Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :



Rose et le mystère de la Lune artificielle. 

I Introduction.


     Pour des raisons pratiques, nous avons coupé en deux, l'article précédent " l'incroyable aventure de Rose C ", placé à :

http://www.artivision.fr/docs/RoseC.html

     Il va de soi, ((si cela n'est pas encore fait), qu'il convient de lire d'abord l'article ci-dessus pour bien comprendre ce qui va suivre. Voici donc sa suite immédiate, où comme vous le verrez, de nombreux rebondissements, vont nous entraîner au seuil un contexte proprement fantasmagorique.

II Genèse de l'affaire.


Autre nouvelle extraordinaire :

     Le Mercredi 24 Mai 99, nous avons recherché, dans nos archives, une photo de Surveyor 3, arrivé sur la Lune le 17 Avril 1967 et qui aurait été visité par les astronautes Conrad et Bean d'Apollo 12 le 20 Nov. 1969 . Ces astronautes ont constaté que Surveyor 3, avait en fait, jauni comme un citron, sous l'effet nous dit-on des 120 degrés du midi lunaire. N'y a-t-il pas en effet, une autre cause qui pourrait expliquer cette érosion ? Nous n'avons encore trouvé cette photo au 27/05/00, mais nous avons trouvé mieux...!

     En effet nous sommes tombés sur une revue américaine, trimestrielle de Juin 1976 intitulée "UFO REPORT" qui contenait un article remarquable de huit pages de Don Wilson tiré probablement de son livre paru aux Etats-Unis en 1975 et seulement en 1979 en France.

     Jetons, voulez-vous, un coup d'œil furtif sur l'information hors norme que contient cet article, qui est en anglais bien sûr et dont nous vous donnons une modeste traduction ci-dessous :

     "..Mais le premier spécimen de roche que l'astronaute Neil Armstrong ramassa dans la Mer de la Tranquilité après son alunissage se révéla dater de plus de 3,6 milliards d'années. mais ce ne fut qu'un début dans l'histoire de ce mystère d'ancienneté. L'une des pierres rapportées au cours de ce premier voyage, se révéla d'un âge déconcertant de 4,3 milliards d'années. Une autre roche (la n°13) atteint la datation encore plus exceptionnelle de 4,5 milliards d'années.. Et un échantillon de sol rapporté par Apollo 11, se révéla vieux de 4,6 milliards d'années - l'âge même que les scientifiques attribuent à la Terre et au système solaire. De même, les sondes inoccupées soviétiques, décelèrent dans l'une des plus anciennes mers de la Lune , la Mer de la Fertilité, des pierres âgées de 4,6 milliards d'années. Cependant selon le périodique d'astronomie bien connu , "Sky and Telescope", la Conférence sur la Lune de 1973, à laquelle participèrent la plupart des spécialistes lunaires de la NASA, révéla que l'on avait découvert une roche lunaire datant de 5,3 milliards d'années. Un autre rapport, fondé sur la méthode potassium-argon qui est aujourd'hui, le système de datation, le plus précis, établit que "certaines pierres" ont atteint l'âge incroyable de 7 milliards d'années.

     Et s'il faut croire un autre rapport "deux pierres rapportées par Apollo 12 ont été estimées pour avoir l'âge de 20 milliards d'années." Incroyable ? Apparemment, car il s'agit là de 4 fois l'age de notre planète et notre système solaire... Autant que nous le sachions, c'est la limite d'âge extrême qui ait jamais été attribuée à une partie de l'Univers....

     Dans un article de Chemistry de Février 1974 , le Dr Urey avance que des pierres lunaires ont révélé qu'elles contenaient des isotopes du Xenon produites par la fission du plutonium 244 , qui n'existe pas sur la Terre, ce qui indiquerait que la Lune est beaucoup plus ancienne."

     References: prière de consulter les revues :Sciences News June 73 p 355; et aussi "Pensées" N° special : Immanuel Velikovsky reconsidered : how much of Yesterday's Heresy is Todays Sciences page 13; et enfin Chemistry : Feb 74 p 19-20. (Si vous avez la grande chance de découvrir ces revue soyez assez aimable pour nous le signaler. Un grand merci à l'avance.)

     Que dire de plus si ce n'est encore que :" Le sol et les roches lunaires ont suscité tant de contradictions qu'une équipe de savants de l'institut technologique de Californie (Caltech) a présenté un rapport intitulé "The Lunatic Asylum" ( L'Asile de Fous)..."      Ou encore: "Au lieu de nous donner des réponses aux questions clefs et aux problèmes cruciaux que l'on se pose au sujet de la Lune, un scientifique a déclaré à l'époque:" La Lune nous a donnés des réponses pour lesquelles nous n'avons pas encore formulé de questions".

     Alors, chère Madame Rose C, n'est-ce pas vous qui avez pu nous guider pour découvrir cet excellent article qui semble confirmer votre fabuleuse aventure ?...

     Le point de départ de ces informations incroyables, serait paru dans les publications suivantes extraites page 156 du livre précité de Don Wilson :

- Sciences News (juin 1973), page 355.

- Pensées : n° Spécial dans l'article : Immanuel Vélikovsky Reconsidered: How Much of yesterday's Heresy is To Day's Science page 13.

- Chemistry (Février 1974), pages 19 et 20.

     Il va s'en dire quenous implorons, les deux mains jointes, tout internaute possédant des informations sur cette conférence sur la Lune de 1973 et sur les rapports publiés , à cette occasion, sur l'ancienneté extraordinaire de certaines pierres lunaires ramenés de notre satellite, et aussi des informations sur les publications précédentes, d'avoir l'extrême gentillesse de nous en avertir.

     P.S.Voir aussi, concernant cette incroyable affaire, l'article de 5 pages du "Nouveau Planète n° 19 de novembre 1970" intitulé "La Lune astre artificiel ?" par Mikhail Vasin et Alexander Chtcherbakov.

     Notons bien, pour terminer cet article, qu'il ne s'agit pas ici d'apporter la preuve que la Lune est un "astre artificiel de la Terre" ce que beaucoup refuseront d'admettre pour des raisons de possibilités théoriques et techniques bien que si l'on apprenait (évidemment à l'aide d'un voyage imaginaire dans le temps) à un habitant de la Terre, y vivant, il y a seulement deux siècles, où le cheval était le moyen de locomotion incontournable, ce que l'on est capable de faire maintenant avec nos avions long-courriers, véritables hôtels volants, nos télévisions et nos gadgets électroniques etc.., il déclarerait que c'est impossible et que tout cela relève de la magie. Dans quelques centaines d'années, on découvrira probablement, comment projeter la matière à distance, comme on a réussi, de nos jours, à projeter l'image à des milliers de kilomètres, (et ce sera sans doute alors, la fin des transports en mode actuel, avec en moins, tous les tracas de la circulation automobile etc..) alors pourquoi pas, le déplacement d'une petite planète comme la Lune, dans quelques milliers d'années .

     Mais ce n'est pas ce qui nous préoccupe ici. Ce qui est en cause dans cet article, c'est le fait qu'une modeste ménagère qui repassait du linge à l'époque pour gagner sa vie, ait eu l'audace ou le génie de "proposer" (certes, nous dit-elle, par l'intermédiaire de visiteurs inconnus), une théorie révolutionnaire, qui ne sera adoptée, que des années plus tard, d'abord remarquablement par un écrivain français nommé Jean Sendy , puis ensuite, deux ans plus tard , par des savants soviétiques très avant-gardistes. Il est alors clair, que c'est l'antériorité pragmatique de l'idée que notre Lune puisse être artificielle que nous cherchons à octroyer à cette Dame .

     Nous supplions donc tous les membres de sa famille, qui liront peut-être, cet article, de garder précieusement toute sa correspondance, car si l'on peut y trouver, le nom d'une seule personne dans une seule lettre ou même une petite carte postale, qui fait état de son histoire, de préférence avant 1968, alors les détracteurs et autres sceptiques zététiques n'auront alors plus qu'à faire intervenir leur éternel dieu hasard pour trouver une explication adéquate, à cette situation extraordinaire).


      Ce "contexte d'antériorité" est analogue à ce qui s'est passé pour la théorie "énantiomorphique" d'un "univers jumeau", c'est à dire d'un univers qui existerait, "symétrique au notre" comme dans un miroir, théorie qui aurait en effet été émise en 1967, par le cosmologue soviétique SAKHAROV, prix Nobel de Physique en 1975, mais qui se retrouve pourtant, dès 1965 et 66 dans des lettres du très épais et ahurissant "dossier ummite", que la plupart des journalistes et médias bien-pensants évitent, de nos jours, d'évoquer avec une obstination toujours renversante. (Voir notre article "le Mystère des ummites" à ce sujet)

Encore du nouveau :Le 17 Août 2000 alors que nous recherchions des informations au sujet de l'affaire Masse Maurice qui a défrayé la chronique en 1965, pour notre ami Bernard Héliord dont le site très bien structuré est: http://surf.to/heliord/, nous sommes alors tombés, sur le livre deGuy Tarade : "Ovni: Terre Planète sous contrôle" aux éditions Alain Lefeuvre 1979.

      l'auteur parle pour la première fois de Rose C. page 103 mais aussi d'un autre contacté page 138 Pierre Monnet ( qui décédé à l'hôpital de Tarascon le 30 Janvier 2009). L'auteur dit qu'il a rencontré à Sorgue ce contacté, mais ne précise pas du tout en quelle année cette rencontre a eu lieu. Nous supposons que cela s'est passé en 77 ou 78 . L'auteur nous parle du livre de Monnet "les Extraterrestres m'ont dit" chez Lefeuvre également, publié nous dit-on en 1978.

      Mais il ya aussi le livre de Pierre Monnet : "Contacts d'outre-Espace" édité par Amrita en Mai 1994. Or dans ce livre , Pierre Monnet ne dit pas autre chose que Rose C., bien qu'il ne précise pas que cela concerne la Lune. Son premier contact avec 4 êtres humains blonds en 1951, a été tout aussi extraordinaire que pour Rose C. Citons ce passage surprenant de ce livre où ces êtres de l'espace nous déclarent page 185:

      " Nous sommes capables de bien d'autres choses qui vous paraîtraient encore plus fantastiques; par exemple le déplacement d'une planète de petite importance comme la vôtre, d'un système solaire à un autre ". Cette information ne fut hélas reçue télépathiquement par Pierre Monnet, que dans un contact daté du 5 juin 1977 , donc bien après la parution du livre de Jean Sendy "La Lune Clé de la Bible" en 1968. Nous aimerions donc bien savoir aussi comme pour Rose C si ce Mr P. Monnet a parlé de ce "déplacement de planète", dans un autre écrit quelconque avant cette date 1968. Il faudrait donc pouvoir l'interroger à ce sujet n'est-ce pas ? Nous espérons qu'un charmant internaute a pu le faire avant son décès...

      Ce qui nous intéresse donc, encore une fois ici, ce n'est pas principalement, ce que pensent les scientifiques sur cette affaire de déplacement de planète, mais bien qui de Rose C ou de P. Monnet ou de Jean Sendy en a parlé le premier.

      Il faut donc retrouver tous les documents qui font état de cette affirmation pour octroyer à l'un des trois, l'antériorité de l'idée , qu'on peut déplacer une planète ce qu'aucun savant n'avait jusqu'alors osé imaginer avant les soviétiques en 1970.

      Aux chercheurs que cette affaire commence à passionner : Bon courage...

Autre Développement : Le 4/09/2000, à la recherche d'une information concernant notre soleil, nous sommes tombés sur une lettre superbe en date du Février 1982, Docteur es Sciences John F. Gille, qui vivait à l'époque aux USA, à Houston au Texas. nous avions en effet pris contact avec ce grand scientifique à la suite de la parution d'une longue et très sévère lettre ouverte , qu'il avait adressée à son Directeur de Laboratoire et parue dans la revue Nostra n°510 du 14-20 Janvier 1982. Dans sa réponse de 3 pages dactylographiées, à notre lettre du 19/01/82, le Dr J.F.Gille a eu l'extrême gentillesse de nous préciser que ses propos n'avaient rien de confidentiel. Aussi donc ici, après 18 ans, vous transcrire le passage suivant qui prouve qu'il existe au moins un savant français qui a osé prendre en considération l'hypothèse des russes :

      "Je suis persuadé que vous avez raison, ainsi que Mr Alfred Nahon, et que bien entendu, les extra terrestres (faute de mieux, je n'ai pas de pudeur à employer cette désignation bateau) ont construit des artefacts sur la Lune et qu'à tout le moins, ils y sont présents de temps à autre (ce qui ne veut pas dire que je considère comme impossible qu'ils y soient à temps complet et /ou que la lune soit un satellite artificiel). Il pourrait aussi s'agir d'un planétoïde naturel qui aurait été "transporté" en orbite terrestre. Je manque de bases pour évaluer ces différentes spéculations "


      Il ne nous reste plus donc, qu'à faire un nouvel article, pour rendre hommage à ce courageux chercheur qui n'a pas eu peur de ternir sa réputation pour faire jaillir ses conceptions hors normes. On peut tout de même, à juste titre, se poser la question de savoir si ce chercheur a tiré son idée de planétoïde naturel transporté de la théorie des soviétiques en 1970 ou du livre de Rose C. en 1979 ou même ailleurs ? Lui seul, avec sa franchise habituelle, pourra sans doute, nous répondre un jour . En attendant reconnaissons que cette affaire de Rose C.(dont nous avons encore des points à révéler), n'a pas fini de nous surprendre superbement.

Autre rebondissement.

     A la page 76 du n° spécial Planètes : Les nouveaux mondes d'Oct-Nov-Dec 1989 de la revue "Ciel et Espace", nous apprenons que comme le couple extraordinaire, formé par la Terre et la lune , il existe un autre couple tout aussi fantastique qui se situe aux confins du système solaire: C'est le couple "Pluton-Charon".

     En effet à 5,9 milliards de Km du Soleil, tourne >Pluton, la dernière planète découverte le 18 Fév. 1930 par un astronome amateur nommé Clyde Tombaugh. On apprend alors que Pluton qui ne fait que 2300 Km de diamètre donc qui plus petit que la lune(3476km), possède pourtant un énorme satellite (par rapport à sa propre taille) nommé "Charon" qui fait 1200 Km de diamètre, si bien que l'on peut parler là, d'une planète double.

     Mais ce qui est encore plus extraordinaire, c'est le fait que Charon tourne autour de Pluton en 6,39 jours et que la planète Pluton tourne sur elle-même, chose bien bizarre, exactement en 6,39 jours également, si bien que Pluton possède un hémisphère où Charon apparaît totalement immobile dans le ciel, comme l'est un de nos modernes satellites géostationnaires, l'autre hémisphère ne le voyant jamais. Gageons que les scientifiques auront, encore ici, bien du mal à trouver une théorie orthodoxe quelconque pour expliquer ce phénomène si incroyable, à moins que, une fois de plus, qu'ils aient l'audace de faire appel à la théorie révolutionnaire (dont ils évitent de parler en public) des soviétiques Mikhail Vasin et Alexander Chtcherbakov et théorie qui, on le sait , s'aligne, parfaitement avec celle avancée par les visiteurs nocturnes de notre Rose C, modeste ménagère à l'époque et bien incapable, à notre avis, d'imaginer tout cela. Le débat est lancé, nous attendrons avec ferveur, les pirouettes explicatives concernant ce dernier phénomène...

Événement littéraire hors pair d'une revue scientifique.  

     Le 2 juillet 2001, nous avons reçu la missive suivante de notre ami Joël Baran, l'ingénieux surfeur qui a, nous le rappelons, un remarquable article sur notre site à l'adresse:

http://www.artivision.fr/sphinx0.html

            Cher Fred

      Sur le site de la revue "Pour la science" : http://www.pourlascience.fr/, qui n'est pas réputée pour être versée dans l'ésotérisme, se trouve un article étonnant que je te livre ci-dessous et qui pourrait bien conforter tes articles sur Rose C. et les mystères de la lune. Je dois quand même te prévenir : vu la date de parution, je ne serais pas surpris qu'il s'agisse en fait d'un poisson d'avril. A vérifier !.

     Voici donc un extrait de cet article incroyable:



N° 270 avril 2000

La Lune, artefact extraterrestre?

Une mission sera lancée vers la Lune afin de le vérifier.

 

Si, quelque part dans notre Galaxie, il existe une civilisation extraterrestre plus évoluée que la nôtre, les modèles mathématiques montrent que cette civilisation aurait dû coloniser la Galaxie rapidement. Dans ce cas, cette civilisation aurait vraisemblablement atteint notre Système solaire il y a des millions d’années. Y aurait-elle laissé des traces?

En 1948, l'écrivain britannique Arthur C. Clarke imagine dans sa nouvelle La sentinelle que des extraterrestres avaient placé sur la Lune une balise qui se déclencherait dès qu’elle serait découverte, signalant à ses constructeurs que l'homme avait atteint l'âge de l'astronautique. L'idée de ces balises bien proches est reprise et étendue, en 1968, dans 2001, l'Odyssée de l'espace : enterré sur la Lune, un monolithe parallélépipédique noir émet un signal en direction de Jupiter.

Entre temps, l'idée d'une présence extraterrestre sur la Lune avait été exploitée par différents auteurs, notamment par les Français Alfred Nahon et Jean Sendy qui proposaient d'interpréter dans ce sens les émissions lumineuses énigmatiques, repérées par les astronomes et connues sous le nom de phénomènes lunaires transitoires.....

Considérons le problème soulevé voici quelques années par l'astrophysicien américain Gregory Benford : quelle est la probabilité que, sur un astre abritant la vie, la taille apparente de son satellite «naturel» coïncide exactement avec la taille apparente de l'astre solaire? Très faible, et il est manifeste que la Terre est le seul lieu du Système solaire d’où l'on peut contempler des éclipses totales de Soleil. D'où l’idée d’arrêter la recherche d’artefacts ou de signaux extraterrestres et de tester l'hypothèse selon laquelle la Lune est elle-même un artefact extraterrestre. Il n’est même pas nécessaire d'imaginer que la Lune soit artificielle. Ce qui est artificiel, c'est qu’elle soit placée exactement là où elle se trouve.

  Cette idée, absurde au premier abord, se révèle pourtant d'une logique implacable. Pour plusieurs raisons. La première, et la plus évidente, est bien entendu l’existence des éclipses de Soleil. Ces spectacles impressionnants ont joué un rôle majeur dans les religions antiques, et leur compréhension a nécessité des siècles de recherche en mathématiques et en astronomie tant théorique qu’observationnelle. Les éclipses de Soleil ont donc indéniablement été un facteur important d’évolution culturelle.

   Ensuite, on a reconnu ces dernières années que plusieurs circonstances, négligées jusqu’alors, avaient joué un rôle clé dans l'apparition de la vie sur Terre. L’un de ces événements «miraculeux» concerne justement la Lune. Dotée d’une masse relativement importante par rapport à celle de la Terre, elle a stabilisé la position de l'axe de rotation terrestre grâce aux forces de marées, ce que Galilée analysa comme l’«effet des forces liantes de marées». En empêchant la Terre de danser la gigue sur son axe, la présence de la Lune évite les catastrophes climatiques que ces déplacements chaotiques répétés auraient entraînées. En effet, la variation saisonnière de la durée des nuits et des jours est due à l’inclinaison de l'axe de rotation de la Terre par rapport au plan de son orbite autour du Soleil. Si cet axe se couchait dans le plan orbital, les saisons seraient terriblement contrastées : une moitié du Globe serait plongée dans une nuit d’environ six mois, tandis que l'autre serait, pendant la même période, soumise au rayonnement solaire. Certains scientifiques pensent que ce scénario catastrophe a privé Mars de son atmosphère initiale, y interdisant à jamais le développement de la vie. La Lune ayant stabilisé l'axe de rotation terrestre, les saisons seraient restées relativement stables sur Terre, assurant la clémence des conditions climatiques et permettant l'émergence de la vie. Y aurait-il, quelque part dans la Lune, des réacteurs qui serviraient à modifier son orbite et qui l’aurait amené à sa position actuelle?

  Enfin, la sonde Lunar Prospector, qui s'est écrasée sur le sol de notre satellite en juillet 1999, a décelé dans le spectre infrarouge de certaines régions lunaires des signatures spectrales inexpliquées.

  Fort de ces indices convergents, la NASA vient de décider de lancer SETOM (pour Search for Extraterrestrial Origin of the Moon, soit «recherche de l'origine extraterrestre de la Lune»), un nouveau projet de recherche en marge du fameux programme SETI (pour Search for Extraterrestrial Intelligence, soit «Recherche d'intelligence extraterrestre»). La première étape de ce projet consistera en la construction et l’envoi en orbite lunaire d’une sonde nommée LOVE (Lunar Orbiter Vehicle Expedition) qui analysera de manière fine la gravité lunaire afin de détecter d’éventuelles anomalies souterraines : si la Lune comporte des creux qui abritent des réacteurs ou des systèmes de commande, sa gravité sera différente de celle d'une sphère pleine. Plusieurs petits modules d'excavation seront aussi largués à la surface lunaire. Outre détecter d’éventuels sons, leur rôle sera de s’enfouir dans le sol lunaire afin d'analyser de plus près les anomalies décelées par la sonde, après avoir noté la cote des creux. Cette mission ambitieuse et originale devrait être lancée au tournant du siècle.

P. Thebarn et R. Lyehook,
Département d'exo-sociologie
& Chaire de bioastronomie,
Université Miskatonic, Rhode Island

 

___________________

POUR EN SAVOIR PLUS :

___________________


     Si nous avons tenu à donner de larges extraits de cet article, qui nous vient d'une revue des plus sérieuses, c'est bien pour montrer combien nous sommes confrontés ici, (bien que cet article ait des chances d'être non authentique et être une bonne blague), au plus impensable rebondissement de l'affaire " Rose C ", que d'aucuns ont voulu rire sous cape en l'évoquant et s'en moquer sournoisement, quand nous avons été le premier à oser, la sortir de l'oubli.

     Le matin du 10/07/01, nous avons fait  une petite enquête à la médiathèque de Basse-Terre (Guadeloupe) au sujet de cet article incroyable "La Lune artefact extraterrestre ?" d'Avril 2000 de la revue "Pour la Science" et malheureusement justement ce n° en question, chose impensable,  avait disparu. Mais nous n'avons cependant rien trouvé dans les numéros  ultérieurs, qui annonce que c'était un article poisson d'Avril.

     Il est à noter que dès 13/02/98,  nous avons  publié sur le Web,  "les mystères de la Lune" et dès le 4/12/99 , notre  article "sur Rose C" et l'on ne pourra pas nous accuser donc  de plagiat.

      Nous nous sommes aussi posés la question de savoir, quelle avait été la réaction des lecteurs de "Pour la Science" à la suite de cet article d'Avril 2000. Dans le n° suivant de Mai 2000, il n'y avait rien dans la "tribune des lecteurs" et c'est normal, car le courrier reçu est toujours imprimé au moins deux mois après. Le n°  de Juin 2000, lui possédait bien des missives de lecteurs parlant de "l'apport arabe" de "l'autisme à l'envers" aussi de  "l'Euthanasie   d'exception " paru dans ce même n° d'avril 2000, mais il n'y avait rien sur cette affaire de "lune artificielle" qui est pourtant, à notre avis, l'un des articles les plus révolutionnaires jamais publié à ce jour dans cette revue et même, nous le pensons, dans aucune autre revue de cette nature.

     Autre rebondissement :
Le 25 juillet 2001, nous avons pu consulter enfin,  ce n° d'Avril 2000 de la revue "Pour la Science", et cela  grâce à l'amabilité d'un ancien camarade de Lycée, rencontré bizarrement , comme par hasard dans une Grande Surface de notre région. Voici d'ailleurs la couverture de ce fameux numéro :



     Nous avons alors constaté que l'article extraordinaire, cité plus haut, "la lune artefact extraterrestre?", s'étend uniquement sur toute la page 16, possède une photo de la Lune d'un diamètre d'environ 6 cm en illustration, ne présente, cela est très bizarre aucune bibliographie en annexe, alors que plus haut nous en avons une, et fait surtout partie d'une série d'articles allant de la page 16 à la page 94 regroupés sous la rubrique : "Perspectives scientifiques".

     Il nous semble donc, impensable, qu'un article écrit dans ces conditions (et de plus dans une revue qui n'a pas du tout l'habitude de faire des farces), soit un article totalement "bidon" .

     De plus, d'après certaines vérifications que nous avons faites, nous avons trouvés tout à fait sérieux, les arguments présentés qui sont parfaitement structurés et logiques sans aucune incohérence sous-jacente. Par exemple seul, un chercheur authentique peut savoir qu'en 1948, l'écrivain britannique Arthur C. Clarke a publié une nouvelle nommée "La Sentinelle", où il imagine que des extraterrestres avaient placé sur la Lune une balise, qui se déclencherait dès qu’elle serait découverte, signalant à ses constructeurs que l'homme avait atteint l'âge de l'astronautique.  Cette idée de balise, restituée en 1968, dans l'ouvrage et le film, bien sûr, "2001 l'Odyssée de l'espace" est un monolithe en forme de pavé droit, qui a été enfoui il y a des lustres dans un cratère de la Lune, et qui est en résonance avec un signal en provenance de Jupiter. Mais nous avons cet ouvrage de 320 pages, publié en début 1970 dans la collection "J'ai lu" d'après le manuscrit original de 1968 publié chez Robert Laffont et nulle part, il n'y est fait mention de cette première nouvelle d' A.C.Clarke "la sentinelle" pourtant à l'origine du succès de ce grand film. Donc les chercheurs qui nous parlent de cela, semblent être parfaitement documentés et nous pensons finalement que leur article est tout à fait sérieux, tout en étant soi-disant bidon. Nous avons cependant noté, qu'ils ont omis de mentionner "la rotation synchrone" de la Lune autour de la Terre, qui à notre avis, est toute aussi surprenante, même si d'autres corps célestes de notre système solaire, présentent la même caractéristique, difficilement imputable, nous le pensons fermement,aux "caprices du Hasard"

     Pour tirer cela au clair nous avons adressé à la revue en question,le message suivant en date du 19/08/01 :

     Bien chère équipe de "Pour la Science".

     Fidèle lecteur de votre revue que je me procure dans la Grande Surface voisine de chez moi, je suis particulièrement intéressé par vos articles ayant trait à notre système planétaire. En effet, par exemple, j'ai été particulièrement heureux d'apprendre dans l'article remarquable d' Éric Bois, de votre numéro 285 de Juillet 2001, qu'à part sa rotation obligée autour de la Terre, la Lune possédait un deuxième synchronisme bien expliqué dans cet article et que je ne reprendrai pas ici.

     Si je vous écris à nouveau aujourd'hui, c'est pour que vous ayez l'extrême amabilité de me confirmer que les scientifiques P .THEBARN et R. LYEHOOK auteurs de l'article extraordinaire intitulé "La lune, artefact extraterrestre ?" publié dans votre n° 270 d'Avril 2000, sont bien des membres de l'Université Miskatonic à Rhode Island et qu'ils ont bien publié en anglais cet article dans les pages de votre homolgue américain "the Scientific American"

     D'autre part,  pourriez vous aussi avoir la gentilesse de m'expliquer le fait que sur votre site à l'adresse web suivante: http://www.pourlascience.com/numeros/pls-270/lune.htm , vous avez mis, en annexe à l'article précité de ces scientifiques, une bibliographie sommaire qui ne figure nullement en fin de l'article page 16 du n° 270 en question.

     Recevez messieurs l'expression de meilleurs sentiments.

          Fred Idylle



     Nous avons alors reçu le 20/08/01, la réponse suivante :

     M Idylle,

     J'ai bien reçu votre e-mail et je vous remercie pour l'intérêt que
vous portez à notre revue.

L'article "La Lune, artefact extraterrestre?" du N° 270, avril 2000, de Pour la Science est une (mauvaise?) blague du 1er avril ;-)) En revanche les compléments à cet article mentionnés sur notre site Web sont très sérieux.

D'autre part, je vous envoie, en fichier joint, l'index des articles publiés dans Pour la Science depuis le numéro 0........ (articles.rtf)
En vous remerciant de votre participation, je vous prie de croire à l'assurance de ma considération.

> Cyril Lamotte
> cyril.lamotte@pourlascience

>
> Pour la Science
> 8, rue Férou
> 75278 Paris Cedex 06
> Tél : 01 55 42 84 00
> Fax : 01 55 42 84 39
>
> Http://www.pourlascience.com


      La cause est donc entendue cet article est bien bidon. Nous en prenons acte. Mais il arrive parfois que notre "subconscient" nous joue des tours pendables et cela fait partie du domaine de la parapsychologie que nous avons très peu abordée sur ce site.

     D'ailleurs il faudrait vérifier si cette revue a déjà publié aussi allégrement d'autres articles bidons en Avril des autres années.

     En effet pourquoi cette revue se permet-elle d'agrémenter d'une bibliographie bizarrement appelée "commentaires très sérieux" un article qui se veut bidon et que Monsieur Cyril Lamotte, qualifie lui même pudiquement de "mauvaise blague".

     Alors que c'était le devoir de cette revue de révéler à cet endroit, qu'il fallait ignorer cet article bidon, elle y ajoute comme pour regretter de l'avoir fait, les ouvrages "sérieux" à consulter sur le sujet. Vous ne trouvez pas cela curieux ? ...

      Il conviendrait d'ailleurs alors de se demander aussi pourquoi des scientifiques de haut niveau éprouvent le besoin de se défouler en publiant des articles bidons sur des concepts et des interrogations qui les embarrassent grandement et au sujet desquels, ils n'apportent aucune réponse satisfaisante.

      Il est aussi anormal qu'aucune lettre, même de protestation n'ait été publiée au sujet de cet article, afin que la revue ait au moins l'honnêteté de révéler qu'il s'agissait d'un canular.

     Cela pourrait signifier que ces lettres auraient été évincés pour être étudiées souverainement par ceux la même qui ont monté ce canular dans le seul but d'avoir des informations substantielles sur un sujet tabou en haut lieu ...

      Ces scientifiques par exemple s'interrogent, sans le crier sur les toits, au sujet de la rotation synchrone de la Lune autour de la Terre, et aussi au sujet la distance de la Lune à la Terre 400 plus petite que celle de Terre au Soleil et cela en concordance avec le fait que le diamètre apparent de la Lune est lui aussi 400 fois plus petit que celui du Soleil, si bien que la Lune peut recouvrir parfois, exactement le globe solaire dans une éclipse totale. Donc si cet article est bidon à notre avis, c'est sournoisement de la part de ces scientifiques, une manière de "prêcher le faux pour savoir le vrai", et étudier les réactions des lecteurs au sujet de concepts évidemment non enseignés dans leurs universités. C'est une tactique vieille comme le monde qui frise ce que l'on appelle actuellement la "désinformation ciblée " .

      Mais quittons cette triste affaire d'article bidon, pour parler justement d' un autre rebondissement de l'affaire Rose C, encore plus incroyable, qui allait nous venir , toujours grâce à l'ami inspiré Joël Baran, en la matière d'un texte d'une densité révélatrice inouïe tiré à l'époque du site :
http://www.leadingedgenews.com/article.html

     Il s'agit de l' interview d'un certain Dr en Physique, du nom d' Alfred Bielek, auteur "de l'Expérience de Philadelphie", interview réalisée par Kenneth Burke au Congrès mondial des Sciences , Daytona Plage, la Floride en Août 1997.

     Voici donc une modeste traduction du passage qui parle de la Lune. Mais si vous êtes cardiaque, veuillez sauter ce paragraphe svp :

"Bien sûr la lune possède des exploitations minières que régissent des intérêts Russo-américains et évidemment des intérêts extraterrestres. Nous exploitons la face cachée de la Lune pour y soustraire du titanium.La lune est un objet artificiel. Elle n'est pas naturelle. Elle fut construite comme un véhicule spatial par une entité il y a longtemps et fut mise sur orbite car apparemment on avait des problèmes avec elle. Que vous le croyez ou non, parce qu'on a aucune preuve de cela, l'histoire révèle que ceux qui résidaient dans la lune orbitale originelle d'antan, ont construit eux mêmes, une plus petite lune et sont partis. Il existe des récits dans la littérature védique indiquant qu'à une certaine période il y avait deux lunes orbitant autour de la Terre. Antérieurement à une période de 25000 ans il n'y avait pas de lune en orbite terrestre. Elle y a été apportée et mise en orbite. Nous y sommes montés et nous  extrayons du titanium de la face cachée. "

     Nous avons comme, à notre habitude, souligné en rouge les passages qui corroborent ce que nous a révélé Rose C, et que viennent de supposer les scientifiques précités de la revue "Pour la Science", dans leur article "potentiellement bidon".

     Quant à cette affaire d'exploitations minières sur la Lune, nous ne sommes pas qualifiés pour en discuter. Rendez-vous sur le site :

http://membres.lycos.fr/frendelvel/

     Comme vous le savez, notre amie Rose C, qui pourtant n'avait aucune qualification pour le faire, nous avait déjà mis en évidence, il y a des années, cette affaire de Lune artificielle, alors qu'aucun écrivain, à l'époque , même de science fiction, n'aurait osé, en évoquer seulement la possibilité. Aussi nous supplions encore une fois, tous ceux qui ont eu l'incomparable privilège de connaître cette dame, de tout mettre en œuvre pour retrouver dans sa correspondance, ou auprès de ses proches la preuve définitive et inestimable de ses dires et de son incroyable aventure. Affaire à suivre donc...

PS en date 14 /02/03.

     Bien que ceci soit sans rapport avec notre affaire de Rose C, mais cependant puisque cela concerne aussi la Lune, nous vous donnons quelques éléments d'une missive très importante parlant de cette histoire de sentinelle, dont nous avons parlé plus haut :

----- Original Message -----
From: f.....h ...
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Wednesday, February 12, 2003 5:03 AM
Subject: Réaction à votre site
           Bonjour,

     Je suis un lecteur assidu de votre site, bien que je n'en partage pas du tout les opinions.
     Je l'ai découvert en cherchant des infos sur la Lune et
je voudrais réagir à un des articles concernant l'aventure de Rose C. et en
particulier le "rebondissement" de "Pour la Science".
Je voudrais vous faire remarquer que je ne suis pas un "chercheur authentique"
et pourtant je connaissais l'existence de la nouvelle
"La sentinelle" (sans en connaître la date de parution, c'est vrai). Je sais
également que l'Université Miskatonic dont se réclamaient les deux auteurs
est une université inventée par Lovecraft dans sa série de livres autour du
Mythe de Cthulhu.
Je pense que pour prendre du recul par rapport aux théories
que vous developpez dans vos pages, vous devriez lire plus de SF. Peut-être
découvreriez-vous que ces idées de Lune artificielle ont été developpées
dans les années 30 par des auteurs de "Weird Tales" ?
(je ne suis pas spécialiste, je ne peux pas vous aider plus :-).

     Cordialement,

     F... H....


    En réalité pour ARTivision, chaque individu peut être considéré comme un chercheur authentique , sans qu'il soit utile de lui décerner une médaille à ce sujet et le mystère du Cosmos (dont l'être humain est partie intégrante), est si grand, que chacun peut espérer en découvrir une partie à un moment donné. D'ailleurs qui sait vraiment le pourquoi de sa venue sur cette planète ? Notre article intitulé "De l'autre côté du miroir", a essayé, sur la pointe des pieds, d'aborder aussi ce sujet.

     Quant à dire, qu'il nous faut lire davantage de Science-fiction pour découvrir les mystères de cette planète, nous sommes entièrement d'accord à ce sujet, car nous admettons sans problème que tout ce que l'homme, peut imaginer, il le réalisera un jour, et mieux, il l'a déjà réalisé quelque part, dans l'infini du Cosmos.(Voir justement plus bas notre paragraphe VIII ).

     Nous n'avons pas eu le privilège de lire les "Weird Tales" dont parle cet internaute et nous serions très heureux d'y découvrir les passages où l'on nous y entretient d'une lune artificielle, et nous nous posons déjà la question de savoir si Rose C pouvait en 1952 en avoir pris connaissance ? Et nous supplions ceux qui ont les réponses à cette question cruxiale, de ne pas hésiter à nous en faire part. Merci d'avance et merci surtout à cet internaute pour ses observations subtiles placées ci-dessus.

     En ce qui concerne la nouvelle d'A.C. Clarke "La sentinelle" nous avons aussi grâce aux informations ultérieures de cet internaute pu mettre la main dessus dans nos propres dossiers, car nous ne pouvons nous souvenir de tout ce qui s'y trouve.

Voir donc un resumé à l'adresse : http://www.artivision.fr/docs/Nasatangible.html

IV Document complémentaire spécifique en date du 29/03/04.


     Le 6 Mars 2004, nous avons reçu de notre ami belge au nom si prédestiné, Pierre Lux, le texte de circonstance suivant ( les couleurs sont de nous évidemment) :

La Lune creuse.

     Par Zeh pour Aenigma Project ©

     Dans les chroniques tibétaines, il est dit qu'aux temps "antédiluviens" i1 n'y avait pas de Lune dans le ciel. Ce thème fut repris par certaines légendes slaves. Le mystérieux "Livre de la Révélation" raconte que la Lune a été capturée par la Terre, i1 y a treize mille ans.

     Il est curieux de noter que la conquête lunaire a dissipé les mythes récents qui couraient sur la Lune, pour mieux accréditer ceux dont l'âge est immémorial. C'est dans le numéro de juillet 1970 de la revue Spoutnik que deux scientifiques russes ont développé une thèse merveilleuse qui, à première vue, explique la totalité des singularités lunaires mises en évidence par la conquête de notre satellite. Selon Mikhaïl Vasine et Alexander Chtcherbakov, tous deux de l'Académie Soviétique des Sciences, la Lune est creuse ! Air connu ! direz-vous. Mais les deux savants ajoutaient que " la Lune n'est pas un satellite naturel de la Terre, mais un énorme planétoïde creux, construit par quelque civilisation hautement avancée et sophistiquée technologiquement, aménagé artificiellement à l'intérieur et qu'ils ont placé en orbite autour de la Terre, i1 y a des milliards d'années (1)". Outre le carburant qui a dû servir au voyage, la cavité interne de la Lune "doit contenir aussi des accessoires et des appareils pour effectuer des réparations, des instruments de navigation, des dispositifs d'observation et toutes sortes de machineries (2) ". En d'autres termes, l'immense vaisseau spatial que constitue la Lune contiendrait tout ce qui est nécessaire pour jouer le rôle d'une espèce, d'arche de Noé conduite par des créatures intelligentes pour un voyage à travers l'espace qui dura des centaines de millions d'années. Peut-être était-ce le logis d'une civilisation entière d'êtres dont la planète originelle n'était plus capable d'entretenir la vie ? Aujourd'hui, la Lune est soit une ville morte servant de tombeau à la civilisation qui s'y trouve en son sein, soit une coquille pleine d'instruments spéciaux, lesquels furent contrôlés automatiquement longtemps après que le satellite fut abandonné en orbite terrestre par ses habitants à une époque difficile à préciser.

     Ainsi, la Lune est une sphère entourée d'une paroi fine. Probablement cette enveloppe extérieure est formée de deux couches dont une externe grossièrement façonnée qui absorbe les chocs des impacts météoritiques et dont l'épaisseur doit atteindre trente-deux kilomètres. En dessous de l'enveloppe intérieure, il y a probablement des gaz qui constituent une atmosphère pour entretenir la vie et qui sont aussi utilisés dans des desseins technologiques tels que la croissance des légumes et diverses autres plantes. Encore plus bas, doivent se trouver les " zones de vie ", dans le noyau de la Lune, avec les réserves de fuel (Note du WebMaster : Il est très probable qu'une telle civilisation peut synthétiser toute matière et n'a pas besoin de fuel) , les machines et tous les divers équipements requis pour produire la lumière, l'air conditionné et les autres besoins nécessaires à une civilisation totalement autonome. Une telle structure interne creuse de la Lune doit expliquer pourquoi la densité de la Lune est trois fois moindre que celle de la Terre. A première vue, notre théorie peut paraître folle, écrivaient Vasine et Chtcherbakov, mais plus nous examinons avec soin toutes les informations recueillies par l'homme sur la Lune, plus nous sommes convaincus qu'il n'y a aucun fait qui contredise notre thèse. Aucun scientifique étudiant l'origine de l'univers n'a une théorie sérieuse pour expliquer comment le système Terre-Lune est arrivé à se former. Et d'énumérer les nombreux mystères lunaires qui trouvent une solution rationnelle quand on leur applique l'hypothèse du vaisseau spatial. La taille des cratères va jusqu'à 150 kilomètres de diamètre, mais leur profondeur ne dépasse jamais 3 kilomètres.

     Pourquoi ? Tout simplement parce que les météorites les plus grosses ont été arrêtées par la carapace blindée... Le fond des cratères lunaires n'est pas concave mais convexe. Cela vient du fait que la coque lunaire est arrondie. Le "Mur droit" est le bord d'une partie du blindage qui s'est relevée sous l'effet d'un terrible impact météoritique. Que sont les « mers » plates de la Lune ? Mais des régions où l'enveloppe protectrice externe est déchirée et a été remplie par l'équipage d'une sorte de ciment qui, en séchant, est devenu lisse. Pourquoi ces régions ont-elles un pouvoir gravitationnel plus fort que les autres ? Parce que l'équipage mit plus de ciment là où se situent les pièces de réparation les plus grosses. C'est là qu'on aurait en outre localisé les énormes mascons (Concentrations de masse énormes qui ont la particularité de perturber la trajectoire des sondes en orbite.) Certains rochers rapportés de la Lune ont un fort pourcentage de métaux rares et ils possèdent une résistance extraordinaire à la chaleur et à la corrosion. Ce sont des morceaux détachés de la croûte blindée par des impacts. La différence marquée entre les faces visible et invisible de la Lune, cette étrange "dichotomie" pourrait aussi résulter d'une exposition inégale aux astéroïdes au cours du périple qui amena ce Spoutnik gigantesque dans la périphérie terrestre.

     Les savants soviétiques ont ainsi trouvé une cause au déroutant magnétisme lunaire, aux vibrations sans fin que déclenche le moindre impact sur le lurain, à l'âge fantaisiste de la Lune, aux émanations accidentelles de gaz - ce seraient des fuites ou purges de l'atmosphère interne de l'astronef - et au fait aussi que l'orbite lunaire est proche d'un cercle parfait. Cette accumulation d'arguments en faveur de cette thèse extravagante n'impressionne pas James Oberg qui parle à son propos de la "farce spatiale soviétique". Et de déplorer amèrement que l'article de Spoutnik ait été traduit en anglais et ait fait des émules. Tel le docteur G. E. Mueller de la N.A.S.A. qui, reprenant la théorie à son compte dans un propos tenu à Sidney en Australie, déclarait, qu'elle seule pouvait expliquer les réverbérations causées par le crash du module lunaire d'Apollo 12 et ensuite par celui du troisième étage de la fusée Saturne porteuse d'Apollo 13. Dans un article paru dans "Beyond Reality" d'octobre 1977, Don Wilson, supporter américain de la Lune creuse, rapporte que de nombreux physiciens et astronomes ont lu son livre : Notre mystérieux vaisseau spatial lunaire, sans y déceler la moindre erreur scientifique fondamentale. Donc, selon Don Wilson, un nombre de plus en plus grand de savants en viennent à tenir la théorie soviétique comme valide. Oberg note que Wilson se garde bien de citer des noms et que lui-même pourrait énumérer une foule d'inexactitudes scientifiques qui le convainquent que Wilson est un "ignorant".

     George Leonard, bien entendu, abonde dans le sens de Wilson en écrivant gratuitement que des physiciens britanniques d'Oxford et de nombreux scientifiques soviétiques, ont adopté l'idée du vaisseau spatial pour la Lune. Wilson, pour sa part, rappelle l'interprétation de l'astrophysicien soucoupomane, le Dr Morris Jessup qui, autour des années 60, ayant étudié les phénomènes lumineux remarqués sur la Lune, avait conclu que l'astre devait être occupé par des extra-terrestres qui y avaient établi leur base. A l'appui de son idée fixe, Wilson retient aussi les résultats de l'analyse des mouvements de la Lune faite par le Dr George Mac­Donald, de la N.A.S.A., qui semble indiquer que la Lune est plus dense à sa surface qu'à son intérieur ! Le Dr Sean C. Solomon, du M.I.T., au vu des dernières valeurs du "champ gravitationnel" de la Lune, infére lui aussi "l'effrayante possibilité" que la Lune puisse être creuse. Et comme Chklovsky et Sagan ont écrit qu'un satellite naturel ne peut être creux, un article publié dans "Science News" (29 novembre 1974) proposait que notre si bizarre Lune soit une sphère creuse en titane ! Décidément, l'esprit humain a une propension marquée à croire creux tout ce qui l'entoure. Est-ce dans l'espoir d'y chercher refuge un jour ? Nous ne serions pas étonnés que les psychanalystes trouvent dans cette tendance quelque instinct secret hérité de la période prénatale que chaque individu a vécu dans la cavité utérine de sa mère !

Fin de citation du texte.



V Prolongement spécifique très révélateur en date du 18/09/05.


      En effet le 29/08/05, nous avons reçu de l'ami Jean-Philippe, des informations remarquables sur le changement dimensionnel, (Voir ausi notre article Ameriquechocretournote.html) , qui se prépare sur cette planète et en particulier un texte de l'entité Arcturius du 15/09/2005, correspondant à la channellistion n° #677 extrait du site de l'époque :

http://www.paoweb.com/sn090605.htm

      Ce site n'étant plus opérationnel voir si on peut le retrouver à :http://www.archive.org/web/web.php

      Et en français à la page :

http://lespasseurs.com/dotclear/index.php/2005/09/15/677-les-grandes-transformations-de-la-planete-et-du-systeme-solaire

, dont voici quelques passages significatifs traduit par Renée Royer-Salles :

Les grandes transformations de la planète et du système solaire.



      " Selamat Jarin !

      Nous venons une nouvelle fois devant vous, chers Coeurs !

      Votre planète se prépare pour de grands changements sur sa surface.

      Cette reconstruction radicale de la surface réduira votre planète à un diamètre de 4847 Kms à l'Equateur et un peu moins de 4660 Kms au 70e degré de longitude. Ce processus fera qu'elle ressemblera plus à un ballon et permettra à la Terre Mère de bloquer à nouveau les 24 plaques tectoniques majeures qui font partie de sa surface. En plus, le manteau qui se trouve en dessous de la croûte deviendra légèrement plus fin, causant une série de gigantesques émissions de magma dans des endroits précis pour permettre que les continents engloutis de l'Atlantide et la Lémurie surgissent une nouvelle fois. Finalement, la rotation de votre planète augmentera afin qu'un jour solaire terrestre ait une durée exacte de 24 heures. Avec l'accélération de la rotation et l'augmentation de la production d'énergie dans le noyau, le champs électromagnétique de la Terre peut revenir à ses hauts niveaux précédents. Alors que la planète atteint son niveau de santé naturel, son environnement de haute énergie peut soutenir un plus vaste et complexe écosystème....

      Un autre changement majeur dans le système planétaire de la Terre Mère concerne son actuelle Lune. Ce satellite de la Terre a été mis en orbite il y a environ 27.000 ans. La Lune était à l'origine un planétoïde artificiel construit, il y a des millions d'années, par l'Empire Draconien , et plus tard modifié par ceux d'Orion à cause d'une attaque massive qui a fait beaucoup de dégâts à votre système solaire. Lorsque la Fédération Galactique est revenue il y a environ 900.000 ans, cette Lune avait été sérieusement endommagée et laissée à la dérive dans l'orbite entre Mars et la Terre. Il est temps maintenant de remplacer ce royaume artificiel par deux satellites naturels qui jadis étaient sur l'orbite de votre monde. Ils vont être placés de chaque côté de la Terre, à environ 386.000 kms. Lorsque le temps sera venu, la Lune sera remorquée vers l'espace interstellaire et détruite.

      De même que la Terre, Mars et Vénus deviendront à nouveau des mondes entièrement peuplés d'eau. Alors que Vénus est un peu plus petite que la Terre, elle ressemblera de très près à votre maison d'origine. Cependant, il lui manquera la vibration et l'énergie de sa sœur. Pourtant, la ressemblance sera étonnante.

      Mars est bien plus petit et il lui manque actuellement ses deux lunes qu'elle possédait jadis. Ainsi que pour Vénus et la Terre, ses lunes doivent être recrées par les Elohim planétaires. Une fois ceci réalisé, ces lunes, avec des atmosphères denses, pleines d'eau, et des belles montagnes, elle pourra à nouveau accueillir la vie. Comme vous le voyez, le système solaire intérieur va être bien transformé à partir de sa forme actuelle. Le système solaire extérieur commence avec la plus grande des planètes d'eau, que nous appelons Bellona. Ce monde se trouvait jadis à environ 47.000 kms, et il se trouve actuellement dans la Ceinture d'Astéroïdes.

      Le nouveau système solaire va être un véritable bijou, et sa gloire couronnée est votre maison, la Terre Mère....
"

      Fin de citation

      Bien qu'ARTivision ait lancé dès le 4/12/1999, en exclusivité sur le Net français, cette affaire de Lune artificielle, nous restons sans voix devant de telles révélations , qui déclassent, sans contestation possible, tout ce que les meilleurs auteurs de Science-Fiction ont imaginé. Mais, cependant, aux chers détracteurs, qui ont bien ri sous cape, en 1999, à la sortie de cet article sur la Lune artificielle,...disons simplement maintenant... A bon entendeur ... Salut ...

VI Nouveau prolongement spécifique révélateur en date du 12/07/06.


      Le 12 Juillet 2006, nous avons eu le plaisir de recevoir de notre vieil ami Claude , le message suivant :

----- Original Message -----
From: Claudisa71
To: fred.idylle@wanadoo.fr
Sent: Wednesday, July 12, 2006 7:07 AM
Subject: Lune creuse

      Bonjour Fred    
      A l' adresse ci-dessous, cet article concernant la Lune :

      Cosmiquement vôtre
      Claude

http://www.ufopublication.com/index.php?option=content&task=view&id=1037&Itemid=2

UFO PUBLICATION
Actualité des grandes énigmes

      Et si la Lune n'avait pas été là ?

      11-07-2006

      Christopher Knight a écrit six livres dont le dernier titre est "Qui a construit la Lune ?". Dans cet ouvrage il soulève quelques questions étonnantes : La Lune est-elle artificielle ? Pourrait-elle être creuse ? Est-elle vraiment ici par hasard ?




      Christopher Knight arrive à une conclusion hallucinante au sujet de son origine (Note : La Lune aurait été manufacturée par des hommes venus du futur)

      La lune est très proche de la Terre et encore considérée comme l'objet le plus étrange du système solaire. Le livre énumère les bizarreries de la Lune, qui incluent le fait qu'elle n'a pas de noyau plein comme les autres planètes. Pour C.Knight, soit elle a une densité très faible, soit elle est creuse (ses masses sont concentrées dans une série de points juste sous la surface). La lune a aussi un comportement qui tient du miracle. Elle est exactement quatre cents fois plus petite que le Soleil, mais aussi quatre cents fois plus près de la Terre, de telle sorte que le Soleil et la Lune semblent être avec précision exactement de la même taille dans le ciel, ce qui nous permet d’avoir des éclipses totales et parfaites de Soleil !

      En outre, la Lune reflète le mouvement du soleil en se levant au même point de l'horizon pendant les solstices d'hiver et d'été (la Lune se lève en plein hiver au même endroit que le soleil se lève en plein été). De plus, si la Lune n'avait pas exactement cette taille, cette masse et cette distance lors de chaque étape de l'évolution de la Terre, il n'y aurait eu aucune forme de vie sur notre planète. Elle agit comme un "stabilisateur" qui retient l'eau liquide sur notre planète et qui produit l’alternance des saisons, sans elle la Terre serait similaire à ce qu’est la planète Vénus, c'est à dire sans eau ni carbone dans son atmosphère !

Fin de citation

      Comme vous le voyez, les idées hardies sur la Lune d'ARTivision, lancées dés le 4/12/1999, viennent, de plus en plus, à l'ordre du jour, sur le Net. Et ceux qui riaient alors sous cape et qui ont qualifié, de totalement saugrenues, ces idées de notre site, vont s'en mordre les doigts et ils prendront, à leurs risques et périls, le train en marche, n'est-ce pas !!!.

Quelques ouvrages de reférence :

1. Our Mysterious Spaceship Moon 1975 par Donald K Wilson et publié en France, sous le titre "Un vaisseau spatial nommé Lune", chez Albin Michel en 1979, dans le prestigieuse collection "Les chemins de l'impossible".

2. Info, vol. 2, n° 3, Automne hiver 1970, d’après le livre de Michel Granger "La face cachée du ciel" , publié en Juin 1979 également dans "Les chemins de l'impossible".

Copyrights © Aenigma Project.

Cet article vient de AENIGMA PROJECT.
http://www.aenigmag.com

The URL for this story is:
http://www.aenigmag.com/article.php?storyid=51


VII Quand Monique Mathieu nous confie un message transcendant concernant la Lune (paragraphe en date du 22 Juin 2008).


      Le 18/06/08, nous avons reçu de notre ami Claude (auteur du site coublanc) l'adresse d'un texte vraiment hors normes concernant la Lune dont la pleine lune allait être le 18 Juin 2008.

     Vous trouverez donc ce texte extraordinaire sur la page :

http://www.choix-realite.org/?5155-message-de-liva-notre-lune

     De ce texte admirable nous extrayons, entre autres choses pour l'instant de sublimes les expressions :

" La Lune a une énorme importance à plusieurs niveaux. Elle est, comme la Terre, habitée par une entité mère. Elle se serait déjà morcelée en astéroïdes si elle n’était pas protégée par cette entité tout comme la Terre est protégée par la sienne ...Lorsque des Terriens sont venus sur cet astre et y ont posé les pieds, certains ont eu la confirmation que la partie cachée était habitée, occupée par des structures, des bases gigantesques. Vos gouvernements le savent et c’est une des raisons pour lesquelles il leur a été interdit de continuer cette conquête. "

     Il se trouve que c'est exactement, ce que dit Adamski dans le texte suivant :

"- Beaucoup de vos savants ont exprimé l'idée que la Lune est un corps mort. Si cela était vrai et que la Lune était morte, suivant le sens que vous donnez à ce mot, il y a longtemps qu'elle aurait disparu de l'espace par désintégration. Non ! Elle est bien vivante et supporte une vie qui comprend des humains. Nous avons nous-mêmes un grand laboratoire juste au-delà du bord de la Lune, hors de la vue de la Terre, dans la section tempérée et fraîche de ce corps."

"A l'intérieur de vaisseaux de l'espace " voir mon article à :

http://www.artivision.fr/docs/RetourauCosmos.html

     Quant à ces "des bases gigantesques" évoquées par Monique Mathieu et surtout ce "grand laboratoire" de la face cachée dont parle Adamski, nous attendons toujours que des experts veuillent bien nous éclairer sur la nature de cette superstructure découverte en 1972 par l'ami Michel Girard sur la page 33 du PARIS MATCH n° 1028 de 18 Janvier 1969, dont voici la représentation :


et en 3D c'est encore mieux :


      Il est à noté qu'aucun média à l'époque n'a parlé de cette super-structure, car à notre avis, on n'était pas prêt pour encaisser une telle découverte.

     Tous les détails de cette incroyable affaire se trouve sur ARTivision à l'adresse suivante :

http://www.artivision.fr/docs/match.html

VIII Quand Cassini Huygens, nous photographie l'impossible satellite de Saturne : Japet (Iapetus en anglais) (paragraphe en date du 13/10/2010).


     En nous présentant Japet (qui avait été photographié par Voyager 2 en Août 1981), lors de son Sixieme tirage en 1994, les auteurs de l'ouvrage "Constellation et Planètes" sous la forme cartographiée stylisée :



, étaient loin de s'imaginer que ce satellite allait plus tard étonné, (au sens le plus fort du terme), toute la communauté scientifique, car il présente une caractéristique unique dans le système solaire.

     On savait déjà, que ce satellite, à peu près en forme de noix, avait un diamètre d'environ 1460 Km et, comme on le voit sur la photo, qu'il avait un hémisphère orienté dans le sens de son mouvement autour de Saturne aussi noir que du charbon (nommée Cassini Régio), et qui ne reflétait à peine 5% de la Lumière, tandis que l'autre hémisphère était blanc comme de la neige sale et réfléchisait 50% de la lumiére reçue.

     Mais voyons donc maintenant, comment officiellement, en 2005, on voyait cette affaire de Japet :



     Notre modeste traduction pourrait donner :

" Japet une lune de Saturne montre un ceinturon exorbité . 7 Janvier 2005


(Source : Jet Propulsion Laboratory )

     Images renvoyées par les caméras de Cassini de la NASA lors de survol à la Saint-Sylvestre de Japet, satellite de Saturne (tuss oeil-APP-eh) montrent des caractéristiques étonnantes à sa surface, qui alimentent chaudement les discussions scientifiques, sur leur origine, .

     Une de ces caractéristiques est une longue crête étroite qui se trouve presque exactement sur l'équateur de Japet, et qui le divise en un hémisphère sombre et qui atteint 20 kilomètres d'altitude (12 miles). Cette crête s'étend sur 1 300 kilomètres (808 miles) d'un côté à l'autre, le long de son équateur. Aucune autre lune du système solaire n'a une aussi surprenante caractéristique géologique. Par endroits, la crête est composée de montagnes. En hauteur, ces montagnes rivalisent avec l' Olympus Mons sur Mars, et sont environ trois fois la hauteur du Mont Everest, ce qui est surprenant pour le si petit corps qu'est Japet. Mars est presque cinq fois la taille de Japet."


Fin de la traduction.

     Mais voyons cela de plus près :


    Puis rapprochons nous, un peu plus :



     ...Et en couleur c'est encore plus beau :



     Pas mal n'est-ce pas, ce bourrelet de 20 kilomètres de hauteur, et autant de largeur...

     ...Enfin en stylisation complète, tout est imaginable :



...Et alors même l'affaire de cratères alignés, peut s'expliquer aisément...



     Les Dieux , qui ont su téléporter une lune autour de la Terre, n'ont sans doute eu, pas grand mal à construire et placer Japet aux alentours de Saturne... n'est-ce pas !!

     D'ailleurs à un niveau bien moins élévé, mais tout aussi surprenant, nous avons déjà vu dans notre article :
http://www.artivision.fr/docs/remucos.html

,comment ces Dieux, opéraient dans notre système solaire, pour se procurer des minéraux utiles à leur civilisation sur Miranda, cette petite lune d'Uranus :


     En effet, certaines figures de ce génie civil cosmique, sont en forme d'ovales très allongés et dont les structures évoquent incontestablement des champs de courses de chars romains à la "BEN HUR":


     D'autres encore présentent des formes étonnantes d'une structure anguleuse, tel le désormais célèbre "chevron" situé au pôle Sud :


    La seule explication scientifique trouvée de nos jours pour justifier une telle fantaisie de relief sur Miranda est toute aussi incroyable en elle même : Miranda serait une planète ressuscitée, c'est à dire qu'elle aurait volé en éclat à la suite d'une violente collision, mais ses morceaux au lieu de se disperser dans l'espace se seraient agglomérés de nouveau pour former dans le désordre, ce puzzle sphérique que nous avons découvert, montrant à sa surface des "grumeaux" provenant des entrailles de son incarnation intérieure.(sic)

    Inutile de dire ici évidemment, que nous ne souscrivons pas du tout à cette explication hallucinante, qu'aucune simulation informatique n'est venue, on s'en doute, confirmer.

    C'est à vous qu'il convient dès lors, de juger tout cela !!

     Si vous voulez plonger dans d'autres mystères planétaires, cliquez s.v.p sur les articles d'ARTivision ci-dessous :

     http://www.artivision.fr/docs/match.html
ou http://www.artivision.fr/docs/mars.html
ou http://www.artivision.fr/docs/mercure.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Nasajury.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Nasatangible.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Nasatangiblesuite.html
ou http://www.artivision.fr/docs/remucos.html
ou http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteSA.html
ou http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteSVJ.html
ou http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteCe.html
ou http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteMHetFR3.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Gille.html
ou http://www.artivision.fr/docs/RoseC.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Roselune.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Terresym.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Terresymplus.html
ou  http://www.artivision.fr/docs/unplusdansespace.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Ameriquechocretour.html
ou http://www.artivision.fr/docs/AstroArcheologie.html
ou http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteinternaute.html
ou http://www.artivision.fr/docs/Lumieresoit.html
ou http://www.artivision.fr/docs/cratereTsiolkvosky.html


XI Quand dans un texte trancendant on évoque la présence de la Lune (paragraphe en date du 13/07/2011).


Le 6 Juillet 2001 nous avons eu le privilège de recevoir de l'ami Jean-François la missive suivante:

From: Jean-François V....
Sent: Wednesday, July 06, 2011 5:25 PM
To: fred.idylle@orange.fr
Subject: une affaire concernant sur la Lune

          Cher Fred

     A l'url suivant :
http://www.autresdimensions.com/article.php?produit=1021

, et au paragraphe commançant par "Les conditions ont été créées par l'adjonction,...",on évoque d'une manière extraordinaine notre satellite la Lune.

      A toi, maintenant de te faire une idée...

      Reçois mes plus affectueuses pensées.

      Amitiés Jean-François.
      Nous avons bien sûr, été voir à l'url indiqué et nous sommes tombés sur un texte venant de dimensions supérieures très difficile à saisir. Nous en extrayons alors la portion suivante plutot surprenaante, d'un certain paragraphe (les couleurs sont de nous bien sûr) :

" ...Les témoignages de personnes qui sont réellement mortes vont dans le même sens et décrivent parfaitement la vie dans ce qui est appelé l'astral, avec ses différentes couches, ses différentes strates, jusqu'à ses strates illusoires les plus élevées, que les Maîtres orientaux ont appelé Shamballah, où la vie était paradisiaque, où le corps devenait lumière, où des jardins merveilleux étaient créés, où la vie semblait fonctionner de manière beaucoup plus légère que ce qui existe à la surface de ce monde, de ce coté-ci du voile. Cette illusion parfaite a été entretenue pendant des millénaires par ceux qui, quelque part, tirent les ficelles de ce monde, à votre insu, de manière totalement invisible et qui créent même les conditions de votre perpétuation au sein de l'Illusion, à travers, justement, cette trame astrale, cette matrice astrale appelée le système de contrôle du mental humain. Les conditions ont été créées par l'adjonction, à cette Terre, d'un satellite, appelé la Lune, totalement artificiel, dont le seul but est de recréer, sur un cycle de 28 jours, les menstruations de la femme, comme les marées, et donc d'entretenir une illusion de refléter la lumière du Soleil et de maintenir ce que vous appelez l'électromagnétisme."

     Ce passage unique où l'entité parle de la Lune totalement artificielle mériterait évidemment une plus longue explication. Hélas, il n'en a rien été. A vous de juger tout cela.

IDYLLE Fred


fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil


  Article mis en page le 4/12/1999, et revu le 22/08/2001 , puis le 14/02/03, puis le 29/03/04, puis le 30/05/05, puis le 19/09/05, puis le 21/09/05, puis le 12/07/06, puis le 29/03/08, puis le 22/06/08, puis le 04/07/08, puis le 06/02/09, puis le 13/10/2010, puis le 13/07/2011.

IDYLLE Fred


Retour à la page d'accueil