de pouvoir prétendre s'être tenus debout au pôle nord, ou tout près..
      Ils purent observer là des mouettes ivoirées, dont les ornithologistes disent que c'est la première fois que leur présence est rapportée au pôle..
      Au cours du siècle dernier, la température moyenne à la surface du globe s'est élevée d'environ 1/2 degré, et la vitesse du réchauffement s'est accrue dans le dernier quart de siècle (ce qui est important, si on considère que le monde n'est que 2 à 5 degrés plus chaud que pendant la dernière glaciation, voici 18 à 20 000 ans). Scientifiques et politiques en sont encore à polémiquer pour savoir s'il s'agit d'une fluctuation naturelle ou d'un "effet de serre" induit par les divers gaz et vapeurs rejetés par notre société industrialisée.
      "Les moqueurs vis a vis du réchauffement global risquent de se réveiller en sursaut s'il est démontré que même le pôle se met à fondre, ne serait-ce que parfois, comme à l'ère Eocène", ajoute le Dr. Mac Kenna.
      L'Eocène est une ère géologique durant laquelle le climat du monde s'est réchauffé de manière significative. Il y a approximativement 55 millions d'années, d'après les indices sédimentaires et fossiles dont on dispose, un végétation tropicale existait dans les cercles arctique et antarctique.
      L'eau et la jungle dominaient dans les régions polaires, et dans ce monde à température générale élevée, les mammifères se mirent, pour la première fois, à croître, en nombre, en taille, et en diversité.
      De précédentes observations satellitaires et sous-marines semblaient établir une tendance au réchauffement de la région du Pôle Nord et posaient la question d'une possible fonte de la calotte glaciaire.
      Les scientifiques du Goddard Space Science Institute, un centre de recherches de la NASA à Manhattan, comparant les données rapportées par les sous-marins au cours des années 50-60 avec les observations des années 90, ont démontré que l'épaisseur de la calotte de glace du bassin arctique entier s'est amenuisée de 45 pour cent. Les images satellitaires ont aussi révélé que la surface occupée par la glace a diminué récemment de manière significative.

      Le Dr. Mac Carthy a déclaré qu'il ferait part de son observation des eaux libres polaires à différents spécialistes de l'environnement et qu'il consulterait d'autres scientifiques pour déterminer si les nouvelles données obtenues par satellites permettent de mieux cerner l'étendue de la fonte
      Evoquant la réaction des passagers à la vue d'un pôle nord sans glace, il a déclaré : "Ils éprouvaient un sentiment d'inquiétude. Le réchauffement global devenait une réalité, dont nous observions pour la première fois les effets tellement au nord." Dans leurs modélisations climatiques, les scientifiques suggèrent depuis longtemps que la région du Pôle Nord pourrait être affectée plus tôt et plus fortement que le Pôle Sud.
      Ils pensent que l'expansion des territoires dans l'hémisphère nord accélérerait le réchauffement, conduisant vraisemblablement à un changement climatique marqué.
                  Fin de la traduction en question.

      Nous espèrons que voius avez bien noté, la phrase importante suivante :

" Ils purent observer là des mouettes ivoirées, dont les ornithologistes disent que c'est la première fois que leur présence est rapportée au pôle... "


      Tout ce qui précède, serait vite passé comme une lettre à la poste, si nous n'avions pas aussi pensé à cet important entrefilet, souvent présenté dans de très nombreux articles comme par exemple :
http://www.artivision.eu/Quand-on-vole-un-jour-un-OEUF.html :

  Pas de glace au Pôle Nord.

Une expédition qui s'est rendue au Pôle Nord cet été n'y a pas vu de glace. Là où aurait dû se trouver la banquise, il n'y avait que l'océan Arctique. Une première en... 50 millions d'années. 

États-Unis 

21/08/2000 - James McCarthy, un océanographe américain qui faisait route vers le Pôle Nord dans un brise-glace russe en compagnie d'un groupe de touristes a eu la surprise de sa vie. À son arrivée, début août, pas de glace. Il n'y avait que de l'eau, sur au moins deux kilomètres de largeur. Selon l'expert, ce serait la première fois depuis 50 millions d'années, que le pôle n'est pas couvert par la banquise. D'autres spécialistes contestent : le mouvement des glaces crée parfois des trouées temporaires, même à cette latitude extrême.



Le paléontologue Malcolm C. McKenna, qui était aussi de l'expédition, croit toutefois que c'était la première fois, que l'on trouvait les eaux du pôle libres de glace. Il ajoute que le navire russe n'a traversé que de la glace très mince pendant tout son voyage. Dans cette région, l'été, elle fait normalement au moins trois mètres d'épaisseur. Cette fois-ci, les touristes ont dû s'éloigner à 10 kilomètres du Pôle Nord avant de trouver de la glace assez solide pour pouvoir y marcher.

Autre détail troublant : des goélands ont été vus en train de voler au-dessus du Pôle. Là encore, ce serait une première. Ces oiseaux, qui se nourrissent de créatures marines, ne vivent habituellement pas des ces régions en principe couvertes d'une épaisse banquise.

Les participants de l'expédition voient dans toutes ces premières une preuve de plus de la fonte rapide de la calotte polaire. Des observateurs extérieurs croient plutôt que la banquise s'est temporairement déchirée lorsque la glace a été emportée par le vent ou les courants marins. Quoi qu'il en soit, tous les spécialistes s'entendent pour dire que la banquise recule, au moins à sa limite sud, et que son épaisseur a diminué d'au moins 40 % depuis 50 ans. À ce rythme, elle pourrait complètement disparaître d'ici 2100

Philippe Gauthier



     Fin de citation.

     Voilà donc, un fantastique communiqué, qui parle souvent de première fois, et chose surprenante, ce communiqué n'a pas eu, à notre connaissance un écho favorable, dans le contexte des télévisions, ayant pignon sur rue...(voir cependant plus bas, une revue célèbre qui en parle succinctement mais pas un film n'a été montré à la télé), alors que "l'expédition touristique", en question avait certainement des caméras à sa disposition n'est-ce pas !!! . Devinez alors pourquoi, une découverte d'une telle importance, est passée carrément à la trappe...

     Ce communiqué montre bien, aussi, l'ignorance totale de ses auteurs, en matière de connaissance des récits concernant les explorations polaires, et, il ne dit pas, autre chose, sur "La mer libre du Pôle", que ce que raconte justement l'ouvrage du même nom, et de l'explorateur américain, Isaac Israël Hayes :


      Cet ouvrage extraordinaire, a été publié en 1868, en France par l'éditeur Hachette, sous le titre "LA MER LIBRE DU PôLE" Voyage de découvertes dans les mers arctiques exécuté en 1860-61 Paris, In-8 , 517 pages. Traduit de l'anglais par Ferdinand de Lanoy. Ouvrage illustré de 70 gravures sur bois et de 3 cartes. Vous trouverez ce livre, en PDF à l'url :


      Rappelons qu' Isaac Israël Hayes, était un explorateur, né à Chester (Pennsylvanie), le 5 mars 1832, mort à New York le 17 décembre 1881. Médecin en 1853, il prit part en cette qualité à une expédition du très grand explorateur, le Dr Elisha Kent Kane, au pôle Nord.

      Nous avons de lui, l'ouvrage condensé de 1877 (trouvé dans une vieille malle, à 600 m de chez nous) suivant :


       Mais, au sujet du super communiqué de l'océanographe James McCarthy en date 21/08/2000 , vu juste ci-dessus, voici aussi ce jour, (et pour être aussi tant soit peu fair-play), quelques infos supplémentaires, qui pourraient peut-être satisfaire, la prétendue soif de rigueur culturelle de ces bien-pensants zététiques qui ne croient, que ce qu'ils croient voir, avec leurs deux yeux pointus.

      Pour ceux qui croient toujours, que tout ce qui ce qui précède, entrent assurément, dans la catégorie des "fake news", nous allons sortir, un super document, que le Sieur John Noble Wilford, aurait pu lire, s'il en avait eu l'opportunité, dans son propre journal, et de plus, s'il avait connu le sage proverbe antillais, suivant :

"Sé vyé can-nari ki ka fè bon soup"
   Ce qui signifie :

"C'est dans les vieilles marmites, que l'on fait les meilleures soupes".

       Il semblerait donc que ce célèbre dicton, puisse aussi s'appliquer ici, à merveille, au document suivant :


      En traduisant juste le début, on découvre que : " le 20 Octobre .- Des rapports complets de la dernière expédition allemande vers le Pôle Nord ont été publiés. Il y est fait état que l'expédition fut un succès. Une mer polaire fut découverte libre de glace, et grouillant de baleines"....

Focus n° 2 : L'affaire de la revue "La Recherche" n° 335 d'Octobre 2000, et aussi dans un fascicule Hors série, n° 51, intitulé Les Dossiers de la Recherche :

     Lisez donc d'abord, ce paragraphe significatif de la page 114 de la célèbre revue, "La Recherche", n° 335 d'Octobre 2000, qui nous fut envoyé à une certaine époque, par notre ami internaute M.H :


Sur une obsession collective.

    " Des touristes en croisière ayant trouvé de l'eau libre de glaces au pôle Nord, ( Il s'agit en effet de l'affaire en date du 21/08/2000 du brise-glace Russe vue plus haut et signée de Mr Philippe Gauthier), l'alarmante nouvelle fit le tour du monde. Du New York Times au Figaro, en passant par la une du magazine Time, retentit le roulement de tambour désormais familier :

     "Oyez, braves gens, nous vilains et représentants technophiles et productumanes, nous sommes en train de changer de le climat de notre précieuse planète. D'urgence, il faut limiter la consommation de pétrole, pour limiter les émissions de ces satanés gaz à effets de serre, d'où nous vient tout le mal. Lester Brown, secrétaire perpétuel du Worldwatch Institute, produisit son inévitable éditorial, pieusement reproduit dans les colonnes du Herald Tribune :

     "La découverte d'eau libre au Pôle Nord, apporte une nouvelle preuve non seulement que la couverture de glace de la Terre fond, mais quelle fond à un rythme accéléré"

     Le très austère Financial Times, tança vertement les gouvernements occidentaux pour leur peu d'empressement à respecter leurs engagements de réduire les émissions de gaz carbonique.... "


      Fin de citation

     Merci mille fois à l'internaute, qui pourrait nous procurer, certains articles des médias mentionnés ci-dessus.

     Comme vous le voyez, la mer libre du Pôle, pourtant découverte par certains explorateurs depuis le 19e siècle, est totalement ignorée par les médias en question, et d'après eux, seul l'effet de serre, est responsable de cette mer libre de glace, par la fonte de la banquise.

      Mais tout cela aurait pu être classé dans le domaine de la Science-Fiction, s'il n'y avait pas eu au paravent, (le texte qui suit, qui s'interroge au sujet de la mer libre en question ), du Dr Elisha Kent Kane, qui fut un officier médecin (28 Février 1820 - 16 Février 1857), de la Marine des USA, et un explorateur polaire du 19 e siècle.

    On sait qu'il publia en 1857, cet ouvrage connu, que l'on peut trouver sur le site :



     Et pour les puristes, voici en anglais, le paragraphe surprenant qui nous intéresse :


      Et voici une traduction de cet étrange paragraphe :

" Il est impossible, en rappelant les faits relatifs à cette découverte,- La neige fondue sur les rochers, les troupes d'oiseaux marins, la végétation augmentant de plus en plus, l'élévation du thermomètre dans l'eau, de ne pas être frappé de la probabilité d'un climat plus doux vers le pôle. Mais signaler les modifications de température au voisinage de la mer libre, ce n'est pas résoudre la question, qui reste sans réponse : Quelle est la cause de la Mer libre ?
"

     Et donc, disons ici encore, bravo à Super Hasard, qui nous comble souvent de joies et de fortes émotions...

     Mais ce 27 Mars 2021, nous allons enfoncer plus durement le clou, prouvant que les journalistes du prestigieux journal "The New York Times" , et la célèbre revue "La Recherche", ont été tout à fait très étrangement, à côté de la plaque, pour ce qui est de cette affaire de mer libre de glace, autour du Pôle Nord.

         Alors donc, puisque les protagonistes modernes de l'affaire, n'ont pas été capables de nous sortir une seule petite photo, de cette mer libre du Pôle Nord, disons donc, qu'il existe , une superbe gravure, montrant ce fantastique paysage, qui, à juste titre, a suscité beaucoup d'émotion chez Hayes, et son compagnon.(Ce qui a mis très mal à l'aise l'exporateur français bien connu : Paul-Emile Victor)

         Voici donc cette gravure sublime, représentant en page 190 bis, cette surprenante Mer libre du Pôle :



       Il nous reste cependant, à bien analyser cette gravure dans ses détails les plus fins, et surtout en ce qui concerne les oiseaux, que nous avons déjà évoqués plus haut.

       Et en couleur c'est mieux, grâce à la une petite contribution, de notre ami Christian C....... qui réalise d'amirables aquarelles (Aquarelle et voyage):


       Le site ARTivision, a publié de très nombreus articles, mettant en relief, ce phénomène, et cela depuis plus de 20 ans (en l'an 2021):


      Mais l'explication du prodige en question, est si extraordinaire, que le siteARTivision, en ces temps pourtant troublés, (sanitairement et biologiquement parlant), attend les 
commentaires judicieux et réalistes, des cosmologistes officiels (sanitairement, pychologiquement et économiquement parlant), une simple petite confirmation, de certains hébraïstes patentés, mais aussi nous avons attendu longtemps, quelques judicieux et réalistes commentaires, des cosmologistes officiels (Astronomes, Astrophysiciens, Directeurs et journalistes de revues se consacrant à l'étude des choses de l'Espace et du Cosmos, mais aussi des ecclésiastiques de tout gabarit : prêtres, évêques, pasteurs, mollahs, grands rabbins, etc....
).

      Hélas, depuis des lustres, c'est le silence assourdisant, du marbre des tombeaux, qui répond à notre stoïcienne attente
, alors que, selon nous bien sûr, le Temps des Révélations, est bien arrivé

       Et donc, au lieu d'expliquer  les faits notoires et souvent anciens  soumis à leurs bon sens, ils se taisent lamentablement,  et désormais  nous n'écoutons plus, leurs beaux discours égocentriques et gonflés d' un orgueil anachronique

Pour en savoir bien plus, sur ce qui est caché à l'humanité entière , prière SVP, de se reporter à ma page :


      Ce qui se passe en réalité, c'est que l’histoire conventionnelle, a du mal à accepter et digérer des arguments et preuves, qui sont des concepts, risquant de troubler l’ordre officiel et prédominant.

       Mais le Temps des Révélations, est bien arrivé, et le site ARTivision, totalement bénévole, en est, qu'un très modeste artisan ...

      Décidément ne serait-ce pas, Pierre Theillard de Chardin, qui avait raison, quand il a dit, la phrase suivante ? :

"A l'échelle du cosmos, seul le fantastique, a des chances d'être vrai ".

      D'autre part, le site ARTivision, a démontré que, ce que certains appellent ostensiblement "La Vérité", est finalement un concept, qui, on le sait maintenant, évolue, en fin de compte,, en fonction des connaissances acquises dans le Temps et dans l'Espace .

      Insistons donc plutôt, sur l'aspect changeant de ce que l'on croit pouvoir être vrai, et nous allons bien voir ici plus bas, pourquoi cela !

      Mais, contrairement à la voie habituelle, que suivent les bien-pensants médiatisés, c'est maintenant qu'une certaine connaissance cosmique , va leur être apportée sur un plateau d'argent ...

     Tous ces nombreux explorateurs des régions polaires, et aussi des chercheurs passionnés, sur la géographie polaire, comme les nommés : Le Dr Elisha Kent Kane, le Dr Isaac Israël Hayes, le Comte de Buffon, Daines Barrington, Boiteau, J-p Bellot, Nansen, Greely, Hall, Edward Parry, Ingleflied, Jules Verne, Jules Gay, De Wrangell, etc...,. qui affirment l'existence, d'une mer libre de glace au Pôle Nord, ne peuvent avoir menti, surtout à l'époque, où l'on ne plaisantait pas avec la rigueur morale...

      Disons donc aussi, que notre grand maître du fantastique Jules Verne, était parfaitement au courant, de cette affaire de la mer libre au pôle nord, que nous cachent si bien, nos Gouvernements.

     En effet, c'est l'aimable l'internaute, Renaud F......, qui nous fait découvrir que Jules Verne, parle clairement de "la Mer libre du Pole" , au chapitre 7, dans son roman : " Le pays des fourrures" , en ces termes :

     " - Croyez-vous, monsieur Hobson, demanda Mrs. Paulina Barnett, que l'homme puisse jamais atteindre le pôle même ?
- Sans aucun doute, madame, répondit Jasper Hobson, l'homme, - ou la femme, ajouta-t-il en souriant. Cependant, il me semble que les moyens employés jusqu'ici par les navigateurs afin de s'élever jusqu'à ce point, auquel se croisent tous les méridiens du globe, doivent être absolument modifiés. On parle de la mer libre, que quelques observateurs auraient entrevue. Mais cette mer, dégagée de glaces, si elle existe toutefois, est difficile à atteindre, et nul ne peut assurer, avec preuves à l'appui, qu'elle s'étende jusqu'au pôle. Je pense, d'ailleurs, que la mer libre créerait plutôt une difficulté qu'une facilité aux explorateurs.
"

      Comme vous le voyez, Jules Verne, était parfaitement au courant de cette affaire de mer libre au pôle, dont on ne parle jamais dans nos écoles et nos universités.

        D'ailleurs, à propos de légende, (qui signifie ce qui doit être lu), attachée ici, à la cartographie, en voici une très officielle, qui figure dans un livre qui était réservé aux élèves de 6e, et publiée en 1977 par Fernand Nathan :



     Chacun sait en effet, que le texte explicatif figurant en dessous de l'image, est appelé justement une légende. N'est-ce pas ?

     Vous avez bien noté, cependant que cette carte, place le Pôle Nord, en plein dans la zone dite, de la "banquise permanente", (encerclée d'un trait vert pâle), alors que le site ARTivision, prétend démontrer que ce Pôle Nord, se trouve dans une "Mer libre de glace".

      Reste à savoir, pourquoi nos gouvernements, nous cachent, cette superbe Mer libre du Pôle Nord, dont il est question, dans de très nombreux articles du site ARTivision.

       Nous allons donc, à ce sujet, ce jour, carrément mettre le pied dans le plat, et cela va balancer, une fois encore, dans un grand désarroi, nos zélés bien-pensants académiques, qui n'ont jamais parlé de cela, dans leurs si brillantes émissions de radio ou de télé, même consacrées, à la littérature fantastique...

     En effet , il convient ici de savoir que dès 1908 est paru, aux USA, le livre suivant tout à fait renversant (ouvrage auquel nous accordons, un très grand crédit, et qui, selon nous bien sûr, surclasse de très loin, le célèbre ouvrage de Jules Verne : "VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE" de 1864).

;

       Et voici comment, on en parle, dans un magazine américain de 1970 :


       C'est l'histoire de deux marins norvégiens : Olaf Jansen et son père, partis en voyage de découverte, en Avril 1829, avec un modeste sloop de pêche, en direction du Pôle Nord.

       On peut alors y découvrir ceci :


, que nous traduisons, très modestement :

"Devant nous et directement au nord, s'étendait une mer libre".

      Comme on le voit, une fois de plus, ce document ancien de 1908, explicite parfaitement (comme beaucoup d'autres), le fait, qu'il existe bien une mer libre de glace en plein Pôle Nord... et qui bien sûr n'a rien à voir avec un rechaufement climatique quelconque déjà évoqué plus haut par des journalistes sous-informés

      Le site ARTivision, a d'ailleurs été, le premier du Web français, à traduire en amateur, l'ouvrage en question, et cela dès le 6 Avril 2001...et la traduction se trouve à :


     Mais, ce 29 Mars 2021, disons aussi que, le site ARTivision, s'est aperçu, avec un grand malaise, que de nombreux malotrus du WEB, ont recopié carrément notre traduction (en changeant bien sûr, quelques petits mots, et donc malotrus adeptes de la formule scélérate : "Otes-toi de là, que je m'y mette"), sans citer une seule fois, le nom d'ARTivison, qui avait mis à l'époque, plus d'un mois, à effectuer cette traduction aidé, bien sûr, d'un petit logiciel : Quick Translator, car Google , n'existait pas encore .

     Comparez vous-même, notre traduction, avec les textes suivants :

     

    Mais pourles puristes, qui recherchent des documents d'origine, il nous vient à l'idée de présenter ici l'ouvrage de 1818, d'un certain Daines Barrington, que nous avons sous la main :


     Et nous découvrons alors en page 37, ceci :


      Une modeste traduction pourrait donner alors :

      " Le Capitaine Goulden, qui avait fait plus de trente voyages au Groenland, a rapporté à Sa Majesté, que, étant au Groenland pendant une vingtaine d'années, il fut en compagnie de deux Hollandais à l'est de l'île d'Edge. Comme les baleines fuyaient la côte, les deux Hollandais se déterminèrent à aller plus loin vers le nord, et après une quinzaine de jours, ils furent de retour. Ils dirent alors qu'ils avaient navigué jusqu'au 89 ° de latitude nord , et qu'ils ne rencontrèrent pas de glace, mais une mer libre et ouverte, et qui avait une configuration ressemblant à celle de la baie de Biscaye. M. Goulden , n'étant pas satisfait par cette brutale révélation, ils lui ont présenrté quatre journaux de bord des deux navires, qui en témoignaient catégoriquement, et cela, en quatre minutes, reçu l'agrément de tout un chacun. "

    Comme il serait intéressant n'est-ce pas, de retrouver la trace de la déclaration de ce Goulden, et bien sûr, aussi le nom de ces hollandais et surtout, leurs journaux de bords, s'ils ont été conservés dans des bibliothèques !!!

      A la page 101 de ce super ouvrage de Daines Barrington , nous trouvons aussi ce passage :


      Et notre traduction pourrait donner, grosso modo:

      " Le célèbre Mr. Boyle, à partir de ces exemples et beaucoup d'autres, a rejeté la notion longtemps admise que le pôle est l'archétype du froid. Le Capitaine Jonas Poole, qui en 1610 a navigué dans un vaisseau de soixante-dix tonneaux pour faire des découvertes vers le Nord, a trouvé un temps chaud au voisinage du 79 ° de latitude, tandis que les étangs et les lacs étaient débloqués, ce qui le mit, dans l'espoir de trouver un été adouci, et qui l'a amené à croire que le passage ( note du Webmaster : passage nordique généralement est-ouest ou ouest-est très recherché) pourrait être trouvé plus rapidement, en passant par le pôle de quelque manière que ce soit; et c'est pour cette raison que le soleil a donné une grande chaleur là, et que la glace était loin d'être aussi épaisse que ce qu'il avait rencontré à la latitude de 73 °. En effet, les Hollandais, qui prétendent avoir avancé à un degré du pôle, ont dit qu' il y faisait aussi chaud là que pendant l'été à Amsterdam."

     Mais, on trouve aussi ceci , placé sur le site :


   

      Les exemplaires du périodique en question, furent rassemblés dans les " Annales des voyages, de la géographie, de l'histoire et de l'archéologie ", ouvrage dirigé par V. A. Malte-Brun...Éditeur : Challamel aîné (Paris)
.

      Jetons alors, un furtif coup d'oeil, aux pages 16 et 17 du tome 1 :

  


      Nous avons souligné en rouge, les paragraphes qui nous interpellent fortement. On voit alors que les informations évoquées dans ce périodique, se rapprochent grandement de celles déjà vues plus haut

      On note ainsi, qu'un capitaine de la Compagnie Hollandaise du Nord, affirma à l'époque avoir trouvé la mer libre, en se dirigeant droit au Nord, et il approcha à la distance de 2 degrés du Pôle, duquel il fit deux fois le tour. Ce capitaine avait coutume de raconter cela publiquement, et de prendre son équipage à témoin de ce fait. Mais les "détracteurs habituels" , qui souvereinement imbus de leurs cultures officielles traditionnelles, et qui aiment souvent, (nous avons choisi de les appeler pour cela les "autruchards") faire comme l'autruche, telle que :


, ne manqueront pas de vous dire, que les mesures de ce capitaine, furent assurément, à l'époque, très approximatives et sujettes à caution .

      Mais, plus connue, est l'histoire de ce que raconte Joseph Moxon, qui lors de sa visite en Hollande en 1656, a rapporté, le fait qu' un capitaine hollandais, " homme très respectable auquel il pouvait ajouter foi, qu'il avait navigué sous le Pôle, où, il trouva l'air aussi chaud qu'il avait coutume de l'être en été à Amsterdam. Enfin le capitaine Gould, qui avait fait plus de vingt voyages au Groenland, dit au roi Charles II, qu'étant au Groenland vingt ans auparavant, il avait rencontré près de l'île Edges, à l'est de cette contrée, deux navigateurs hollandais qui résolurent, comme il ne paraissait pas de baleine sur ce rivage, de faire voile plus loin vers le nord ce qu'ils firent en effet; qu'ils étaient revenus quinze jours après, et avaient été jusqu'au 89° degré, où ils n'avaient vu aucune glace, mais une mer parfaitement libre, et des vagues aussi grandes que dans la mer de Biscaie."

      Comme il serait important et merveilleux qu'un chercheur des Pays Bas, puisse mettre la main sur le carnet de bord du voyage de ces deux navigateurs dont hélas, le nom n'est pas, hélas, mentionné.

    Mais voyons aussi, les pages 18 et 19 :

  

      Là encore, ce périodique, complète plus avant, les propos de l'explorateur Kane, que nous avons déja présentés en partie plus haut, et que nous reprenons ici étant donnée leur importance inoue : " Il est impossible, en rappelant les faits relatifs à cette découverte,- La neige fondue sur les rochers, les troupes d'oiseaux marins, la végétation augmentant de plus en plus, l'élévation du thermomètre dans l'eau, de ne pas être frappé de la probabilité d'un climat plus doux vers le pôle. Mais signaler les modifications de température au voisinage de la mer libre, ce n'est pas résoudre la question, qui reste sans réponse : Quelle est la cause de la Mer libre ? "

        Bravo donc au novice ingénu,(qui découvre notre site, par cet article) qui a trouvé la solution et qui veut bien nous la transmettre.

        Allez, voici encore un petit plus pour la route, qui se trouve dans le livre remarquable, de J.-R. BELLOT, que nous possédons, intitulé tel que :

  

     Dans la préface, écrite en 1866, de ce livre, un certain Paul Boiteau, nous précise en page XIX, ceci :


     Comme vous le voyez, ce Mr Paul Boiteau, parle clairement d'une mer libre de glace, au-delà du 80° de lattitude Nord. Point à la ligne ...

      Cependant, il nous vient alors, l'idée de placer ici maintenant, la superbe phrase de Lionel Hubert dans son ouvrage : "les phénomènes Psi" aux Editions F. Lanore, Avril 83, page 61 :


"Ce n'est pas la lumière qui manque... mais, c'est le désir de voir, qui fait défaut"

      Mais le Webmaster du site ARTivision, lui, poursuivra sans relache, sa quête d'une vérité inouïe, qui concerne l'humanité entière, et que l'on nous cache en Très Haut Lieu, pour de vulgaires questions de prestige national, et de dérisoires sujets économiques et militaires.

     Voilà, ainsi, ci-dessous, la preuve que nous ne nous tournons pas les pouces, de satisfaction dans l'état de notre situation actuelle, et où nous avons essayé d'obtenir des renseignements sur ces hollandais en mission autour du Pôle Nord .


      À bon entendeur, salut...

     Mais, ce 31 Mars 2021, ajoutons le bouquet final concernant cette affaire tres extravangante de mer libre de glace du Pôle Nord .

     ... Mais lisez donc aussi ce qui suit, qui est tout aussi curieux et qui est écrit dans le style de l'époque :

     ...." On trouve une grande quantité de ces glaces flottantes (les icebergs) dans la mer du nord, surtout à quelque distance des terres ; elles viennent de la mer de Tartarie dans celle de la nouvelle Zemble & dans les autres endroits de la mer glaciale. J’ai été assuré par des gens dignes de foi, qu’un Capitaine Anglois, nommé Monson, au lieu de chercher un passage entre les terres du nord pour aller à la Chine, avoit dirigé sa route droit au pole & en avoit approché jusqu’à deux degrés ; que dans cette route il avoit trouvé une haute mer sans aucune glace, ce qui prouve que les glaces se forment auprès des terres & jamais en pleine mer ; car quand même on voudroit supposer, contre toute apparence, qu’il pourroit faire assez froid au pole pour que la superficie de la mer fût glacée, on ne concevroit pas mieux comment ces énormes glaces qui flottent, pourroient se former, si elles ne trouvoient pas un point d’appui contre les terres...,."

     ...Ces lignes nous viennent, de la page 215 du chapitre : intitulé :

PREUVES DE LA THEORIE DE LA TERRE.

ARTICLE VI.

GEOGRAPHIE.

     ... Tout cela est tir, de "L’histoire naturelle générale et particulière" , du comte de Buffon, et ouvrage publié en 36 volumes parus de 1749 à 1789, fut l’un des plus retentissants succès de librairie au XVIIIe siècle. Ouvrage décliné en anthologies plus ou moins richement illustrées, pour les grands et pour les petits, il y inclut tout le savoir de l’époque dans le domaine des sciences naturelles. Buffon fut élu le 23 Juin 1753 à l'Académie Française.

       Voici donc le portrait de l'auteur et la couverture du livre en question :

  


       La digitalisation de l'ouvrage faite par le super site :


       On y découvre finalement que Buffon, était un ami de Voltaire, traducteur des textes de Newton, et qu'il fut également un industriel en construisant ce que l'on appelait à l'époque des forges, à Châtillon-sur-Seine.

     Pour en savoir plus, sur cet ouvrage prière SVP,, de consulter notre vieil article, en date du 03/02/2008, et placé à :


    Mais, comme on le sait, qu'il faut battre le fer pendant qu'il est chaud, parlons à nouveau de cette revue "La Recherche", qui en Octobre 2012, a publié un fascicule Hors série, n° 51, intitulé Les Dossiers de la Recherche, et où apparaît un article significatif, sous la plume de Mme Frédérique Rémi :


    Ce n° 51 spécial de cette revue, va nous permettre d'accéder à un niveau de compréhension très philosophique, concernant la psychologie de la nature humaine.

    En effet, dans cette revue, nous avons eu le bénéfice de découvrir un article de 4 pages, sur le célèbre naturaliste Buffon (1707-1788), dont nous avons parlé, le 18 Mars, ci-dessus :

    Voici donc, une partie du début du remarquable article de Mme Frédérique Rémy en question :


    Et voici aussi, la partie qui nous interpelle grandement :


    L'auteur reprend donc les affirmations connues de Buffon, concernant le capitaine Anglais Monson qui, en se dirigeant droit vers le Pôle, est arrivé dans une haute mer sans aucune glace. Il y a aussi, l'histoire d'un hollandais, qui a prétendu avoir été jusque sous le pôle, et qui affirma qu'il y faisait, aussi chaud qu'à Amsterdam en été. Mais, elle ne nous parle pas, du nommé Goulden, (mentionné en pages 215 et suivantes du super ouvrage de Buffon), qui a recueilli le témoignage de deux autres Hollandais, et qui lui dirent, qu'ils avaient été jusqu'au 89e degré de latitude nord, c'est-à-dire, à un degré du pôle, et que là, ils n'avaient point trouvé de glaces, mais une mer libre et ouverte, fort profonde et semblable à celle de la baye de Biscaye. Ces hollandais lui montrèrent quatre journaux de deux vaisseaux, qui attestaient la même chose.

     Malgré tous ces rapports maritines officiels, cette scientifique continue à croire que tous ces gens se sont trompés amèrement, et que la mer libre de glace n'existe pas. (Sans doute, a t-elle lu cette affaire d'effet de serre du n° 335 d'Octobre 2000, affaire vue plus haut, dans la même revue )
.

      Pourtant cette dame, avait certainement plus de moyens qu'ARTivision, pour aller vérifier tout ce qui précède et que nous affirme Buffon, et bien d'autres navigateurs. Elle pouvait alors assurément, mettre ainsi la main, par exemple, sur les livres de bord , en question des hollandais, et aussi sur les déclarations osées du fameux Monson anglais, car à l'époque, on ne pouvait pas encore évoquer, la contrainte de l'effet de serre, pour expliquer la présence, de cette mer libre de glace, au Pôle Nord. Point à la ligne...

     Cette scientifique, semble ignorer le fait, qu'en plein système moderne, analysé par toutes sortes de médias prétendus éveillés, on nous a parfaitement et sournoisement mystifiés, dans de nombreux cas, comme par exemple, l'affaire du Crash de Missouri en Mai 1941, l'affaire de Pearl Harbor en Déc. 1941, l'affaire du crash de Roswell en Juillet 1947, l'affaire de l'assassinat du Président Kennedy en Nov. 1963, l'affaire trafiquée du débarquement des américains sur la Lune en Juillet 1969, l'affaire de la destruction des tours jumelles de New-York le 11 Sept. 2001...etc... et il y a en plus, bien d'autres affaires, encore cachées...

     Voir quelques unes de ces affaires, dans nos articles :







..................................... etc ....................................

     Cette scientifique aurait mieux fait d'écrire, dans sa chère revue en question, une explication significative du phénomène souvent présenté sur notre site concernant le satellite de Saturne nommé Titan, et que voilà à nouveau étant donnée son importance :


      Disons à nouveau, pour les novices de passage sur ce site ARTivision, que si nous analysons de près, le disque blanc très brillant, au Pôle sud ( que certains prétendus scientifiques ont qualifié, vite fait, de petit nuage blanc), on voit nettement en-dessous, une sorte de réverbération lumineuse, sur les couches de l'atmosphère de Titan, prouvant ainsi que la lumière du disque blanc, vient de l'intérieur de l'astre, et pour Titan en bleu, c'est encore plus net :

Titanbleuefleche700.jpg
Découverte faite en exclusivité du site ARTivision, dès Janvier 2005.
La NASA et les astronomes ont tous, vu là, un petit nuage blanc de méthane.

      Pas besoin de sortir de Polytechnique, pour découvrir ici, que, c'est cet œil surprenant de Titan, extrêmement brillant, de près de 300 km de diamètre, qui nous interpelle ci-dessus, et où l'on voit encore plus clairement, juste en-dessous la sorte réverbération en question, sur les couches de l'atmosphère de la planète, prouvant que cette extrême luminosité vient bien de l'intérieur de l'astre . (voir le bout de la flèche rouge).

      Il faut aussi remarquer surtout que c'est parce que la sonde Cassini Huygens, avait été mise au point par plusieurs nations, dont l'Allemagne, la France, l'Italie...,, que ces pays et d'autres, ont eu un accès direct en temps réel, aux informations de la sonde. Donc la NASA a été prise de court, et n'a pas eu le temps de nous cacher, ce disque extrêmement lumineux qui est apparu au Pôle sud de Titan. Point à la ligne...


       Et voici d'autres vues du phénomène :


       La dernière photo de droite, nous montre même que le Pôle Nord de Titan, entre aussi dans la danse, et, brille comme un sou neuf.

      Allez, voici tirée du super site : https://www.gemini.edu/node/157, un petit plus très significatif :


      Il n'y plus rien à dire ici, tant la luminosité éclatante, du Pôle Sud, de Titan, éclabousse la vue, de l'observateur.

     Mais, il y a mieux dans cette affaire hallucinante, de vortex polaires planétaires, et cela va assurément faire hurler d'amertume et de dépit , les détracteurs zététiques et leurs consorts intellectuels archi-déphasés, du très singulier site. scripto-artistique ( le premier du ge,nre sur le Web français et même peut-être sur le Web mondial ).

      En effet, nous avons appris, au début d'Avril 2019, que les scientifiques, ont réussi à photographier dit-on, un prétendu trou noir cosmique, tel que :


      Pourtant en 1992, on était déjà, aussi heureux d'exiber cette autre image, et on ne parlait surtout pas , dans ce cas, de parhélie, autrement dit, de phénomènes dus à des illusions d'optique :


     Notons en passant, que les Ummites, ces Aliens, qui visitent la Terre, en ce moment, n'aiment pas du tout, cette affaire de trou noir.
      En effet, ces derniers, lors d'une conversation téléphonique bien ciblée, ont dévoilé le fait, que les trous noirs, n'existent pas dans notre univers, ce que l'astrophysicien Jean-Pierre Petit, a l'air de confirmer (voir à ce sujet, nos précédents et récents articles) au grand dam, de ses confères académiques...

     Pour les novices ingénus, qui ignorent tout de cette affaire des Ummites, voir aussi, ce récent petit fascicule remarquable, d'Octobre 2018 :


, qui y consacre 12 pages.
      Mais alors, l'on note aussi, que ces Messieurs les scientifiques très orthodoxes , vont à perpette (près de 50 millions d'années-Lumière), chercher l'image d'un obscur vortex, nommé Trou Noir, mais, qu'ils sont incapables de voir, celui, bien plus voisin d'eux, très lumineux , de l'astre nommé Titan, à de près d' 1,5 milliard de Km, de notre Soleil :

      Mais, sur le site de la NASA :


, on découvre au sujet de Titan, alors ceci, d'abord justement en noir et blanc. :


TitanJLPsiteNASAPolesudennoiretblanc.jpg

     Notez bien, les dates de réception, des images en question...

      Et voici alors, un semblant d'explication de la NASA :


     En rouge, on comprend : " Un brillant nuage de particules de méthane apparait au pôle sud des 3 images..."

     Oh là ...."un nuage de particules de méthane", disons que ce méthane, a dû être chauffé à blanc, et ionisé sous forme de plasma, par un phénomène naturel inconnu, pour nous fournir une luminosité d'une telle intensité, amplifiée magnifiquement par les rayons d'un Soleil, qui, on le sait, est très éloigné de Titan, de près d' 1,5 milliard de Km...

     Et en couleur, c'est bien mieux, sur le même site de la NASA, on trouve aussi ceci :



     Pas besoin d'être fortiche en anglais, pour découvrir que le laïus en-dessous de l'image, ne mentionne plus du tout, le disque blanc apparu (Bien sûr, on en a déjà parlé ci-dessus, et pour la NASA, pas de bavardage inutile n'est-ce pas !!). A vous de juger.

     Mais ajoutons une image en couleur, de plus :


     Le point lumineux au bas de la planète, est toujours là, et, étant donnéé sa grosseur, ce point correspond en fait, à un disque superbement lumineux gigantesque et, on l'a dit déjà, plus haut,..d'environ 300 Km de diamètre.

     Soyons cependant fair play, car il y a eu au moins un scientifique qui a avoué son incompréhension du phénomène :

     Ainsi sur le site suivant, qui hélas a disparu du Web ( merci d'avance à tout internaute, qui en retrouvera le nouvel url, s'il existe bien sûr) :


on trouvait alors en 2004, cette image :



     Et aussi, ces propos surprenants :

      "Un évènement particulier a été observé en octobre 2004. Le nuage du pôle sud est devenu extrêmement actif (Schaller et al., 2005) et a recouvert toute la région polaire. L'origine du phénomène et sa caractérisation physique sont encore largement inconnus. Il est probable que le "sursaut" de l'albédo de Titan que Griffith et al. (1998), a détecté est en fait un évènement similaire à celui-là."

     Tout est ici, très clair : On ne sait pas du tout, de quoi il s'agit...

     Notez bien cependant, la présence du vocable "Griffith", que nous avons souvent évoqué, dans de nombreux articles ...

     Cette luminosité inexplicable d'un disque au Pôle sud de Titan, nous place bien bien ici dans le cas où la science "interprète à la va vite, un fait naturel surprenant, à défaut d'en connaître sa structure véritable. (Il en est de même avec cette affaire qui sature actuellement les circuits pschiques, sanitaires et économiques de la planète Terre, et relative, au virius Covid 19 et consorts... )

     Mais, les zélés détracteurs irréductibles, vous diront, que le phénomème en question, est trop particulier ici, et nous devons le classer, dans la catégorie, des illusions d'optiques, si chères à leurs habituelles explications...

     Ce que ces détracteurs oublient, c'est qu'ARTivision, a toujours d'autres ressources sous-jacentes, pour appuyer ses dires ...

     Pour bien expliciter, ce qui précède, revenons alors vocable, "Griffith", mentionné très intentionnellement ci-dessus, (mot qui vient du Griffith Observatory, à los Angeles, en Californie, et observatoire qui existe depuis 1935).

     C'est alors que nous invitons ces zélés détracteurs, à scruter très attentivement l'image extraordinaire suivante de la planète Mars, et image qui, très probablement, ne figure pas dans leurs dossiers de Service :


    Nous insistons encore ici, sur le fait que la photo, ci-dessus ne vient pas la NASA, (qui vérouille et camoufle, toutes images hors normes, venant des sondes spatiales), mais du Griffith Observatory, de Los Angeles...

    Cette extraordinaire photo de Mars , a été prise le 31 Août 2003, par le "Griffith Satellite Observatory", lors de la fameuse opposition de 2003, où Mars, était alors au plus près de la Terre, à environ 56 millions de km.

    Pour ceux qui voudraient en savoir plus, prière de contacter cet Observatoire Griffith pour lui demander, pourquoi cette superbe image, n'a jamais fait la Une, des médias qui ont pignon sur rue ... et surtout, que l'on nous dise pourquoi, le site admirable, qui présentait cette photo à :

a disparu en 2005, comme par magie du WEB .

     Cela signifie sans doute, que cette photo, a dû mettre très mal à l'aise, ces Messieurs les astronomes, astrophysiciens, et consorts éditeurs de revues sur l'espace et les planètes.

     Nous nous posons donc la question, de savoir, pourquoi, un site aussi bien fait et aussi utile, a pu disparaître aussi souverainement ?

      Vous pouvez en effet chercher dans les revues spécialisées bien connues, aucune d'entre elles n'a osé montrer cette photo, même à titre de curiosité, car leurs journalistes, n'ont aucune explication orthodoxe, à présenter su la raison de cette incroyable brillance du pôle de Mars en question.

      Alors il était préférable dans ce cas, de se taire, et de fourrer la tête sous le sable comme l'autruche (revoir plus haut, cette lamentable affaire d'autruche).

     Mais, ce 6 Avril 2021, avant de voir comment le journal "Le Monde", est lui aussi impliqué dans l'affaire de TItan , nous allons, changer de braquet, concernant cette affaire de mer libre de glace en plein Pôle Nord, dont on ne parle jamais dans nos doctes institutions culturelles.

    C'est en effet le 31 Mai 2012, soit 3 ans environ, après, le début de nos recherches sur le sujet (Voir notre vieil de article en date du 31/08/2012 : http://www.artivision.fr/LaMerLibreduPoleNord.html), que nous avons reçu la missive merveilleuse suivante , d'un internaute qui possédait chez lui, l'opuscule si rare en question :

From: Phil Du T.....
Sent: Thursday, May 31, 2012 7:09 PM
To: Fred IDYLLE
Subject: De la part de Phil de PARIS !...

          Bonjour de Métropole cher Fred !

     Vous avez écrit :

"Merci d'avance à l'internaute béni, qui pourrait découvrir cet ouvrage quelque part."
     Et bien voilà, l'heure de la bénédiction a sonné ! Le texte va s'étaler sur plusieurs mails pour éviter les lourdeurs risquant d'entraver la correspondance entre nos deux adresses...

          Bonne lecture !

     A bientôt Fred !

     Avec tous mes encouragements et mes vifs remerciements pour votre travail !


     C'est ainsi, que les 16 pages de l'ouvrage sont arrivées chez nous sous forme d'images et nous avons à l'époque, pu en digitaliser, certains passages pour les publier ici, sans crainte , car cet ouvrage, a bien plus de 70 ans, et est donc tombé dans le domaine public.



     Mais pour les puristes, qui veulent aller au fond des choses, présentons alors le début, tel qui se présente en page 5 :

     On voit alors déjà que, pour bien nous guider dans notre perception sur le sujet évoqué, le professeur Jules GAY (qui fut à l'époque, professeur de Physique à Montpellier), nous donne, à juste titre, de très utiles informations telles que :



     Voici donc, quelques ouvrages disponibles à son époque, et que nous rassemblons dans la liste suivante, en invitant alors les internautes qui pourraient retrouver certains de ces ouvrages anciens, de bien vouloir, nous en toucher si possibe, deux petits mots :

- Histoire des deux voyages entrepris par ordre du gouvernement anglais, l'un par terre, dirigé par le Capitaine Frankling, l'autre par mer, sous les ordres du capitaine Parry, traduit de l'anglais. 1 Vol in 8, Paris Gide 1824 .

- Voyage à la recherche du passage N. O. pendant le années 1829à 1833. par Sir J. ROSS, traduit de l'anglais par Defauconpret. 2 vol in 8 Paris 1835.

- Voyage dans les régions artiques à la recherche du capitaine Ross en 1834 et 1835 Capitaine Back, traduit par Caseaux; 2 vol . In 8. Paris, Artus Bertrand 1836.

- Journal d'un Voyage aux Mers Polaires de J.-R. Bellot 1 vol In -12 Pérotin libraire Editeur 1866 .

- La Mer polaire - De Lanoye - 1 vol in 18 Paris Hachette (Date non mentionnée).

- Voyage dans les glaces du pôle arctique - Hervé et De Lanoye - vol in 18 Paris Hachette (Date non mentionnée).

- Voyage of the Fox, in the Arctic seas - Mac Clintock - In 8 Londres 1959.

- Discovery of a N.-W. Passage by H.M.S investigator 1850-54 - Mac Clure - In 8, Edimbourg 1865.

- Stray leaves from and Arctis journal 18 Months in the Polar regions, - Osborne - in 8 Edinbourg 1865

- The polar Regions Richardson - in 8 Edimbourg 1861

- Artics Explorations - Kane - in 8 Philadelphie 1857.

- Du Spitz berg au Sahara - Ch. Martin - in 8 Paris 1866.

- Esquisse physyque des îles Spitzbergen et du pôle Arctique - Ch. Grad - in 8 Paris 1866

- Les voyageurs au pôle Nord - Desprez - , in 8 Paris 1869

- La Mer libre du Pôle . - Dr Hayes - trad. par Ferd de Lanoye, In 8 Paris Hachette 1868 (date trouvée par ARTivision)

- Lettres écrites des régions polaires. - Lord Dufferin - trad. par Ferd de Lanoye in 8, Paris Hachette (Date non mentionnée).

- Année géographique - Vivien de Saint Martin - Paris Hachette (Date non mentionnée).

- Le Tour du Monde journal des Voyages. Paris Hachette ( Auteur et date non mentionnés).

- Le Bulletin de la Société géographique (n°s non mentionnés).

- Geograph Mittheilungen - Aug. Petermann -(date non mentionnée).

etc etc ...


      Mais poursuivons donc maintenant, la digitalisation de quelques passages de cet opuscule :

      " Les bords de ce bassin polaire , de cette espèce de cuvette qui l'occupe l'extrémité Nord de notre globe sont maintenant connus. Les côtes de l'Asie ont été déterminées avec précision, depuis longtemps déjà, par les officiers russes. Quant aux côtes septentrionales de l'Amérique, elles ont été plus récemment décrites. Jusqu'en 1818, on n'en connaissait que les deux extrémités et un ou deux points intermédiaires. A partir de cette époque, les admirables voyages de Franklin et de ses émules, les Parry, les Ross, etc. ; puis à partir de 1845, les expéditionq envoyées â la recherche de l'illustre Franklin ont achevé le relevé de ces côtes sur l'immense étendue de 75 degrés en longitude. En méme temps, ont été parcourues et déterminées la plupart des îles qui forment l'archipel du nord de l'Amérique; les côtes occidentales du Groënland ont élé relevées, justlu'au 83° degré de latitude, par les Américains Kane et Hayes. Mais qu'y a-t-il au delà de ce 80" parallèle, qui, trois fois seulement, a été notablement dépassé par Parry, en 1827, par Kane en 1854, par Hayes en 1861 ?

     A cette question il est permis de répondre avec une probabilité équivalente presque à une certitude : Il y a une mer, libre au moins pendant l'été. Cette mer contient peut-étre quelques iles ; elle est entourée par une ceinture de glaces à peu près immobiles pendant l'hiver, qui se brisent en été, et dérivant rapidement vers le sud vont fondre dans les eaux chaudes de l'atlantique et du Pacifique."

     Les preuves de ce fait sont tout â la fois théoriques et expérimentales. Il nous reste â les exposer.

Fin de l'introduction.

     Sautons alors plusieurs pages pourtant importantes et alors voir SVP, la suite à notre article déjà cité plus haut :

     L'ouvrage est accessible en version PDF, à partir de la notice du catalogue général de la BNF :


     On peut encore y voir ceci, qui n'a pas encore disparu :


    Mais, arrivons finalement, au passage clef, qui a fait tilt, chez nous :

         " Enfin, les renseignements que l'on a pu recueillir auprès des rares habilants de ces contrées désolées sont venus confirmer ces indices d'un climat plus doux vers le nord. "Un vieux prêtre russe que j'ai connu à Iakutsk, dit Mr. de Wrangel, et qui a longtemps vécu chez les Tchoukises ( Note il s'agit, bien sûr, du nom des esquimaux de la région), m'a assuré que, selon la tradition, des bateaux et des hommes venus d'une île plus chaude , située au nord, sont arrivés sur leurs côtes."

         Curieux n'est ce pas !! , que ce passage hautement significatif, et qui pourtant n'a pas fait tiquer d'un pouce, nos bien-pensants si fiers, de leur large et officielle culture contemporaine.

     Mr. de Wrangel (certains écrivent aussi : Wrangell), ne dit pas, hélas, dans le texte ci-dessus, quelles étaient leur taille et l'aspect de ces visiteurs inconnus, venus voir les Tchoukises (Nous fournirons plus tard, d'autres informations très importantes, sur le courageux peuple des esquimaux, au sujet de sa provenance), et étant donnée, l'importance cette déclararation , le Webmaster, du site ARTivision, supplie avec la plus grande déférence, l'internaute lisant le russe, d'essayer de mettre la main sur le texte russe, et aussi, l'ouvrage en question, hélas non mentionnés ici, de cet amiral.

     Mais, cela fait des années, que nous attendons, une petite réponse, à ce sujet...

        Mais, ce 8 Avril 2021, précisons alors que, l'extraordinaire déclaration, ci-dessus de l'amiral Wrangel, (que souligne si bien, l'opuscule de Jules GAY), complète admirablement, la phrase ci-dessous, très audacieuse elle aussi, du livre de 1877, de I..I.Hayes, que nous avons en mains :


       En effet, aux pages 190 et 191, du livre de Jules GAY, on peut aussi lire:

       " Notre proximité de l'axe de globe, la certitude que, de nos pieds, nous touchions une terre placée bien au delà des limites des découvertes précédentes, les pensées qui me traversaient l'esprit en contemplant cette vaste mer ouverte devant nous, l'idée que peut-être, ces eaux ceintes de glaces baignent des rivages d'îles lointaines où vivent, des êtres humains d'une race inconnue ..."

     Mais pour les puristes, voici aussi ce que l'on peut lire en pages 14 et 15 :

     " Au nord de la Sibérie, des résultals semblables ont été obtenus, et les explorateurs ont toujours trouvé la mer libre au-delà d'une ceinture de glace. adhérentes aux côtes " Au nord des îles de la Nouvelle Sibérie, par 76 degrés de latitude, dit Hedenstöm, on trouve un océan qui ne gèle jamais; même en Mars, je n'y ai vu que peu de glaces flottantes. " Le gouvernement russe chargea en 1819 le lieutenant, depuis amiral Wrangel (décédé en 1870), d'explorer les rives septentrionales de la Sibérie et de s'élever le plus possible au nord en taîneaux. Pendant trois années, Wrangel, fit des efforts prodigieux pour s'élever ainsi vers le nord; chaque fois, il fut arrété par l'eau libre et obligé de regagner la côte en toute hâte, non sans courir de graves dangers, par suite de la faible épaisseur des glaces et de l'agitation de la mer, qui menaçait à chaque instant de rompre la crôute solide. En dernier lieu, en 1823, à 17 milles allemands de la terre, par 70° 51' latitude, M. de Wrangel étant monté sur le plus élevé des blocs de glace, "la mer ouverte s'étendait devant nous, à perte de vue", et nous dûmes abandonner le but que pendant trois ans, à travers des privations, des misères et des dangers de toutes sortes, nous nous étions efforcés d'atteindre. Le courant était dirigé avec une vitesse de 4,3 milles à l'heure...Depuis, les baleiniers américains, particulièrement les capitaines Long et Rodger, se sont avancés fort loin dans cette mer libre, cette Polynia des Russes, vue par Hedensöm et Wrangel".

     Fin de citation.

      Tout ce qui précède, justifie n'est-ce pas, à lui seul, les nombreux articles, où ARTivision, affirme l'existence effective de cette mer libre du Pôle Nord, qu'absolument, l'on nous cache d'en Haut .

     Il nous appartient donc désormais de tirer le corollaire latent , de cet affaire incroyable . Autrement dit, déjà en 1873, certains chercheurs comme Jules GAY, admettait qu'il pourrait y avoir au sein de cette mer libre du Pôle Nord, des îles habitées inconnues.

      La démarche du site ARTivision est justement, de démontrer, documents à l'appui, qu'il s'agit bien plus que des îles disparates inconnues, mais plutôt d'un , immense continent, situé à l'intérieur de la Terre, qui est creuse, comme une classique géode :


     Jetez alors, en effet, un bref coup d'œil sur, cet incroyable document, dont nous parlerons plus tard :


      Là ..., les détracteurs zélés seront placés absolument au pied du mur, car, on le voit ici, ce continent, est fantastiquement, bien révélé par , le célèbre amiral américain, Richard E. BYRD, et, bien sûr, ce continent, est parfaitement connu de nos gouvernements, qui le cachent au Monde entier, pour de vulgaires questions de politiques sécuritaires économiques et surtout militaires.

     Tout ce qui précède nous invite à croire, (comme le présumait dès 1866, plus haut, Jules Verne) l'existence dans les zones polaires, de supers vortex, qui nous sont totalement occultés en Haut Lieu .

     Mais, le vertueux Hasard, comme à son habitude, nous a offert un moyen très moderne, de visualiser une forme éventuelle du supposé vortex en question...

      En effet, ces temps-ci,, il se passe des choses très étranges. Jetez, en effet, un coup d'oeil à la photo qui suit, et qui est tirée pourtant d'une revue d'informatique très connue. Il s'agit du Micro Hebdo n°568 du Samedi 11 Mars 2009 :



      Cette image nous rappelle étrangement, celle-ci :


, image que nous avons eu, le grand privilège, de recevoir, (Voir les détails importants plus bas),le Vendredi 13 Février 2004, de l'ami Jean RESTAYN, du Canada, grand germaniste de son état, (Cela fait donc déjà 17 ans en 2021 et, on ne parlait pas du tout à l'époque de "Fake News") ...

      Mais, les détracteurs zététiques , nous diront alors d'emblée, que nos très nombreux satellites, qui survolent les régions polaires, auraient vite fait, détectés les éventuels vortex, en question, et jusqu'à présent, la NASA, n'en a jamais fait état .

     Concernant les images représentant, les régions polaires, disons alors qu'en 2007, nous avons pu alors entrer dans le site :


     ,Et voici, ce qu'on y trouvait :



     Mais qu'est-ce donc, quecette sombre sorte d'étoile de mer, au Pôle Nord ?

    Voyons cela, sous un autre angle :



    , et maintenant, de plus près :



    C'est très artistique et inouï à la fois...Que sont donc ces nuages noirs filiformes et qui se dirigent tous, vers un point central au dessus du Pôle Nord. A notre humble connaissance, c'est du jamais vu, dans un contexte météorologique quelconque. Tout cela doit être , pour camoufler quelque chose...A vous de juger !!!

     Mais, justement, concernant cette affaire, sur le super site :


     , voilà ce qu'on y trouvait à l'époque :



     L'emplacement du prétendu voxtex polaire nord, est indiqué par la flèche rouge...

     Nous pourrions arrêter , cette ballade polaire, mais, nous avons aussi découvert sur la séquence vidéo, du super site, déjà présenté plus haut :


, ces images ont été bien sûr , placés dans pas mal de nos articles.

  


     Vous avez du mal à croire cela, alors voici, l'incroyable affaire, du Science&Vie, de Nov 2004 :

     Regardez donc attentivement la photo suivante de l'Antarctique extraite de la page 151, du numéro 1046 de cette revue bien connue :



    La légende qui présente cette photo est simplement: "L'Antarctique est surveillé de prés par Envisat"

    Il va s'en dire que cette gigantesque pastille noire n'est pas là par hasard et une fois encore, elle vise à masquer une chose incroyable qui s'impose à nous, et donc le satellite Envisat semble bien avoir, quelques trous dans ses mémoires électroniques, d'autant plus que l'on aperçoit des faisceaux très lumineux sous-jacents, tout autour du disque noir.

    Ce qui est plus extraordinaire, c'est qu'une revue, qui a pignon sur rue, dans le monde des médias, se permet de présenter une photo de l'Antarctique avec un disque noir gigantesque, sans aucune explication.

    Bien que l'on sache que cette photo est une photo mosaïque (il a fallu de très nombreux passages du satellite pour l'obtenir), et qu'en plus, on sait aussi qu'aucun satellite déclaré ne passe juste au-dessus des pôles (le satellite bien connu Spot, non plus: voir notre article: http://www.artivision.fr/Byrdsuite.html), on demeure alors très confondu, devant tant d'insouciance et de désinvolture, vis à vis des lecteurs de cette revue. ( A vous de juger...)

          Tout cela serait de la pure Science Fiction, si, le site ARTivision, le Vendredi 13 Février 2004, n'avait pas eu le grand privilège, de recevoir (voir plus haut), de l'ami canadien, Jean RESTAYN l'importanrte missive suivante, dont nous vous donnons, que la fin... (Les couleurs sont de nous, bien sûr) :

.............................................................................................................................................................................................      Rappelons ici que "Mihkaël Omraam Aïvanhof ", dans ses nombreuses conférences parle aussi size=5 de la Terre creuse, et du Roi du monde vivant en son centre. Il s' agit selon lui d' une synarchie. On pourrait la contacter par télépathie.

          J'espère, cher Fred que vous pourrez présenter le cliché envoyé par mes soins, montrant le si beau trou du pôle nord.. Je n'en ai jamais vu d' aussi belle, n'en privez pas vos lecteurs. Elle est issue du site allemand :




     Amitiés

     Jean

          Et, avec quelques unes de nos explications, cette incroyable image devient :



     Après quelques recherches, nous avons appris, il y a déjà quelque temps, que cette photo aurait été captée par un spécialiste informatique d'Allemagne, qui a travaillé, à l'époque, au Centre Spatial de Garchlingen ( Bayern ) et qui connaissait la fréquence du satellite qui survolait la région. Le site qui présentait à l'époque cette incroyable photo n'est plus fonctionnel . Seuls des spécialistes très qualifiés (Voir plus bas la très remarquable déclaration de l'un d'eux) pourront nous dire, si, à l'époque (autour de 2003) un détraqué d'hurluberlu, pouvait s'amuser à sortir sur le Web, une telle image trafiquée et surtout pour quelle raison ?.

    Quelques années plus tard, nous avons aussi par un heureux hasard, réussi à mettre la main, sur cette autre étonnante photo :


    Notre ami de longue date, Frédéric, nous explique que cette photo est extraite de la vidéo plutôt ancienne qui n'est plus opérationnelle. (Merci mille fois à l'internaute béni, qui en retrouvera le nouvel URL )


    On voit donc que cette superbe image, est exactement la même, que celle déjà vue plus haut, mais qu'elle a été redressée.

    Cette inclinaison, s'expliquerait, par les schéma suivants :

  

    Où l'on voit alors, que le disque représentant le vortex polaire en question, ne se juxtapose pas juste au-dessus du Pôle Nord.

     Mais maintenant, étant donnée son importance, reprenons ici, l'image de 2004, de l'ami Jean RESTAYN du Canada :


      L'image ci-dessus a été bien sûr, étudiée en long et en large par un aimable infographiste canadien très qualifié, (qui a fait de plus, cette étude gratuitement), et qui en a déduit que ses caractéristiques étaient déjà pour l'époque , exceptionnelles.


      Voici donc ici, une partie, de a conclusion, de cet aimable infographiste.


    "Hors dans ce cas, le film atmosphérique a une forme parfaitement régulière ne dépendant pas des irrégularités de la surface terrestre et son intensité ne dépend que de l'éclairage global du globe, et pas des points immédiatement en dessous, ce qui est normal pour une lumière réfléchie.

  Seule une image extrêmement complexe utilisant du Lancer De Rayon avec un module de calcul de diffraction associé à un nuage de particules fines, peut donner ce résultat en synthèse.

    Mais vu la finesse des détails, il faudrait vraiment posséder une sacrée machine et d'excellents infographistes . De plus je persiste à dire que les outils d'imagerie ont la facheuse habitude à créer des dégradés parfaits,(la bande de dominante rouge aura toujours la même épaisseur que la bande de dominante bleu, et suivra parfaitement la courbure de la surface terrestre), et légèrement sursaturés en couleurs, à l'opposé d'un dégradé naturel où les couleurs sont beaucoup plus mêlées et diffuses...
".

     Fin de citation.

      Si cela s'averrait exact, nous serions , en présence d'un document exceptionnel et inestimable.

      Maintenant, il suffit pour comprendre que les choses bougent en ce moment, de jeter un bref coup d'œil dans une librairie moderne, pour y découvrir cette incroyable ouverture polaire, dans les opuscules, qui fleurissent en ce moment, et photo, que le site ARTivision, fut l'un des premiers à présenter sur le Net français dès 2004, et que voici, à nouveau : .


, et photo qui se retrouve, sans explication aucune, dans les trois opuscules présentés ci-dessus. Les deux premiers de gauche présentent la photo en noir
et blanc
, (respectivement pages 16 et 52),
et le 3e , bien plus agréable, à voir en couleur en page 23 :

   

     Pour avoir eu l'audace de publier cette photo, ces opuscules ont dû, très certainement, tirer partie de l'analyse précédente de notre infographiste, mais, ils évitent soigneusement de le dire, et surtout de parler d' ARTivision.

      A vous de juger donc, Messieurs les bien-pensants blasés, qui refusent de croire, à cette affaire d'ouvertures polaires, et à tout ce qui précède qui assurément, vous chiffonne, tant soit peu.

     Mais cependant, il vous faut aussi savoir que le plus dur à croire, est encore à venir ...

     En effet, nous allons démontrer, ce 11 Avril 2021, que la réalité dépasse souvent, de très loin, la fiction, et que pour ARTivision, ce n'est pas du tout, un adage fantaisiste, et passe-partout ...

     C'est en effet, le 22 Février 2021, que nous avons eu la grande opportinuté, de revoir le film de 1975, de Kevin Connor, intitulé "LE SIXIÈME CONTINENT", tel que :


     Regardez bien, cette image bien banale, car elle vient pourtant, de loin. En effet, voulant saisir cette image, un des précédents jours, pour la placer dans notre prochain article, nous avons alors, vainement cherché le TvMag, qui l'a contient, et qui a bizarrement totalement disparu de notre logis, et nous ne l'avons pas toujous, encore trouvé.

     Mais, le 9 Avril 2021, alors que nous avons voulu imprimer un super texte, reçu d'une internaite bénie , et (texte qui a refusé absolument de s'imprimer), alors est apparue sur l'imprimanteà notre très grande surprise, l'image telle que :


     Précisons que cette image, est sortie sur l'imprimante, d'un ordinateur moderne LENOVO, que nous utilisons, seulement comme doublon, de notre vieille tour ACER, ayant toujours Windows XP, et ACER, qui est notre ordinateur de travail quotidien.

      Cela signifie donc, finalement, que nous avions sauvé la page du TvMag en question, sans doute, tout de suite, après avoir revu le film, sus-présenté, et, que nous avions complétement oublié, tout cela, après avoir fait pourtant, un transfert sur le LENOVO. Curieuse affaire, n'est-ce pas !!!

      Mais, sur Wikipédia, on trouve aussi ceci :


     Ce film fut suivi en 1977, d'un autre dans le même syle, tel que :


      Notons que l'ile antarctique tropicale de Caprona, serait sortie de la pure imagination du romancier américain Edgar Rice Burroughs, auteur de nombreux ouvrages sur Tarzan. En réalité cet auteur, était loin d'imaginer que, son ile tropicale n'est que le bord, d'un continent gigantesque, que nos scientifiques et nos journalistes blasés, avec leurs consorts affiliés, ignorent toujours, mais que nos gouvernants, très avertis,, cachent au Monde entier...

      Mais, il se pourrait qu'Edgar Rice Burroughs, ait été directement inspiré par les Maîtres de l'Outre-Espace , qui gérent le destin de cette planète.

      Vous avez du mal à croire cela ? ... Hé bien, voyons quelques déclarations fantastiques, de ces Maîtres transcendants (déclarations qui sont totalement ignorées, par nos bien-pensants officiels, mais au contraire bien décortiquées, par le site ARTivision). Rappelons au novice ingénu, qui découvre à peine ce site, qu'il n'est pas du tout, un site scientifique, mais plutôt un site, mystico-rationaliste, (mot que vous ne trouverez dans aucun dictionnaire, car c'est nous qui l'avons inventé).

      Commençons, si vous le voulez bien, par l'ouvrage suivant, des auteurs Anne et Daniel Maurois-Givaudan, de Septembre 1986 : "Le voyage à Shambhalla" :


      On trouve alors, en pages 193-194, cette incroyable révélation :


       Mais avec le texte en couleur, c'est bien mieux :

     " Votre terre est creuse, vous le savez, creuse comme le sont toutes les planètes du système solaire, aussi creuse qu'une noix sans ses cerneaux .
     également, vous attendent les prémices d'un avenir fabuleux ou plutôt d'un présent déjà bouillonnant en vous. Lorsque les sages disent aux hommes de chercher à l'intérieur d'eux mêmes, ils sont dans la vérité à tous les stades de compréhension. La Terre vous suggère en certaines contrées la grande flamme de son cœur. Elle la fait s'élancer vers le cieux comme le lotus flamboyant et tel un baiser d'union avec ce qui est en haut. Cette flamme ou plutôt ces flammes sont les aurores boréales ou australes. C'est la radiation cristalline du soleil intérieur enclos dans le grand être qui nous porte tous et qui jaillit par les pôles. C'est aussi une source vitale éthérique, dont vous ne pouvez avoir idée. L'heure ne se présente pas encore d'éluder pour l'homme la totalité des mystères de l'Agartha et du continent central. Nous refusons de précipiter ce temps pour la sauvegarde de la majorité des consciences immatures. Vos gouvernements s'y refusent aussi , bien que partiellement informés, pour la sauvegarde de leur pouvoir "

     Comme tout cela est dit, n'est-ce pas, avec clarté, et même, une certaine poésie .

     Bien sûr, chaque mot, a son importance, et doit être étudié en détail, pour être par la suite, exploré à fond, et pour en tirer sa substantifique moelle...

      Par exemple, nous avons souligné évidemment cette affaire d'aurores boréales ou australes, que nous avons évoquer plus en détail ultérieurement. Disons déjà, cependant, que dans l'image suivante(qui ne saurait être trafiquée, car elle nous vient de la revue Science&vie1095 de Décembre 2008, qui, on le sait bien, a pignon sur rue,dans le domaine de la vulgarisatioon scientifique)


       Cette illustration d'une aurore boréale, montre bien, ici, que l'intensité de la lumière se manifeste, vers le bas, et donc tout près du sol, et non très haut dans le ciel, d'une prétendue magnétosphère ... Point à la ligne .

     Si donc, vous avez la très grande chance, d'apercevoir l'ouvrage "Le voyage à Shambhalla" de Septembre 1986 :, dans un vide grenier, ou une brocante (hélas pas très à la mode, ces temps-ci), ne le loupez surtout pas, (car il vaut déjà, selon nous bien sûr), son pesant d'or.

     Notre Ami , de longue date Pat B... nous apprend alors, que l'on peut découvrir cet ouvrage en PDF, à l'adresse :


     Un seul petit regret cependant, car l'éditeur aurait dû de préférence, selon nous, écrire, le mot terre, avec une majucule, et, on aurait alors, de préférence l'écriture :

" Votre Terre est creuse...

     En effet, cela permettrait alors d'alligner magnifiquement, ce texte, avec celui-là :

      "Toutes les planètes sont creuses ; autant celles de ce système solaire que de l'ensemble de l'univers.

      Phrase extraordinaire, n'est-ce-pas ! , et qui est tirée de l'ouvrage très surprenant, (dont nous parlerons plus en détail, plus tard), d' Aurélia Louise Jones et de Dianne Robbins nommé "Télos : Révélations sur la Nouvelle Lémurie", publié aux Editions Ariane en 2002 :


      Tout cela pour dire, que nous devons reconsidérer totalement le Passé de la Terre, et nous avons, bien sûr, de très nombreux documents, qui le prouvent, et il nous appartient dès lors, de sortir, d'autres textes tout à fait renversants, concernant cette même affirmation, et textes qui n'ont reçu aucune attention, de nos bien-pensants médiatiques officiels, qui vont s'en mordre les doigts jusqu'à l'os, car les événements actuels, nous montrent inéluctablement, que le le Temps des Révélations Cosmiques, est bien arrivé, n'en déplaise, à ceux qui ont tiré en douce, les ficelles, pendant des lustres sur cette Terre , désormais en très grande mutation...

       Mais ce 13 Avril 2021 avant de poursuivre le présent exposé, rappelons à toutes fins utiles, que notre démarche prend spécifiquement en compte , les propos des entités dites transcendantes, comme par exemple les Maîtres SaLuSa, Dorian, Soria, Sananda, Saint-Germain, Mikaël, ...etc...

       Voici donc à titre d'exemple , un texte qui a été transmis, sur le WEB, il y a 10 ans déjà en 2021, et qui nous vient du Grand Maitre , nommé Dratzo, (bien sûr, pour les bien-pensants, ce texte est le type même à inclure, dans les "fake news" )
, des complotistes de notre SCA (Système Culturel Actuel).

      Nous invitons cependant très aimablement, les novices ingénus, à, bien attacher leur ceinture, car à l'altitude, où nous allons évoluer, il risque d'y avoir pour eux, de très sérieuses turbulences :

July 26, 2011
8 Manik, 0 Pop,


      "Dratzo ! Une nouvelle année a commencé ! Nous l’accueillons et célébrons sa naissance avec le message d’aujourd’hui ! Tout autour de vous, une nouvelle réalité commence à s’éveiller, clamant que vous n’êtes pas seuls. Vos familles spirituelles et stellaires sont arrivées et sont très occupées à changer votre monde. Le gouvernement sombre a commencé à disparaître, tandis qu’un nouveau système monétaire se prépare à faire son entrée rapide et propice. Nous vous avons vu si nombreux à souffrir et à accepter le pouvoir apparemment sans fin et illusoire de la force sombre. Ce monde fallacieux est prêt à laisser tomber cet immense rideau et à vous révéler enfin la merveilleuse vérité (Note du Webmaster. Il semble en effet que sous la pression d'En Haut, ces usurpateurs, lachent la bride. Voir plus bas). De même, nous sommes prêts à nous révéler à vous, (Note du Webmaster : Nous sommes impatients de voir cela arriver) , et à vous aider à laisser tomber une de vos grandes folies scientifiques qui stipule que votre planète est un orbe solide. En fait, elle est creuse. (Note du Webmaster : Le site ARTivision a publié déjà plus de 100 articles sur cette extraordinaire affaire, liée bien sûr aux phénomènes polaires, que Jules Verne connaissait).

     Ce mensonge, est au sommet d'autres mensonges, qui énoncent que vous êtes seuls et que la vie, dans votre royaume est le fait d’un miracle unique, ce qui est faux aussi.(Note du Webmaster: voir le paragraphe III, très osé, concernant les exoplanètes de notre article : http://www.artivision.fr/FlyingSaucersDec59.html). En fait, toutes les perceptions centrales dont on vous a nourris depuis votre naissance doivent être mises au rebut, autant que les autres ( et nombreux ) mensonges qui vous ont, littéralement, gardés dans l’obscurité.

      Les mensonges, que vous avez ingurgités entiers depuis votre naissance, ont été créés, il y a longtemps, en tant que vérités à être transmises d’une génération à l’autre. Lorsque toute cette chaîne de mensonges sera brisée, vous serez libérés des liens utilisés, premièrement, par les Annunaki, ensuite par leurs subalternes, (Note du Webmaster : probablement ceux appelés Illuminati, et nous parlerons de tout cela, plus tard)), et qui avaient pour but de prendre votre pouvoir et de garder pour eux les biens mal acquis qu’ils vous ont volés, il y a presque 13 millénaires. La conscience limitée a transformé votre soi souverain en un être rempli de doutes. Vous devenez alors complaisants à abandonner ce que vous ne comprenez pas en échange d’une sécurité qui semble apaiser vos doutes intérieurs et semble vous permettre de continuer votre vie. Il y a autre chose qui vous effraie et qui fait en sorte que vous vous soumettez à ce contrat et c’est la mort. Les Êtres pleinement conscients ne meurent pas. Ils ascensionnent, au moment divinement juste.

      Cette toute nouvelle réalité de la mort était, pour vos ancêtres éloignés, quelque chose qu’ils étaient initialement incapables de comprendre. Cela les rendait perplexes et les plaçait dans un embarras terrible. Les Annunaki ont exploité cette peur et leur succès a rapidement mené au monde dans lequel vous vivez.

      Appliquant ce succès fourni par ce mauvais usage de la "mort", les Annunaki ont ensuite implanté l’idée que les humains devaient les vénérer comme étant des “dieux” immortels. Cette réalité a, éventuellement, mené à des guerres, à des religions diverses , et à des haines illogiques qui ont divisé l’humanité depuis 8 000 ans. (Note du Webmaster: L'entité, qui selon les Bibles choisies, que l'on a choisi d'appeler selon divers vocables :Dieu , YHWH, Iavhé, Yahveh, Adonaï, l'Éternel, le Seigneur, Jéhovah, the Lord..., et dont le comportement est souvent inqualifiable Voir notre article : Elohimamer.html, faisait-il partie de ces Anunnaki? On est bien obligé de se poser cette question ...)

      Les Annunaki, vous manipulent et obligent leurs subalternes à appliquer des tactiques qui ne font qu’élargir ces différentes perceptions fabriquées. Le résultat, c’est que vous êtes pris au piège, dans une société largement au service des riches et puissants, au détriment des pauvres et des masses opprimées. Cette obscurité a produit un royaume qui contrarie tout le monde et ne laisse que quelques élus exploiter le pouvoir et les biens mal acquis accordés par les Annunaki. Cette réalité est présentement en retraite active, au fur et à mesure que la Lumière continue sa lancée avec son plan complexe de transformation de votre royaume, qui est plongé dans l’ignorance, vers un monde baigné dans les doux et purs rayons de la Lumière. Vous serez libérés de ce royaume faux et ombrageux et, avec l’aide des Cieux, vous irez dans un monde où vous pourrez, à nouveau, vous transformer en Êtres de Lumière pleinement conscients. !

      Dans cette nouvelle réalité, vous reprendrez votre position, en tant qu’Êtres vraiment souverains. Vous êtes alors constamment en contact avec votre conseil spirituel et avec votre communauté. Cet état continuel de connaissance est normal pour vous. Lorsque vous êtes en pleine conscience, vous accomplissez vos objectifs les plus élevés, ainsi que votre contrat de vie et vous pouvez résoudre tous les problèmes non résolus des vies antérieures. De plus, vous travaillez de très près avec les différentes Hiérarchies Spirituelles de votre système solaire, gardant chaque planète et votre soleil le plus près possible de la perfection, car vous et vos compagnons, vous pouvez collectivement manifester et permettre à la vie de prospérer dans tout le système solaire ! Votre mission est de remplir votre contrat de vie et de répandre la Lumière dans votre nation stellaire, la galaxie et, bien sûr, la physicalité. Vous partagez ce travail sacré avec votre groupe, votre clan et votre nation stellaire. Chacun de vous réalise l’immense joie que ce travail vous apporte chaque jour. Nous sommes ici pour vous conseiller dans ceci et pour vous voir vous épanouir dans ce que vous êtes vraiment !

      Nous vous bénissons ! Nous sommes les Maîtres Ascensionnés ! Nous vous apportons aujourd’hui quelques renseignements sur les événements qui se déploient dans votre monde. L’Organisation qui a dominé votre monde pendant des millénaires est sur le point de l’implosion, (c'était, rappelons le, il y a déjà 10 ans, et alors, c'est sans doute, bien pire maintenant). Les différents accords, que l’Obscurité a récemment été obligée d’accepter, constituent l’étape suivante. Au moment présent, cette organisation est déchirée sur la façon d’implanter ces différents accords. La confusion qui en résulte a créé de nombreuses factions à l’intérieur de la Cabale, et qui recherchent une nouvelle ronde de négociations. Cette approche est inacceptable, pour nos associés, qui ont demandé à la Fédération Galactique de démontrer à la Cabale, que l’intention de ces accords doit se manifester immédiatement. Ces accords impliquent qu’une nouvelle économie globale et un nouveau système politique doivent naître. L’Obscurité veut préserver quelques éléments de la réalité économique et politique présents. Le moment présent est alors le dernier moment possible avant que l’annonce formelle d’une nouvelle réalité, incluant la Divulgation, soit rendue publique et solennellement appliquée par tous !

      Durant les 13 derniers millénaires, nous avons observé l’Obscurité manifester des politiques pour détruire la Lumière et formellement vous nier vos droits inaliénables de souveraineté. Le moment présent ne fait pas exception. L’hésitation de plusieurs gouvernements sombres à signer les accords qui mettent fin à leur légitimité, n’est qu’une continuation de la conviction profonde qu’ils ont le droit de maintenir ce pouvoir. Nos frères galactiques et ceux de la Terre Intérieure se sont énergiquement avancés et ont expliqué, en termes très clairs, que leur intransigeance doit se terminer maintenant ! À présent, nous aidons les Cieux à manifester le réseau de notre nouvelle réalité. Cette tâche est complétée et nous utilisons les merveilleuses énergies Lumineuses qui émanent de ces nouveaux réseaux pour accélérer la grande transformation que vous expérimentez maintenant. Le temps du règne de l’Ombre en est à sa fin ! Un nouvel Âge de Lumière se manifeste maintenant pour Gaia ( La Terre) et ses enfants.

      Vous passez maintenant par les derniers grands stades de votre transformation. Par le passé, cette tâche sacrée n’était accomplie qu’après plusieurs vies passées à préparer le corps physique et le corps spirituel pour leur grande intégration. Une fois ce moment arrivé, vous pouviez faire usage de la vaste gamme de connaissances et de sagesse que vous aviez acquises. Chacun d’entre nous a passé par ces préliminaires très spéciaux avant d’accéder à l’immortalité. L’Esprit sait à quel moment vous êtes vraiment prêt à recevoir ce cadeau divin et il sait comment vous pouvez l’utiliser au mieux. Vous vous préparez présentement à ce qui nous a pris tant de temps à accomplir. Les Cieux vous ont accordé la grâce d’utiliser les Chambres de Lumière spéciales, qui peuvent compléter cette tâche sacrée en quelques jours seulement. Cette transformation prendra place dans un endroit également sacré, les cités de cristal d’Agartha. (Note du Webmaster : Voir à ce sujet notre article http://www.artivision.fr/Agartha.html )
.

      Aujourd’hui, nous avons discuté de quelques événements qui arrivent dans votre monde. Ce message a été présenté, de façon similaire, plusieurs fois auparavant. Nous faisons cela pour vous implanter une vision et pour vous fournir une base pour vos propres pratiques de visualisation spirituelles. Les temps approchent où une nouvelle ère d’illumination se lèvera sur la Mère-Terre. Sachez, Chers Êtres, que les ressources innombrables et la Prospérité infinie du Ciel, sont réellement vôtres ! Que cela soit ! Selamat Gajun ! Selamat Ja ! ( en sirien : Soyez Un ! Et Soyez Joie ! )


      Website :  Planetary Activation Organization

      Traductrice : Michelle.

    Fin de citation.


      Dur Dur... n'est-ce pas !!!, que ces propos, qui sont, selon nous bien sûr, d'un très haut niveau, et qui résument près de 23 ans en 2021 , de présentations de textes hors normes, du site ARTivision...

      Mais, étant donnés, les événements surprenants, qui se positionnent actuellement, sur Gaia, (La Terre), c'est à vous, qu'il appartient de juger tout cela, en connaissance de cause, même si le contexte évoqué s'oppose totalement, aux péremptoires affirmations, des mentors de notre SCA (Système Culturel Actuel).

         Vous avez cependant, nous l'espérons, bien noté cette phrase très écologique, politique, et populiste
, (nous en avons beaucoup d'autres, de même gabarit), du Maître Dratzo :

" Le résultat, c’est que vous êtes pris au piège, dans une société largement au service des riches et puissants, au détriment des pauvres et des masses opprimées."


        Chacuu est, bien sûr, libre de croire ce qui lui plait, et, disons une fois encore, que le site ARTivision, ne soutient aucun mouvement religieux, ou politique de quelque nature que ce soit. Son rôle, ne se résume qu'à presenter des textes et des images hors-normes, qui n'ont pas reçu, des médias ayant pignon sur rue, la diffusion et l'amplification, qui leurs revenaient de droit, à l'époque de leur sortie sur le marché.

       Revenons alors, avec cette optique, au cas du courageux, et hélas (très malmené par certaines autorités) du peuple des esquimaux, qui justement, dans ses traditions, d'autres révelations importantes, à nous faire., comme celles des les Tchoukises, déjà vue, plus haut.

       Partons d'abord, d'une source incontournable, en transcrivant le passage suivant du livre de 1960 (très peu connu), du Dr Raymond Bernard, intitulé Nuclear Age Savior : Flying saucers and the Subterranean World, paru en 1960, chez Health research-Mokelunne Hill, USA, et dont nous avons une copie moderne faite par kessiger Publishing's ISBN 9781162556628 :

  


    Cet ouvrage, est un simple opuscule de 65 pages, où R. Bernard nous dit que, les soucoupes volantes, sont apparues en grand nombre, après l'explosion de la première bombe atommique, pour en étudier les effets, car les gens de l'intérieur reçoivent obligatoirement par les ouvertures polaires, les effluves radioactives de nos désastreuses explosions nucléaires.

      A la page 7, on trouve ce passage très significatif concernant les esquimaux :




Retenez donc bien surtout la phrase clef : " When the Eskimos were asked where their forefathers came from, they pointed to the north. "

       Pour les puristes qui aiment remonter aux sources d'un document, il leur faut savoir que la traduction du texte anglais qui précède , se trouve pratiquement intégralement page 150, du livre de 1971 de Raymond Bernard " La Terre creuse" :


      Cet ouvrage, est on le sait, une modeste traduction, de l'ouvrage américain que Raymond Bernard a publié dès 1964 tel que :

  

, et donc en fraçais, on a:


      Le Webmaster du site ARTivision, qui aime retrouver la source d'un document, a cherché pendant prés de 40 ans, (quarante ans) , dans quel ouvrage R. Bernard, avait trouvé cette incroyable légende, concernant les esquimaux, qui pointent le doigt vers le Nord, pour indiquer leur origine...

      C'est ainsi, que nous avons même commandé, en, Juillet 2010, dès que nous avons pris connaissance de son existence, l' ouvrage sorti, aux Editions Flies France, en 2006 :

  

      N'ayant en effet, rien trouvé dans cet ouvrage concernant l'affaire des Inuit, qui prétendent venir du Nord, le plus haut, nous avons écrit à ce sujet à l'Editeur, et même à l'auteur Maurice Coyaud, dont un aimable internaute, nous avait trouvé l'e-mail, et hélas depuis lors, nous n'avons reçu aucune réponse, ni de l'un, ni de l'autre. Un jour peut-être à titre documentaire, nous publierons ces lettres. Nous vous laissons alors, le soin de juger ce manque flagrant de courtoisie, et le fait que cela dénote aussi, selon nous, bien sûr, une prétention inégalée, pour ces gens, de se croire être des as du savoir, concernant les esquimaux...

      Récemment cependant, nous avons eu le privilège d'entrer en possession de l'ouvrage de 1907, suivant :

  

      Et en page 180, on découvre alors :


     Traduisons très modestement, ce passage concernant l'origne des esquimaux :

" Ce peuple étrange n'a aucune idée de sa provenance. Il n'a même pas, comme la plupart des peuples primitifs, une légende indiquant sa provenance. Quand on questionne l'esquimau sur le sujet, il indique invariablement la direction du nord, sans avoir la moindre idée de la signification de ce geste. Il est plus que probable que ce peuple est le résidu d'une puissante race formée des plus anciens habitants l'hémisphère occidental... "

     De plus donc, si l'on sait lire entre les lignes, on voit là que, l'esquimau au lieu de faire de longues phrases ambigües, prèfère utiliser le même geste de ses ancêtres en pointant le doigt vers le Nord.

     Quoique l'auteur en pense, c'est tout de même une légende transmise de génération en génération. D'ailleurs l'auteur dit lui même, plus loin, que le dialecte de l'esquimau possède très peu de mots, 300 environ. Donc il n'a pas l'habitude de parler en l'air... Mais, c'est la phrase suivante du DR SENN qui nous intéresse grandement, et il faut la comprendre à deux niveaux : " sans avoir la moindre idée de la signification de ce geste ".

     Le premier niveau est que l'esquimau a oublié effectivement pourquoi il pointe le doigt en direction du nord, et le deuxième niveau, c'est le Dr Senn, lui-même, qui nous donne l'occasion de l'exprimer, car, croyant que sa culture intellectuelle est plus achevée, que celle de l'esquimau, alors il ne jugera pas utile d'approfondir la portée de ce geste insolite de l'esquimau, bien qu'il ait, entendu parler par de nombreux explorateurs de cette énigmatique Mer libre du Pôle, si bien déjà évoquée, plus haut.

      Il a donc, comme vous le voyez, loupé le coche, alors qu'il avait en main, les attributs tangibles,d'une énorme découverte ...

     Mais, ce 15 Avril 2021, comme disent parfois les anglos-saxons : "Let us make hay, while the sun shines" (faisons du foin, quand le Soleil brille), présentons une autre légende, du valeureux peuple esquimaux, dont voici quelques silhouettes :

  

  

, et peuple (voir plus haut), qui revendique bizarrement, être en provenance, de la région la plus proche, du Pôle Nord

      En effet, en fouillant, dans notre bibliothèque, nous sommes tombés un jour, très heureusement Hum, hum... , sur l'ouvrage intitulé en anglais (Copyright Souvenir Press Ltd en 1970) "Not of this World" de Peter Kolosimo, dont la traduction est en français nommée : "Archéologie Spatiale", paru en 1971 chez Albin Michel, dans la prestigieuse collection, hélas disparue : "Les Chemins de l'impossible". Voici donc côte à côte, ces deux ouvrages remarquables :

  

    Peter Kolosimo, né en 1922, journaliste de vulgarisation scientifique, et qui a côtoyé les savants Jacob Eugter, Hermann Oberth et Werner Von Braun, ainsi que des savants soviétiques, et il a reçu l'important prix littéraire italien "le Premio Bancaracella", qui le fit connaître dans le monde entier après la traduction de ses ouvrages en 8 langues européennes.

      Dans le livre de poche en anglais paru en 1970, on trouve en page 92, ce passage :


, et en français, un an plus tard, voici la traduction du passage précédent, concernant les esquimaux, et qui est en page 101 :


      Certains détracteurs, fiers de leur grand savoir officiel, pour noyer le poisson, diront vite fait, que l'auteur Peter Kolosimo a tout inventé, après avoir lu, beaucoup de romans de Science-Fiction...

      Disons alors, à ces zélés détracteurs, que ce passage concernant la légende des oiseaux de fer des esquimaux, se trouve dès 1960, dans l'ouvrage célèbre de Louis Pauwel et de Jacques Bergier tel que :

  

     Dans notre édition de poche, paru en France, en Décembre 1972 :

  

, nous avons découvert le texte suivant en pages 256 et 257 :

  
      Notez bien, que les auteurs, avouent avoir d'abord consulté le journal très côté , le New York Herald Tribune du 11 Juin 1958 pour sortir cette incroyable légende des Esquimaux ...

      Comme le voit, tout ce qui précède, nous montre une fois de plus, que la réalité, dépasse parfois très magistralement, la fiction..., encore faut-il avoir, la finesse d'esprit, de pouvoir percevoir, cette réalité sous-jacente, qui nous crève les yeux

      Nous attendons en effet, toujours avec ferveur, que nos cosmologistes officiels (Astronomes, Astrophysiciens,Directeurs et ournalistes de revues se consacrant à l'étude des choses de l'Espace et du Cosmos, mais aussi des ecclésiastiques de tout gabarit : prêtres, évêques, pasteurs, mollahs, grands rabbins, etc....
). s'expriment même avec une brève ironie médiatique, sur ce fait incontournable, qui caractérise l'astre Titan, super satellite de Saturne, tel que ::

Titanbleuefleche700.jpg
Disons alors cette extrordinaire découverte fut faite en exclusivité par le site ARTivision, dès Janvier 2005.
La NASA, et les astronomes ont presque tous, vu là, un petit nuage blanc de méthane.

      Mais un élève de sixième, assez attentif et vigilant, pourrait voir facilement, qu'il y a bien , une sorte de réverbération lumineuse, sur les couches de l'atmosphère de Titan, prouvant ainsi que la lumière du disque blanc, vient de l'intérieur de l'astre ...

      Mais, il y a bien mieux encore, , car sur le super site : https://www.gemini.edu/node/157, tout devient ( Et c'est bien le cas de le dire ici) beaucoup plus lumineux :


      Remercions alors une fois de plus, notre grande amie très inspirée, et vigilante Aurélia (http://www.unepetitelumierepourchacun.com) , d'avoir su, où capter cette incroyable image ...

      Mais, voyons aussi en passant, ces quelques images de la planète Saturme, elle-même, et images qui ne courent pas les rues, dans les colonnes de certaines revues dites de vulgarisation scientifique, prétendues, être dans le vent :


      Mais voici alors, le bouquet, pour cette photo très extraordinaire de MARS :


    Nous insistons encore ici, sur le fait, que la photo, ci-dessus ne vient pas la NASA, (qui vérouille et camoufle, toutes images hors normes, venant des sondes spatiales), mais du Griffith Observatory, de Los Angeles...

    Cette extraordinaire photo de Mars, a été prise le 31 Août 2003, par le "Griffith Satellite Observatory", lors de la fameuse opposition de 2003, où Mars, était alors au plus près de la Terre, à environ 56 millions de km.

        Mieux, voyez aussi cette image surprenante, où le pôle de Mars, brille majestueusement, et image tirée du n° spécial 6, de la revue CIEL et ESPACE, de 1993 :


       On reste muet de stupéfaction, devant cette casquette très brillante, et en relief de Mars, que ces spécialistes d'astronomie ont vite qualifiée, de calotte polaire glaciaire, qui brille sous l'effet lumineux disent-ils, de notre Soleil...

       Mais, ces spécialistes auraient peut-être, (en cherchant un peu, dans de vieux livres)
, pu tomber sur ce montage mosaïque, réalisé dès fin de Sept 1902 , par l'Observatoire Astronomique de Yerkes, appartenant à l'Université de Chicago à Williams Bay dans le Wisconsin :


     Traduisons grosso modo, le texte de l'image : " Vues de Mars prise à l'observatoire de Yerkes le 28 Septembre 1902, montrant, la prétendue la calotte neigeuse, se projetant au-delà du globe de la planète, ce qui exclut toute possibilité qu'elle soit faite de neige ou de glace."

    Voici d'ailleurs deux photos agrandies de ce super panorama :

  
Notez bien la brillance du Pôle, et cela dès Septembre 1902 .

      Et, une fois de plus, disons... à bon entendeur Salut..., et de plus, comme dans le célèbre film culte : "Le jour où la Terre s'arrêta" de 1951, dont voici, ci-dessous la superbe jaquette :


, nous attendons alors, avec ferveur, que nos éternels détracteurs, veuillent bien nous donner clairement, leurs explications pragmatiques, concernant cette affaire de lumières polaires flagrantes, et qu'enfin, au moins l'un d'eux, puisse répondre , à l'injonction finale du Maître Klaatu, juste à la fin du film :

" Nous attendons votre décision ..."


     Mais ce 19 Avril 2021, disons cependant, que cela fait un peu plus de 20 ans , que nous attendons, cette décision culturellement émancipatrice des cosmologistes attitrés, et de leurs consorts journalistes affiliés etc... et, c'est hélas, le silence du marbre des tombeaux, qui fait écho, à notre spécifique et pragmatique demande.

     Nous allons donc, passer ici, à notre troisième focus, tout aussi significatif que les 2 premiers :

Focus n° 3 : L'affaire du journal "Le Monde " du 10 Novembre 2004 : <

     Reprenons le texte entierqui a chacun le sait, pignon sur rue, en y ajoutant nos images personnelles, aux endroits adéquats

ASTRONOMIE

Le voile se lève sur Titan


LE MONDE | 09.11.04 | 14h24

      Les chercheurs décryptent premiers indices et clichés pris par la sonde Cassini, qui a frôlé la plus grande lune de Saturne fin octobre.

      Les scientifiques de la mission Cassini-Huygens respirent. En frôlant la surface de Titan, fin octobre (Le Monde du 29 octobre), la sonde américano-européenne a pu effectuer les premières mesures de la densité de la très haute atmosphère, à un peu moins de 1 200 kilomètres d'altitude." Le résultat est rassurant", juge François Raulin, professeur à l'université Paris-XII et scientifique nterdisciplinaire de la mission, en charge de l'exobiologie.

      La densité mesurée est en effet comparable aux prévisions des planétologues, prévisions qui ont servi à la conception d'Huygens, le petit robot qui doit se séparer de Cassini pour plonger, le 14 janvier 2005, dans l'atmosphère de la plus grande lune de Saturne. Or, si les premiers relevés de la densité atmosphérique titanienne avaient été radicalement différents, explique M. Raulin, "cela aurait été susceptible d'avoir des conséquences sur la descente d'Huygens".

      Si la densité de la haute atmosphère semble conforme aux attentes, les premières images de la surface de l'astre ont surpris les scientifiques, bien que seule une faible portion du sol titanien - environ 1 % - ait pu être photographiée. "Il n'y a pas les grandes étendues d'hydrocarbures liquides que l'on imaginait au début des années 1990", explique Athéna Coustenis, astronome à l'Observatoire de Paris et spécialiste de Titan. Dans les conditions de température (- 180 °C)(Note du Webmaster: Affaire à revoir totalement ) , et de pression (1,5 bar) qui prévalent à la surface de l'astre, des hydrocarbures simples comme l'éthane ou le méthane sont stables à l'état liquide. La théorie faisant de Titan, une lune presque entièrement couverte de telles mers d'hydrocarbures a ainsi longtemps tenu le haut du pavé.

     L'atmosphère de la planète, très dense et très brumeuse, a toujours rendu complexe le travail d'observations des astronomes. Ne pouvant "voir" directement la surface de la planète, ces derniers ont toujours tiré de leurs travaux des conclusions prudentes. Récemment, des observations menées depuis la Terre (Le Monde du 25 avril 2003) ont suggéré la présence massive de glace d'eau. Les derniers clichés de Cassini remettent cette hypothèse en question."La surface est beaucoup plus complexe que nous ne l'imaginions, avec des régions claires et d'autres beaucoup plus sombres, dont certaines ne sont vraisemblablement ni de la glace d'eau ni des lacs d'hydrocarbures, précise Mme Coustenis. Il va falloir trouver d'autres explications."

     Certains motifs géologiques intriguent également les scientifiques. De longues stries de plusieurs centaines de kilomètres de longueur et larges de quelques centaines de mètres seulement marquent en effet la surface de l'astre. "Ce sont des motifs que nous n'avons jamais observés ailleurs dans le système solaire, indique M. Raulin. Pour les expliquer, on peut supposer qu'il y a, à la surface de Titan, une couche extrêmement fine, un peu comme la coque d'un œuf, et assez relativement détachée de ce qui est en dessous." Cette croûte très hétérogène pourrait être constituée, poursuit M. Raulin, d'un mélange de glaces, de matières organiques et inorganiques agrégées sous forme de boues. En outre, le peu de cratères observés semble indiquer que la surface de la planète est relativement jeune. Pour François Raulin, cela pourrait signifier qu'elle est "régulièrement renouvelée". Ce qui suggère, dit-il, " un volcanisme à basse température".
     

CHIMIE ORGANIQUE COMPLEXE


           Les détails de l'atmosphère font également l'objet de toute l'attention des chercheurs. " " Notamment une sorte de nuage" - que l'on appelle ainsi, faute de pouvoir mieux le qualifier - qui ressembleà un système météorologique complexe, un vortex tournant autour du pôle Sud de la planète ... (Pour les internautes qui ne seraient au courant, voici 3 photos de Titan qui montrent ce disque extrêmement brillant en question): :

 


    Pour l'essentiel, la composition de l'atmosphère n'est pas remise en question : celle-ci est, comme le pensaient les scientifiques, très majoritairement (à plus de 95 %) composée d'azote - le gaz qui forme également les trois quarts de l'atmosphère terrestre. Cependant, le taux de méthane a pu être précisé. Il est fixé désormais à 2 % environ, explique Mme Coustenis. Quant à la présence possible d'autres éléments, elle est en cours d'étude. Dans la haute atmosphère, toutefois, poursuit M. Raulin, "nous avons eu la surprise de trouver des traces de benzène, ce qui n'était pas prévu par les modèles". D'argon pas la moindre trace, alors que les scientifiques le pensaient présent dans les hautes couches de l'air titanien.

      La chimie organique complexe à l'œuvre sur Titan a laissé espérer la découverte de traces de vie, en dépit de la faible température. La vie a pourtant très peu de chances de s'être développée à la surface de Titan. "En revanche, même si cela est très peu probable, on ne peut pas exclure la présence de vie dans la structure interne de la planète, dit M. Raulin. Car, selon les modèles, dans les couches profondes, à plusieurs centaines de kilomètres sous la surface, on trouverait un océan d'eau liquide mélangée à environ 15 % d'ammoniac." Si un tel océan existe bel et bien, le petit Huygens, lorsqu'il sera arrivé à la surface de la lune brumeuse de Saturne, n'aura, de toute façon, aucun moyen de le détecter. Quant à savoir s'il abrite de la vie...

      Stéphane Foucart

     

Quatre ans d'étude de Saturne et de ses lunes


      15 Octobre 1997. Lancement de la sonde américano-européenne Cassini depuis le Centre Kennedy (Floride) par une fusée Titan-IV.

      1er juillet 2004. Après un voyage de 3,5 milliards de kilomètres, l'engin entre en orbite autour de Saturne. D'ici le 1er juillet 2008, la sonde effectuera 76 révolutions autour de la géante gazeuse. Au cours de la mission, elle doit s'approcher à 52 reprises de 7 des 31 satellites connus de Saturne.26 octobre 2004. Cassini frôle Titan, la lune la plus importante de Saturne, et envoie ses premiers clichés. Elle s'approche à environ 1 200 kilomètres de la surface de l'astre.

      25 décembre 2004. La sonde doit se séparer du petit atterrisseur européen Huygens, qui évoluera seul pendant vingt jours.

      14 janvier 2005. Le robot Huygens doit plonger dans l'atmosphère de Titan et effectuer une série de mesures (composition de l'atmosphère, température, pression, anémométrie, etc.). S'il réussit à se poser, il transmettra des images de la surface de Titan, des mesures sur la nature et la composition de son "sol", etc.

      o ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 10.11.04


     De l'article précédent, extrayons alors, les propos suivants qui ont particulièrement retenu notre attention, et qui, bien sûr, nous prouvent que ce grand média français en question, a tout aussi magistralement loupé le coche cosmique , qu' ARTivision , avait très modestement, placé devant la devanture de sa maison dès le 17/09/2000, par le truchement de l'article clef incontournale :


     Les détails de l'atmosphère font également l'objet de toute l'attention des chercheurs. " " Notamment une sorte de nuage" - que l'on appelle ainsi, faute de pouvoir mieux le qualifier - qui ressembleà un système météorologique complexe, un vortex tournant autour du pôle Sud de la planète" ...

     Revoyons, une fois de plus, cette incroyable affaire :


Rappelons avec insistance, que cette découverte fut faite en exclusivité pa le webmaster du site ARTivision, dès Janvier 2005.
La NASA, et les astronomes ont presque tous, vu là, un petit nuage blanc de méthane.

      Mais alors, affirmons que, "ce nuage de particules de méthane ", a dû être chauffé à blanc, et ionisé sous forme de plasma, par un phénomène naturel inconnu
, pour nous fournir une luminosité d'une telle intensité, amplifiée magnifiquement dit-t-on par les rayons d'un Soleil, qui, on le sait, est très éloigné de Titan, de près d' 1,5 milliard de Km...

     Notez bien donc que Mme Athéna Coustenis, astronome à l'époque, à l'Observatoire de Paris et spécialiste de Titan, dit qu'elle ne sait pas comment qualifier ce disque extrêmement brillant, que l'on aperçoit au Pôle sud de Titan,(Bravo cependant pour le mot Vortex qu"elle utilise à très bon escient en la circonstance, et on verra plus bas, pourquoi !)

     Mais, il est peut-être aussi utile, de rappeler ici que, sur le site :


on trouvait alors en fin 2004, cette image :



     Et aussi il y avait ces propos très surprenants :

      "Un évènement particulier a été observé en octobre 2004. Le nuage du pôle sud est devenu extrêmement actif (Schaller et al., 2005) et a recouvert toute la région polaire. L'origine du phénomène et sa caractérisation physique sont encore largement inconnus..."

     Comme on le voit, il y a eu au moins un astronome, qui a pu avouer, son incompréhension du phènomène. Bravo, donc à cet esprit très ouvert.

      Que dire de plus si ce n'est que le journal "Le Monde et ses distingués coéquipiers de journalistes", ont aussi, comme beaucoup d'autres, loupé le coche, qui est passé pourtant, tout près d'eux.

      Ne trouvez-vous pas cela très bizarre ?

     Et c'est donc le moment ici, de reprendre à notre compte, la célèbre boutade du grand acteur que fut Louis Jouvet, qui nous disait si bien, dans le film de 1937 "Drôle de Drame" de Marcel Carné :

Moi, j'ai dit BIZARRE, BIZARRE ? COMME C'EST BIZARRE ...

et en parodie,, on dirait ici :
Vous avez dit BIZARRE ? Comme c'est ici, plutôt TITANESQUE ...

     Certains détracteurs zélés, diront vite fait, que notre parodie est grassement tirée par les cheveux, et qu'elle ne les impressionne pas du tout.

     Pour répondre à cela, nous dirons, qu'il est aussi, écrit quelque part, sur notre site que :

"Il n'y a pas de coïncidence et rien n'arrive par "accident" sur cette planète "
(Paroles souvent analogues à celles du Maître de Findhorn)

, et que même le vocable Titan, supporte une super énergie, liée bien sûr, à une vibration très particulière.

      Nous n'insterons pas ici, sur l'épopée pathétique, très connue du paquebot "Titanic " qui, on le sait, sombra lamentablement, après avoir heurté un iceberg, dans la nuit du 14 au 15 Avril 1912, entraînant dans la mort plus de 1500 passagers. On sait aussi d'ailleurs que ceux qui avaient construit ce navire, s'étaient vanté du fait, qu'il était absolument insubmersible, et que même Dieu, ne pourrait le couler .

     Mais, ce que beaucoup de bien-pensants ignorent, c'est que       Ce que l'on ignore, c'est que ce naufrage avait été décrit 14 années plus tôtt par un écrivain peu connu du nom de Morgan Robertson, et cela avec des précisions hallucinantes .

  L'ouvrage de Morgan Robertson est intitulé :"FUTILITY". Ce mot n'a même pas besoin d'être traduit et il se comprend tout seul et ne peut que trop évoquer la joyeuse fête qui ne cessa de régner à bord duran toute la durée de la traversée, fête qui est directement responsable de l'accident. Au fait savez-vous quel nom portait ce navire si pédestiné ?...

C'était : LE TITAN


     Voici d'ailleurs, les couvertures de deux traductions en français du livre en question :

  

     Pour en savoir bien plus, prière SVP, de rejoindre notre article, en date du 15/12/1998, et placé à http://www.artivision.fr/Titanic.html.

      Décidément les Maîtres de l'Outre-Espace savent manier l'humour, avec une maitrise tout à fait désarmante...

      A vous de juger maintenant tout cela documents à l'appui ...

       Mais allons ce jour, plus loin... Il n'y a pas si longtemps en effet, Super-hasard, est encore monté au créneau, car, il nous a offert l'occasion de visualiser un classique documentaire, concernant Titan, présenté, tel que nous le montre, le TV Mag du journal France-Antilles de 2019 :


     Ce documentaire qui, on le voit déjà bien, porte un titre ronflant bouffi d'orgueil, car les humains ont toujours besoin de croire qu'ils sont des conquérants de l'impossible , alors qu'en réalisté, ils ne sont que des enfants turbulants avides de compétitions entre eux, vis à vis d'autres intelligences très voisines de nous, ce documentaire donc, nous expose une entreprise réalisée par des équipes scientifiques américaines et européennes au cours de la mission spatiale de la sonde nommée Cassini Huygens.

     Voici donc quelques images significatives, et les interrogations qui s'y rapportent :


     Après 7 ans d'un voyage très périleux, la sonde Cassini Huygens , arrive aux abords de Saturne, pour nous monter, ces incroyages images, jamais vues aussi nettes.

  

     Puis, après la double traversée très risquée, des anneaux de saturne, c'est la satellisation autour de Titan, telle que :



     Puis les divers passages, auprès de Titan nous offrent les images surprenantes suivantes:


     En effet la première photo, nous montre une brilance notoire du Pôle sud :


     Mais lisons avec soin, ce que nous dit la scientifique suivante :


"... et puis, il y avait un détail assez extrordinaire qui montrait, sur ces images, que les pôles étaient plus brillants qu'à l'équateur... "

     Ceci pouvait s'expliquer disait-elle en substance, par des dépots organiques ou autres, qui empéchaient la luminosité de l'équateur.

      Notez bien, qu'elle parle des deux pôles, alors que les photos que l'on nous présente ici, ne concernent que le Pôle Sud. Jamais ce documentaire, ne nous a, en effet, montré cette image inouïe du Pôle Nord .


     Pourquoi donc cette scientifique, parle-t-elle de lumière apparue aux deux poles, alors qu'aucune photo du Pôle Nord, de Titan , n'a jamais été ni montrée ni commentée, dans le film en question ? A vous de juger !!!

     Il est aussi précisé, dans ce documentaire, que les scientifiques furent très étonnés de découvrir sur Titan, un cycle climatique très élaboré, avec évaporation, condensation, formation de nuages de pluie d'hydrocarbures, donc une géologie très dynamique, alors que l'éloignement de Titan du Soleil aurait dû en faire un astre froid dont la température oscille, autour de -180°, comme par exemple, ce spectacle glacé de Ganymède, aussi un satellite de Saturne :


      En effet, concernant Ganymède, certains scientifiques pense que : "Ganymède, est un océan formé d'une croûte, mélange de glaces et de silicates. Cette croûte n'est qu'une succession de terrains sombres, très fracturés, et de terrains brillants plus jeunes, séparés de façon assez nette par des bandes claires; On cherche encore à comprendre dans le détail, les mécanismes de cette transformation ".

     Voyons alors maintenant, quelques images radar de haute sensibilité, que nous a captées Cassini Huyens , sur Titan.


     Il existe certainement de puissants logiciels capables de transformer ces images radar, en paysages plus naturels. Mais là, rien de tout cela, ne nous a été présenté, et de plus ces paysages ne ressemblent pas du tout à des structures glaciales et neigeuses d'un astre, qui a une atmosphère épaisse et qui est pourtant à près de 1,5 milliard de km de notre Soleil !!!

      Mais, agrandissons cependant, l'image 3, où l'on voit nettement des blocs à côtés parallèles et orthogonaux, surplomblant une sorte de tracé bien rectiligne, que certains qualifieront vite fait de failles géologiques :


     Comme vous le voyez les mystères de Titan, existent bien et nous attendons bien sûr, que les spécialistes veuillent débattre, à leurs sujets, sur nos plateaux de télévision, dont les protagonistes, sont toujours à l'affut des scoops très médiatiques.

     Mais, pour en savoir plus, présentons maintenant, l'entrefilet suivant du très regrétté, France-Antilles, paru le 29 Avril 2017 :


     Et retenons d'abord les mots importants suivants :

     On découvre alors ici, que les 127 survols de Titan, par la sonde Cassini, ont pris fin le 22 Avril 2017, date importante, et on va vite voir pourquoi !

     On s'étonne alors franchement en effet, donc, que dans ces 127 survols, déjà effectués, (mises à part les photos bien conuues :


qui semblent être, n'est-ce pas, la même photo, présentée avec des couleurs différentes, exceptée celle à droite, qui est l'unique, que nous connaissons, du Pôle Nord de Titan)
, qu'aucune autre photo significative, n'est apparue, des vortex superbes nord et sud de Titan, (On devrait découvrir, si nous admettons grosso modo jusqu'à 12 photos rapprochées connues, comme celles qui précèdent, il en resterait alors près de 115, totalement inconnues et jamais montrées, dans les sites de la NASA, et dans les colonnes de la Presse spécialisée...) !!!

     Que sont donc devenus, ces 115 autres clichés fantastiques du pôle Nord et Sud de Titan, et photos qui, on le sait, nous interpellent, au plus haut point ?

     Il y a , bien plus qu'une anguille sous roche... n'est-ce pas !!!

      Que celui, qui a bien lu, ce qui précède, avec un esprit curieux et analytique, en tire l'envie, de vouloir en, découvrir davantage.


       À suivre...

       Fred IDYLLE.


    Article, dont le titre a été modifié, et mis en page le 24/03/2021, puis le 25/03/2021, puis le 27/03/2021. puis le 29/03/2021, puis le 31/03/2021, puis le 06/04/2021, puis le 08/04/2021, puis le 11/04/2021, puis le 13/04/2021, puis le 15/04/2021, puis le 19/04/2021.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil