Quand-des-cadors-de-la-Presse-vont-louper-lamentablement-le-coche-cosmique2
Consultations pour cet article :

ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision

fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :
http://artivision.eu
Pour entendre le fond musical de cette page, prière de cliquer ci-dessous :
fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire fond musical
puis cliquer sur "ouvrir", puis sur le "-"
Pour couper le fond musical, faire un clic droit sur le disque du bas

Pour connaitre le code des couleurs, prière d'aller, SVP, à :
Avant-propos.html



Quand, des cadors de la Presse, ont loupé lamentablement, le coche cosmique (Suite 2) .

     Averrtissement préliminaire :
     Cet article est la suite directe de la page :
http://www.artivision.fr/Quand-des-cadors-de-la-Presse-vont-louper-lamentablement-le-coche-cosmique.html , qui, elle-même, est la suite directe de l'article, tout à fait hors-norme, en 6 volets, du Web placé à http://www.artivision.fr/Quand-vient-le-temps-de-la-remise-a-zero-des-compteurs.html, article qui, malencontreusement, n'a pas reçu la moindre réponse, aux questions posées ces temps-ci sur le Web, et questions, qui sont pourtant, extrêmenment pragmatiques voire très prosaïques. et par exemple cela fait près de 12 ans en 2021 (voir notre article en date du 4/12/2009 :http://www.artivision.fr/Lumieresoit.html), que nous attendons, une réponse qui s'attache à l'image de la NASA, qui suit plus bas ...

      Les quidams dits cultivés, et autres consorts dits intellectuels contemporains, (journalistes et directeurs de chaines de télévision qui ont pignon sur rue, cosmologistes officiels, philosophes, psychologues, psychiatres et consorts assimilés, mais aussi ecclésiastiques de tout gabarit : prêtres, évêques, pasteurs, mollahs, grands rabbins, etc....), n'ont pas été capables de trouver, une seule petite réponse naturelle , -- que nous aurions en fait, joyeusement publiée ici -- à cette question pourtant très technique en rapport direct avec l'image suivante qui nous vient de la mission Apollo 17 en Décembre 1972 :


      Cette photo porte le n° AS17-137-20979, que l'on peut trouver sur le site quasi officiel :


      Et la question cruciale, qui se pose ici, est donc :

"Comment les pretendus astronautes Eugène Cernan et Harrison Schmitt ont-ils pu amener ici, la jeep lunaire, sans qu'elle laisse des traces, sur le sol ? "

      Mais comme aucune réponse n'est apparue au portillon, nous avons, il y a quelques temps, posé par dérision, une autre question après la sortie de notre article sur le vortex temporel, présenté dans notre article fantastique :


     En effet, on peut aussi alors se poser incidieusement, la question :

"Cette jeep a-t-elle pu ici, faire un saut quantique, dans le Temps ? "

     Bien sûr, nous avons beaucoup d'autres anomalies, de même gabarit, par exemple voici une photo venant d'Apollo 15 :

  

     Cela, est aussi une preuve absolue, qu'il y a eu, une magouille ahurissante, dans l'affaire très scabreuse, des Apollos de la NASA...

      Et donc, finalement, tant que ces Messieurs les irréductibles sceptiques, qu'ils soient haut placés ou pas dans l'Université, et tous ces médias et autres prétendus astronomes et scientifiques de tout bord, se tairont au sujet de cette affaire , et aussi au sujet des artefacts fantastiques, que l'on retrouve sur la Lune et sur d'autres astres de notre Système Solaire ... le site ARTivision, continuera à les pousser dans leurs plus petits retranchements, pour les forcer un jour à parler, et à dévoiler à l'humanité entière, que nous sommes bien des minus atardés, vis à vis de certaines intelligences, qui fréquentent, notre environnement planétaire depuis des lustres ... Point à la ligne ...

    Fin de l'avertissement .

    Mais ce 11 Mai 2021, revoyons avec soin, la phrase citée, dans ce volet précédent et tiré du volet : http://www.ascensionplanetaire.com/terrecreuse/tcRichardEByrd.htm, qui a disparu du Web comme par magie, et expression venant de l'amiral Byrd, et qui était telle que :

"J'aimerais voir ce pays derrière le pôle (Nord). Cet endroit est le centre du Grand Inconnu".

    Il faut savoir maintenant, que cette expression, (et les très nombreux écrivains et webmaster qui l'ont présentée, ont évité soigneusement, de dire d'où elle provenait), est tirée de l'ouvrage remarquable de 1959, d'un certain Amedeo Giannini :


      Ce chercheur Amedeo Giannini, qui prétend que des découvertes inouies, auraient été faites par des explorateurs des zones arctique et antarctique, de notre planète :

      Voici, en paritie, ce que l'on peut trouver en pages 13-14, de son incroyable ouvrage :


     En effet, la traduction du premier paragraphe, donne :

Février 1947 "J'aimerais voir cette terre au-delà du pôle (Nord).
Cette région qui est le centre du Grand inconnu
".

(Vice-amiral Richard E Byrd de la Marine de USA, avant ses 7 heures de vol au-delà du pôle Nord.)

     Hélas, nous n'avons trouvé aucune mention dans un journal américain quelconque, de cette expédition de Byrd, au Pôle Nord de 1947 (Mais un extraordinaire journal français du 6 Avril 1973 en parle).

     Voici d'ailleurs, une traduction du texte précédent de Giannini, (avec de petits plus) , et traduction qui se trouve dans l'ouvrage français du Dr R Bernard publié en 1971, chez Albin Michel :


     Et voic, la couverture de l'ouvrage très rare en question :


     Si Giannini ne ment pas, cette expédition a dû être Ultra Top-secrète. C'est pour cela, qu'à notre plus grand regret, nous pensons que Giannini, a commis , une grave erreur, et qu'il aurait dû absolument, mentionner la source de cette si surprenante déclaration de Byrd. Cette déclaration venait éventuellement de certains membres de la Navy, avec qui Giannini, était lié amicalement,, et qui lui ont interdi de citer ses sources, ce qui milite bien sûr, pour leur authenticité.

     Voici donc, une des rares photos de ce Giannini :


     Notons en passant, que nous avons parlé longuement de cet Amedeo Giannini dans nos articles suivants :



     Précisons cependant, avant de poursuivre, que nous ne souscrivons pas du tout, à la théorie fantasmagorique de Giannini qui, pour expliquer ses découvertes, a élaboré, à l'époque l'incroyable hypothèse, qui voulait que la Terre soit collée par les pôles, à un univers parallèle bien réel, et que cet univers serait lui même en relation avec un autre, et que cela se poursuivrait ainsi à l'infini ...Pour lui tout se passe à l'extérieur par une sorte de continuité physique de l'Univers.

     Giannini, n'a à aucun moment imaginé que la Terre pouvait être creuse, et qu'il y avait deux ouvertures aux pôles, permettant d'accéder à son intérieur.

      En essayant de décortiquer cet ouvrage très ardu à lire, il va s'en dire que nous n'avons pas pensé, une seule seconde qu' Amedeo Giannini, ait pu inventer tout cela, avec tant de détails précis, surtout à l'époque, où l'on ne plaisentait pas sur la rigueur morale.

      Mais, il s'avère cependant que les prémices des recherches de Giannini, qui sont à l'origine de son extravagante théorie, sont les mêmes qui s'articulent au départ de la théorie des "ouvertures polaires", et en particulier les déclarations insolites, (nous dit Giannini) de Byrd, et aussi et surtout, la découverte extraordinaire faite en 1928, par Sir George Hubert Wilkins, et découverte qui s'attache à l'exploration de l'Antarctique.

     Hélas comme vous le voyez Giannini, oublie de citer ses sources. Cela n'avait sans doute pas trop d'importance à l'époque, mais de nos jours c'est indispensable.

      Il ne précise pas du tout par exemple, où l'on peut découvrir la relation de cette incroyable découverte d'une terre au-delà du Pôle Sud, précisément ce 12 Décembre 1928, et c'est toujours ainsi dans son livre, où il parle de cette découverte. Donc si un internaute pouvait découvrir au moins l'entrefilet de l'Agence en question où l'on présente cette information, il aurait presque gagné le Gros lot dans cette affaire.

      Mais il y a mieux mieux. Voici un autre passage en page 53 :



      Laissons aux fervents de la langue de Shakespeare, le soin de trouver une traduction acceptable, à ce passage plutôt ardu et contentons nous d'en extraire l'essentiel :

" La découverte mémorable, le 12 Décembre 1928, d'une terre jusque là inconnue, au-delà du Pôle Sud, découverte faite par le capitaine Sir George Hubert Wilkins, exige que la science revise la conception qu'elle s'était faite depuis 400 ans du profil sud de la Terre : Dumbrova explorateur russe."


      Mille fois, hélas, encore une fois, ce Giannini, ne nous dit pas dans quel document, il a découvert cette extraordinaire déclaration de l'explorateur russe Dumbrova. En fait, notre grande amie Meriten, le 15 Avril 2009, nous a proposé le fait, qu'il s'agiraît très probablement plutôt, de l'explorateur et médecin romain Constantin DUMBRAVA (1898-1935) qui a monté en 1927, donc bien avant Paul-Emile VICTOR, une expédition roumaine à Angmassalik au Groenland, et qui passa une année chez les Inuit...Il a étudié avec soin la géologie, la flore, la faune, et écrit plusieurs articles qui sont parus en Roumanie, en France et aux Etats-Unis. Il a finalement épousé une américaine et s’est installé à New-York.

     Nous demandons donc, avec une très grande déférence, à tout internaute qui connaît parfaitement le russe et le roumain, de tout faire pour retrouver la trace de la super déclaration précédente, et les écrits de ce Dumbrava. Il n'est pas besoin d'insister ici, sur le caractère très important de cette recherche, car il y va d'une plus grande compréhension de notre planète et même sans doute, de notre système solaire.

     Aux yeux égarés de nos éternels détracteurs, cette découverte faite en Antarctique, par Sir George Hubert Wilkins, aurait pu passer pour de la très bonne Science-Fiction, si nous n'avions pas mis la main (aidé par notre bon ami canadien Sébastien), sur l'entrefilet remarquable, qui va suivre et qui confirme tout cela :



Puis surtout:


    Disons alors que SARASOTA, est une ville de la Floride, placée comme l'indique la carte suivante :


    Et voici donc l'entrefilet en question :

     Traduisons, à peu près, le contexte des deux dernières images :

Mardi 31 Décembre 1929 : SARASOTA HERALD : Au Cœur de la Socièté : Téléphone n° 2855 Page 7

Wilkins trouve une terre inconnue.

MONTÉVIDÉO. Uruguay 31 Dec.(AP)

     Les premiers effets des vols au-dessus de l'Antarctique du Capitaine Sir George Hubert Wilkins, furent révélés ici aujourd'hui par des annonces qu'il avait découvert auparavant une terre inconnue dans sa dernière expédition au-dessus de la calotte polaire glacée.

     A cet effet, le service radio gouvernemental annonça la réception d'un message en provenance du Vapeur Melville, qui véhicula l'explorateur jusqu'à l'île de la Déception, qu'il utilise comme tête de pont. Aucun détail ne fut transmis.


      Fin de la traduction.

     Que c'est curieux n'est-ce pas que tout cela !!!... A vous de juger donc...

     Mais concernant le Capitaine Sir George Hubert Wilkins il y a bien mieux encore, car Super Hasard, allait de nouveau marquer un grand coup, et voici un texte surprenant, qui a en plus, l'mage de la photo de Sir George Hubert Wilkins, et cela, sur un entrefilet du "Berkeley Daily Gazette", en date du 18 Novembre 1930 page 10, qui nous est tombé sous la main le 09/06/2013 au soir, dont voici l'url :




     On trouve alors dans cet entrefilet, une phrase ambigüe sans l' article clef "a"devant "new land" . On a alors "...and he was the first to discover new land, from an airplane".

     Ce manque de l'article tel que "To discover a new land" est très génant et -- c'est sans la Rédaction du journal, qui l'a voulu --, et cela on le sait déjà, a été aussi flagrant, dans ce super passage du "Miami Daily News" du 25 Juin de 1926 :


     Cependant, compte-tenu du contexte, nous sommes amenés à traduire cette phrase par : "Et il fut le premier à découvrir une terre nouvelle, à partir d'un avion ", en imposant "l'article une", qui cause un problème et en invitant les spécialistes de l'anglais, à nous donner leur précieux avis.

     Ce lapsus d'écriture, vient, selon nous, directement des reporters de l'Agence de Presse en question. (Agence hélas non mentionnée ici )
.

     Mais, en plus, on y apprend que Willkins fut " ..the first man to attempt to go under the ice of the North Pole in a submarine..." " le premier homme à tenter de pénétrer sous le Pôle Nord, à l'aide d'un sous-marin". Pour en savoir plus sur les péripéties dramatiques de cette affaire, prière de consulter notre article :


     Reste à savoir, comment il peut exister une terre nouvelle dans cette zone terrestre glacée et lugubre de l'Antarctique, couverte de neige à profusion, et où la température on le sait, tourne régulièrement autour de -50 °, ou même moins.

                Mais ce 15 Mai 2021, nous allons essayer de démontrer qu'en Février 1947, certains détails, que nous avons sous la main, tendent à prouver, qu' un vol du Vice amiral Byrd de l'époque, a bien eu lieu, au Pôle Nord, comme l'indique Giannini, dans son ouvrage (déjà présenté plus haut), tel que :


, et dont la traduction, nous est donnée, par le fameux livre de Raymond Bernard publié chez ALbin Michel en 1971, (déjà également présenté plus haut),
telle que :


       C'est en effet le 10 Novembre 2000, nous avons reçu par la poste d'un très aimable internaute suisse, le "Carnet de bord", attribué, au Vice Amiral Byrd, et correspondant à sa célèbre expédition du 19 Février 1947. (voir notre article placé dès le 21/12/2000 à : http://www.artivision.fr/incroyjournalByrd.html )

      Voici donc les 4 premières pages :

   >

  


et voici l'image d'une couverture significative, concernant ce mystérieux carnet de Byrd de Février 1947:


      On a dit alors que ce prétendu carnet de bord ( log en anglais) de l'Amiral Byrd, était apparu d'abord, en Australie en 1999, mais nous n'avons jamais pu en déterminer l'authenticité. D'autant plus que notre ami canadien Bob MOMER, parfaitement bilingue nous disait en Février 2004 ceci :

"Ce n’est certainement pas un homme comme l’amiral Byrd qui a écrit ce journal, car il est écrit dans un anglais douteux."

      N'étant pas plus royaliste que de roi lui même, le Webmaster d'ARTivision, a évité de parler de ce carnet de bord de Byrd, pendant des années...

       Mais comme la page transcendante placée à :


en parle plutôt positivement, nous sortons donc ce jour, quelques infos à ce sujet et on peut alors penser que les fautes de frappe en question sont dues à une mauvaise copie manuelle du texte secret d'origine, vite remis en place, dans un coffre fort bien caché.

      De très nombreux sites, ont aussi parlé de ce carnet de bord de Byrd de Février 1947, comme par exemple le site :

       Mais récemment, un ouvrage moderne qui présente une énorme découverte, faite dans des cavernes en Roumanie, et cachée au Monde entier, a aussi osé parler de ce journal de Byrd tel que :

  

  

       Mais, disons alors que nous n'avons trouvé, qu'une seule source d'information du côté anglo-saxon, qui confirme cette expédition de Byrd en Février 1947, au Pôle Nord.

       Elle nous vient de l'ouvrage du très grand spécialiste anglais de l'archéologie spatiale, Brinsley Le Poer Trench, dans son ouvrage de 1974 :

  

     C'est donc, dans l'ouvrage cité ci-dessus de ce Lord anglais, que nous avons découvert en pages 96 et 97, ceci :


     Et notre modeste traduction donne :

" Présentons le numéro n° 2, concernant Byrd .

     Palmer vit à Amherst, Wisconsin, États-Unis. Il a écrit que Nelsonville se situait à environ 3 miles (4,8 Km de chez lui, et là se situait maison de Lloyd K. Grenlie. Ce monsieur a vécu plus récemment à Green Bay, et il travaillait à l'Agence Fédérale de l'Aviation, avant sa mort, le 7 Juin 1970. Cependant, les membres de famille de Grenlie, était les voisins de Palmer. Selon Palmer, il est est important de le savoir, c'est que Lloyd K.Grenlie était l'homme-radio, de l'expédition de l'explorateur polaire Byrd au pôle Nord en 1926, et il le fut aussi aux deux pôles en 1929.

     " On a catégoriquement nié que Byrd ait été aux deux pôles en 1929. Cette année-là un film d' actualités a pu être vu dans les salles de cinema d'Amérique, qui décrivaient les deux vols, et on y voyait des photographies d'époque de la " terre au-delà du Pôle (nord) avec ses montagnes, arbres, rivières, et un grand animal identifié, comme un mammouth"

      Aujourd'hui, ce film d'actualités n' existe apparemment pas, bien que des centaines de mes lecteurs se souviennent, comme moi, de ce court film. Ainsi, j'ai mon avis personnel au sujet ce court-métrage et aussi l'avis de l'homme radio qui alla avec Byrd dans cette terre au-delà du pôle, et qui a vu les enregistrements de ce film, concernant cette terre inconnue, inexplorée, dont actuellement on nie l'existence"


     Palmer a déclaré que des centaines de ses lecteurs du magazine se rappelaient avoir vu aux actualités, le film zn question . "


     Fin de la traduction .

      Si donc Byrd a bien effectué deux vols en 1929 , dont d'une part, l'un au Pôle Nord, et d'autre part, l'autre au Pôle Sud , pourquoi ne ferait-il pas de même, en 1947 ?

     Alors Messieurs les journalistes, éditorialistes et consorts écrivains intrépides, si vous retrouvez des lettres écrites, de ce Lloyd K. Grenlie, quelque part, et qu'il y mentionne cela, vous aurez assurément touché le Gros Lot. A bon entendeur salut...

       Disons de plus, une fois encore, qu'il n'est pas besoin d'être un agrégé en philosophie, pour savoir que chacun situe son appréhension des choses et ses priorités, en fonction de ses préocupations immédiates. Mais il arrive souvent que quelques temps plus tard, (Il a fallu des siècles pour comprendre cette affaire des Elohim des textes bibliques), ces préoccupations se révèlent n'avoir été que des futilités, qui n'apportaient rien à la compréhension de notre environnement et à notre intégration dans la communauté humaine de cette planète en grande évolution.

     Par ailleurs, qui se souvient (historiens mis à part) du nom des fameux correspondants de guerre (comme on les appelait pompeusement à l'époque ), et de leurs articles plutôt ciblés, concernant les théatres de conflits, de l'Indochine, du Vietnam, de l'Algérie..etc... Ils avaient aussi pris des risques notoires, pour nous informer sur le vif, des faits conflictuels de l'époque.

      L'ingratitude du Temps est passée par , n'est-ce pas ? Et vous auriez bien raison de le dire.


      Cela signifie inversement que tous ceux qui ont traité les propos de Byrd, comme étant, une succession de banalités, s'en mordront les doigts jusqu'à l'os, quand la Vérité, éclatera au grand jour...

      Côté américain, nous avons aussi le fascicule :


    Et voici aussi la page 8, en négatif du début de l'article qui fait 14 pages sans compter l'Editorial.


où son Directeur Ray Palmer, fait allusion à un vol réalisé en 1947, par le Vice amiral Byrd , dessus du Pôle Nord, vol qui "apparemment", ne figure pas dans "L'Encyclopaedia Britannica", concernnant les voyages au Pôle Nord du Vice amiral Byrd de l'époque...

       Palmer a repris maintes et maintes fois, le fait que Byrd a bien survolé le Pôle Nord en 194, et en citant des rapports complets de sources à la fois de radio et de journaux, Palmer a donc décidé de partir "à la pêche aux informations" , pour ainsi dire, afin d'y voir plus clair. ( se basant, sur le livre de Giannini F. Amedeo "Words beyond the Poles" Vantage Pres New York, 1959 )

     Il demeurait donc tout à fait possible, que le Vice amiral Byrd, ait bien exécuté deux vols polaires en cette année 1947.

      Disons aussi, pour les puristes qui aiment retrouver les éléments de base d'une affaire, qu'il existe un ouvrage qui fait état d'un film de Byrd tel que :

     Enfin, il y a aussi le témoignage surprenant de Miss Dorothy E. Graffin, présenté dans le livre de l'écrivain anglais Alec Maclellan :

  

     Cette dame de New-York, dans une missive envoyée à l'écrivain F. A Giannini, prétend avoir assisté à la projection d'un film à l'époque, où il y avait, la séquence dite des actualités :

" Cette année (1929) un film d'actualités a pu être vu dans les cinémas d'Amérique, où l'on y décrit les deux vols. Ce film a également montré des photographies de journaux concernant "la terre au delà du pôle avec ses montagnes, les arbres, les rivières et un grand animal identifié comme un mammouth". Aujourd'hui, ce film d'actualités ne semble pas exister, bien que des centaines de gens se souviennent de l'avoir vu. Ils ont vu des choses enregistrées sur ce film qui prouve que cette terre inconnue, inexplorée, et actuellement non admise, existe."

     L'auteur dit que l'existence de ces actualités filmées, a également été confirmée dans un certain nombre de lettres de gens qui les avaient vues.

     Il va sans dire, qu'il est donc impérieux que l'on retrouve ces lettres, si elles n'ont pas été jetées négligemment, à la poubelle...

     Ces puristes ont aussi à leur disposition, une autre source d'information en la matière d'une revue française, qui a parlé egalement de ce film extraordinaire de Byrd :

      Voici donc, la couverture, de cette remarquable revue :


et dont voici à titre documentaire le sommaire :



où, l'on découvre un article concernant la Théorie de la Terre creuse, qui pour ARTivision, est parfaitement démontrée, noir sur blanc  , dans près de 100 articles et des poussières ... Point Barre.

      voici donc ce que l'on peut lire à la page 3& de ce super article sour la plume très éclairée de Monsieur Pascal Cazottes :

et concernant le film en question montrant les actualités de 1926 :


      On le sait maintenant, les recherches du Webmaster d'ARTivision, ont pu demontrer que cette lectrice du magazine "Amazing Stories", s'appelait Miss Dorothy E.Graffin, et vivait à New York.

      Alors, Messieurs les journalistes et consorts blasés, si vous retrouvez cette missive dans un petit coin, non seulement, vous aurez gagné le Super Gros Lot, mais en plus votre nom sera désormais, sous peu de temps, cité, dans les manuels d'histoire de cette planète.

     " Cette année (1929) un film d'actualités a pu être vu dans les cinémas d'Amérique, où l'on y décrit les deux vols. Ce film a également montré des photographies de journaux concernant "la terre au delà du pôle avec ses montagnes, les arbres, les rivières et un grand animal identifié comme un mammouth". Aujourd'hui, ce film d'actualités ne semble pas exister, bien que des centaines de gens se souviennent de l'avoir vu. Ils ont vu des choses enregistrées sur ce film qui prouve que cette terre inconnue, inexplorée, et actuellement non admise, existe."

     L'auteur dit que l'existence de ces actualités filmées, a également été confirmée dans un certain nombre de lettres de gens qui les avaient vues.

     Mais d'après ce qui suit, cette lettre aurait plutôt été envoyée à Ray Palmer, Directeur de la Flying Saucer's Review:

     En effet voici ce que l'on peut lire sur le site :


     "Magazine editor and publisher Ray Palmer stated that hundreds of his magazine readers recalled seeing the newsreel filmed by Admiral Byrd during his 1929 flight BEYOND the south Pole. It was shown that year in American movie theatres. Here is a letter from one of the magazine's readers: "Dear Ray Palmer,

     There still seems to be considerable controversy about Admiral Byrd's flights to the North and South Poles and what he saw in the interior of the earth at the South Pole, but nobody ever mentions the DOCUMENTARY FILM, WHICH BYRD TOOK ON HIS FLIGHT IN COLOUR, and which was shown in motion picture theatres throughout the United States soon after Byrd's return home. (My sister (Miss Dorothy E. Graffin), and I, saw this in White Plains, New York.)

     Byrd narrated this film himself and EXCLAIMED IN WONDER, AS HE APPROACHED A WARM WATER LAKE SURROUNDED BY CONIFERS, WITH A LARGE ANIMAL MOVING AMONG THE TREES, and what Byrd described as a 'MOUNTAIN OF COAL, SPARKLING WITH DIAMONDS'.. Sincerely,
".

     Et voici notre traduction approximative :

     "Éditeur de magazine et éditeur Ray Palmer a déclaré que des centaines de ses lecteurs de magazines se rappelaient le fait d'avoir vu les actualités filmées par l'amiral Byrd au cours de son vol 1929 AU-DELÀ du Pôle Sud. Ce film a été diffusé, cette année là, dans les cinémas américains. Voici une lettre d'une des lectrices du magazine:

"Cher Ray Palmer,

     Il semble toujours y avoir une controverse considérable sur les vols de l'amiral Byrd aux pôles Nord et Sud et ce qu'il a vu à l'intérieur de la terre au pôle Sud, mais personne n'a jamais mentionne le FILM DOCUMENTAIRE en couleur que BYRD a pris lors de son vol , et qui a été montré dans les salles de cinéma aux États-Unis peu de temps après le retour à domicile Byrd. (Ma sœur (Miss Dorothy E. Graffin) et moi, avons vu ce film à White Plains, New York.

     Byrd commentait lui-même ce film et exprima son émerveillement, comme il approchait un lac d'eau chaude, entouré par des conifères, et apparu un gros animal se deplaçant sous les arbres que Byrd décrit comme une "MONTAGNE CHARBONNEUSE", étincelante de diamants ».

Cordialement,
"

     Fin de citation
.

      Comme vous le voyez, il n'est pas mentionné dans quel document de Ray Palmer apparaît cette extraordinaire lettre. Il va sans dire, qu'il est donc impérieux que l'on retrouve ces lettres, si elles n'ont pas été jetées négligemment, à la poubelle...

      Quant au film en question, il existe certainement quelque part, et il est évident que le journaliste ou autre archiviste, qui mettra la main dessus, touchera bien plus qu'un gros lot de la loterie. Avis aux amateurs...

     Mais, le plus étrange nous attend au tournant, car c'est bien une revue française, qui va nous confirmer tout cela...

     En effet, ce 17 Mai 2021, le site ARTivision, va resortir son super joker, concernant l'explorateur polaire américain Richard E. Byrd (dont on évite soigneusement d'évoquer les extraordinaires découvertes, dans les débats télévisuels actuels, et l'on va vite comprendre pourquoi !)

     Mais, pour le novice ingénu, qui découvre à peine notre site, par cet article, faisons d'abord ici une importante digression :

     C'est en effet, le 24/02/2008, que nous avons mis en ligne, une sévère diatribe, d'un intenaute dont, la missive commençait ainsi :

To : Fred IDYLLE
Sent: Monday, July 21, 2003 4:01 AM
Subject :Pourquoi que du S&V comme source d'info ?
     Bonjour.

     Je suis tombé sur ton site en cherchant des informations fiables
sur la perception de l'environnement par les plantes. Je trouve le contenu du
site très intéressant, mais il y a un problème quand même.
     Jamais des sources sérieuses sont mentionnées (concernant au moins ce que j'ai vu). On ne voit que Paris-Match, Science & Vie,
Science et Avenir... Que des journaux à sensations, qui désirent
bouleverser le monde par leurs articles. Alors il n'est pas étonnant
qu'on trouve ce genre d'articles ici. Mais moi ce que je cherche, c'est du sérieux, j'ai envie de
convaincre du monde et pas forcément des gens qui y croient déjà un peu, il
faut donc des sources que l'on peut prendre au sérieux. Et je suis désolé mais
Science&Vie n'a aucune valeur dans le monde scientifique, et encore moins Paris-Match.....
................................................................................................................
     ....Parce que vraiment tous tes thèmes sont tous des
plus extravagants, alors où est le sérieux dans tout ça ???

Jérôme C........

        Le site ARTivision, a déjà stigmatisé sévèrement, ce comportement dans certains de ses articles et en particulier dès le 24/02/2008, dans notre vieil article : NostraMystere.html, (où se trouve la réponse, que nous avons faite dès la date du 22 jullet 2003, à ce Mr Jérôme C), et une fois encore nous précisons ici, que notre site, ne se préoccupe nullement, du prétendu caractère sérieux ou pas d'une revue, car somme toute, cela est très relatif, dans le temps, et l'espace , et ce qui est sérieux aujourd'hui, peut paraître totalement insignifiant plus tard.

    Vous avez du mal à croire cela n'est-ce pas !! Eh bien, nous allons faire ici, un exercice de ce que l'on pourra appeler un jour : "de la prospective culturelle d'avant garde significative".

        En effet, nous avons récemment souligné dans un autre article, que la célèbre revue, ayant grand pignon sur rue, "La Recherche", à la page 114 de son n° 335 d'Octobre 2000, avait stipulé ouvertement, le fait "que des touristes en croisière ayant trouvé, de l'eau libre de glaces au pôle Nord, comme étant tout bêtement,"la preuve indéniable de l'effet de serre et du rechauffement climatique de cette planète",..

        De plus, cette revue a remis cela sur le tapis, dans son n° 51 spécial Hors série, en Octobre 2012 , intitulé Les Dossiers de la Recherche. Les articles très atypiques d'ARTivision, démontrent que ces données inconscientes de la revue en question, sont fausses, et peuvent être classées tout à fait, dans ce que l'on appelle désormais des "fake news". Point à la ligne...

     A bon entendeur salut.

     Nous allons donc dans cet article, rendre un hommage bien mérité à la revue NOSTRA, considérée à l'époque par les bien-pensants comme ce monsieur Jérôme C , comme une feuille de chou dérisoire.

     Disons déjà de plus que c'est le 8 Sept. 1983 dans son N°586, que la revue NOSTRA a publié une de nos lettres, avec en plus la photographie de la "superstructure", du PM 1028, ce que n'avait pas osé faire le France-Antilles du 14 Février 1975. Plutôt que de parler en l'air, voici donc en premier lieu, la missive en question :


     Mais pourquoi ne pas placer aussi, ici, en deuxième lieu, ceci qui se trouvait déjà, 3 ans plus tôt, en page 8 du Nostra n°405 du 10 au 16 Janv. 1980


      On se demande d'ailleurs, comment il se fait, que nos scientifiques de France et de Navarre (les européens en quelque sorte), qui se disent à l'affût de la Lune, n'aient pas tenté de contacter au moins ces scientifiquesM.V. KELDITCH et A.P. VINOGRADOV soviétiques de l'époque, (s'ils étaient encore vivants ou bien leurs collègues plus jeunes), pour avoir directement accès à un dossier hors normes, dont ARTivision, posséde, bien sûr , certains éléments qui ne circulent pas encore dans le grand public.

     On se demande d'ailleurs, pourquoi des périodiques,dits haut de gamme, comme "le Monde" , "Science&Vie", "Science et Avenir", "La Recherche", ..etc..., n'ont pas publié à l'époque,, (à notre connaissance bien sûr, et nous publierons alors toute information à ce sujet), une seule ligne, sur cette conférence de presse scientifique soviétique. Il faut aussi remarquer que ce genre d'information venant des soviétiques, était chez Nostra, sous le regard scrutateur du savant atomiste, Jacques Bergier, l'homme phénomène, qui était un lecteur rapide hors normes, et cela en plusieurs langues, dont le Français, l'anglais, le russe, l'espagnol, l'hébreu, le tchécoslovaque, le polonais, l'italien et deux ou trois autres langues encore. Donc côté russe, il avait certainement quelques amis fidèles pouvant lui transmettre en "temps réel", des données sensibles.

     Pour en savoir plus sur Jacques Bergier et ses prouesses, qui ont mis mal à l'aise de nombreux bien-pensants de l'époque, prière de se reporter à notre article : http://www.artivision.fr/Nostramystere.html
     Pour les puristes qui aiment remonter aux sources, voici quelques articles de ce Jacques Bergier, parus dans la revue "Science et Avenir" des années 56 et 57 :

- n°111, Mai 1956, "Les travaux de Pontecorvo en URSS, pour découvrir l'anatomie du proton".
- n°112, Juin 1956, "L'oxygène atomique de la haute atmosphère, combustible des engins téléguidés de demain".
- n°114, aout 1956, "Quand l'industrie annexe l'alchimie".
- n°115, Septembre 1956, "Le 17 Septembre, la planète Mars ne sera qu'à 59 700 000 km de la terre".
- n°117, Novembre 1956, "Qu'est-ce que le feu ?".
- n°118, Décembre 1956, "Les dernières équations d'Einstein recèlent-elles les secrets de l'antigravitation ?".
- n°122, Avril 1957, "Les déchets des piles atomiques feront naître demain une radio-chimie".
- n°123, Mai 1957, numéro spécial "Les portes de l'an 2000", auteurs non différenciés (Pierre de Latil, Albert Ducrocq, Jacques Bergier, etc.) Présomption articles de JB : "Les hommes de demain raisonneront-ils avec des machines " et "Au-delà des usines sans hommes, la nation automatique".
- n°125, Juillet 1957, "La plus grande révolution de la physique depuis Einstein : le principe de parité s'effondre".
- n°128, Octobre 1957, "Des progrès décisifs dans la domestication de l'énergie H".

     Comme vous le voyez, ce savant ne se tournait pas les pouces à cette époque.

     Mais ce jour donc, nous allons ici, mettre vraiment, les points sur les Is, en vous présentant une affaire si extraordinaire, qu'elle ne peut, selon nous bien sûr,, avoir été élaborée, que que dans un monde parallèle de l'Outre-Espace , comme celui d'Alice au pays des merveilles ...

      En effet, nous allons sortir de nos dossiers, un incroyable document, paru autour du 6 Avril 1973 provenant de la revue hebdomadaire NOSTRA, nommée à l'époque, Nostradamus, et concernant les voyages de Byrd au Pôle Nord

Il est util aussi de avoir que le texte qui va suivre a été etudié très en détail en détail dans un ouvrage de Mr C. Faydit presenté ces temps ci dans le n° 111 de la revue Top Secret tel que :


      Inutile de préciser que tout cela, est du plus haut intérêt ...

      Voici donc, une petite partie, de la couverture de cette revue :

 


       Le format étant trop grand pour notre scanner, nous avons dû couper le document de couverture, et d'autre part, étant donnée l'humidité qui règne au pied du volcan où nous habitons, les convertures de cette revue ont été détériorées. Veuillez donc excuser, le manque de netteté des images :

        Nous allons donc devoir faire ici, une petite digression, qui consiste à présenter, l'affaire du très mystèrieux n° 52 , de la revue Nostradamus de 1973 de l'époque.

      Il faut d'abord savoir, que la revue "Nostradamus""L'hebdomadaire de l'actualité mystérieuse", (comme elle était présentée à l'époque) , avait le format (29-43), et dont le n° 1 (que nous possédons toujours) est du 13 Avril 1972, et elle a duré environ 10 ans jusqu'en Juillet 82. Elle s'est appelée Nostra à partir du n° 147 du 30 janvier 1975 format plus petit (20-28) .

     Mais après le n° 51, il s'est passé une chose bizarre, que nous n'avons jamais pu expliquer. Si n° 51 et 53, étaient tout à fait normaux (format 29-43), nous n'avons jamais reçu le n°52,, mais il est arrivé à l'époque une sorte d'ersatz du journal, de format plus petit (27-39), sans n° et sans date. Comme-ci la rédaction ou l'imprimeur avait eu un empêchement quelconque pour produire la revue normale. (Grève, rupture de stock etc..)

       Nous en avons déduit plus tard que cet ersatz représentait bien le n° 52, manquant, et que la date de sortie devait être, le 6 avril 1973.

       Pour tester cette affaire, lors de notre visite à la Bibliothèque Nationale de Paris, en 1992, (voir le document ci-dessous, prouvant cette visite) :


, nous aurions dû, demander au préposé de la BN, d' aller nous chercher, ce n° 52, de la revue Nostradamus de l'epoque, et surtout, il aurait été utile de bien noter son explication de ce préposé devant l'inexistence de ce n°52 .. Hélas nous avons oublié de le faire. Avis à l'amateur qui voudrait tenter le coup.

      Mais ce qui nous a amené à parler de cette histoire, c'est que justement le fait , ce n° fictif 52, possède >un article unique en son genre, pour l'époque et article qui nous interpelle absolument quant aux sources, qui ont servi à son élaboration.

      Mais voyez donc vous-même :



       Nous avons évidemment coupé la publicité de l'époque dans la deuxième partie de la feuille.

      Bien que les caractères soient encore lisibles sur ses deux images, pour ne pas vous fatiguer la vue, voici la digitalisation de ce document.

      "Richard Evelyn BYRD, Grand Chancelier de l'Ordre de la Fayette et de la Croix du Mérite, secrétaire perpétuel de l'Académie Fédérale de la Marine et des Sciences, n'avait jamais été aussi stupéfait. Le flegme légentaire des officiers de l'American Navy faisait place sur son visage à son étonnement qu'il n'avait pu contenir.

      Dieu sait pourtant qu'au cours d'une longue carrière d'explorateur polaire il avait subi de dures épreuves : il avait vu trop de ses plus fidèles compagnons, morts de froid et d'épuisement, immergés dans l'océan sauvage, une gueuse de fonte lestant leurs corps cousus dans une toile à voile, selon la séculaire coutume des matelots.

     Il avait supporté lui-même, jusqu'à l'inanition, la dure loi des expéditions en terres inhumaines loin des bases où la fraternité des amis aguerris réchauffait le cœur dans ce climat mortel.

     Mais là, avec deux quartiers- maîtres et un capitaine de vaisseau, il parvenait au bout de la surprise.

      - Je n'aurais jamais cru ça possible, Damned ! lança-t-il en jurant comme un vulgaire canonnier.

     De fait, même pour un marin américain que rien ne devrait étonner, il y avait de quoi être surpris.

     Richard Byrd venait de découvrir, au sein des glaces perdues au Pôle Nord, un véritable paradis terrestre !

     Depuis huit heures, il marchait sur la banquise, avec son équipe, escaladant les moutonnements chaotiques des glaces éternelles, dévalant de dangereux à-pics plus périlleux qu'un rocher vertical.

     Et soudain, du haut de la falaise blanche où l'équipe de pointe de l'expédition était parvenue au prix de mille dangers, le spectacle était inoubliable. Sous les yeux de Byrd médusé et de ses compagnons ahuris, s'étendait une longue vallée étroite et profonde, couverte d'une végétation luxuriante et apparemment baignée d'un chaud soleil permanent. Une véritable oasis de vie au milieu du grand désert de glace...

    D'un geste machinal, l'amiral consulta son thermomètre: - 58°! Son adjoint, le capitaine Fitin (nom d'emprun fictif probablement, pour cacher une identité sociale), nota sur le journal de marche:" Le 14 Juin 1926 à 74 m d'altitude à 12h 08 ". Les quatre hommes se mirent à dérouler les échelles de corde pour rejoindre la merveilleuse prairie qui s'étendait à une centaine de mètres en contrebas au pied de la muraille de glace au sommet de laquelle ils se trouvaient.
    Après une longue heure de descente, ils avaient changé de monde : une plaine où régnait une végétation prolifique et presque paradisiaque s'étalait devant eux. La chaleur douce et pénétrante (le thermomètre indiquait 19°8) les obligea à quitter leurs équipement d'explorateurs polaires. Sous leurs pieds, ils foulaient une herbe drue et grasse. A perte de vue, en croyant à peine leurs yeux , Byrd et ses compagnons apercevaient des petits ruisseaux coupant les herbages naturels, des lacs, des collines boisées. A 1500 m environ, ils virent une tache brune qui se déplaçait lentement. Jumelles braquées, Richard Byrd observa un animal massif au pelage brun qui entra lentement dans un fourré. Un animal qui ressemblait étrangement à un mammouth, placide et lourd comme ceux que l'on a rencontré en 1921 en sibérie centrale. Autour d'eux les gazouillis d'oiseaux et la stridence des cigales démontraient à l'evidence l'existence d'un climat subtropical.

    Hélas! il fallait borner là, l'exploration de ce jour. La fatigue de chacun, le manques de vivres, l'épuisement des accumulateurs de radios faisaient un devoir au chef du détachement d'ordonner sans perdre un instant le retour au campement de base.
    repartis sur la banquise, les explorateurs, un moment émerveillés, retrouvaient le grand silence blanc et la desolation du froid éternel. A leur retour, ils racontèrent leur découverte à leurs camarades restés au camp.

     Après une journée de repos tous voulaient retourner voir ce que l'amiral Byrd appela désormais le " paradis inconnu ".

    Malheureusement, il leur fut impossible de retrouver la vallée. Située pratiquement à quelques kilomètres du pôle géographique, dans la région même du pôle magnétique, il avait été impossible à l'ordonnance de l'amiral d'en effectuer le relevé des coordonnées topographiques.

    En effet dans cette region du globe terrestre , les boussoles deviennent folles et leurs aiguilles aimentées virevoltent sans jamais se fixer !

     Pendant des années dans son laboratoire de Boston, Richard Byrd, chercha à délimiter la position géographique de la vallée heureuse cachée au fond des glaces. Noatalgique du paradis perdu, il réalisa de nombreuses autres expéditions après s'étre entouré de toutes les précautions et de tous les détails qu'il jugeait indispensables..

    En 1929 il repartait de l'île Wrangel à l'estuaire nord de la Sibérie, avec la plupart de ses premiers accompagnateurs. Ce fut en vain.

    En 1936, sccompagaé d'Amundsen, il survolait sans résultat toute la banquise arctique avec les tout premiers hélicoptères. En 1947 encore, n'ayant pas perdu l'espoir de refouler â nouveau le merveilleux gazon du paradis polaire, il repartait avec un matériel ultra-moderne. Ce fut un voyage pour rien.

    Jusqu'en 1957, où il mourut brutalement d'un transport au oerveau, l'amiral américain n'a jamais retrouvé le paradis du fond des glaces...

    Et pourtant, sa découverte a été confirinée par un médecin de Los Angelès, le docteur Nephi Cotton. Celui-ci recueillit de l'un de ses patients un étrange récit. Le malade, habitant l'extrême nord de la Norvège, avait, avec un ami, entrepris une croisière en direction du pôle.

    Après un mois de navigation hasardeuse, entre les écueils et Ies icebergs, ils avaient atteint un pays où, selon leurs aifirmations, "la température était extraordinairement élevée" et "la flore était d'une richesse comparable à celle des pays tropicaux les plus fertiles".

    A plusieurs reprises, des expéditions quasi-clandestines furent organisées par des explorateurs norvégiens et anglais. Ce furent des tentatives stériles, car dans le voisinage du Pôle, les boussoles ne servent plus à rien et le hasard qui avait si bien servi Byrd n'a jamais consenti à aider ceux qui suivirent ses traces. Plus récemment et à trois reprises, les services spéciaux des grandes puissances du monde ont monté des explorations aussi couteuses que secrètes. Rien n'y fit. Au , désespoir des organisateurs, les barbouzes de l'ouest et de l'est sont revenues bredouilles.

    Le Paradis polaire garde jalousement son extraordinaire secret.

    Les survivants de l'expédition de 1926 rêvent encore de leur journée du 14 juin. Avec l'amiral Byrd, ils affirment qu'ils ne furent pas victimes d'un mirage ou d'une hallucination. Ils se bornent, devant l'incrédulité générale, à répéter, qu'un jour on saura bien retrouver la vaIlée perdue"
...

    Fin de citation

     Comme vous l'avez sans doute remarqué ce document est bourré de détails pointus que l'on pourrait vérifier. Mais il n'est pas signé, et surtout il n'indique pas hélas les sources utilisées pour faire l'article.

    Ce document précise clairement, que Byrd et ses compagnons ont bel et bien monté des expéditions sans doute secrètes au Pôle Nord en 1926, 1929, 1936, et surtout ce que l'on ne savait pas du tout, en 1947.

    Comme on y parle de Services spéciaux de grandes puissance et de barbouzes, nous soupçonnons le fait que ce texte, proviendrait du savant atomiste Jacques Bergier, qui, on le sait, faisait partie des Services Secrets Alliés de la dernière guerre. Il a d'ailleurs écrit, entre de nombreuses autres choses : Un Mémoire sur la détection électromagnétique des avions autour de 1939 et Le Manuel du parfait saboteur en 1943 .

     Mais, à part l'histoire du le docteur Nephi Cotton., et la photo de la Terre, qui sont directement tirées du livre (déja présenté plus haut), de R. Bernard "La Terre creuse" (A. Michel 1971):


, où donc Jacques Bergier (ou l'auteur inconnu), a-t-il pu trouver ces informations (qui ne courent pas les rues), concernant l'expédition de Byrd en 1926 et surtout les autres ?

     Mais, il faut aussi savoir ici, qu'une une partie de cet article a été reprise 7 ans plus tard, par MR Jean Brun dans le Nostra n° 425 de la semaine du 29 Juin au 4 Juillet 1980, tel que :


      Et voici, le début de l'article, en page 15 :


     En conclusion , une fois de plus, nous voyons qu'ici s'applique pafaitement l'adage : " L'habit ne fait pas le moine " , car en effet ce n'est absolumemt pas dans les revues bien assises et qui ont pignon sur rue, comme "La Recherche", ou "Science&Vie"... etc... que l'on aurait découvert à l'époque, un tel document, que nous avons la chance inouïe, de posséder,
, depuis 48 ans (en 2021) .

        Mais nous attendons toujours que les protagonistes journalistes et rédacteurs des chaines de télé et les consorts éditorialistes blasés des journaux de même gabarit, si souvent adeptes de discussions très animées sur la situation sociale en crise de la France, nous expliquent tant soit peu, les magouilles informatiques, réalisées sur les photos ci-dessous de la NASA du Pôle Nord



       Photo que nous avons trouvée, dès 2007 sur le site http://www.ruwenzori.net/earth/Earth_EMEA+Atlantic_1280x1024.html
     Mais qu'est-ce que peut bien être cette sombre sorte d'étoile de mer, au pôle nord ?

    Voyons cela, sous un autre angle :



    , et maintenant, de plus près :



    C'est très artistique et inouï à la fois...Que sont donc ces nuages noirs filiformes et qui se dirigent tous, vers un point central au dessus du Pôle Nord. A notre humble connaissance, C'est du jamais vu dans un contexte météorologique quelconque. Tout cela doit être , pour camoufler quelque chose...A vous de juger !!!

     Mais, justement, concernant cette affaire, sur le super site qui suit :


     , voilà, ce qu'on peut aussi y trouver :



      Mais, que veulent donc bien nous montrer, la superbe flèche rouge en question, et le cercle bien net, en son bout ?

       Mais , l'après midi du 10/10/08, en recherchant une information dans nos dossiers, nous sommes tombés sur un entrefilet de la revue TOP SECRET n° 33 d'Oct-Nov 2007. Voici donc de quoi il s'agit :



      D'abord, félicitons vivement notre ami Roch Saüquere, Directeur de la revue Top Secret, pour la belle formule littéraire suivante :

""...Ils"décident de ce que nous devons croire et penser "

      Il nous reste maintenant à nous demander, comment il se fait, que sur l'énorme étendue glacée et toute éclatante de blancheur de l'Arctique , on aperçoive cette insolite pastille noire et qui évidemment n'a jamais été expliquée, par les commentateurs du journal télévisé de LCI.

      Mais si nous agrandissons un peu, ce dique noir, cela nous donne grosso modo, ceci :



      On découvre alors qu'au bout de la flèche rouge, mise par nos soins, il y a une faible luminosité qui semble fuser à deux endroits, en-dessous du disque en question. N'y aurait-il pas alors au centre de ce disque, quelque chose de bien plus lumineux, que l'on cherche à cacher. A vous de juger toutes, ces incongruités !!

     Mais, ce 21 Mai 2021, avant de poursuivre les hallucinantes déclarations du très grand exp^lorateuramericain des pôles Richard E. Byrd, nous allons enfoncer le clou, encore plus profondément dans la complaisance aveugle, qui soutient l'inaction des "autruchards" , (mot inventé par ARTivision symbolisé par l'image telle que :


et image bien sûr qui caractérisent les quidams, qui hésitent en effet, à sortir ainsi la tête sous le sable, pour enfin voir et analyser méthodiquement, les documents très pragmatiques et irrécusables, que nous allons encore ptésenter, dans les lignes ci-dessous...)


      Annalysons donc pour commencer, si vous le voulez bien, l'image suivante :


     On y voit en troisième position, le film de de 1975 Kevin Connor, intitulé "LE SIXIÈME CONTINENT", que nous avions eu la grande opportinuté, de revoir 22 Février 2021, (Voir le premier volet de cet article). Ce film est encadré par un autre film du même gabarit (découverte d'un continent oublié), diffusé donc deux fois par la même chaine Famiz. Bien sûr les bien-pensant nous diront vite fait que cette occurence n'est pas significative, et que cela arrive régurlièrement. Mais ce n'est cela qui nous préoccupe ici, car c'est plutôt la présence du film en noir et blanc qui retient notre attention.

     En effet cela fait des lustres, que la Chaine "Ciné Classique" nous présente des films en noir et blanc, mais il ne lui est jamais venu à l'idée de présenter le seul film d'époque, qui décrit tant soit peu la situation actuelle de la planète Terre à savoir le célèbre film culte : "Le jour où la Terre s'arrêta" de 1951, dont voici, ci-dessous la version totalement refaite et masterisée :

  

       Et, nous le savons déjà, il est grand temps que les autruchards en question puisse répondre , à l'injonction finale du Maître Klaatu :


juste à la fin du film :

" Nous attendons votre décision ..."

       Pour ARTivision, c'est la décision, qui consiste d'abord à dire, si oui ou non le pôle sud de Titan, est un vortex lumineux, dont le flux vient de l'intérieur de l'astre ? Point barre...

     Revoyons, une fois de plus, cette incroyable affaire :


Rappelons avec insistance, que cette découverte fut faite en exclusivité
par le Webmaster du site ARTivision, dès Janvier 2005.
La NASA, et les astronomes ont presque tous, vu là, un petit nuage blanc de méthane.

      Mais alors, affirmons que, "ce nuage de particules de méthane", a dû être chauffé à blanc, et ionisé sous forme de plasma, par un phénomène naturel totalement inconnu, pour nous fournir une luminosité d'une telle intensité, amplifiée magnifiquement dit-on, par les rayons d'un Soleil, qui, on le sait, est très éloigné de Titan, de près d' 1,5 milliard de Km...

      Notez bien donc le fait que, Mme Athéna Coustenis, astronome à l'époque, à l'Observatoire de Paris et spécialiste de Titan, dit qu'elle ne sait pas comment qualifier ce disque extrêmement brillant, que l'on aperçoit au Pôle sud de Titan,(Bravo cependant pour le mot Vortex , qu'elle utilise à très bon escient, en la circonstance, et on sait maintenant, pourquoi)...
      Voici donc, tiré du journal Le Monde, dans l'édition du 10.11.04, les phrases clefs en question :

" Notamment une sorte de nuage" - que l'on appelle ainsi, faute de pouvoir mieux le qualifier - qui ressemble à un système météorologique complexe, un vortex tournant autour du pôle Sud de la planète" ...


      Nous allons donc démontrer ci-dessous, que la réalité dépasse souvent, de très loin, la fiction, même la plus effrénée, et que pour ARTivision, ce n'est pas du tout, un adage fantaisiste, et passe-partout, et nous allons voir ci-dessous pourquoi !

    Les mathématiciens chevronnés, ont inventé des concepts, tout à fait imaginaires, pour pénétrer dans des univers parallèles, qu'ARTivision, aime bien à mettre en relief, (voir notre article tout à fait hors norme : Le Temps c'est quoi ? ) . Ils ont inventé par exemple, i la racine carrée de -1 . Ils ont aussi élaboré le nombre réel e , qui est la base des logarithmes népériens, et le commun des mortels, se demandera assurément à quoi tout cela peut bien servir ? Et on va voir , alors que c'est , l'Esprit, qui structure son environnement matériel, et non l'inverse comme le pensent les matérialistes.

     Voici alors l'une des plus belles constructions mathématiques contemporaines , étudiées en Classe Terminale de nos études secondaires :



     Mais les choses merveilleuses, nous passent souvent sous le nez, sans qu'on s'en aperçoive, et l'on peut se demander, cependant s'il existe un seul ouvrage de Terminale qui présente, cette formule sous cet aspect merveilleux particulier, en précisant à nos lycéens surtout que c'est bien l'une des plus belles, qui existent à leur niveau ? Nous n'hésiterions pas alors à citer cet ouvrage ici même.

    Rappelons que cette expression, bien que comportant une donnée tout à fait imaginaire (i ), a été d'une très grande utilité, pour nous permettrepar exemple, de maîtriser l'utilisation du courant alternatif , qui éclaire si bien nos habitations...Surprenant n'est-ce pas ?

    Tout cela n'est-il pas en mesure de forcer notre admiration, et nous ne nous invite-t-il pas à la modestie et à lareflexion, plutôt que de nous croire des champions et des virtuoses de la Connaissance Générale actuelle

     Voyez maintenant, cet escargot, qui pullule, en ce moment, en Guadeloupe :


    Restons voulez-vous dans le même domaine, et regardons aussi, ces petits coquillages nacrés, que l'on aime à retrouver sur certaines de nos plages :

    
(Merci avec déférence aux Editions Exbrayat qui en page 42 de leur ouvrage "Coquillages", nous présentent ces magnifique animaux.


     Si l'on peut assez facilement actuellement reconstituer informatiquement en 3D, la structure hélicoïdale et logathimique très particulière, que représente les coquillages ci-dessus, on peut alors se demander incidemment, quelle pourrait être la géniale programmation, qui au sein des gênes chromosomiques de l'animal, a réussi à nous sortir naturellement, un tel chef d'œuvre ? C'est tout le mystère de la vie, qui, nous interpelle métaphysiquement.

    En effet, si nous supposons l'existence d'une géniale programmation à un certain niveau du vivant, comment ne pas s'interroger sur la nature de la Pensée cosmique, qui en est l'origine ? C'est là qu'intervient, disons le en passant, la recherche du pragmatisme sur ARTivision, qui est, on le sait, un site, mystico-rationaliste, (mot que vous ne trouverez dans aucun dictionnaire), et cela, signifie que dans ses exposés, ce site intégre pleinement ces textes dits transcendants, qui nous viennent d'entités dites ascensionnées, comme par exemple : Sananda, Ramtha, Dratzo, SaLuSa, Dorian, Soria, le Maitre de Findhorn , ...etc...

     Ces textes, pourtant, d'un très haut niveau de connaissance, ne sont jamais discutés, en public sur les plateaux des télés, qui ont pignon sur rue, et cependant, ces textes nous invitent à méditer sur le devenir de cette planète Terre, en très grande mutation.

     Ces MaÎtres dits ascensionnés, utilisent parfois le terme de La Source (mot aussi untilisé, par les Aliens , rencontrés par le spationaute non officiel, George ADANSKI, encore très vilipendé par les ignares) .

     Mais, il convient aussi en passant de découvrir les images récentes suivantes, qui présentent le dernier ouvrage de Mr Didier Van Cauwelaert: "Le pouvoir des animaux" :

  

     Rappelons pour le novice, qui découvre à peine notre site, que nous avons déjà présenté largement cet auteur qui a récemment aussi publié cet ouvrage, qui chiffone vraiment notre égo, souvent démesuré


     Décidément, cette Nature nous surprendra toujours plus, quand, on veut bien en analyser le fonctionnement, dont les prémices apparaissent assurément sous-jacentes, dans l'entrefilet capital suivant :


       Ce super communiqué de presse, n'est-il pas déjà, s'il en était encore besoin de le dire, une marche, vers l'avant-garde de la découverte du fait, prouvant que la Nature, n'est pas du tout un concept soumis aux tribulations d'un hasard aléatoire, comme on veut nous l'enseigner, dans nos écoles et nos universités.

     Mais, il conviendrait aussi, dans le même ordre d'idée, de découvrir le super passage qui suit, et qui est tiré de l'ouvrage extraordinaire de Joseph Whitfield, ISBN 9.782880.580674, publié aux Editions Vivez Soleil en 1991, mais aux USA dès 1983 sous le titre : "The Eternel Quest" :

  

        Il importe aussi de savoir, que c'est une très forte intuition, qui nous a invité à commander ce livre, que nous avons reçu le 25/07/2012 :

    Voici donc, en page 185, le sublime passage en question :


        Comme cela est...tout à fait surprenant...n'est-ce pas !!!, et la première conclusion, que l'on peut tirer de tout cela, est que la planète Terre est un organisme qui a tous les attributs d'un être vivant comme l'homme, et qu'elle en possède tous les flux vibratoires intrinsèques.

        Rappelons à nos braves puristes, qui aiment toujours aller au fond des choses, que le site ARTivision, dès le 8 Juin 1999, ( il y donc exactement déjà, 22 ans de cela en 2021), avait pressenti que le contexte du vivant, était bien plus extraordinaire, que ne sauraient l'imaginer nos meilleurs maîtres de la science-fiction : (Voir ci-dessous l'URL, de notre article clef, de l'époque), qui prouve absolument tout ce qui précède, au grand désarroi des mécréants zététiques, de toute nature :


      Cet article s'intitulait :

Intercommunications naturelles spécifiques
chez les êtres vivants, et retour
à la dimension cosmique de l'humain.

      Mais, après toutes ces considérations quasi philosophiques voire même mystiques,, revenons aux fantastiques déclarations de Byrd, qui ont commencé, on le sait, dès 1926, quand il s'est exprimé dans l'entrefilet du "Miami Daily News", du 25 Juin 1926, tel que :


et où, on le sait, Byrd a prononcé les phrases inouïes suivantes :


      Mais, en attendant la suite, nous vous invitons déjà, à découvrir avec grand soin, un certain plus, dans le début de ce document, encore plus fantasmagorique :


, que nous détaillerons la prochaine fois....

       Mais ce 24 Mai 2021, disons tout de suite, un très grand bravo, à l'internaute bien heureux qui retrouvera à la Bibliothèque du Congrès américain, ou dans une autre bibliothèque mondiale, ce document ou un autre du même calibre, sorti à la même époque, et document, (vu ci-dessus),, que l'on pouvait encore, il fut un temps, trouver sur le site que nous appelons : GoogleOldNews, et placé à l'url : Byrd-sur-le-Palm-Beach-de-1947, et Url, qui a disparu comme par enchantement, du site en question, et où, on pouvait y lire ce qui suit, dont nous vous présentons, pour une raison évidente, que le début :

     Nous avons souligné en rouge, les termes qui, ici, nous interpellent grandement .

     Traduisons, à peu près, le titre et quelques lignes, des paragraphes en question :

Byrd prédit qu'un huitième Continent sera trouvé dans les régions Antarctiques

Par Lee Van ATTA
Participant à l'expédition de Byrd dans l'Antarctique.

"L'amiral Richard E Byrd a exprimé l' intuition que son expédition, puisse dans les quatre semaines suivantes, faire " La plus grande découverte géographique primordiale du 20 siècle "- soit : un huitième continent."

     Donc ici, seule la croyance affirmée du Vice amiral Byrd, de l'époque,, nous intéresse ici , en premier lieu, car, en substance, ce dernier stipule , clairement ,à ce moment, l'existence "d'un huitième continent", qui pourra être ajouté à la cartographie mondiale
, après son expédition.


     Mais que signifie donc tout cela ?...

      Précisons d'abord, ce que l'on découvre au sujet des continents sur le site :



     Comme on le voit, il a bien 7 continents, et l'Antarctique est déjà un des 7. Alors comment se fait-il que Byrd, parle d'un "huitième continent"
qui existerait encore en Antarctique ?


     La seule façon , de comprendre ce langage tout à fait énigmatique, (voulu sciemment par Byrd, et qui a autorisé Lee Van ATTA à l'utiliser), est d'admettre, une fois pour toutes, que Byrd, ayant déjà, à plusieurs reprises pu pénétrer, (en quelques milliers de km) dans "l'ouverture polaire sud" (les guillemets ont ici une très grande importance). Rappelons aussi, que Byrd, l'a fait également pour celle du Pôle Nord en 1926. De plus cette fois, il croit avoir l'appui, de la puissante armada, de l'opération dite "High Jump", afin de pouvoir démontrer définitivement l'existence de ce continent, qui s'étend à l'intérieur de la Terre.

      Mais, ce jour,, nous voilà arrivés à la clef de voûte de cet article, qui consiste à épiloguer sur le vocable "Huitième continent", très maladroitement, utilisé par la Chaine ARTE, lors de son émission totalement dephasée suivante :


    En effet, pour ceux qui tout de même, douteraient de notre énigmatique propos, voici de quoi les mettre au pied du mur pour plusieurs raisons... :

     En effet si nous utilisons d'une part, les supers schémas :

  

     Le premier à gauche, est tiré de l'incomparable livre, de Marshall B. Gardner de (1920)

  


le deuxième à droite est tiré de l'ouvrage désormais incontournable (actuellement pratiquement introuvable en France, ou qui est très onéreux ), de R. Bernard " La Terre creuse", paru chez Albin Michel, en 1971 :



      De ces deux schémas, après quelques recherches , on en déduit que :

   Diamètre de la Terre : 12 756 km
   Superficie 510 065 700 km²
   Formule : 4 × p × R 2.
   Diametre Terre intérieure 12756 - 2600= 10156
   Rayon Terre interieure 10156 : 2 = 5078 km
   Superficie Terre intérieure : 4 x 3,1416 x 5078 x 5078 : 324038245,9776 arrondissons à : 324 038 246 Km2
   Superficie totale de la Lune : 37 895 642,64 Km 2 arrondissons à 37 895 643 km2
     Autrement dit, La Terre interieure, a 324038246 - 37895643 = 286142603 ... soit environ, 286 millions de Km2 en plus que la Lune, qui ne représente alors, sauf erreur, ( 1,169 %) soit 1,17 % de la Terre intérieure, qui est bien le "huitième continent", comme le préconisait le Vice amiral Byrd de l'époque ...


     Donc ce n'est pas la Lune, qui doit être un "huitième continent", comme le racontent les journalistes et les rédacteurs zélés, et autres propagandistes blasés de la Chaine ARTE, qui de plus, doivent maintenant, répondre, à la question suivante, qui concerne aussi les psychologues, psychiatres, sociologues, géographes, et consorts intellectuels affiliés
:

      Comment en effet expliquer, tant soit peu, (nous avons déja souligné cela plus haut), pourquoi le journal Palm Beach Daily News, en date du 9 Février 1947, que nous avions découvert dès le 23 Nov 2014, a entièrement disparu du portail GoogleOldNews, (https://news.google.ca/newspapers?), et qu'il en a été de même du journal Miami Daily News, en date du 25 Juin 1926, qui lui aussi avait, une déclaration fracassante de Byrd ?

      D'autre part, (on verra plus tard), il nous appartient de savoir aussi, qui fut donc ce Lee Van ATTA, qui savait tout sur les affaires polaires de Byrd ? C'est maintenant , qu'il faut chercher, des éclaircissements supplémentaires, n'est-ce pas ...! Et c'est à vous qu'il appartient désormais, de juger tout cela, documents à l'appui
, et encore merci à Super Hasard, de nous avoir permis de faire ici, un flash-back>, toujours utile, sur les déclarations insolites de l'amiral Byrd, qui a quitté ce monde, rappelons-le à toutes fins utiles, à 68 ans, au soir du 11 Mars 1957...

      Merci donc d'avance pour vos judicieux éclaircissements...

     Mais, ce 26 Juin 2021, nous allons reparler d'une affaire très médiatique, à laquelle, le célèbre exporateur Byrd a participé en 1955 , et , affaire qui intéresse l'humanité entière, et pourtant, nos diverses chaines de télévisions modernes, n'ont nulle part osé, faire le moindre petit reportage, la concernant...

        Pournovice ingénu, qui découvre à peine, ARTivision , disons que, le très grand explorateur des régions polaires Richard E. Byrd, est né le 25 Octobre 1888 à Winchester, Virginie, et il est décédé le 11 Mars 1957 (à 68 ans) à Boston... et voici quelques unes de ses photos :

  

        On sait alors , qu'il a fait des déclarations inouies concernant les zones polaires
, qu'il a explorées à diverses reprises, et déclarations que les bien-pensants actuels ont vite traitées légendes et d'hallucinations freudiennes.

       Nous allons donc ici, démontrer, une fois de plus, noir sur blanc, que les paroles de Byrd, doivent être épluchées, avec une très grande minutie, et nous allons alors, présenter maintenant d'autres documents irréfragables, à ce sujet ...
        Commençons si vous le voulez bien par cette incontournable et extraordinaire ancienne interview de l'Amiral Byrd par la Chaîne NBC le 24 Juin 1955. (Nous avions 16 ans à l'époque)

Quand Byrd s'exprime vocalement dans une interview télévisée

     C'est effectivement le 27 Juillet 2014, que nous avons reçu de notre ami canadien André, la missive importante suivante :

----- Original Message -----
From: André J.......
To: Fred Idylle
Sent: Sunday, July 27, 2014 7:35 PM
Subject: Admiral Byrd
     Rare interview télé avec ton copain Byrd et espérons que ça pourra être traduit très bientôt.


    Fin de citation .

     Pour ceux qui veulent en savoir plus, prière de consulter aussi, les sites d'époque :



     Et voici quelques images préliminaires de ce film remarquable :

    

     N'étant pas du tout familiarisé avec l'américain parlé, nous avons demandé à notre très aimable amie Nicole, (qui hélas n'est plus de ce monde. Nous lui dédions donc cet article), de nous en dire un peu plus, sur cette interview de Byrd, tout à fait rare et sans doute exceptionnelle.

     Et voici sa réponse :

----- Original Message -----
From: Nicole
To: fred IDYLLE
Sent: Monday, July 28, 2014 11:48 AM
Subject: Interview Byrd

         Bonjour cher Fred,
       Même quand on parle et comprend couramment l'anglais, il est très difficile de suivre la vidéo car Byrd n'articule pas bien, sa tête est tournée donc le micro n'est pas bien orienté - ils auraient au moins pu le cadrer un peu mieux - et avale la moitié des mots. Je trouve qu'il a l'air bien fatigué. J'ai bien réécouté la vidéo et effectivement au début, il dit :

"That there is a secret land mass the size of the United States that has NEVER been seen by any human being beyond the South Pole ."(Voir plus bas, notre modeste traduction ).

       Vous avez parfaitement compris le début du texte et à part cette phrase d'introduction il n'en dit guère plus, car il enchaine avec des considérations parlant des progrès matériels permettant des explorations plus faciles, grâce à des technologies de pointe et des avions plus puissants etc. Il dit d'autre part qu'il organise en effet une expédition pour établir des bases au Pôle Sud (Little America), et ils reviendront en Avril. Je pense, qu'il s'agit de l'Opération Deep Freeze en 1955-56. En effet, les préparations pour l'Année Géophysique 57-58, ont commencé à partir de Novembre 1955 pour se terminer en Avril 1956....

       ...Cette interview doit venir d'archives d'époque où les Etats n'avaient pas encore complètement essayé d'étouffer l'affaire, ou alors ils ont laissé échapper des documents involontairement (ou pas). Comme on dit: Nobody is perfect, on ne peut pas toujours tout voir, certains détails finissent pas faire surface. Comptons là-dessus.

       On peut quand même remarquer, qu'il ne semble pas en très bonne santé puisqu'il disparaît en 1957. La technique d'interview aussi semble pointer vers ces années-là. Ensuite il enchaine sur le fait que ce continent inaccessible, est un reservoir gigantesque de ressources minières en particulier charbon, uranium et autres minéraux qui suffiraient à approvisionner le monde moderne pendant très longtemps. Il parle aussi de la ruée mondiale vers le Pole Nord , qui est plus accessible sans autre commentaire, mais ne manque pas de faire remarquer que le Pole Nord (surface liquide) n'a pas le meme intérêt que le Pôle Sud qui est un continent.

       A mon avis il n'a pas voulu s'étendre sur sa vraie mission, probablement par prudence de toute évidence. Mais ses paroles sont bien là et ne prêtent pas à contestation. Donc apparemment il veut donner l'impression que ses expéditions n'ont pour seul but que la recherche de matières premières !!. On ne peut certainement pas lui reprocher sa prudence sachant à quoi il s'expose. Mais un fait est certain: cette vidéo apparaît un peu partout, de + en + de gens cherchent la vérité bien cachée mais un jour ou l'autre, elle sera officiellement dévoilée. Beaucoup de monde s'intéresse à la Terre Creuse, et un jour ou l'autre quelqu'un finira par apporter une preuve indubitable. Actuellement les populations mondiales sont sous pression médiatique pour des tas d'évènements montés en épingle sciemment pour occuper le terrain. Ce sont des manœuvres bassement politiques pour noyer le poisson. Si jamais on arrive à démontrer par a+b que la Terre est creuse, vous rendez-vous compte de la révolution qui s'attachera aux dogmes bien établis, car tout le monde va se demander... comment il peut y avoir un noyau solide dans une sphère creuse ? C'est bien là que le bât blesse, toute révélation contestant l'orthodoxie, révolutionnerait le savoir mondial et toutes les données pseudo-scientifiques qu'on nous a inculquées depuis notre enfance, et c'est pourquoi ils sont prêts à tout et freinent des 4 fers, pour empêcher cette révélation qui sonnerait le glas de leurs carrières et de leur crédibilité, donc une affaire de gros sous, car dans ce cas, ils ne pourraient jamais plus exercer.

       Peut-être que votre correspondant pourra vous donner plus de détails. J'apprécie beaucoup la suite de votre article en cours.

       Amicalement


       Fin de citation.

      Remercions donc d'abord ici, mille fois, notre amie Nicole, pour cette magistrale explication, qui s'applique admirablement à un document filmé d'une grande rareté, tout à fait incomparable, et où à l'époque, Byrd , osait encore avouer, l'existence d'une Terre inconnue en plein Pôle Sud :

"That there is a secret land mass the size of the United States that has NEVER been seen by any human being beyond the South Pole .".


, que nous pourrions traduire modestement par :

      "C'est qu'il y a une terre secrète, au-delà du Pôle sud, de l'étendue des USA, qui n'a jamais été observée, par un humain quelconque" .

      Vous avez bien noté nous l'espérons fortement le "a", de l'expression "That there is a secret land mass the size of the United States that has NEVER been seen by any human being beyond the South Pole ."

       Rappelons que l'absence de cet "a", avait causé ailleurs, un énorme problème de traduction (voir notre volet précédent : Les cadors 1, ou mieux encore ByrdDilemmeLexical.html) .

      C'est donc ici clair, net, et sans bavure... et, le site ARTivision, s'est efforcé de démontrer la pertinence de cette incroyable affaire et cela, dès Septembre 2000. A bon entendeur Salut...

       Bien sûr, il y aura toujours des bien-pensants, choqués par caractère glaçant, de cette affaire (non enseignée dans nos prestigieuses universités), qui diront t pour noyez, vite fait le poison, qu'il s'agit là, d'un montage cinématographique de journalistes en mal de publicité, et donc, pour contrer cet argument dérisoire , il nous appartient donc ici, de remontrer, (nous l'avons déjà fait dans de très nombreux articles, sans recevoir le moindre petit mot, à ce sujet), que justement, des scientifiques de haut niveau, se sont bien interrogés, à l'époque en 1946, sur la vraie quintessence , du montage de cette super expédition, High Jump, (1946-1947), de Byrd.

      En effet, il nous faut savoir que, la revue à vulgarisation scientifique, "Sciences et Avenir", de début Mai 1947 dans son n° 1, (que nous avons la très grande chance de posséder), se pose aussi des questions très justifiées à ce sujet.

        Voici d'abord une partie de la couverture de cette revue, qui à l'époque, avait pour dimension 40,5 cm et 29,5 cm, ce qui dépasse de loin, les capacités de notre scanner :


     Puis, voici le début de l'article, suivi de sa fin, où l'on s'interroge sur les vraies motivations de cette expédition :





     Vous avez, donc bien noté, nous l'espérons vivement, que, devant l'incroyable armada, (voir la super description de cela, de feu notre ami : Jean Anne; à notre article : High Jump par Jean Anne), mise en route, par l'expédition de Byrd, la revue Sciences et Avenir de Mai 1947, se pose effectivement la question de savoir, si cette surprenante expédition, "n'avait pas d'autres visées non avouées".

       Ainsi, les journalistes et les rédacteurs, socialement bien en vue, de la revue Sciences et Avenir, (il y a de cela 75 ans, en 2021), avaient donc, déjà en début Mai 1947, tout le loisir d'approfondir, dans leur propre revue, les phénomènes insolites, (si souvent mis en exergue, par ARTivision...), et phénomènes, qui se passent aux pôles de notre planète, et ses Messieurs ont aussi hélas, comme de nombreux autres, louper le coche en, ne tirant pas déjà, certaines des extraordinaires conséquences, qui s'imposent...

       Une fois de plus, c'est la sagesse populaire antillaise, qui nous dit :

"Sé vyé Cannari ki ka fè bon soup"
   Ce qui signifie :

"C'est dans les vieilles marmites, que l'on fait les meilleures soupes".

       Il semblerait donc, que ce dicton, s'applique parfaitement ici, à merveille, à ce plus vieil exemplaire de la revue "Sciences et Avenir", de Mai 1947 (qui aurait pu rejoindre depuis belle lurette, la poubelle, si les Maîtres des dimensions supérieures , n'étaient pas intervenus dans l'affaire, comme ils continuent, à le faire régulièrement).

     Mais, voici que ce 27 Mai 2021, nous recevons, une version où il y a un semblant de traduction, des propos de Byrd, et version que est placée à :


     Voici alors, le journaliste qui interroge Byrd :

  

     Et, il va alors poser à Byrd, qui l'écoute attentivement, la question très insolite suivante :

" Il y a-il des terres inexplorées sur cette Terre, qui pourraient attirer des jeunes américains aventureux ? "

  

(Merci mille fois à l'internaute béni, qui pourra nous traduire plus précisément, ces propos extrordinaires de Byrd)

      Et Byrd répond , en disant en substance, d'abord " Oh oui ..., il y en a et ça autour du Pôle Nord...
"

, puis aussi :
  

" ... Parce qu'il y a un monde là-haut et que l'on a découvert, dès lors, une région aussi grande que les EÉats Unis, qui n'a jamais été vue par un être humain... et c'est, je pense assez étonnant ... "


  

     Mais ce 28 Mai 2021, comme la situation se dégrade un peu plus en France - attaque terrible au couteau d'une autre policière, à ville de "La Chapelle -sur-Erdre" - )
, disons une fois de plus, que les informations, tout à fait hors normes, qui précèdent concernant BYRD, et qui ont été si souvent exposées, sur le site anti-suicide et anti-violence, ARTivision, et informations, qui, bien sûr, depuis des amnées, n'ont pas pu être contredites, étant donné leur pragmatisme, absolument, hors "fake news"), et pour remettre très philosophiqueent les points sur les Is, nous allons donc, une fois de plus, représenter, l'image surprenante suivante, qui nous plonge directement dans le monde de l'illusion, qui est à la base, de la plupart, des actions humaines actuelles :


      En effet, l'image fantasmagorique ci-dessus d'un artiste doué, qui chiffonne ici si bien notre compréhension du réel, nous amène à nous interroger sur les fondements de ce que nous croyons être notre réalité tangible. N'est-elle pas, à un certain niveau, tout aussi illusoire, que celle que nous présente ici, l'artiste en question ?

     Cet article d' ARTivision , sera donc une fois de plus, comme une sorte de causerie au coin d'un feu de camp, comme cela se passait autrefois dans les îles de la Caraïbe, avant l'arrivée du modernisme, et où les anciens transmettaient leur savoir aux plus jeunes.

     Mais avec l'âge plutôt, avancé de son Webmaster, , qui entraine une certaine sagesse ,bien modeste, le site ARTvision, (le seul site du néo-évhémérisme relativiste, de la région), va encore monter le niveau, de tout cela, en affirmant la validité notoire de cet adage, très insolite :

" Il n'y a de nouveau, que ce qui a été oublié."

     Peut-être alors, que l'on va mieux mieux comprendre, tout cela, en lisant, ce qui suit, tiré des versets, très sages, de l'Ecclésiaste
? (Que certains bien-pensants médiatiques ont lu, en diagonales, comme ils le font souvent, pour le site ARTivision )

     " On ne se souvient pas de ce qui est ancien; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard". Chap.1 vers.11.

      "Ce qui a été, c'est ce qui sera et ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera, il n'y rien de nouveau sous le soleil". Chap. I vers.9.

     Mais il y a encore mieux :

     "S'il est une chose dont on dise : Vois ceci, c'est nouveau! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés". Chap. I vers.10.


     Voici donc, des mots chocs , très surprenants... n'est-ce pas !!!


       Pour ARTivision, il est clair que celui ou ceux, qui ont écrit ce texte, étaient capables d'explorer ce que les ésotéristes appellent, les Annales Akashiques, où est enregistré, comme sur un immense disque dur, tout ce qui arrive dans l'Univers, comme le faisait si bien, sous hypnose le personnage, tout à fait hors normes, , nommé Edgar Cayce (1877-1945), et, étant donnée, l'importance de cette affaire, voici une frimousse, de ce dernier:

     Ou mieux encore :



    A bon entendeur salut...

       Le site ARTivision, a beaucoup insisté dans ses articles sur la relativité de la perception que nous pouvons avoir de notre environnement, perception qui évolue dans le Temps et l'Espace. Ce qui signifie, si lon sait lire entre les lignes, que nous sommes entrain d'évoluer dans un monde, où l'illusion, se taille la part du lion, et qu'il est grandement prétentieux de vouloir croire que par un système quelconque l'on puisse accéder à la vérité absolue, et que seul ce système est valable, et qu'il doit s'imposer à tous.

      De plus, nous pensons aussi enfin alors, qu'il n'existe aucune notion, ni loi politique ou autre, qui valent la peine que l'on tue pour elle, un être humain. (sous-entendu qui ne menace physiquement personne). Combien de gens sont morts pour la Royauté, pour l'Empire, pour la République, pour la Papauté, pour chaque dictateur de tout bord etc.. et que reste-t-il de tout cela maintenant ?

      De plus, nous avons souvent entendu ces derniers temps, le fait qu'un prisonnier après étre resté des dizaines d'années dans une geole, a été innocenté grâce à son ADN. Donc les tueries et les massacres qui émaillent notre quotidien sont totalement stupides


     Le site ARTivision avec un certain humour, a souvent essayé de mettre en exergue ce concept. L'humour en effet est, nous le pensons vraiment, absolument nécessaire pour montrer aux novices, les vérités sous-jacentes, qui se cachent derrière les mots, justement pleins d'illusion, que veulent nous faire avaler les médias asservis du Système qui part à la dérive...
.

     Par exemple l'image suivante est, selon nous, assez explicite pour montrer jusqu'où peut aller, notre attachement inconscient au matérialisme pur et dur, auquel il est très difficile de se soustraire.


     Nous pensons aussi que c'est aussi faire preuve d'une audace démesurée que de croire que l'on puisse facilement se détourner de l'illusion qui nous environne.

     Avec une bonne intuition (mais cela n'est pas enseigné dans nos universités), on peut, à la rigueur, dépister la désinformation, mise en exergue par les Conjurés de l'Ombre, mais vouloir maîtriser l'illusion , comme certains matérialistes le pensent, est selon nous pure vanité, et il en est de même de la Vérité, qui est reliée à cette illusion, comme nous l'avons souvent démontré sur ARTivision.

      En effet sur le site, la relativité des choses, est souvent mise en exergue, et c'est ainsi que l'on voit que l'illusion , nous guette dans bien des coins, et donc que l'on a intérêt à être compréhensible envers son prochain, s'il ne nous agresse pas et qu'il veut seulement mener une vie à sa manière qui n'est pas la nôtre.

      Mais voici un exemple historique notoire qui nous vient à l'esprit :

      Nous pourrions actuellement, avec bien sûr, l'aide d'un puissant ordinateur trouver les équations compliquées qui feraient de la Terre, un système central de référence vis à vis du Soleil, de la Lune et des autres planètes. Nous pourrions ainsi parfaitement prévoir les diverses éclipses et autres phénomènes cosmiques et dire ainsi fièrement que nous avons rétabli avec bonheur le Géocentrisme prôné par Ptolémée du 2ème siècle après J.C et dont le principal ouvrage intitulé l'Amalgeste restera, pendant près de 14 siècles, le recueil de référence pour les astronomes. Rappelons que Ptolémée était tout de même arrivé à prévoir certaines éclipses par la Théorie des épicycles, sortes de petits cercles décrits par la Lune, pendant qu'elle tourne autour de la Terre. Cette théorie du Géocentrisme fut combattue, on le sait, par Copernic en 1543. Mais le 5 Mars 1616, la sinistre Inquisition a mis à l'index le système de Copernic et a condamné sévèrement Galilée, pour l'avoir mis en exergue dans ses écrits. Et il est peut-être utile de rappeler ici, la nature du jugement en question, qui condamna le système de Copernic :

     "Le Saint-Office considère qu'affirmer que le soleil est immobile au centre du Monde est absurde, faux, hérétique, et nettement contraire aux Écritures. De même affirmer, que la Terre n'est pas le centre du Monde, qu'elle n'est pas immobile, et qu'elle tourne sur elle même, est une opinion absurde et erronée du point de vue théologique".

     Bravo donc à ce Copernic, bien que, chacun le sait, , qu'à son époque évidemment, il ne ne disposait pas d'ordinateurs pour élaborer ses équations et nous savons de plus ,qu' il n'avait pas pensé alors aux orbites elliptiques suivies par les planètes.

      Arrivé à ce stade, on peut se poser les questions : "Mais qui donc à raison ? et Qui est dans le vrai ? "

     Tout dépend, on le voit, du centre de référence, que l'on choisit. En prenant le Soleil comme référence, les équations étaient bien plus simples pour Copernic.

     D'ailleurs notre Soleil est lui même en mouvement, et se déplace, parait-il, en direction de la Constellation du Sagittaire, et l'on pourrait encore dans ce cas, trouver un autre centre de référence (en dehors de notre Soleil), qui pourrait rendre compte avec plus de précisions des évolutions alors hélicoïdales de notre planète Terre, au cours des milliers d'années.

     C'est pour cela que le grand Albert Einstein, dans un ouvrage intitulé "L'évolution des idées en physique", Editions Champ-Flammarion de 1993 (réédition ) , a fait cette déclaration étrange :

     "La grande découverte de Copernic réside dans le fait qu'il a transporté le système de coordonnées, de la Terre au Soleil. Mais, étant donné que le mouvement est relatif, et qu'on peut se servir de n'importe quel système de référence, il n'y a pas de raison de donner la préférence à un système de coordonnées plutôt qu'à un autre.".

     Ceci nous amène donc à penser que les systèmes politiques et civilisationnels, devraient mieux assimmiler cette notion fondamentale de relativité, si chère à ARTivision.

     Ainsi, on voit alors que toute exaction et massacres d'humains sur cette planete pour des idéologies passagères sont totalement dérisoires. et chacun saint maitenant , que la sinistre Inquisition, en l'an de grâce 0066ff>1600, n'a pas hésité à brûler vif, le philosophe Giordano Bruno, sur ordre du Saint-office, et comme on le sait l'Eglise catholique, (bien qu'elle ait voulu réhabiliter récemment Galilée , des siècles après), ne s'est jamais empressée de se faire pardonner, en canonisant , au moins ce Giordano Bruno
.

      Donc, sur le site ARTivision , on le sait dejà, il s'agit souvent de savoir lire entre les lignes, car certaines informations, sont à double sens, et dépendent du niveau culturel de son auteur. On sait d'ailleurs que ce niveau évolue en fontion du temps .

     En voici encore un exemple frappant et très culturel :

     Exemple sur le site :


, on présente ces propos très philosophiques : "La recherche de la vérité doit être le but de notre activité : c’est la seule fin qui soit digne d’elle " .

     C'est très bien dit, mais pratiquement, on découvre, par exemple, qu'à une époque, on croyait fermement comme vérité absolue :

Que la Terre était plate, (certains le croient toujours de nos jours) fixe et le centre de l'univers.

Puis, on a dit qu'elle est ronde.

Puis on a dit qu'elle tourne sur elle même et autour du soleil .

(et comme nous venons de le dire, Giordano Bruno, en a fait horriblement les frais).

Puis, on a dit qu'elle est aplatie au pôle, et donc qu'elle est un ellipsoïde de révolution.

Puis on dit, ces derniers temps, qu'elle est creuse, avec un petit soleil au centre.
(le site ARTivision, s'évertue depuis 21 ans, en 2021, à le démontrer)

Puis on dit désormais qu'elle est vivante, qu'elle inspire
par le Pôle Nord et expire par le Pôle Sud.
(voir notre article incroyable en date du 12/06/08 à :http://www.artivision.fr/Byrdsuiteplus.html )

................................et ce n'est assurérement, qu'un début .............................

     Donc pour ARTivision , il semblerait que la Vérité est comme l'horizon, que chercherait à joindre un novice, dans son bâteau. Il s'apercevrait, bien vite, qu'elle recule à mesure qu'il avance vers elle.

     Certains diront alors, qu'il existe des certitudes bien démontrées, aussi bien, comme le disaient nos parents que "deux et deux font quatre". C'est en effet vrai, mais toujours à un certain niveau, car chacun sait que nos ordinateurs, eux n'utilisent pas dans leur calcul, le système décimal, où cette vérité s'applique, mais le système binaire, qui ne connaît ni le quatre, ni même le deux, et cette assertion "deux et deux font quatre", se traduit dans ces machines par "10 et 10 font 100". Donc, même à ce niveau élémentaire, les choses ne sont pas si évidentes . Point à la ligne...

     Mais en ce mois de Mai, qui symbolise souvent en France, une certaine renaissance printanière, il nous semble utile de placer ici quelques mots plutôt renversants, du Maître de Findhorn, véritable transfiguration transcendante, faite par ARTivision, des propos d'une entité cosmique, qui s'est exprimée dès 1986, par le canal d'Eileen Caddy (Opening doors within) :

     Voici donc cette méditation tout à fait hors-norme, en date du 24 Mai passé
, de ce Grand Maitre de Findhorn, dont, on nous en dit, bien plus, sur le site http://www.messagescelestes-archives.ca/relie-plus-petit-plus-grand-univers/
     Sors de ton petit trou et élargis ta conscience, et réalise
qu'il n'existe pas de limite

Il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas voir plus loin qu'eux-mêmes
ou le groupe ou la communauté où ils vivent.

Ils sont tellement liés par des petites choses mesquines
qu'ils ont de la difficulté à grandir de quelque manière que ce soit.

C'est là que d'immenses changements sont nécessaires,

et au plus vite.

Ne sois pas satisfait uniquement par
ce que tu peux comprendre
,
mais sois prêt à aller plus loin, à oser aller là
où tu n'as plus pied
et à faire ce qui est apparemment impossible.
C'est ainsi que tu progresses.
Accepte d'être étiré jusqu'à être sur le point de craquer, et encore plus loin !
Vis aux confins de quelque chose
de complètement nouveau
.
Ne crains pas le nouveau et l'inconnu,
mais fais simplement un pas à la fois
dans la confiance et la foi absolues
,

en sachant que chaque pas te conduira vers
Le Merveilleux Ciel nouveau ,

La Merveilleuse nouvelle Terre .


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 24 Mai, après adaptation d'ARTivision.


       Curieux n'est-ce pas !!, que ces, très audacieux propos, jamais commentés par les médias en vogue, et pourtant toujours à l'affut du moindre petit scoop dérisoire , et propos qui confirment parfaitement, cette affaire de Vérité , exposée plus haut, et, ce ne sont pas du tout, des paroles dites en l'air, car voyez aussi en partie, ce que nous dit encore, ce Maître de Findhorn au, 17 Octobre :


"...Donc, ne te limite d'aucune façon,
mais sens que tu t'élargis et t'élargis,
en assimilant de plus en plus de choses.
Tu n'atteindras jamais les limites,
parce qu'il n'y en a pas.


      Les Fils de Bélial (c'est ainsi que les nomme Edgar Cayce) , vont desormais mordre la poussière lamentablement. Chacun sait en effet,, qu'ils ont caché, et fait main basse, sur les extraordinaires révélations d'ARTivision, comme par exemple, cette construction gigantesque, placée sur la face cachée de la Lune, et située environ à 27° de latitude Nord et 235 ° de longitude Est, telle que :


dont 2 agrandissements élémentaires donnent :


       Mais ce n'était qu'un début, car ils ont aussi caché, la découverte d'une civilisation très avancée par rapport à nous, faite, à près de 3 km sous la glace de l' Antarctique, dont voici, une représentation très expressive :

(Voir plus de détail à notre article ;Affaire-découverte-en-Antarctique.html) )

       En effet, on nous cache cela, car on le sait bien, "il faut diviser pour régner", et la révélation de cette découverte , pourrait amener les va-en-guerre et djahadistes bornés actuels, à embrasser leurs frères humains, qu'ils massacrent régulièrement avec les armes qu'on leurs distribue en douce facilement.

      Il en est de même, de l'incroyable civilisation, découverte récemment dans des cavités énormes de la montagne de Bucegi en Roumanie, et dont parle l'ouvrage de 2016 cidessous :
:
( Et, il y a beaucoup d'autres découvertes de même nature)

          Alors Messieurs, les rieurs sous cape, continuez à vous tordre d'hilarité, il ne vous reste que très peu de temps pour cela...

     Mais, ce2 Juin 2021, il nous appartient de sortir, un autre texte tout à fait renversant, qui emboite parfaitement le pas à la célèbre incroyable interview, vue plus haut concernant, l'Amiral Byrd, par la Chaîne NBC le 24 Juin 1955, et dont voici une fois de plus, l'image très significative et irréfragable , et que les plateaux de télé:, ont évité soigneusement de montrer au commun des mortels, pendant près de 66 ans (en 2021 bien sûr):


     Pour les puristes, qui aiment discuter d'une affaire, en ayant des documents basiques sous la main, voici alors un autre document très important, où le Vice-amiral Byrd affirme aussi, qu'il a bel bien pénétré, en 1947, en la région du Pôle Sud, dans une zone totalement inconnue de nos géographes.

    Ce document se trouve dans le Sélection du Reader's Digest, de Janvier 1956, publié pour les USA à Pleasant ville N.Y, et aussi publié pour le Canada, la Grande Bretagne, et l'Australie etc...,, et revue que nous avons eu, la très grande chance, de trouver ici-même, en Guadeloupe, à 100 m de chez nous, chez "une tante", qui venait de décéder en 1984. (Les rationalistes blasés, auront encore bien du mal, à expliquer cette nouvelle coïncidence, d'autant que, quelque mois plus tôt, nous avions aussi trouvé, à 600 m de chez nous, dans une vieille malle, l'incroyable ouvrage de 1877, " La Mer Libdre du Pôle " de l'américain, Isaac Israël Hayes ) déjà présenté plus haut, tel que :


    Pour les puristes, en question, (qui pourraient avoir la chance inouïe, de trouver cette revue dans une brocante ou vide-grenier), voici la photo des deux couvertures :

  

     Faisons ici, en passant, une certaine et bien utile digression :

    En effet, certains bien-pensants, et consorts intellectuels complaisants, ayant sans doute vécu en France, comme nous, les événements de Mai 68, vous diront d'emblée :

" Oh là ...cette revue bourgeoise m'indiffère, grandement".

        Le site ARTivision, a déjà stigmatisé sévèrement, ce comportement dans certains de ses articles et en particulier dans NostraMystere.html, et nous précisons, une fois encore ici, que notre site, ne se préoccupe nullement, du prétendu caractère sérieux ou pas d'une revue, car somme toute, cela est très relatif dans le temps et l'espace, et, ce qui est sérieux aujourd'hui, peut paraître totalement insignifiant plus tard.

      Revenons maintenant à l'affaire extraordinaire du Sélection du Reader's Digest de Janvier 1956.

      Et voici alors donc, une image de la première page, de l'article en question :


      Dans cet article, on découvre que Byrd, nous parle en page 8, de l'opération Deep Freeze de 1955-1956, mais aussi plus loin, de l'expédition célèbre High Jump, 1947-1948 , et opération qui, on le sait, a suscité d'énormes controverses, et dont, nous reparlerons une autre fois.

      C'est alors, que Byrd, nous fait ici, la déclaration tout à fait hors norme, suivante :


      Relisons bien, avec une attention très soutenue, cet incroyable texte :

      " Pour la première fois, nous possédions une image assez nette de la configuration du continent austral, mais il subsistait au-delà du pôle, une région aussi vaste que les États-Unis, entièrement inconnue, et dont il n'existait aucune carte... "


      Bien sûr, Byrd, ne parle pas ici de la découverte d'une quelconque végétation, mais vous avez bien noté le terme "au-delà", et non "autour" du pôle, ou "après le pôle", ou encore "derrière le pôle". L'expression "au-delà du Pôle", nous l'avons souvent dit dans nos articles, nous fait plutôt penser à une contrée bien à part, et qui n'a pas, les mêmes particularités, que celles que l'on trouve autour du Pôle.

      Mais, comment peut-il exister "au-delà du Pôle", une immense région, surtout "inconnue", alors que chacun s'attend à n'y trouver, à perte de vue, que des étendues glacées et neigeuses très caractérisées ?

      Il ne faut jamais oublier (nous l'avons aussi souvent exprimé dans nos articles) que Byrd, était un militaire de haut rang, et qu'il était évidemment astreint, à une stricte obligation de réserve, à laquelle, il ne pouvait se soustraire, même à la retraite.

     Bravo donc, à cette revue "Sélection du Reader's Digest", de nous avoir dès le début de 1956, mis aussi, en alerte sur des événements surprenants, arrivés sur le continent Antarctique...


      Mais, dans cet incontournable et stupéfiant passage, du Vice-amiral Byrd, vu ci-dessus du Sélection du Reader's Digest, de Janvier 1956, Byrd, fait aussi allusion à, l'expédition célèbre "High Jump", de 1947-1948 :


      Ce que Byrd, ne dit pas ici, c'est que cette expédition avait un caractère militaire, et de nombreux internautes se sont demandés, à juste titre, quelle en était la raison exacte ?

      Les éternels détracteurs et consorts intellectuels blasés, ( les quidams méditisés dits cultivés, et en sous-entendu, les journalistes et directeurs de chaines de télévision qui ont pignon sur rue, astronomes, cosmologistes officiels, philosophes, psychologues, psychiatres et consorts assimilés, mais aussi ecclésiastiques de tout gabarit : prêtres, évêques, pasteurs, mollahs, grands rabbins, etc....), qui pourtant, on le sait déjà, n'ont pas été capables de trouver, une seule petite réponse élémentaire , à nos questions très terre à terre précédentes, vous diront alors tout de go, que cette expédition avait simplement pour but,de tester le matériel et le comportement des hommes, à des températures avoisinant les - 50 ° C. Point à la ligne...

      Le site ARTivision, on le sait, a toujours dans ses dossiers, de quoi mettre au pied du mur, les palabreurs de service, fervents occupants des plateaux de radios et de télévisions.

      En effet, c'est le 17 Août 2014, que le Webmaster, de ce site, a eu, l'heureuse opportunité (Hum...Hum), de tomber sur un entrefilet, d'un journal canadien, placé sur Google à l'url :



      Bien sûr, nous en dirons plus, à ce sujet, ultérieurement...

      Mais, ce 3 Juin 2021, disons alors maintenant, que le super texte précédant de 1946, venant du "Edmonton Journal", est en provenance de l'Agence bien connue,"Associated Press", (suvent sité par notre site), et ce texte, concerne on le voit, une prochaine expédition polaire , dirigée par l'explorateur Richard E. Byrd .

    Traduisons avec l'aide de, notre regrettée amie Nicole, le texte en question :

     " La Marine Américaine s'efforce de calmer les appréhensions des Soviétiques, concernant ses manœuvres en Antarctique.


     Les USA, se rendant compte de l'inquiétude des Russes, concernant leurs manœuvres militaires dans l'Arctique, ont donc choisi l'autre Pôle (Note du Webmaster n°1 : donc l'Antarctique) aux conditions climatiques similaires pour effectuer des entraînements pour les navires et tester les armements dans des conditions d'extrême rigueur.

     Une déclaration donnant des détails sur la prochaine expédition en Antarctique, la définit comme étant "de nature essentiellement militaire", pour "préparer la Marine à affronter des conditions de froid extrême en vue d'opérations futures ". (Note du Webmaster n°2: Ceci est déjà très bizarre. Pourquoi faut-il, maintenant, une opération militaire de la Navy en zone glaciale, alors que la guerre est terminée avec l'Allemagne et le Japon. Les soviétiques pourraient alors se dire à juste titre : "Ces américains ont-ils l'intention de s'entraîner au froid sibérien, pour nous y attaquer par la suite ?" )


"Le choix de la région du Pôle Sud, pour entrainer le personnel de la Marine et tester les navires, avions et tous les matériels de guerre moderne a été dicté, entre autres choses :

1. Pour dissiper les craintes des Russes concernant des opérations proches de leur territoire

Pour assurer la confidentiallité


2. Pour garder secret, ce genre d'opération par le choix d'un lieu tres éloigné du reste du monde, dans la mesure du possible (Note du Webmaster :: Pourquoi faut-il établir un secret sur le test de résistance au froid d'un matériel tout à fait classique. Test qui est d'ailleurs déjà élaboré dans les laboratoires et les bureaux d'etudes qui lancent le matériel en question. Ce secret sous-jacent réclamé, cache certainement une chose très spéciale ! )

     Toutefois, sous la direction technique de l'explorateur polaire confirmé Rear Admiral Richard E. Byrd , on ne peut pas dire que l'expédition, n'aura pas de témoins. L'Amiral Byrd a déclaré dans une conférence de presse que "les Russes avaient annoncé qu'ils allaient entreprendre une expédition polaire, mais nous n'avons pas beaucoup de détails à ce propos " (note du Webmaster : Autrement dit, on fait tout pour menager les susceptibiltés des Soviétiques, mais eux ne dévoilent pas un yota de leur manigance polaire. Voilà quelque chose qui nous plonge dans une grande perplexité. ).

    De plus, il reste peut-être encore des membres d'une expédition britannique, qui était sur les lieux, il y a 2 ans. Toutefois la base britannique se trouve a 1.500 miles du QG probable pour cette expédition navale - à l'endroit où se trouvait l'expédition Byrd en 1939-41 dans la Mer de Ross face à la Nouvelle Zélande.

Pas de revendication territoriale.

     Les officiels ont été très prudents en répondant aux questions touchant à une revendication territoriale officielle. Le Vice-Amiral Forrest Sherman, délégué en Chef des opérations navales a déclaré : "l'objectif premier est d'entraîner les unités navales, et tout conflit concernant des attributions de territoire ne serait qu'accidentel".

     Byrd déclara : " Cette nation ne revendique aucun territoire dans cette zone et ne l'a jamais fait jusqu'alors ".(Note du Webmaster n°5 : Cette déclaration nous surprend grandement, et à la fin de la traduction de cet entrefilet, nous produirons un texte qui prouve le contraire, quant aux revendications territoriales des USA sur l'Antarctique.)

    La question de savoir s'il s'agit de prospecter pour des matières premieres pour l'énergie atomique - et des bombes - a été quelque peu soulevée pendant la conférence de presse.

Ce n'est pas une course à l'Uranium


     Byrd a déclare : "que ce n'est en aucun cas une course à l'Uranium" , mais l'Amiral a ajoutè : "nous ferons des recherches de minéraux, et il s'avère que l'uranium en fait partie ".

     L'expédition comprendra 4000 personnes dont 300 scientifiques (intéressés par la science pure), y compris 23 scientifiques civils. Les officiels de la Marine ont déclaré qu'il y aurait aucun savant nucleaire parmi eux.


     Fin de la traduction de l'amie Nicole.


       Hum...Hum, des militaires pour aller tester les conditions climatiques rigoureuses en Antarctique, alors qu'un simple petit contingent, formé de scientifiques bien équipés d'appareils de mesure et de vêtements bien molletonnés, aurait bien suffi.... On nous prend donc ici, ainsi que les soviètiques de l'époque en question, pour des débiles mentaux notoires !!

   Rappelons les quelques lignes, de l'ami Jean ANNE ( hélas décédé le 17/01/03 : Que son âme repose en Paix, désormais) .

       En effet, Jean ANNE, qui fut à une certaine époque, inspecteur général maritime pour toute la côte d'Afrique, des navires, cargos de commerce, lesquels dans les années 1960/1962, faisaient escale au Gabon pour y charger du bois vers les ports du Nord de l'Europe. C'était un ancien déporté et évadé, ayant appris la langue de Goethe , pendant ces moments tragiques, a su inspirer confiance aux commandants allemands, de certains de ces navires et recueillir ainsi leurs incroyables confidences.. Dans son article : euxnousail.html, il nous en dit, un peu plus, sur l'éxpédition High Jump, dans son remarquable texte intitulé : "Eux, nous & ailleurs".

            Voila donc quelques bribes, de ce qu'il nous disait alors :

      Début de citation :

     "...Dans la prévision d’un inévitable second conflit mondial, l’Allemagne nazie se préparait méthodiquement. Entre autres préparatifs il était indispensable de prévoir une logistique performante pour la guerre maritime, outre les accords secrets avec des « alliés du Grand Reich » et amis potentiels dans certains pays d’Amérique du Sud pour le ravitaillement et l’avitaillement des navires de guerre, il fallait une base solide et inattaquable pour les sous-marins de la Kriegsmarine. En 1938, un porte-avion le « SCHWABENLAND» embarqua une expédition vers l’ANTARCTIQUE et, arrivés à l’endroit prévu, situé entre le 10° méridien Ouest et le 20° Est et entre le 70° et 75° parallèle Sud (à 10° sous le cercle polaire antarctique), une région libre de glace avec lacs et montagnes bordé au nord par l’Océan Atlantique, les allemands s’attribuèrent 600.000 km carrés de terrains qu’ils baptisèrent « NEU SCHWABENLAND », appellation géographique figurant toujours sur nos atlas sous le nom anglicisé de NEW SCHWABENLAND.. Des flottes entières de sous-marins du type U21 et U23 firent route vers ce territoire et des centaines de submersibles allemands équipés du schnorkel, connu sous le nom de tuba Walter, leur permettant de naviguer sous l’eau durant plusieurs semaines, se dirigèrent vers ce havre et nul ne les revit.  L'image suivante pourrait symboliser tout cela :


    Il est raisonnable de penser que ces sous-marins ne partaient pas à vide, mais outre des "équipages constitués de nombreux techniciens spécialisés", fuyant l’occupation alliée en Allemagne après la défaite, et du matériel sophistiqué y furent débarqués, et aussi certainement des disques volants en pièces détachées ou tout au moins tous les plans et documents technologiques permettant de les construire y furent mis à l’abri... Ce n’est pas sans une bonne raison évidente que fin 1946, sous le commandement de l’amiral Richard, Evelyn BYRD, ayant un passé d’explorateur de l’Antarctique, une expédition baptisée "High Jump" se composant, en plus du navire amiral "Mount Olympus" de deux brise-glace le "Burton Island" et le "North Wind", les transports de troupes "Pine Island" et "Curritruck", les destroyers "Brownson" et "Henderson", le porte-avions "Philippine Sea" et quatre autres navires, « Cannistead », « Capacan », « 3Yancey » et le « Merrick », 4000 marines et 200 avions embarqués avec toute une logistique de guerre prévue pour une opération de plusieurs mois, partit de la base US de Norfolk en Virginie le 2 Décembre 1946 avec pour objectif parfaitement ciblé, la base de Neu Schwabenland. Après avoir installé un camp de base sur une zone centrale à Little America, les zones est et ouest étant couvertes par des patrouilles maritimes et aériennes, le 13 Février 1947 les vols de reconnaissance sur l’objectif commencèrent, mais la perte d’avions et aussi surtout après avoir constaté que les occupants de Neu Schwabenland disposant d’une telle supériorité technologique inattendue seraient invincibles face à la logistique militaire dont était dotée les américains et leurs alliés du moment, le 3 Mars 1947, ordre fut donné à toute l’armada d’abandonner l’aventure et de regagner Norfolk.. Ce à quoi cette expédition fut confrontée reste encore un mystère bien épais...

          Le 5 Mars 1947 , le journaliste Lee van Atta, accrédité lors de cette expédition, publia dans les colonnes du plus grand quotidien sud-américain, " El Mercurio"  une interview de l’amiral Byrd au cours de laquelle il déclara en substance : "C’est dur à entendre, mais dans le cas d’une nouvelle guerre il faudra s’attendre à des attaques d’avions qui peuvent voler d’un pôle à un autre" :

Document très rare, obtenu en Avril 2005, grâce à l'ami Renaud L....

     Il laissa aussi comprendre: "Qu’il y avait, là-bas, une civilisation avancée qui se servait d’une technologie supérieure "

     Rappelons nous que ces événements se sont passés en 1947... En résumé que conclure de tout cela !!! : Il y a déjà des millénaires que sur terre, des hommes de civilisations disparues disposant de technologies avancées firent voler des engins, tout comme un peu avant le milieu de notre XX° d’autres furent également capables de rééditer ces "exploits" technologiques dont l’homme de la rue n’a jamais entendu parler, pas plus qu’il ne soupçonne quelle peut bien être la source d’énergie en permettant le fonctionnement. "

      Fin de citation.

       Mais, comme les événements se précipitent, (et nous l'avons dit plus haut), c'est bien dans les dossiers très précieux et les notes personnelles de ce super journaliste Lee Van ATTA (et nous espérons vivement que ces importants documents, n'ont pas été jetés malencontreusement à la poubelle par des ignares et acculturés quidams) , et journaliste savait tout sur les affaires polaires ultra-secrètes de Byrd ...
       Et c'est donc, maintenant , qu'il faut chercher, les informations supplémentaires, qui nous manquent, n'est-ce pas !!!

         Donc, très chers puristes...courage alors, car le meilleur est pour bientôt. Et de plus, si vous êtes des fervents de la littérature de la Science-Fiction de haut niveau, soyez cependant prêts à tomber, carrément à la renverse, en découvrant, le super plus, qui va suivre...

        En effet ce 12 Juin 2021, pour les récalcitrants psychiques à cette affaire polaire de Byrd nous allons présenter un autre document ,qui est sorti juste deux jours avant le précédent du El Mercurio du 5 Mars 1945.

      Voici donc cet aussi surprenant document, paru le 3 Mars 1941, sous la forme de deux pages dont nous avons regroupé, les principaux éléments du journal Deseret News de Salt Lake City, et on obtient alors ceci :


     Disons déjà que le terme Deseret, provient de l'État du Deseret, qui était un état provisoire des États-Unis proposé en 1849 par les pionniers mormons, qui venaient d'être à l'époque installés à Salt Lake City. Cet état provisoire a existé de facto pendant deux ans, mais n'a jamais été reconnu par le gouvernement des États-Unis. Le nom dérive du terme "abeille à miel", mentionné dans le Livre de Mormon.

     Pour les puristes, analysons, quelque peu, certains éléments de cet article, après une modeste traduction :

Avertissement de Byrd au sujet d'attaques concernant les USA, par l'entremise des Pôles

     L'interview exclusive suivante a été donnée par le Vice Amiral Byrd au correspondant de l'International News Service et du Deseret News , Lee Van ALLA, qui accompagnait l'intrépide explorateur dans sa quatrième et plus grande expédition dans l'Antarctique.

___________________

By Lee Van ALLA,

     A bord de l'USS Mt OLYMPUS de retour au Pays-(INS)

     Un immédiat et opportun effet concernant la sécurité américaine a été évoqué par le Vice Amiral Byrd aujourd'hui comme la plus importante issue de son historique programme de développement antarctique au Pôle Sud.

     Dans une exclusive interview à l'International News Service résumant les résultats de la plus grande expédition de la sorte de l'histoire, l'exotique leader de 4 expéditions de grande envergure dans la zone polaire inconnue révéla :

" La leçon que nous devons tirer du grand but de la mission d'exploration de l'Antarctique nous venons de terminer est le taux presque terrifiant de la vitesse à laquelle notre monde opère son rétrécissement.

     L'isolation devient désormais impossible.

     Je formule verbalement un avertissement ferme à mes compatriotes américains quand je dis que nous ne pouvons plus nous vautrer dans des cocons et croire que l'éloignement soit la garantie de notre sauvegarde; que les océans et les pôles seront un no man's land assurant toujours notre protection.
     Je crois que la pénétration et l'occupation par cette force d'expédition de la dernière grande frontière inexplorée, prouve de façon concluante que la distance qui nous en sépare, non seulement n'est plus le gage de sécurité, que l'on suppose, mais que des géographiques no man's lands même ne puissent plus exister dans le monde.

     Une poignée d'anciens vétérans des régions polaires amenèrent près de 4 mille jeunes américains dans le froid et l'inconnu de l'Antarctique afin que ces nouveaux arrivants complètent l'exploration et les strictes exigences des climats sous zéro.

     D'autres peuvent le faire.

     Aujourd'hui, tous, à part les trois hommes qui ont péri dans un accident d'avion, sont de retour au pays, chevronnés et formés sur la façon de fonctionner et de survivre dans l'Antarctique.

     Si nous l'avons fait d'autres aussi le peuvent et le voudront."


           l'Amiral Byrd a été franc et réaliste dans l'image de la situation mondiale qui s'est déroulée à lui dans sa nouvelle conquête du pôle Sud.

     Il a dit ceci :

"Ce ne sont pas des mots suscitant la peur, mais c'est une réalité amère que de constater que ce conflit, s'il devait à nouveau de se manifester, attachera vivement notre nation au-dessus d'un ou des deux pôles.

     Images contrastées

      Nous devons être attentifs et vigilants le long des frontières de glace qui sont les dernières frontières naturelles de défense contre une invasion humaine.

     Je peux réaliser peut-être mieux que tout autre homme ce que la machination à assaut du pole préfigure. Car dans l'action, j'ai pu faire des comparaisons surprenantes.

     Il y a vingt ans j'ai apporté deux navires et moins de 150 hommes ainsi que deux avions dans l'Antarctique lors de ma première expédition au pôle.

     Puis ce fut à la fois une grande et dangereuse aventure; une expérience rare.

     Et ici, après deux décennies plus tard, à tous égards, cette expédition fut d'une puissance de quinze fois plus grande, qui s'engouffra dans l'Antarctique et a terminé sa tâche en moins deux mois et qui s'en est allée à nouveau avec un plus grand record de la découverte géographique que nous étions en mesure d'atteindre au cours de deux périodes anuelles de refroidissement au pôle. .

     Et les hommes ont accepté de le faire, juste ainsi qu'une necessité routinière .

     Cette comparaison est évidente: Puisque la vitesse et les progrès semblent illimités, nous devons accélérer notre réflexion, notre planification, notre action et nos propres points de vue. Nous devons le faire maintenant car nous sommes à un carrefour important à la fois dans la science militaire et la survie planétaire.

     Descrition de réalisations.

     Tout retard pourrait s'avérer désastreux."


     L'amiral Byrd examiné en détail les données géographiques de sa mission : Il a dit:

     "J'ai bien sûr, plaisir à noter les réalisations en cette expédition. Je crois que nous avons établi un nouveau record dans la prompte découverte.

     Nous avons prouvé que les machines en grand nombre peuvent surmonter la résistanse des obstacles naturels les plus redoutables et que les hommes en grand nombre peuvent être conditionnés à fonctionner avec une productivité remarquable dans les pires climats imaginables.

     La nature n'est pas toujours un ennemi facile à surmonter, comme nous avons appris jours après jour dans la terrible bataille du pack glacé de la mer de Ross, qui a précédé notre arrivée à Little America.

     Les innovations utilisées.

      Jamais dans l'histoire des navires non protégés, n'ont rencontré et remporté un si écrasant enjeu sur la glace. Et je pense que c'est un bel hommage aux hommes et aux navires qui ont été victorieux.

     Je suis particulièrement impressionné par les innovations que nous a présentées cette expédition dans notre reconnaissance aérienne territoriale. Nous avons certainement déjà trouvé un moyen d'action pour l'utilisation du train d'atterrissage standard qui garantira que, normalement, bases aériennes peuvent fonctionner et bien fonctionner à partir de rien de plus que des champs de glace.

     Il s'agit d'une note basique de l'aviation mondiale, qui j'en suis certain, a une signification profonde. "


Fin de la traduction.


     Que pouvons nous déduire de ce texte très ambigu et difficile à comprendre ?

     Il convient d'abord de remarquer que nous sommes en 1947 et les USA sont la première puissance mondiale qui possède la bombe atomique pour faire reculer toute agression. L'Union Soviétique ne fera éclater dit-on, sa bombe atomique que le 29/08/49. Alors on s'étonne grandement, que ce Vice Amiral Byrd, parle de menaces contre les USA qui ne doivent plus se "vautrer dans des cocons et croire que l'éloignement soit la garantie de leur sauvegarde; que les océans et les pôles seront un no man's land assurant toujours protection de ces USA".

     C'est totalement incompréhensible... d'autant plus que Byrd ajoute franchement :

"Ce ne sont pas des mots suscitant la peur, mais c'est une réalité amère que de constater que ce conflit, s'il devait à nouveau de se manifester, attachera vivement notre nation au-dessus d'un ou des deux pôles.

      Si plusieurs nations occupent effectivement l'Antarctique, et pourraient entrer en conflit avec les USA, que vient donc faire ici le Pôle Nord dans cette affaire soulignée par Byrd ??

     , nous voyons sans contestation aucune, que Byrd s'est trahi. Il veut donc faire ici allusion à la forte résistance militaire, venant d'une puissance inconnue, et résistance extraordinaire qu'il a subie en 1947, lors de l'expédition High Jump dans l'Antarctique.

     Le journaliste complice Lee Van ALLA, qui a participé à cette expédition, couvre lui même cette mystification de Byrd, en écrivant :

     "l'Amiral Byrd a été franc et réaliste dans l'image de la situation mondiale qui s'est déroulée à lui dans sa nouvelle conquête du pôle Sud.".

     Notez bien que Lee Van ALLA, parle de l'Amiral Byrd, alors que ce dernier n'est que Vice Amiral.

     L'article du Deseret News le 3 Mars 1947, alors que ce même journaliste a publié on le sait, le 5 Mars 1947 un article de même nature, mais beaucoup plus corsé, dans le journal El Mercurio de Santiago du Chili, et dont voici le texte en espagnol, déjà publié plus haut :

      Donc, il est très probable, que Lee Van ATTA, a modifié son texte, (sans doute sur ordre de la Direction du Deseret News), qui praraîtra 2 jours plus tard, dans El Mercurio, le 5 Mars 1947, de Santiago du Chili, un pays lointain des USA, et texte qui fut plus libre et plus décontracté. (voir à ce sujet, plus de détails à notre article en date du 14/10/2010 à http://www.artivision.fr/ByrdDeseret.html ).

      Remaquons cependant, que dès 3 Septembre 1933, de très nombreux journaux, comme le "Berkeley Daily Gazette" de la Californie, ou mieux encore, le "The Milaukee Journal" (avec l'avis du Président des USA), avaient déjà, en partie, levé un certain voile, qui entourait le prochain départ le 25 Septembre 1933 de BYRD, pour une deuxième expédition d'environ 2 ans, dans l'Antarctique, et nous parlerons de cela, la prochaine fois...

    À vous de juger tout cela, documents à l'appui.

      Que celui, qui a bien lu, ce qui précède, avec un esprit curieux et analytique, en tire les éclaircissements qui s'imposent, et surtout le désir latent, d'en savoir plus.

       À suivre...
       Fred IDYLLE

    Article mis en page le 11/05/2021, et modifié le 13/05/2021, et le 15/05/2021, et le 17/05/2021 , et le 21/05/2021, et le 24/05/2021, et le 26/05/202, et le 27/05/2021, et le 28/05/ 2021, et le 29/05/2021, et le 02/06/2021, et le 03/06/2021, et le 12/06/2021, et le 13/06/2021.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr