Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

F.IDYLLE &COPY 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@wanadoo.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :





Les Mystères de la Bible.

AVANT-PROPOS.


            Ce texte représente un résumé très condensé d'une thèse qui vise à expliquer pourquoi l'Ancien Testament diffère fondamentalement du Nouveau Testament.

     Les faits qui y sont cités devront être obligatoirement pris un jour en considération car ils ne relèvent nullement de l'imagination débridée d'un amateur de Science-fiction, mais proviennent de l'étude systématique des textes originaux en hébreu, qui seuls n'ont pas changé d'un "iota" au cours des siècles.

     Toutes les traductions disponibles sur le marché, prennent certaines libertés vis à vis de ces textes d'origine et Voltaire même, le soulignait déjà, au XVIIIème siècle. Aussi nul ne pourra accuser cette thèse de mauvaise foi, s'il n'est pas capable de démontrer dans la forme, c'est à dire texte en main qu'elle est fausse. Quant au fond, chacun est libre d'avoir sa propre interprétation.(Chacun peut imaginer comme il veut ce que représente l'arbre de la connaissance du bien et du mal cité au début de la Genèse).

     L'avenir dira bientôt qui a camouflé la vérité et pourquoi! , car "Il n'y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu ".Matthieu. X-26. Secret qui parait pourtant déjà un peu dévoilé dans ces versets de l'Ecclésiaste:

     "On ne se souvient pas de ce qui est ancien; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard". Chap.1 vers.11.

      "Ce qui a été, c'est ce qui sera et ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera, il n'y rien de nouveau sous le soleil". Chap. I vers.9.

     Mais il y a encore mieux :

     "S'il est une chose dont on dise: Vois ceci, c'est nouveau! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés". Chap. I vers.10.

     Mais, pour mieux clarifier notre démarche et éviter toute ambiguïté, empruntons d'abord à la revue "le Monde de la Bible", n° 137 de Septembre- Octobre 2001, intitulé en couverture "Qui a écrit la Bible", les passages suivants:

     " Seul un croyant de tradition biblique peut affirmer que la Bible est un livre inspiré par Dieu, seul un chrétien y intègre les écrits du "Nouveau Testament", comme s'ils formaient un seul livre avec ceux de "l'Ancien" dont-ils achèvent la révélation, et refuse d'y insérer d'autres écrits postérieurs aux origines chrétiennes, pour ce motif qu'ils détruiraient l'unité de ce livre en brisant sa "clôture"....

     Le dogme chrétien veut dire plus encore, à savoir que Dieu a voulu que sa Parole soit mise par écrit, que ce livre soit écrit tel qu'on vient de le lire pour être transmis à l'universalité des hommes pour toute la durée des temps. Or il y a deux grosses difficultés à comprendre cela....

     C'est d'abord que la Bible n'est pas un livre, mais une Bibliothèque, un ensemble de livres nombreux, de genres littéraires disparates, de langues différentes, dont la composition s'étale sur des dizaines de siècles, dont la réunion en bibliothèque et en Bible s'est faite progressivement à partir de plusieurs centres rédactionnels et éditoriaux et pour des motifs politiques et religieux variés. C'est ensuite que chacun de ces livres (du moins dans un très grand nombres de cas) n'a pas été composé en une seule fois, par un seul et même écrivain, mais sur la base de traditions orales éparses et de rédactions partielles de diverses provenances et à coup de multiples réécriture et remaniements complexes remis en chantier sur de longues périodes...." Extrait de l'article remarquable de Joseph Moingt professeur émérite aux facultés jésuites de Paris auteur de "L'homme qui venait de Dieu" (Cerf).
"

     Fin de citation

     Si nous souscrivons totalement aux affirmations du dernier paragraphe ci-dessus, nous n'allons pas, ici, débattre sur le caractère "inspiré" de la Bible, selon certains qui en sont persuadés, ni d'ailleurs sur les concordances numérologiques ou mathématiques que d'autres ont pu y trouver. Seuls les termes clés, utilisés et souvent interprétés de façon différentes dans divers ouvrages, retiendront notre attention.

     De plus, disons que cette thèse est entièrement basée, sur les travaux de l'ésotériste français Jean Sendy qui a publié en 1968 chez Julliard cet ouvrage vraiment hors normes :

  

I Introduction.

     Malgré ses 3 500 ans la Bible, mémoire de la partie de l'humanité située à l'ouest du fleuve de l'Indus, ne cesse de nous fasciner. Après de longs siècles d'hypothèses, de traductions , et d'interprétations variées, et malgré toutes les recherches et les découvertes archéologiques, nous n'en avons toujours pas percé les mystères. En dépit de son édition sous toutes les formes et de son adaptation au cinéma, de toute la littérature qui s'en inspire, l' intérêt qu'elle suscite ne se dément pas. Traduite en 2092 langues soit environ un tiers des parlers de la Terre, 598 pour l'Afrique, 365 pour l'Amérique, 520 pour l'Asie et 344 pour l'Océanie. C'est vraiment le best-absolu. En 1994 année record quelques 18,4 millions de bibles ont été distribuées dans le monde et si l'on ajoute à ce total les diffusions du seul Nouveau Testament, on atteint alors le chiffre à peine croyable de 600 millions d'exemplaires. La défaite des idéologies, le galop de l'athéisme, les découvertes scientifiques sur l'évolution des espèces, ne semblent en rien diminuer le succès de la Bible. Mais quels sont donc les textes originaux qui ont engendré un tel phénomène.

II Les textes originaux.

     Une chose est certaine. Les manuscrits conservés çà et là dans le monde, à Cambridge, à Jérusalem, ou à Genève ne sont que des copies de copies.

     Jusqu'en 1947, mis à part le Codex Siniaïticus (350 après J.C) et le Codex Vaticanus (également de 350 après J.C), qui ont été écrits en grec, les plus anciennes copies de la Bible, dont nous disposions, remontaient aux alentours de l'an 1000 après J.C. tel le Codex des prophètes du Caire, achevé en 895 ou le Codex hébraïque Babylonicus de 916 après JC. La plus ancienne copie complète de la Bible, le Codex Leningradensis est, elle, datée de 1008 après J.C. C'est alors qu'en début d'année de 1947 un jeune bédouin nommé Mohamed ahd-Dhib, alors parti à la recherche d'une brebis égarée, découvrit à Qumram dans une grotte située à l'ouest de la Mer Morte, des dizaines de jarres renfermant près de 200 rouleaux couverts d'écritures, dans un excellent état de conservation. Ces manuscrits remontaient au 2ème ou 1er siècle avant J.C. Par dessus tout, leur contenu s'est avéré identique à celui de l'Ancien Testament du Codex Leningradensis. 1200 ans de fidélité parfaite malgré les pérégrinations multiples du peuple d'Israël. Bien que nous n'ayons toujours pas à ce jour de manuscrit hébreu complet de l'Ancien Testament antérieur au Xe siècle de notre ère, les rouleaux de la Mer Morte démontrent donc que l'on peut s'y fier de manière incontestable.

     Au moyen age, la Bible n'existe que dans une seule version de base, celle de Saint-Jérôme(331-420) rédigée en Latin , et nommée la "Vulgate" qui demeurera pendant près de mille ans l'ouvrage de référence jusqu'à l'invention de l'imprimerie par Gutenberg en 1450 et c'est Lefèvre d'Etaples qui en 1530 , imprime à Anvers la première Bible en Français tirée de la Vulgate . Puis ce sera le calviniste Olivetan qui en 1535 publiera la première Bible en Français tirée des textes originaux, hébreux et grecs. Les guerres de religions ont conduit les églises catholiques et protestantes à proposer des traductions conformes à chaque doctrine. Par exemple pour l'Ancien Testament, les Juifs et les protestants suivent le même canon , mais les catholiques y ajoutent 7 livres apocryphes comportant des passages en grec (Tobie, Judith, 1er et 2e Maccabées, Sagesse, Siracide ou Ecclésiastique, Baruch) ainsi que des passages d'Esther et de Daniel en grec qui sont récusés par les Juifs et les protestants. Les grecs orthodoxes, eux, ajoutent au canon catholique un 3e et un 4e Maccabées, la prière de Manassé , ainsi que le psaume numéroté 151.(les autres confessions s'arrêtent au n° 150. Voir l'Express International n°1813 du 11 Avril 1986 et le Point n°1177 du 8 Avril 1995, d'où nous avons tiré l'essentiel des éléments techniques qui précèdent ).

III Quand la revue Science&Vie Junior, met en exergue l'opposition fondamentale, qui règne entre les deux Testaments.


     Sentant approcher l'an 2000, en Avril 1999, la revue Science&Vie Junior, a eu la géniale idée de nous faire un récapitulatif de toute l'histoire de la chrétienté depuis deux millénaires. Ce remarquable condensé, que l'on devrait trouver dans toutes les bibliothèques de nos communes, nous démontre comment s'est érigé le Vatican, et pourquoi la communauté héritée du Maître Jésus Christ, a supplanté beaucoup d'autres religions.

     Voici donc la couverture de ce magistral numéro :


      Venant après bien des péripéties arrivées à l'église chrétienne, la revue en question, nous expose admirablement le schisme provoqué en 1517 par le moine allemand Martin Luther, qui s'opposa farouchement au pape Léon X, qui avait renouvelé la vente des indulgences, qu'avait instituée Jules II en 1506. Cela permettait à un chrétien, en versant de l'argent à l'Église, de se libérer de ses péchés et de s'assurer une place au paradis.

      Nous avons alors, bien apprécié cette image de la revue :


      Mais pour les puristes qui veulent en savoir plus, voici le sommaire de la revue en question :



      Mais, venons en au passage crucial suivant, issu de la page 52 intitulée : " L'Église contre-attaque et perd." :


     Nous avons souligné en rouge, la phrase clef qui pose problème. En effet, il est peut-être utile de préciser ici, (la revue semble l'oublier en parlant du dieu chrétien, cruel et intolérant ), que la doctrine du Christ, c'est avant tout, "Aimez vous, les uns les autres", et cela s'oppose en effet, totalement à la loi du seigneur de l'Ancien Testament, nommé Iahvé, par certains ou Jéhovah par d'autres, et dont la loi est tout au contraire "œil pour œil, et dent pour dent", loi dite aussi du talion.

     Comme vous l'avez vu ce texte fait référence au chef de file des "philosophes des lumières" : Voltaire.

     Et voici une admirable image de ce grand philosophe que nous présente aussi page 53 ce n° d'Avril 99 :



      En bas à droite, on peut lire alors : " Voltaire a passé sa vie à épingler le Dieu "obscurantiste" de l'Église, il lui préférait les "lumières" de la raison. Une bonne partie de la bourgeoisie, de la noblesse et même des curés furent sous le charme de son ironie, dévastatrice pour le catholicisme."

     De plus il faut savoir que dans son Dictionnaire philosophique de 1765 (in-12) au chapitre Genèse, Voltaire, a écrit ce passage très important :

" "Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre".

      C’est ainsi qu’on a traduit; mais la traduction n’est pas exacte. Il n'y a pas d’homme un peu instruit qui ne sache que le texte porte : "Au commencement, les dieux firent ou les dieux fit le ciel et la terre". Cette leçon d’ailleurs est conforme à l’ancienne idée des Phéniciens, qui avaient imaginé que Dieu employa des dieux inférieurs pour débrouiller le chaos, le chautereb.
"

     Fin de citation

     Pour en savoir plus sur Voltaire voir le site : http://www.voltaire-integral.com/Html/19/genese.htm

     Seulement voilà, si Voltaire voulait rester fidèle au texte hébreu, il aurait dû savoir que le mot traduit par Dieu, est en réalité Elohim qui est le pluriel de Eloah. Il aurait donc dû écrire plutôt :

"Au commencement, Elohim créa le ciel et la terre"

     et aussi surtout :

"Au commencement, les Elohim firent ou les Elohim fit le ciel et la terre"


     Comme il n'est pas correct d'écrire en français "les Elohim fit le ciel et la terre", pour garder le verbe au singulier, ARTivision propose la traduction suivante :

"Au commencement, la communauté des Elohim fit (ou élabora) le ciel et la terre"

     Il est grand temps en effet qu'un Éditeur prenne son courage à deux mains, pour publier enfin cette "Bible Cosmique", qui s'harmoniserait avec les dernières découvertes faites sur la Lune, sur Mars.. etc..., qui donnent entièrement raison à Jean Sendy ( Voir ces découvertes plus bas).

     Apres son ouvrage incontournable "La Lune clé de la Bible", Jean Sendy a aussi publié en Juin 1969 :


qui complète parfaitement son livre précédent.

     Nous allons alors donc ici, présenter une thèse hors normes, qui sort des sentiers battus, et que l'on pourrait qualifier, sans problème, de thèse cosmique.

IV De la présence des Elohim dans l'ancien Testament.


     Mais analysons pour l'instant, le mystère du terme Elohim, qui apparaît au premier verset de l'Ancien Testament de la Bible Hébraïque :

     "Au commencement, Elohim créa le ciel et la Terre." (Extrait de la bible de Dhorme publiée en 1956 chez Gallimard. Précisons que nous ne cautionnons ici, aucune secte ou mouvement se réclamant de la primauté des Elohim dans notre civilisation, comme par exemple le mouvement Raëlien).

     Précisons d'emblée que ce mot Elohim est le pluriel du mot Eloah (qui signifie Dieu), comme nous le dit si bien Jean Sendy, à la page 18 de son live de 1968 précité (La Lune clé de la Bible) :

     " "Elohim" est en hébreu, la forme purale de "Eloah" et Eloah au singulier, apparaît quarante fois dans le Livre de Job. "Elohim" n'est donc pas "Dieu" mais "Dieux"... "

     Deux images clefs, extraites du site :

http://www.morgane.org/seferhashmoth.pdf
nous précisent très bien cela :




     Mais voyons donc en effet, le passage du chapitre IV du livre de Job, versets 17 et 18 de la Bible de Dhorme volet II , de 1959 , publiée chez Gallimard :

"Un homme est-il juste devant Eloah,
un humain est-il pur devant son auteur ?
"


     Pour le même passage dans la Bible du Chanoine A Crampon de 1939 chez Desclée et Co :

"l' homme sera-t-il juste vis a vis de Dieu ?
Un mortel sera t-il pur en face de son créateur ?
"


     Pour le même passage dans la Bible de Louis Second de 1991 ABU :

"L' homme serait-il juste devant Dieu?
Serait-il pur devant celui qui l'a fait ?
"


     Nous n'avons pas hélas la version de ce passage d'André Chouraqui. Merci à tout internaute qui pourrait nous en faire profiter.

     Donc il est clair que les bibles courantes ne font pas du tout apparaître ce vocable Eloah dans leurs traductions (Eloah et Elohim, c'est blanc bonnet et bonnet blanc et c'est Dieu. (Point Barre)

     Pourtant, on le verra plus bas, selon nous, la distinction de ces deux termes, joue un rôle capital dans la compréhension des textes bibliques.

     Le 5 Mars 1616, l'Inquisition a mis à l'index le système de Copernic qui expulsait la planète Terre hors de sa position privilégiée au centre de l'Univers et niait ainsi le Géocentrisme prôné par Ptolémée du 2ème siècle après J.C et dont le principal ouvrage intitulé "l'Amalgeste" restera, pendant près de 14 siècles, le recueil de référence pour les astronomes et des savants. La condamnation du système de Copernic fut ainsi rédigée : "Le Saint-Office considère qu'affirmer que le soleil est immobile au centre du Monde est absurde, faux, hérétique, et nettement contraire aux Écritures. De même affirmer, que la Terre n'est pas le centre du Monde, qu'elle n'est pas immobile, et qu'elle tourne sur elle même, est une opinion absurde et erronée du point de vue théologique."

     Il est donc aussi logique actuellement, de se prévaloir des nouvelles traductions de l'Ancien Testament (en abrégé A.T.) réalisées par des spécialistes de l'hébreuet de l'araméen ( Dhorme et Chouraqui), pour y découvrir l'existence d'un ordre planétaire nouveau, non encore soupçonné par les exégètes de naguère, car d'une part, ces derniers ont été influencé par les idées et les contraintes de leur époque, et d'autre part, il est plus que probable que de précieuses "pages" de l'A.T. ont été perdues ou exclues, pour des raisons diverses.

     De plus, le 20 Juillet 1969, à 16h17 des Antilles, on a prétendu qu'un vaisseau spatial, parti de la planète Terre, se serait posé sur la Lune et exactement à 22h56, un homme nommé Neil Armstrong, aurait marché, dit-on, (d'après les déclarations de la NASA qui ne manquent pas d'être parfois bien suspectes, car certaines photographies présentant les astronautes sur la Lune sont manifestement truquées :

     Voici quelques urls à ce sujet :







..etc..)

, sur le sol de notre satellite naturel, pour la première fois de l'histoire connue de notre civilisation. Mais cependant, un an environ auparavant, en 1968, paraissait un ouvrage surprenant d'un certain Jean SENDY, grand spécialiste des textes hébreux de l'Ancien Testament, et qui était intitulé : "La Lune clé de la Bible" (voir plus haut les images de la couverture) , et qui fut suivi en 1969, du livre vu plus haut :"Ces Dieux qui firent le ciel et la Terre". Jean SENDY actuellement décédé, faisait partie de ces chercheurs renommés, comme Erich von Daniken, Andrew Tomas, Brinsley le Poer Trench, Robert Charroux, Guy Tarade ou encore comme Maurice Chatelain (Ancien spécialiste de la NASA) ou Pierre-Moatti (Ancien Préfet) et bien d'autres, non cités ici faute de place, qui se sont donnés pour mission une tâche totalement révolutionnaire et diamétralement opposée à ce que nous présentent depuis des siècles, les prêtres et les savants.

     Ces chercheurs donc, parcourent le monde entier à la recherche des vestiges se rapportant aux mythes les plus anciens de l'humanité, pour prouver que ce qui a été réalisé par les hommes de la Terre le 20 Juillet 1969 en débarquant sur la Lune, s'est aussi produit dans les temps reculés et que la Terre, elle aussi, a été visitée par des voyageurs célestes et qui ont été alors assimilés à des Dieux.

     En effet, on retrouve la présence de ces Dieux dans les mythologies indiennes, tibétaines chinoises , mayas , aztèques, égyptiennes, grecques, romaines, sumériennes, etc... et on pourrait s'étonner que seul le texte sacré de l'Ancien Testament (A.T) n'y fait pas allusion. Mais de nouvelles traductions sont apparues et d'après elles, la Genèse semble aussi, avant tout, raconter l'histoire d'êtres venus des cieux pour nous apporter la connaissance et un art de vivre.

     En effet les mots ELOHIM et ADONAI du texte hébreu de l'A.T et traduits par Dieu et Monseigneur ou éternel sont les pluriels de Eloah et de Adon et donc devraient être remplacés par Dieux et Messeigneurs. Seules les bibles, d'abord de CHOURAQUI,(COL.Desclée de Brouwer 1974), celle-ci toujours, et parfois celle de DHORME (COL. La Pléiade, Gallimard 1956),

  

nous transmettent le terme ELOHIM à la place des autres appellations de Dieu ( Dieu, Seigneur, Eternel etc...) et sont les seules Bibles qui permettent de suivre le texte original, si l'on ne connaît pas un mot d'hébreu.

     Mais pour être plus clair, voyons justement, les premiers mots de ces deux ouvrages ( Chouraqui à gauche et Dhorme à droite) :

  


     On voit déjà des différences sérieuses : Pour Chouraqui, on pourrait imaginer que le mot "EN TÊTE" peut signifier simplement "au départ de l'histoire" racontée (il y eu peut-être avant autre chose), tandis que pour Dhorme le mot Genèse pourrait signifier le point de départ absolu de l'affaire. (Mais ce ne sont que des suppositions. Faudrait demander cela aux spécialistes de l'hébreu ).

     D'ailleurs, en bas du texte, Chouraqui ne parle pas de premier jour, comme toutes les autres Bibles, mais de jour unique, ce qui n'est déjà pas du tout la même chose. Donc il ne sera pas nécessaire d'être académicien, pour découvrir que ces deux auteurs se contredisent parfois, justement à propos du pluriel des Élohim. Un exemple parmi tant d'autres :

     En effet, en Genèse ch. III ver. 5, dans ses deux versions de 1974, et de 1985 Chouraqui, écrit pour ce passage :

"..vos yeux se dessilleraient et vous seriez comme Elohim".

     (Notez alors bien, surtout l'absence d'un "des", devant Elohim et la majuscule "E" à ce vocable), alors que l'on doit le savoir, les majuscules n'existent pas en hébreu.

     Mais pour le même verset, Dhorme, lui, écrit en page 9 :

"..vos yeux se dessilleront et vous serez comme des dieux."


     (notez bien la minuscule "d" à dieux, et surtout la présence d'un "des" devant dieux ). Mais chose surprenante, Dhorme précise lui-même dans une note n°5, en bas de page 9 ceci :


     Cela signifie-t-il (comme ARTivision l'aurait bien souhaité), que Dhorme, dans le texte en hébreu, a vu qu'il y avait un "des" devant Elohim et que Chouraqui, l'aurait supprimé ?

"vos yeux se dessilleraient et vous serez comme Elohim"

     Pour en avoir le cœur net, nous avons écrit à notre ami Alain d'Israël, qui connaît l'hébreu, et il nous a certifié que le "des", était bien absent.

     Mais alors, pourquoi Dhorme n'a pas respecté le texte d'origine, et pourquoi a-t-il voulu parler "des dieux" au lieu d'écrire un verset identique ( et il avait tout intérêt à le faire) à celui de Chouraqui ??? N'est-ce pas là, son subconscient ancestral, qui lui a joué un méchant tour ?? A vous de juger cette étrange incongruité...

     On voit donc clairement ici,, que chacun interprète le texte à sa convenance. D'ailleurs la Bible en français courant de l'Alliance Biblique Universelle de 1996, nous propose, elle, une version plus édulcorée : "Vous verrez les choses telles quelles sont, vous serez comme lui...". Retenons au passage, que les autres Bibles écrivent :

soit :"... vous serez comme des dieux ",
soit "...vous serez comme Dieu".

     Mais il y a mieux : C'est le 10 Juillet 2008, que nous avons découvert qu'une nouvelle version de la Bible de Chouraqui, publiée à partir de 1985, existait désormais en ligne à l'adresse :
http://nachouraqui.tripod.com/id88.htm

et au chapitre concernant justement l'Entête : http://nachouraqui.tripod.com/id83.htm, nous avons constaté avec ahurissement, qu'il était écrit ceci :

TORA

Entête ­ Béréshit ­ Genèse.

Chapitre 1.

Sept jours

1. ENTÊTE Elohîms créait les ciels et la terre,
2. la terre était tohu-et-bohu,
une ténèbre sur les faces de l’abîme,
mais le souffle d’Elohîms planait sur les faces des eaux.
3. Elohîms dit: « Une lumière sera. »
Et c’est une lumière.
4. Elohîms voit la lumière: quel bien !
Elohîms sépare la lumière de la ténèbre.
5. Elohîms crie à la lumière: « Jour. »
À la ténèbre il avait crié: « Nuit. »
Et c’est un soir et c’est un matin: jour un.

     Donc, chose étrange, le mot Elohim qui est déjà parait-il un pluriel, est écrit ici désormais : Elohîms avec un s en plus. Par exemple si l'on avait d'abord écrit la courte phrase "Le français est en général très cartésien" , cela reviendrait maintenant, selon nous, à écrire au pluriel, d'après Chouraqui :" Les françaiss sont en général très cartésiens".

     Autre exemple plus significatif : En effet en Exode ch.20 ver.5: on découvre avec stupeur, que Iavhé, un Dieu qui sait tout, qui est omniprésent, et tout puissant, se permet de dire ceci "car je suis moi Iahvé, un Dieu jaloux". De qui donc un esprit universel peut-il être jaloux, s'il est unique ? Eh bien pour Chouraqui , cette phrase surprenante, si on la mettait au pluriel, aurait pu s'écrire :"Nous sommes des dieux jalouxs".      Donc cette nouvelle version (créée en si peu de temps) de la Tora, de Monsieur Chouraqui, est donc encore plus surprenante que la précédente. Mais le site ARTivision gardera dans tout ce qui suit, le pluriel en question, écrit uniquement sous la forme : Elohim.

      Mais au cas où le site précédent serait hors service, on peut encore retrouver la Bible de Chouraqui de 1985 à l'adresse :

http://fdier.ifrance.com/chouraqui.pdf

      Mais cependant pour en savoir plus sur Mr Chouraqui qui nous a quittés en 2007. L'Express du 11 Avril 1986, nous montre une de ses photos :


André Chouraqui, ce grand humaniste qui a essayé de réconcilier
le monde Juif et le monde Chrétien. Photo : Jean-Claude Figenwald.

     Pour en savoir plus sur ce grand humaniste, prière de consulter le site :

http://www.akadem.org/photos/contextuels/3776_1_bio_chouraqui.pdf

     Mais pour les puristes, qui aiment aller au fond des choses, voici aussi la couverture de L'Express du 11 Avril 1986, qui publie un remarquable article sur André Chouraqui de Jacques Derogy intitulé "Le sourcier de la Bible" :


Une étude moderne passionnante d'un texte ancestral.

     Nous découvrons alors donc, sans aucune contestation possible, que ces traducteurs de l'A.T. sont, sur la question de la pluralité des Elohim, en contradiction formelle. Cela prouve assurément que le texte hébreu les a, bel et bien, troublés. La seule traduction pouvant accorder tous ces auteurs devrait être : " vous serez comme des Elohim ", et ce pluriel devrait être transcrit dans une bible que l'on pourrait nommer, nous l'avons vu plus haut : "La Bible Cosmique", et qui conserverait le terme Elohim partout où il apparaîtrait dans le texte hébreu ( comme le fait Mr Chouraqui) et aussi bien sûr, le pluriel partout où il est présent. D'ailleurs d'après l'imposant traité d'hébreu de FABRE D'OLIVET "La langue hébraïque restituée", ce terme "Elohim" signifie très exactement "Lui-eux-qui-sont".

     L'Editeur qui oserait lancer une telle Bible avant tout le monde, serait assuré de marquer un grand coup dans le monde des médias actuels toujours à l'affut du scoop hors normes.

     Mais prenons maintenant, un exemple très clair où apparait le pluriel des Elohim dans le texte hebreu :

     En effet, il y a aussi, chez Dhorme, en Genèse Chap.XXXV vers.7, ce pluriel étonnant : " Il bâtit un autel et il appela l'endroit " Dieu de Bethel " , car là s'étaient révélés à lui les Elohim alors qu'il fuyait devant son frère."

     Et cependant, pour le même passage, Chouraqui, lui, dans sa version de 1974, préfère le singulier : " Il clame pour lui le lieu : EL de Beit-El car là l'Elohim lui est apparu dans sa fuite en face de son frère."

     Notons que les autres bibles écrivent généralement comme dans la Bible de Louis Second : "Il Batit là un autel, et il appela ce lieu EL-Bethel ; car c'est là que Dieu s'était révélé à lui lorsqu'il fuyait devant son frère" . Et là, il n'est plus du tout question de pluriel, et aucune Bible connue n'écrit par exemple : " C'est là que les dieux s'étaient révélés à lui", alors que l'expression verbale "s'étaient révélés", est bien au pluriel, dans le texte hébreu.

     Notons cependant avec satisfaction que dans sa version de 1985, Chouraqui écrit au même verset en Genèse Chap.XXXV vers.7 :

"Il bâtit là un autel et crie au lieu: « Él de Béit-Él » oui, là, les Elohîms s’étaient découverts à lui dans sa fuite en face de son frère."

     Curieux n'est-ce pas ? encore une affaire de subconscient ancestral, sentant proche, le "Temps des Révélations"... Donc, tout est clair, car de 1974 à 1985, Mr Chouraqui a viré de bord totalement, concernant ce pluriel des Élohim en donnant définitivement raison à Dhorme. Ce pluriel flagrant a été, on le sait, purement et simplement escamoté dans toutes les autres bibles connues. A vous donc de juger cela, documents à l'appui!!!

     Mais voici encore un petit plus qui nous vient des Psaumes :

     En Psaumes 58 vers. 12 :

- Chez Segond: "Et les hommes diront: Oui il est une récompense pour le juste; Oui il est un Dieu qui juge sur la Terre" (notez bien le Un).

- Chez Chouraqui: : "L'humain dit: Mais il est un fruit pour le juste , mais un Elohim qui juge sur Terre " (notez bien le terme Elohim seule Bible à le transcrire partout où il est écrit, ce qui est très utile (on l'a déjà dit) pour ceux qui ne connaissent pas l'hébreu)

- Chez Dhorme : "Et l'on dira: Oui il y a un fruit pour le juste, oui il y a des Elohim qui jugent sur la Terre " "(notez bien les termes "des Elohim", seule Bible à transcrire courageusement, parfois le pluriel, où il se trouve dans le texte, pluriel pourtant très embarrassant pour lui. )

     Et puisque nous sommes dans les Psaumes, restons y un peu plus encore au Chap. 82 ,Vers 1

- Chez Segond: " Dieu se tient dans l'assemblée de Dieu. Il juge au milieu des dieux. " (notez bien les deux écritures différentes : Dieu et dieux )

- Chez Chouraqui: : " Elohim se poste au concile d'El au milieu des Elohim il juge." ( notez bien le terme " El" à la place de "Dieu" et surtout les termes "des Elohim", ce qui a du faire grincer des dents cet auteur car c'est plutôt rare qu'il place un "des" devant Elohim) .

- Chez Dhorme : "Elohim est debout dans l'assemblée divine , au milieu des dieux il juge " (notez bien les termes "des dieux", moins compromettant, à la place du "des Elohim" de Chouraqui car Dhorme voulait justement rester le plus souvent fidèle au texte hébreu et ici justement, il ne l'a pas fait )

     La preuve est donc faite ici que les traducteurs ont trafiqué selon leur humeur, le texte d'origine et l'on pourrait arrêter là, cette démontration. Mais il y a bien mieux.

     Dans le Deutéronome ch. 6 ver. 4, les Bibles usuelles écrivent: " Ecoute Israël Adonai est notre Dieu, Adonai est Un ". Ce qui devrait se traduire en tenant compte des pluriels d'Elohim et d'Adonai : "Ecoute Israël Messeigneurs, nos Elohim , Messeigneurs sont Un". On comprend alors dans ce dernier cas, qu'il s'agit là d'une race céleste d'individus, sans doute identiques entre eux comme de vrais jumeaux, ou comme des clones, et appliquant le célèbre adage : " Un pour Tous, et Tous pour Un " . Ils peuvent alors agir l'un à la place de l'autre, ont tous, plus ou moins, les mêmes pouvoirs, et sont donc reconnaissables à distance, comme cela apparaît clairement dans le texte biblique.(Voir l'histoire incroyable de Lot en Genèse chap.19).

     Pour ceux qui ne sont pas encore convaincus de la pluralité des Elohim, voici un autre passage très significatif que l'on trouve dans toutes les bibles connues en Genèse Ch.3 ver22 :" Voici que l'homme est devenu comme l'un de nous ", et certaines bibles écrivent même " l'un d'entre nous ", ce qui ne peut d' aucune manière être qualifié de pluriel de majesté, (si cher à tant d'exégètes de la Bible), car dans ce cas Iahvé l'Elohim aurait dit " Voici que l'homme est devenu comme Nous ". Mais puisqu'il y a "l'un", c'est qu'il y a obligatoirement aussi "l'autre", quelque part, parmi nous. Il est donc ici évident que Iahvé ne s'adresse pas à Adam, ni à Eve, car il aurait dit : "Te voilà devenu comme moi", ou, s'il se parlait à lui même en aparté, il aurait dit " Voici que l'homme est devenu comme Moi " , mais s'il dit : " l'un de nous ", c'est parce qu'il s'adresse bien, à d'autres Elohim comme lui même, présents à ce moment là, dans le jardin d'Eden. Notons cependant que la Bible de l'Alliance Biblique Universelle (A.B.U) contourne astucieusement la difficulté, en proposant la traduction :"Voilà que l'homme est devenu comme un dieu".

     Ceci est si vrai que l'on voit apparaître brusquement sans explication au ch 6, v.2,de la Genèse, ces "Fils de Dieu ", ou ces " fils d'Elohim " selon la Bible choisie. Un bon point tardif pour Chouraqui, qui, dans sa première version de 1974, avait écrit " fils d'Élohim ", a osé écrire effectivement désormais, pour ce passage inoui de la Bible, dans sa nouvelle version :

Chapitre 6.

Déluge.

1. Et c’est quand le glébeux commence à se multiplier
sur les faces de la glèbe, des filles leur sont enfantées.
2. Les fils des Elohîms voient les filles du glébeux: oui, elles sont bien.
Ils se prennent des femmes parmi toutes celles qu’ils ont choisies.
3. IHVH-Adonaï dit: « Mon souffle ne durera pas dans le glébeux en pérennité.
Dans leur égarement, il est chair: ses jours sont de cent vingt ans. »
4. Les Nephilîm sont sur terre en ces jours et même après :
quand les fils des Elohîms viennent vers les filles du glébeux,
elles enfantent pour eux.
Ce sont les héros de la pérennité, les hommes du Nom.


     Nous avons délà expliqué, plus haut, que nous remplacerons partout, le vocable Elohîms par le simple mot : Elohim.

     En effet, l'hébreu " bnei ha Elohim " signifie sans contestation possible : " les fils des Elohim".(voir à ce sujet : La Lune clé de la Bible de J. SENDY Editeur J'AI LU n° A 208, édité en 1974, sans doute plus facile à trouver et de plus cette version possède une postface importante, qui n'existait pas chez Julliard) :

  


     Ainsi toutes les bibles usuelles ont préféré supprimer ce "des", trop gênant, dans une expression qui prouve bien que les Elohim étaient venus nombreux sur cette Terre, avec leurs coéquipiers, et qu'ils avaient de plus, des fils, capables de venir engrosser les belles terriennes toujours très attirantes sur cette planète. Notons aussi la surprenante version de la (A.B.U) pour qualifier ces fils des Dieux : "Les habitants du ciel", ce qui amêne encore parfaitement "de l'eau à notre moulin".

     Ces "fils des Elohim", d'où viennent-ils? On les découvre ici sans aucune description préalable, ce qui prouve bien que les textes ayant donné naissance à l'A.T. nous sont parvenus sous une forme fragmentaire et que ces textes ont été transcrits progressivement après bien des transformations et des oublis. Ces "fils des Elohim", ont d'ailleurs été plus tard assimilés à des "anges", de nature immatérielle par excellence, alors que le texte hébreu précise parfaitement qu'ils ont fait des enfants avec les filles des hommes, qu'ils avaient judicieusement choisies.

     Voyons d'ailleurs ce qu'en dit A.D.GRAD dans son livre "les Clés secrètes d'Israël" publié en 1973 dans la collection - Les portes de l'étrange : écrits ésotériques chez Robert LAFFONT, ouvrage réédité désormais par les Editions du Rocher. (Mr A. D. GRAD qui parle près de dix langues, a publié 23 livres sur la Kabbale Hébraïque, et est considéré comme un spécialiste mondial de cette science mystique et ésotérique. Nous avons eu le grand privilège de le rencontrer en 1990 à la Martinique où il réside actuellement) :

Page 29 : " Car ailleurs, "en Haut", dit le Livre des mystères kabbalistiques, les "anges " parlent hébreu. Les "anges d'En Haut " ne comprennent que les prières formulées en hébreu. C'est pourquoi le langage des "rebelles" de Babel a été confondu, afin de leur faire perdre la source de leur puissance, afin qu'ils ne soient pas entendus d'En Haut.

     En Haut.

     Mais où?

     Faut-il croire à un En Haut non mythique ?

     Faut-il croire à l'existence d'une ou de plusieurs planètes habitées, habitées par des "anges", et qui parleraient la langue d'Elohîm et du premier homme, la langue commune d'avant Babel, la langue des Hébreux?

     Et les Hébreux qui savaient avant tout le monde des savants que la Terre tournait, ainsi que nous le verrons dans le chapitre consacré au ZOHAR, et semblaient connaître la position non centrale de notre planète dans le cosmos, ont-ils jamais évoqué une planète autre planète que cette Terre sur laquelle ils affirment qu'ils sont étrangers?

     Bien sûr il y a les troublantes affirmations bibliques sur "les fils des Elohîm" (beney-HâElohîm), qui virent que les "filles de l'Adam" (Benôth-HâAdâm) étaient belles, et qu'ils choisirent pour femmes.

     Bien sûr , il y a la mention biblique de Nefîlîm -les "Tombés " (du ciel) qui parurent sur la Terre à cette époque et aussi depuis (et même après cela dit l'écriture), lorsque "les fils des Elohîm" se mêlaient aux filles de l'Adam et qu'elles leur donnèrent des enfants...."


     Que peut-on ajouter de plus, à un si remarquable passage de ce livre ? Vous avez bien lu j'espère, que dans le texte hébreu, il s'agit assurément de l'expression les fils des Elohîm et non pas les fils d'Elohim ou les fils de Dieu comme l'ont écrit les auteurs précités pour accorder le texte hébreu à leur propre vision religieuse. Que ceux qui veulent en savoir plus, se précipitent donc évidemment sur l'ouvrage de A.D. GRAD , que l'on peut encore trouver, peut-être, dans les bonnes librairies.

( Notons en passant, d'après A.D.GRAD dans ce même ouvrage, "Les Clés secrètes d'Israël", que ces Elohim pourraient bien provenir de "Arqâ", lieu ou planète restant encore à identifier : Voir le verset de Jérémie (27) traduit d'après A.D. GRAD, d'une manière totalement incongrue et inappropriée ).

     Il faut savoir aussi que ces fils des Elohim ou fils d'Elohim ou ces fils de Dieu selon la Bible choisie, sont décrits, chose très surprenante dans le Livre de Job, comme des êtres ayant eu le privilège d'observer, avec admiration, le processus utilisé par Iavhé l'Elohim, pour la mise en élaboration fonctionnelle de la Terre.

     Mais, voyons à ce sujet, ce que nous en dit, Monsieur Roger Vigneron, spécialiste de l'hébreu et de l'étude de la racine des mots (Philologie), dans son ouvrage intitulé " Elohim : Une autre lecture de la Bible" :

  

     Vous pouvez encore trouver ce texte en PDF à :

http://www.sciencedelaconscience.com/medias/ELOHIM_une_autre_lecture_de_la_Bible.pdf

     Pages 44 à 46.

" Des témoins enthousiastes.

      Eh ! oui, il s'était passé des choses auparavant. Là peut-être, et ailleurs, sûrement. On le sait, parce que la création, vaste entreprise, très localisée, d'aménagement d'une planète prise en charge dans un état chaotique, a eu des témoins. De près ou de loin, mais sans y participer, des témoins ont assisté au travail. Ils existaient donc bien déjà quand le chantier-Terre a été ouvert. Ils existaient AVANT. Ces témoins sont, d'une part, "les étoiles du matin ", et, d'autre part, "tous les fils d'Elohim". C'est écrit au Livre de Job (XXXVIII - 4 à 9).

     Dans le récit biblique, le malheureux Job est soumis, par IHVH (Elohim), à une batterie de questions ironiques destinées à lui faire mesurer son ignorance et sa petitesse. Ces " colles ", du type " La pluie a-t-elle un père ? ", remplissent quatre chapitres. Depuis longtemps la science apporte des réponses définitives à la plupart de ces questions. Mais, à la haute époque de l'humanité, le pauvre Job en est resté coi. On le comprend d'autant mieux que nous n'avons toujours pas de réponse à des questions plus ardues, telles que celles-ci : "Où étais-tu, lui demande Iahvé (dans la version Dhorme) quand je fondai la terre ? (...) Qui a fixé ses mesures (...) ou qui a tendu sur elle un cordeau ? En quoi ses socles furent-ils enfoncés ou qui posa sa pierre angulaire ? Quand chantaient en choeur les étoiles du matin et que tous les fils d'Elohim acclamaient. Qui enferma, à deux battants, la mer (...) quand je mis une nuée pour son vêtement... "

     On notera que, dans un style très imagé, Elohim s'exprime en architecte-maître d'ouvrage, qui ne crée pas, au sens absolu, mais qui FONDE, qui édifie, avec les matériaux dont il dispose, un ensemble cohérent, où l'on retrouve la terre-sol-terrain et la mer, agencés comme les éléments d'un tout. Toutes les versions, sauf deux, disent que ce travail s'est fait en présence des "étoiles du matin ". Crampon et Maredsous inclinent pour que ces étoiles soient des " astres ". Il est vraisemblable que le " matin " soit la métaphore qui marque le début de la réorganisation planétaire. A moins qu'il soit, très antérieurement, le matin de l'univers cosmique... Il est évidemment surprenant de lire que ces étoiles-astres chantaient en choeur " (Crampon, Kahn, Dhorme, TOB), " éclataient en chants d'allégresse " (Segond, Scofield), " entonnaient des chants d'allégresse " (Synodale), " chantaient ensemble " (Darby), " jubilaient ensemble " (Chouraqui), " poussaient ensemble des cris de joie " (Ostervald, Monde nouveau), donnaient un " joyeux concert " (Osty), un " concert joyeux " (Jérusalem), des " joyeux concerts " (Maredsous). Curieux, non, ce comportement de bon public... humain ? A moins qu'il s'agisse de ce que Pythagore appelait "l'harmonie des sphères "... Nous retiendrons que la Bible indique que la mise en ordre de notre planète a commencé et s'est faite dans l'harmonie d'un cosmos déjà bien structuré, et " meublé ". Les étoiles du matin qui assistent à la fondation de la terre dérangent cependant l'ordre dans lequel le texte de la Bible déroule le scénario de la Genèse. Rappelons que ce scénario place la fondation de la terre le troisième jour, et l'apparition des étoiles (avec le Soleil et la Lune) le quatrième jour. Or, pour Job, les étoiles du matin sont données comme étant présentes dès le troisième jour, sinon dès le premier. La Bible ne pouvant se contredire à ce point, il convient de voir, là, un recoupement supplémentaire qui accrédite la thèse de " l'ordre aberrant ", preuve du processus spécial que nous avons analysé. Quant à "tous les fils de Dieu ", que seuls Dhorme et Chouraqui nomment, conformément au texte hébreu, "fils d'Elohim ", ils manifestent eux aussi leur enthousiasme par des "acclamations" (Ostervald, Synodale, Osty, Maredsous, Dhorme, Monde nouveau), des " acclamations unanimes " (Jérusalem), des " ovations " (Chouraqui), des "cris de joie" (Segond, Scofield, Kahn), des "cris d'allégresse " (Crampon), tandis que pour Darby ils " éclataient de joie " et que pour TOB ils " crièrent hourra "... comme des sportifs anglo-saxons. Les versions Ostervald, Synodale et de Jérusalem omettent de signaler la présence de " tous " les fils d'Elohim, ou, pour elles, de Dieu ( Note du webmaster lire : fils de Dieu). Mais qui sont-ils donc, ces fils d'Elohim ? Dans l'envolée lyrique d'un texte qui, dans la Bible, se balance souvent sur deux pieds pour exprimer la même chose, sont-ils l'autre dénomination des " étoiles du matin " ? Nous verrons, ailleurs dans la Bible, des "fils d'Elohim " qui ne sont pas des étoiles, au sens astronomique du terme. Et nous verrons aussi des étoiles qui ne sont pas des astres. En attendant de mieux cerner ces " fils " bornons-nous à constater, ici, leur présence, au moment précis où Elohim, leur père, met en oeuvre une genèse particulière et ponctuelle, à laquelle, nécessairement, ils pré-existaient...
"

     Fin de citation

     Que d'interrogations soulévent n'est-ce pas ces "fils des Elohim" !!!

     Or d'après Jean Sendy, ces Elohim ont obligatoirement laissé des traces de leur passage sur la Lune et aussi dans les environs de la Terre.

     Voir à ce sujet ci-dessous l'image d'une structure phénoménale sur la face cachée de la Lune et voir aussi notre article explicatif sur le WEB concernant l'affaire du Paris-Match n°1028 et placé à :

http://www.artivision.fr/docs/match.html


     Mais il y a aussi cette photo officielle et désormais incontournable , que l'on découvre sur le site modèle NASA :
 
http://nssdc.gsfc.nasa.gov/planetary/mission/near/near_eros_3.html

Puis à : http://near.jhuapl.edu/iod/20000503/index.html, et avec un agrandissement d'environ 6 fois :

 

      Cette incroyable photo Near 20000501, fut prise par la sonde Near-Shoemaker  sur l'astéroïde d'Eros, où  cette sonde a pu finalement se poser sur son sol en Février 2001.

     On ne va pas tout de même pas nous dire que cet artefact ( il y en a bien d'autres) est venu là, sur Eros, par l'opération du Saint-Esprit , et les revues et médias,  qui ont pignon sur rue,  n'ont jamais pourtant osé parler de cela, et de faire un débat à son sujet. Or dans les mythologies indiennes, tibétaines, chinoises, mayas, incas, aztèques, égyptiennes, grecques, romaines, etc...( et même donc les textes bibliques ) , on ne parle que de puissants Dieux géants qui régnaient à un moment donné sur cette Terre.

     En scrutant nos articles placés à :
http://www.artivision.fr/docs/remucos.html
http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteSA.html

où nous présentons de nombreuses autres photos d'Eros, vous découvrirez bien mieux encore...Mais alors pourquoi cette photo, pourtant très insolite, n'a jamais fait la une, vous le savez bien, et nous le répètons, jamais fait la une, des revues spécialisées ?...

     Notons surtout que le passage situé en Genèse chapitre VI verset de 1 à 6, est celui qui a donné le plus de fil à retordre aux théologiens et aux spécialistes qui étudient la Bible, car personne ne comprenait d'où venaient ces fils des Elohim, qui ont fait des enfants avec les filles des hommes. Chez Dhorme, ce passage très important a été balancé en seulement 12 lignes. Cependant, c'est dans Le livre d'Enoch (septième après Adam et ancêtre de Noé, livre apocryphe retrouvé vers la fin du 18è siècle dans une version éthiopienne ), que l'on découvre de nombreux chapitres (à partir du chapitre VII, page 18 du livre de Robert Laffont, publié en français en 1975 dans la collection "les portes de l'etrange" ), expliquant en long et large, cette affaire des "Anges", venus des cieux pour engrosser les belles terriennes.

     Mais laissons les fils "des" Elohim avec le "mystère de leur fécondité", qui a si souvent été débattu à propos du sexe des anges ( vous trouverez plus de détails à ce sujet dans notre article : http://www.artivision.fr/docs/peupleciel.html ), et demandons nous, comment un Dieu qui sait tout, qui est omniprésent, et tout puissant, peut se permettre de dire à Exode ch.20 ver.5: "car je suis moi Iahvé, un Dieu jaloux". De qui donc un esprit universel peut-il être jaloux, s'il est unique ? Ce n'est donc pas le cas et Iahvé ne peut être jaloux que des autres Elohim avec qui, il régnait sur la planète. (Remarquons que la Watchtower Bible, la bible des Témoins de Jéhovah, évince astucieusement la contradiction en traduisant le terme "Dieu jaloux" par "Dieu qui réclame un attachement exclusif" et tant pis pour la fidélité au texte hébreu qui mentionne bien le terme "jaloux" ) .

     Allons plus loin. N'est-ce pas aussi pour cela que Jétro, le beau-père de Moïse, dira en Exode ch.18, ver.11 ? :

     "Maintenant je sais que Iahvé est le plus grand de tous les Elohim" (Chouraqui: Noms: page 76 et c'est très rare que Chouraqui utilise le vocable les Elohim ). De même, on trouve plus loin au ch.22,ver.18 toujours chez Chouraqui: "qui sacrifie aux Elohim hormis au seul Iahvé, sera voué à l'anathème".

     Mais il y a encore mieux : Analysons voulez-vous le passage placé au verset 9 du chapitre 24 de l'Exode: Dans la Sainte Bible du chanoine A. Crampon qui est soi-disant une traduction d'après les textes originaux, on peut lire :

" Moise monta avec Aaron, Nadab , et Abiu et 70 des anciens d'Israël ; et ils virent le Dieu d'Israël ; sous ses pieds était comme un ouvrage de brillants saphirs, pur comme le ciel même. Et il n'étendit pas la main sur les élus des enfants d'Israël : ils virent Dieu et ils mangèrent et burent " .

     Si Dieu est nous dit-on , un être spirituel, universel, omnipotent, omniscient, comment peut-on le voir si aisément ?

     Mais voyons ce qu'on en dit dans la Bible de Dhorme :

     " Moise monta avec Aaron, Nadab , et Abiu et 70 des anciens d'Israël; et ils virent le Dieu d'Israël ; Sous ses pieds il y avait comme un ouvrage en plaque de saphir et d'une pureté pareille à la substance des cieux . Et sur ces privilègiés des fils d'Israël il n'étendit pas sa main: ils virent l'Elohim puis ils mangèrent et ils burent " .

     Comme vous le voyez, Dhorme parle lui à la fin du verset 11 de l'Elohim à la place du terme dieu de A.Crampon.

Voyons donc la version de A.Chouraqui (très proche on le sait du texte hebreu) :

" Moshé monte, avec Aharone , Nadav , et Avihou et soixante dix des anciens d'Ysraël. Ils voient l'Elohim d'Israël ; Sous ses pieds c'est comme un ouvrage en dalles de saphir et comme l'os des cieux en sa pureté. Il ne lance pas sa main contre les nobles des Benei Ysraël. Ils contemplent l'Elohim. Ils mangent. Il boivent" .

     Comme vous le voyez le texte hebreu parle bien au début de l'Elohim d'Israël et Dhorme a préféré la traduction commune des autres bibles en infléchissant le texte d'origine et en écrivant "le Dieu d'Israël ". Mais lui Chouraqui, il a préféré atténuer la force réelle du verbe "ils virent l'Elohim", par l'expression plus vaseuse "ils contemplent l'Elohim". Voilà comment petit à petit les termes authentiques du texte d'origine sont trafiqués.

     Il faudrait en passant aussi expliquer comment par exemple en Genèse XXXII au verset 26 à 33, Jacob se paye le luxe de pratiquer une lutte à bras le corps avec un Elohim (ce terme est bien dans le texte hébreu parait-il d'après Chouraqui ) et ce dernier ose lui dire cette chose ahurissante: "On ne t'appellera plus du nom de Jacob, mais Israël car tu as vu Elohim face à face et a eu la vie sauve"

     Enfin nous terminerons par le vers. 27 Chap. 22 de l'Exode." Tu ne blasphémeras pas contre "les" Elohim, et tu ne maudiras pas le souverain de ton peuple" (et certaines bibles écrivent: " et tu ne maudiras pas le prince de ton peuple).

     Comme vous le voyez, nous avons écrit pour le verset 27 ci-dessus : "les" Elohim, avec "les" entre guillemets car nous n'avons pas trouvé une seule des bibles françaises qui ait écrit : "Tu ne blasphémeras pas contre les Elohim". Elles nous disent toutes, (sauf celles qui nous auraient échappé) :

soit : Tu ne blasphémeras pas Elohim... (Dhorme)
Soit : Elohim, tu ne le maudiras pas...(Chouraqui 1985)
Soit pour les autres bibles avec quelques variantes sur le mot blasphème :
Tu ne blasphémeras pas contre Dieu...

     Mais le 6/10/2010, Super Hasard, est venu à notre secours, et nous sommes tombés sur la Bible anglosaxone :


et à la page 88, on trouve alors :


     Notez bien ici le vocable : The gods, où le pluriel surprend. Ainsi d'après cette Bible donc, le texte hébreu porte bien le pluriel (escamoté dans toutes les autres bibles usuelles), et nous pouvons parfaitement écrire désormais dans la Bible Cosmique, évoquée plus haut : Tu ne blasphémeras pas les Elohim...

     Nous possédons d'ailleurs une autre bible en anglais :


     et, voyez vous même, ce qui est écrit au verset 28 de l'Exode 22 :


      Le pluriel a aussi disparu. Mais ce qui est encore plus surprenant, c'est qu'en bas de page, on nous dit que la note f, placée après God, pourrait signifier que l'on peut aussi traduire "Do not blaspheme God" par "Do not revile the judges" (Ne pas outrager les juges), ce qui implique aussi ici, la présence du pluriel que le traducteur préfère ignorer ici. Et que viennent donc faire ici ces juges ?

     Donc tout cela ici entraîne, que les théologiens sont désormais forcés de constater que Iahvé, admet donc la présence des autres Elohim, qui ne doivent pas être blasphémés, mais que seul le souverain du peuple, donc Iahvé lui même, peut recevoir des sacrifices, et être spécialement respecté.

     En effet, en plus , il faut savoir, que le souverain du peuple n'est pas Moïse, comme certains traducteurs l'ont compris, mais bien Iahvé lui même, car Moise n'a jamais été nommé, ni souverain, ni prince, ni même chef du peuple. Il n'est qu'un simple messager choisi pour transmettre les ordres de Iavhé : "Ainsi tu diras aux fils d'Israël que Iahvé l'Elohim de vos pères, l'Elohim d'Abraham, l'Elohim d'Isaac et l'Elohim de Jacob m'a envoyé vers vous." (Exode III,15).

     Donc si nous extrapolons à partir des explications précédentes, on ne peut qu'en déduire que la plupart de nos textes sacrés ont été trahis dans leurs traductions et ils nous restent alors ce que nos lettrés et autres pontifes de la Culture appellent des légendes, qui ne sont en fin de compte que des histoires véridiques déformées.

     Mais que nous dit justement à ce sujet l'entité transcendante Soria au sujet de ces fameux Dieux qui ont jonché de leur présence notre histoire mythologique :

"...Ici, je vais profiter de l'occasion qui m'est offerte pour vous dire ceci : «Tous vos dieux et déesses mythologiques furent des visiteurs de l'espace en mission temporaire sur votre sol. » Leur histoire demeure encore vivante dans vos livres en ce qui a trait à leurs manifestations passées. Votre mémoire présente range ces existences anciennes dans une catégorie que vous appelez ironiquement mythe. Si votre mémoire ancestrale conserve le souvenir plus précis de ces dieux et déesses, elle n'a pas retenu tous les êtres vivant autour d'eux et en provenance des mêmes étoiles. Chaque grande épopée accompagnant les humanités a vu atterrir les vaisseaux voyageurs que vous désignez actuellement par le mot ovnis....

     À ce sujet, il y a fort longtemps que votre Terre n'accueille plus de visiteurs de l'espace consciemment et en instituant des échanges. Vous vous apprêtez toutefois â renouer avec une de ces époques. Les précédentes ont d'abord connu une phase d'essor entre les intéressés, puis une autre de dissension entraînant enfin un repli des visiteurs stellaires. Le dernier repli fut à l'origine de la décision de la pose des cercles d'isolement. Le départ de chaque vague de visiteurs a aussi entraîné une période de décadence de l'humanité résidente. Sur l'Atlantide, ce fut l'amorce de la disparition physique de cette portion de terre et de la décision d'une partie de ses habitants d'entrer dans les entrailles de cette planète. La dernière civilisation à adopter la même attitude fut, du temps de l'Égypte, au faîte de son histoire. Actuellement, vous n'en étudiez que la phase décadente ; les pharaons installés dans l'aisance des communications et des échanges entre le ciel et la Terre n'ont pas laissé de traces.....etc... "


Extrait des pages 185 et 186 de Voyage tome III aux Editions Ariane, premier trimestre 2002.

     Voir la suite à http://www.artivision.fr/docs/lettreouverteMHetFR3.html

     On pourrait encore citer de nombreux autres passages de l'A.T. où il est question de la pluralité des Elohim qui désormais doivent être considérés comme un peuple uni, très évolué, venant des cieux, et utilisant des vaisseaux spatiaux du type "soucoupe volante". En effet l'A.T. désigne ces vaisseaux par les mots qui étaient disponibles à cette époque où nulle technologie n'existait encore. Ces mots sont: nuées, chars flamboyants, tourbillons, puissance et gloire, gerbes de feu, etc... En voici quelques exemples :

    " Iahvé allait devant eux le jour en une colonne de nuée pour leur montrer la route et la nuit en une colonne de feu, pour les éclairer afin qu'il leur fût possible de marcher la nuit comme le jour. La colonne de nuée et la colonne de feu ne cessèrent jamais de précéder le peuple".(Ex.13: 21 et 22). Et on sait que Moise resta 40 jours et 40 nuits dans cette nuée.

    "Quand Iahvé fit monter Elie aux cieux dans un tourbillon, Elie et Elisée s'en allaient du Guilgal".(II Rois ch.2 ver.1)

    "Ils marchaient tout en parlant et voici qu'un char de feu et des chevaux de feu s'interposèrent entre eux deux, et Elie monta aux cieux dans le tourbillon. Ce voyant, Elisée criait: "Mon père, mon père, char d'Israël et ses cavaliers ! ver.11 et 12 ).

    "Les chars de Iahvé se comptent par vingt mille, par milliers... le seigneur est au milieu d'eux..." (Psaumes 68;18).


     Pour en savoir vraiment plus long sur cette affaire d'ovnis dans la Bible, nous vous invitons, dès lors, à consulter l'excellente revue : "TOP SECRET" (http://www.topsecret.fr ) n° 17 de Janvier 2005 qui en parle d'une manière très détaillée, pages 34 à 41:



     Dans cette même revue, par la même occasion, vous trouverez, pages 42 à 44, un article également de circonstance d'Alain Moreau intitulé "La destruction de Sodomme et Gomorrhe" .

    Donc on pourrait en conclure que cet Elohim n'est sans doute qu'un des intermédiaires entre nous et le et le Dieu Cosmique ou l'Esprit Universel cette "Energie Subtile et Pensante" située probablement dans la quatrième dimension ou dans des dimensions encore plus supérieures, que Jésus-Christ honorait et vénérait sous la dénomination de "Mon Père" et qui organise d'après les croyants, le Cosmos avec tout ce qu'il contient de matériel et de spirituel et que d'autres appellent "l'Architecte de l'Univers". N'est-il pas écrit, en effet, en Matthieu VI-6 : " Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est lá dans le lieu secret...". Elohim n'affirme nulle part qu'il possède un fils nommé Jésus-Christ et inversement Jésus n'a jamais dit que l'Elohim Iahvé était son père spirituel, dont il rejette d'ailleurs a priori (nous l'avons déjà dit plus haut), la "loi du Talion": " Vous avez appris qu'il a été dit : œil pour œil , et dent pour dent. Mais moi je vous dis de ne pas résister au méchant...." Matthieu V-38. Ceci n'est-il pas bien l'application de la théorie de la "Non Violence" si chère au Mahatma Gandhi et qui a fait ses preuves ?

    Iahvé n'est donc que le seigneur des Elohim, certes un Maître Cosmique très en avance par rapport à nous, (Ayant laissé très probablement des traces de son passage sur la Lune et même sur Mars par exemple. Voir à ce sujet notre article sur Mars sur le WEB placé à :

http://www.artivision.fr/docs/mars.html )

et d'où nous tirons les deux illustrations de structures insolites :

  

    Il va de soi que nous devons remercier ici en passant, particulièrement les auteurs (V. DiPietro G; Molenar et Dr J. Brandenburg de L'ouvrage " Unusual Surface features" de Mars Research - Po Box 284 Glenn Dale Maryland 20769 et aussi Guy Gruais et Guy Mouny de l'ouvrage "Guizeh au delà des grands secrets" aux Editions du Rocher) de nous offrir l'opportunité d'illustrer si admirablement notre thèse.

    Ce Maître Cosmique s'apparente donc à un Jupiter ou un Zeus des mythologies latine et grecque et il a choisi, d'après les textes, de porter toute son attention sur la nation Israël et dont il va suivre jusqu'à nos jours semble-t-il, les évolutions, pour revenir choisir en temps utile, sans doute, les bons serviteurs. Alors apparaîtront sur les contreforts du Mont Sinaï, ovnis étincelants ou plutôt, comme on disait autrefois, les chars flamboyants de Iahvé qui emporteront aux cieux les élus.

    D'autre part, rappelons aussi pour terminer cet exposé, la prophétie de l'Evangile selon St Marc XIII,26 et 27 :

"Alors on verra le fils de l'homme venant sur nuées, avec une grande puissance et une grande gloire et il enverra des anges pour rassembler les élus..."

    Mais qui seront dans ce cas ces élus ...et pourrons-nous en faire partie ?

    Finalement en fonction de ce qui précède, il est clair que pour nous, le vocable "La Bible" , n'a pas de signification concrète, et qu'il convient plutôt de parler "des textes bibliques", qui sont eux, multiples et très variés dans leur contenu.

    Pour illustrer davantage notre propos, nous ne résistons pas au plaisir de vous transmettre le texte suivant en provenance d'une entité transcendante nommée Ashtar Sheran, texte extrait de la revue "Ondes Vives" d'Octobre 1978.

Question - Le Pape a reconnu que les révélations ne se limitent pas à la Bible et qu'elles peuvent provenir d'autres sources.

Réponse d'Ashtar Sheran - Nous avons appris à l'humanité terrestre les premières notions sociales. l'usage du feu et des ustensiles. En son temps nous l'avons initié à l'idée du Dieu Vivant. Partout où nous-mêmes ou nos ancêtres sommes apparus en chair et en os, on en a fait des lieux sacrés. Nos nefs spatiales ont eu avec votre humanité terrestre des contacts de plus en plus étroits. Mais la prise de contact avec vous est devenue de plus en plus difficile parce que vous avez des avions dont la poursuite est nocive. Nos ancêtres n'ont pas eu des relations seulement avec les Hébreux, mais ont atterri aussi sur les autres continents de la terre. Il y a eu des milliers de terrains d'atterrissage. Il en a été découvert et photographié à haute altitude au Pérou. On n'a trouvé aucune explication à leur existence parce qu'à l'époque on ne connaissait pas l'aviation. Voilà aujourd'hui l'explication.

    La croyance en les Dieux est étroitement liée à nos visites. Beaucoup de dessins et de peintures de « Dieux » se réfèrent à la visite de Santiniers. On nous a pris pour des dieux d'abord à cause de nos nefs spatiales, ensuite du fait de notre faculté de nous dématérialiser, chose que vous n'êtes pas en mesure de comprendre, sauf rares exceptions.

    Nos nefs spatiales vous semblent faites de chrysolithe lumineuse. Les Hébreux du Mont Sinaï faisaient la même observation. Le vaisseau Mère fut pris pour la Maison de Dieu et son commandant pour Iahvé. "Alors Moise, Aaron, Nadab et Abihu et 70 Anciens d'Israël allèrent et virent le Dieu d'Israël. Sous ses pieds, il y avait une beau saphir, clair comme le ciel " .(Ex. 24/9)

    Comme vous voyez il n'y a pas de doute sur la remise de la Loi du ciel. Ce fait est bien réel. Comment aurait-on pu expliquer aux Hébreux que nos ancêtres étaient des hommes d'une autre planète si loin de la Terre ? Ces terriens n'auraient jamais pu s'imagnier qu'il y avait d'autres planètes semblables à la Terre où vivaient d'autres hommes. Il était préférable qu'ils croient à l'apparition personnelle de Dieu. Nos aieux ont fait tout ce qu'il fallait pour leur faire croire cela. Mais il s'agissait tout de même d'une authentique révélation.

    La Loi du ciel est invincible, valable pour tous et immuable. Les commandements sont importants pour toutes les races et pour tous les hommes. Ceux qui vont contre cette Loi en subiront les conséquences.

    Mais Moise n'a pas seulement reçu les Commandements. Il était un élève des Santiniers qui l'ont instruit pendant longtemps. I1 reçut aussi l'enseignement moral. Malheureusement il n'a pas tout compris. I1 a altéré certaines choses et les sacerdotes ont par la suite détruit tout ce qui ne leur semblait pas conforme à leur croyance. Ils ont fait la même chose du temps de Jésus.

    L'athéisme a la même signification de non-connaissance. Cela ne veut pas , dire ignorance, mais erreur ...

Ashtar Sheran            

Commandant la flotte des hommes de l'Espace, qui occupent actuellement des bases établies à portée de votre planète.


    Nous possédons de très nombreux textes d'Ashtar Shéran et ce 23/04/06, nous avons retrouvé dans la même revue "Ondes Vives" dans le n° 147 de Juillet 1978 ceci :

CE N'EST PAS DE L'UTOPIE par Ashtar Sheran


    L'humanité croit qu'en toute chose existe un " impossible ". Nous sommes d'un autre avis, du fait que ce qui est considéré aujourd'hui comme une utopie pourra demain devenir une réalité. Donc il n'existe pas pratiquement d'utopie. Si, il y a 4000 ans, on avait raconté à l'humanité tout ce qui existe aujourd'hui, tout sans exception aurait été considéré comme impossible. Les utopies sont devenues des réalités. Les fantaisies de la génération moderne peuvent devenir réalisables dans le futur. Par conséquent nous ne comprenons pas comment vous pouvez douter de notre existence. Pourquoi ne comprenez-vous pas que nous puissions voyager plus vite que la lumière ? Pourquoi doutez-vous de la possibilité d'exister dans un état de dématérialisation ? L'utopie n'existe pas. Tout est possible si nous connaissons les lois de la Création et les voies de réalisation.

    Donc ce n'est pas l'effet d'une utopie que nous, aujourd'hui, et nos aïeux à l'époque, ayons apporté la Loi du Ciel sur la Terre. La remise des Lois du Ciel fut effectuée sur le Mont Sinaï. J'ai donné le détail de cet événement dans une précédente communication : " veritas vincit ". Si la transmission de ce fait de la plus grande importance n'a pas été faite assez clairement, cela est dû au manque de connaissances techniques des hommes de cette époque. Que pouvaient-ils savoir des navires spatiaux qui voyageaient dans le Cosmos ? Pour Moïse, le vaisseau spatial comme je l'ai dit dernièrement, était la maison de Dieu et les être qui L'entouraient étaient Ses Anges. Le son de notre sirène fut pris pour la trompette divine et la force d'antigravitation était la mort envoyée par Dieu à ceux qui dépassaient la limite marquée autour du navire. Tout ceci peut être compris clairement si on veut bien se servir de l'intellect. Vous avez maintenant assez d'expérience technique pour comprendre exactement comment a été donnée la Loi sur le Mont Sinaï. Il faut mieux interpréter la Bible. Il n'existe aucun doute, car un tel doute amènerait un obscurcissement spirituel. Celui qui ne peut comprendre comment s'est produit ce fait ne pourra pas davantage comprendre comment une automobile est conduite et quelle est la force qui la pousse.

    Mais il y a aussi une mauvaise volonté qui empêche de comprendre des gens qui ne sont pas nécessairement ignorants. On en trouve parmi les autorités de la Science et de la Politique, comme aussi de la Théologie. Cette mauvaise volonté met comme des œillères devant l'œil spirituel. L'homme ne veut pas savoir 1a vérité, car cela le trouble personnellement. Les athées doutent des commandements de Dieu, ils ne croient pas possible que Dieu ait parlé à un homme sur le Mont Sinaï, parmi les éclairs et les tonnerres. Ils ont raison dans un certain sens. En fait Dieu ne Se montre pas aux hommes, mais envoie Ses messagers. Et nos aïeux avaient cette mission. Il n'est pas nécessaire que le Chef suprême remette personnellement des enseignements et des ordres à Ses ouvriers, du moment qu'on ne peut rien faire sans Lui ; sinon tout s'arrêterait. Voici un exemple : Dieu aussi a des charges qui exigent Ses ordres. Ce système de la hiérarchie est utilisée sur la Terre et on ne doit pas s'étonner qu'il existe dans tout l'Univers.

    La Loi de Dieu n'est pas une fable, une légende, une superstition, une fantaisie humaine, ou une invention de prêtres. Cette législation même si elle est transmise par les Messagers de Dieu, est un AVERTISSEMENT SACRÉ, c'est une vérité objective de la plus grande puissance et une preuve absolue de l'existence de Dieu, d'un Dieu qui pense, qui sent, qui voit, qui entend et qui peut capter télépathiquement toutes les pensées et toutes les intentions. II a cependant, partout, Ses innombrables représentants. Vous pourriez vous aussi devenir Ses représentants si vous le vouliez et si vous vous référez aux Lois Divines en les enseignant aux autres. Nos voyages spatiaux et aussi les vôtres, prouvent que la remise du Décalogue au Mont Sinaï est la pure Vérité et même si elles ont été apportées par Ses représentants, les LOIS de DIEU SONT DESTINEES A TOUS LES HOMMES DE LA TERRE.

    Donc si vous croyez que Dieu ne peut pas être démontré, il est certain que la remise de Ses Lois peut être absolument prouvée. La preuve subjective est aussi valable. Je vais une fois encore énumérer les points saillants de cet événement :

    Le peuple hébreu vit une nuée de feu qui le précédait. Cette colonne de feu volait horizontalement et non verticalement comme le suppose la théologie hébraïque. En aucun endroit il n'est question d'une colonne verticale. C'était une de nos nefs spatiales irradiantes c'est-à-dire un vaisseau-mère. Le halo lumineux de nos Astronefs peut être encore observé aujourd'hui par vous, lorsque vous apercevez un de nos objets volants. Nos vaisseaux sont construits d'un matériau similaire en verre mais plus résistant que le verre normal. Sa couleur est vert-nil. La Bible la décrit comme ressemblant à la chrysolithe (Note du webmaster; C'est une pierre précieuse de couleur jaune vert). La force antigravitationnelle est tellement puissante que l'atterrissage doit s'effectuer sur le roc. Nos grandes nefs atterrissent aujourd'hui sur 1'Etna ou sur des monts identiques. Afin de ne subir aucun dommage, les Hébreux furent avertis de ne pas dépasser certaines limites sous peine de mort. Une puissante sirène mit le peuple en garde de ne pas franchir les limites permises.

    Seul Moïse pouvait passer dans les moments où la farce antigravitationnelle était interrompue. Dans cet esprit, on lui fit des signaux spéciaux. II n'y avait ni éclairs, ni tonnerres, mais seulement le bruit de la nef spatiale et son halo lumineux intermittent. Lorsque l'antigravitation était interrompue, les Hébreux se sauvaient, remplis d'effroi et d'effarement. Ils pensaient que Dieu seul pouvait sonner de la trompette d'un façon aussi terrible. C'est pourquoi Moïse crut avoir rencontré Dieu Lui-même.

    A cause de la grande puissance de l'antigravitation, la roche changea de polarité. Nos aïeux n'ont jamais participé à une guerre des Hébreux. Ils ont cependant, à l'aide des forces magnétiques, séparé la mer, retenu le cours du Jourdain, et ils ont guidé les Hébreux dans la bonne direction. DIEU N'A PAS DONNÉ LA TERRE. LA TERRE EST LA PATRIE COMMUNE DE TOUS.

    Les forces irradiantes de nos vaisseaux-bases sont plus fortes que celles de nos nefs plus petites. C'est pourquoi il se forme de forts cyclones sous nos grandes nefs spatiales, cyclones que nous pouvons diriger là où nous voulons. Ainsi nous avons réalisé une telle pression d'air qu'elle a soulevé et fait reculer les eaux du Jourdain. Le même phénomène a été produit au passage de la Mer Rouge.

    La Bible parle de grandes plaies. Celle des sauterelles fut causée par un cyclone qui entraîna les sauterelles dans 1a direction voulue. Les ténèbres s'obtiennent par un changement de molécules lumineuses. Nous pouvons reproduire ce phénomène, bien qu'il soit un peu plus difficile. Nous l'avons réalisé au cours de la Crucifixion de Jésus Christ et il s'ensuivit aussi un grand ouragan. Comme vous le voyez il n'est pas question de miracles surnaturels, mais de l'intervention de Messagers divins qui disposent d'une technique très avancée. Si les Eglises continuent à se taire sur ces faits, demain ou après-demain, elles seront convaincues d'ignorance par les athées. Si on ne donne pas la Vérité au peuple, où celui-ci pourrait-il la chercher ?

    Nous avons fait souffler le vent de l'Est, puis de nouveau de l'Ouest, pour impressionner les hommes. Exode 10-19 : " Le Seigneur fit tourner le vent et il souffla fortement de l'Ouest, soulevant les sauterelles et les jetant à la mer. Et il ne resta plus une seule sauterelle dans toute l'Egypte. "...


Ashtar Sheran            

Fin de citation.

V De l'existence d'un code secret dans la Bible.


    En Mai 1997 paraissait aux Editions R. Laffont :LA BIBLE : "CODE SECRET", un ouvrage surprenant de Michael DROSNIN ancien correspondant du Washington Post et du Wall Street Journal et qui dévoilait la découverte dans la Bible hébraïque d' un code secret dévoilant , il y a plus de 30 siècles, les principaux évènements actuels et le nom des personnages impliqués avec un luxe de détails impensable. Ce code secret qui n' a pu être découvert qu' en utilisant de puissants ordinateurs et des logiciels mathématiquement très performants, a été présenté la première fois dans la revue américaine, SATISTICAL SCIENCE qui est l' organe de l' Institute of Mathematical statistics dans son volume 9 n°3 d' Aout 1994 aux pages 429 á 438 est présenté par 3 éminents chercheurs Doron WIztum , Eliyahu Rips et Yoav Rosenberg sous le titre "Equidistant Letters Sequences in the Book of Genesis".

    On découvre ainsi par exemple, que non seulement l' assassinat de YITZHAK RABIN y est inscrit, mais aussi le nom de son assassin Amir, la ville où il a eu lieu: TEL-AVIV et l' année : 1995 . Mais bien qu' averti de ce danger qui le menaçait, le Premier Ministre Israëlien n' a rien pu faire pour empêcher ce meurtre pourtant prévu cependant il y a près de 3000 ans dans le texte hébreu. De même on y trouve les révélations des assassinats du President Egyptien Sadate, du Président américain Kennedy et des centaines d' autres événements traitant de la deuxième Guerre Mondiale, en citant HITLER le NAZI ennemi et ses Massacres, en passant par l' holocauste d' Hiroshima , le débarquement sur la LUNE etc.. et même l' arrivée de la Comète SHOEMAKER-LEVY et la date du 16 Juillet 1994 où elle allait heurter JUPITER. Et qui sait si l'on y trouvera pas les attentats du 11 Septembre 2001 aux USA ?...

    Il serait, fastidieux ici d'en révéler davantage et pour ceux qui veulent approfondir la question, consulter vite le livre de M. DROSNIN, vous irez de surprises en surprises.

    Cependant le 25/04/01 nous avons reçu d'un aimable internaute, Mr Fabrice Bect , la mise au point suivante affirmant que Les chercheurs qui ont fait la découverte ci-dessus dévoilée dans le livre de M. Drosnin l'ont très fermement démenti dans ses conclusions et interprétations et que l'on consulter à l'adresse: http://www.biblecodedigest.com/

    La revue Kountrass  fut nous dit-on " parmi les premiers à parler du phénomène des "Codes", d'abord dans son n° 6 de septembre - octobre 1987 ("Des messages codés dans la Tora ?" par le Pr Moché Katz) puis dans son n° 20 de janvier - février 1990 (en réponse à un article du Dr Werba paru dans Tribune Juive – par Binyamin Tagger), enfin dans le n° 38 de janvier-février 1993 ("L’infrastructure mathématique secrète de la Tora" par Hillel Roiter) et finalement dans le n° 52 de mai - juin 1995 ("Le sida et les codes bibliques" par le rav Ben Betsalel). Les lecteurs intéressés par un compte-rendu historique détaillé voudront bien se rapporter à l’article de votre serviteur ci-dessus mentionné ("L’infrastructure mathématique secrète de la Tora" p. 7 & suiv.)" Voir pour en savoir plus l'article de Mr Hillel Roiter dans son entier, au bureau parisien de la revue (139, av. P. .V Couturier, 93120 LA COURNEUVE, tél 01.48.35.18.22 ou fax 01.48.35.15.98) pour l’obtenir (50 F + 10 F de port) ou d’Israël (BP 5553, JERUSALEM, tél 972.2.53.70.586 ou fax 53.72.707), et surtout se reporter au site important concernant tout cela :http://www.magic.fr/kountras/k66cod2.htm

    Le premier tome du livre du livre "La Bible: code secret" s'est vendu en 2 millions d'exemplaires dont près de 100 000 en France et voilà qu'en fin 2002 est paru le deuxième tome de 338 pages intitulé: "La Bible :Le code secret II " chez Robert Laffont.Vous trouverez une interview de Romain Clergeat de l'auteur Michael Drosnin dans la revue Match de Paris n° 2797 du 2 Janvier 03 sous le titre "Encore un livre qui annonce la fin du monde".

VI Conclusion.


    Si donc, tout cela est vrai, ou même discutable, ce qui prouve encore que ce texte biblique en hébreu, nous surprendra longtemps encore il ne nous reste plus, d' une part, qu'à espérer que les prochains événements qui nous menacent et qui pourront éventuellement être découverts dans ce code secret, ne nous surprendront pas brutalement et que nous pourrons paradoxalement, ainsi les éviter si cela est possible, ou tout au moins en atténuer les effets.

    Mais d' autre part et cela est plus gênant, il nous faudra remettre en question le fait que nos ancêtres et en particulier ceux qui ont élaboré ou inspiré les textes hébraïques (peut-être est-ce bien le seigneur des Elohim Iahvé qui est á l'origine de tout cela ) , avaient une maîtrise parfaite des lois cosmiques et en particulier de celles qui gèrent le continum espace-temps.

    Autres ouvrages sur le sujet :

"Le Big-Bang des idéologies" d'Chantal Nyssen (1984) sorte de "mémoire" concernant la Bible et l'hypothèse Extra-terrestre. Pour en savoir plus, prière de contacter le site :

http://site.voila.fr/channy


"Les Juifs de l'espace" de Mac DEM (1974) Albin Michel, collection "Les chemins de l'impossible", ISBN 2-226-00110-7.

"Les mystères de la Genèse" d'Henri BLANCARD aux Editions Léopard d'Or.
"Bible et ovni" la grande révélation du IIIè millénaire, de Gérard DEMARCQ et Yannick AUFFRET aux Editions Cheminement Collection L'Or Bleu .
"le Monde de l'inconnu" n° 278 très important de Nov. 1999 d'après les auteurs du livre précédent Et n° 293 article de Sylvain RENE de Sept-Oct. 2001.
PS: Un adage qui pourrait s'imposer en la circonstance:

    "Le dieu véritable n'est pas celui qui a le plus de serviteurs, mais celui qui est au service de ces derniers, pour en faire des dieux " ( Adaptation d'après le "Conversation avec Dieu" . nº1 de Neal Donald Walsch aux Editions ARIANE 1997 mais paru en anglais dès 1995.)

VII PS en date du 18/07/02 .


    Grâce à l'heureuse initiative d'une internaute, que nous remercions vivement ici, nous avons pu découvrir un site rempli de messages transcendants, c'est à dire d'une richesse extraordinaire qui nous arrivent depuis 1984 d'un channel nommé Monique et messages dont la provenance, à notre avis, ne peut qu'appartenir à des dimensions très supérieures. Sur la page Web : http://assoc.wanadoo.fr/ciel-a-la-terre/FR/ViePlanete.htm , nous avons découvert les révélations suivantes (les couleurs sont de nous évidemment):

    Question posée à l'entité :"Que pensez-vous des Elohim (du mouvement raëlien), et de la relation qu'il y a entre ces Elohim et le peuple juif, donc la descendance directe de ce qu'on pourrait appeler de Dieu. Merci. "

Réponse : " Il y a depuis la nuit des temps, depuis la création de votre monde des frères qui sont sur ce monde en tant qu'observateurs dirigeants. Il y en a qui servent totalement la Lumière, il y en a qui la servent beaucoup moins, mais ils sont tous utiles pour l'instant à l'évolution de ce monde qui est la plus belle école qui existe, l'école du libre-arbitre, d'actions totalement libres.

Le peuple juif a eu des relations privilégiées avec les Elohim, avec des vies venant de l'extérieur de votre monde, mais eux, comme malheureusement beaucoup d'autres, ont perdu la réalité de ces relations, ils n'en ont qu'une souvenance qui s'est amenuisée avec le temps.

Pourtant beaucoup de choses se remettent en place, une activation nouvelle est en train de se mettre en place pour ce nouveau monde. Peu importe le nom, peu importe si nous les appelons, ou si vous les appelez les Elohim ; nous vous dirons simplement que vous n' êtes pas seuls à gérer ce monde, même si vous avez parfois l'impression que vous êtes tout puissants. Le peuple juif détient (et il ne s'en rend pas compte) un grand secret certes, mais il faut qu'il atteigne encore beaucoup plus la Sagesse, afin que ce secret lui soit révélé. Ces Elohim ont une importance dans la vie de ce monde, mais souvent ils n'ont pas compris laquelle. Ils ont œuvré, mais pas dans le sens où cela leur avait été demandé. Ils devront rectifier leurs actions. Certains cependant, de grands initiés, le savent, mais pour l'instant ils n'ont pas envie de rectifier le résultat de leur comportement.

Que ce soit le mouvement raëlien avec les Elohim, que ce soient des guidances d'autres Frères de l'espace, cela n'a pas une importance capitale par rapport à votre propre évolution. Si vous ne prenez pas conscience de ce que vous êtes, si vous ne prenez pas conscience de ce que vous devez devenir, cela n'a aucune importance.

Nous allons même vous dire ceci : il y aurait ce soir, parmi vous, un Frère de l'espace, (cela pourrait se faire très aisément), vous ne le croiriez pas, même s'il vous disait :

"Je viens de la planète Orion, je viens des Pléiades, je viens de Véga" vous le regarderiez, vous diriez : "cet homme là n'a plus sa raison, il ne raconte que des histoires".

Si nous vous disions qu'à côté de notre channel, il y a un Frère, un Frère qui n'est pas de ce monde et qui l'accompagne toujours, nous croiriez-vous ?

Pas forcément, et pourtant cela fait partie d'une réalité que vous ne pouvez pas voir, mais qui existe. Nous ne pouvons pas interférer sur votre évolution, nous pouvons simplement vous dire : - "Nous existons". A vous de le croire ou de ne pas le croire.

Votre monde est un monde complexe, un monde où les réalités diverses se croisent et s'entrecroisent, vous vous êtes pris dans ce jeu, qui n'est pas forcément un jeu, vous n'avez pas toujours conscience de ces multitudes de réalités, pourtant ces réalités sont aussi réelles que votre propre vie.

Vous voyez votre voisin, parce que vous vibrez sur le même taux vibratoire que lui, mais si quelqu'un est assis à côté de vous et s'il ne vibre pas sur le même taux vibratoire, vous ne le percevez pas, mais ce n'est pas pour cela qu'il n'est pas là. Cela fait partie d'une autre réalité de vie.

Les Elohim, si vous voulez les appeler ainsi, existent assurément, ils œuvrent selon ce qu'ils ont à faire en ce monde ; ils ont été là de tous temps. Nous ne leur donnerons pas ce nom, c'est pour cela que nous ne donnons jamais de noms, car les noms correspondent à des guidances, à des repères que nous donnons aux hommes. Nous préférons être beaucoup plus universels car cela vous fait avancer plus vite. "



VIII Prolongement révélateur spécifique en date du 02/12/05.


    Le 30/11/05, nous avons eu le plaisir de recevoir de l'ami internaute Jean-Philippe G, un texte de 24 pages tiré du site d'origine :
http://www.lespasseurs.com/blog.php
 
Intitulé : Les passeurs : Convergence vers la réalisation : Chroniques d'Arcturius : rendre notre monde meilleur...

    Pour accéder directement au texte en question cliquez svp à :
http://www.lespasseurs.com/dotclear/index.php/2005/11/30/767-telos-par-aurelia

    Ce texte est intitulé : Telos et a été présenté par Aurélia Louise Jones, le Mercredi 30 Novembre 2005. C'est une canalisation d'Arcturius n° #767.

    Rappelons qu'Aurélia Louise Jones est la coréalisatrice de l'ouvrage extraordinaire : " Telos - Révélations de la nouvelle Lémurie " , avec Dianne Robbins et qui est publié aux Editions Ariane 2002.

    Et voici, parmi une foule de révélations de ce long texte, ce que nous y extrayons à propos des Elohims :

     " Question : Quelle est la place des Elohims ? Ont-ils un rôle dans la hiérarchie spirituelle ?

    Je vais essayer de trouver la bonne terminologie :

    Les Elohims sont les constructeurs de la création. Ils sont les premiers dans la hiérarchie au dessous du créateur, dans la création originale.

    La première création a été les Elohims, avec leur complément féminin 12 paires de 2, ensuite les archanges ont été crées avec leur complément féminin et ensuite les 12 rayons pour les âmes en incarnation, ce sont les douze couples qui ont été crées dans la conscience divine et qui ne sont pas nécessairement des êtres humains.

    Dieu est trois personnes c’est la trinité, cette représentation existe dans toutes les plantes et dans tous les univers...

    Les Elohims représentent la conscience du père les constructeurs de la création ;     Le fils représente la conscience christique, c’est nous et les êtres crées, les sois supérieurs.

    Les archanges et les anges représentent la catégorie du St esprit.

    C’est très difficile à exprimer !

    C’est ce qu’on appelle la création en Trois. Ce ne sont pas des personnes, ce sont des créations, des royaumes très différents qui complémentent le père, nous travaillons tous ensemble ; un ne peut pas exister sans l’autre. Ceci pour expliquer en détail quelque chose de très complexe.
"

    Autremendit cette affaire "des Elohims" qui a été occultée dans la plupart des bibles actuelles, est d'une importance capitale et nous montre que le Passé de notre planète Terre est bien plus prestigieux que l'on ne saurait l'imaginer. ( Rappelons que seules les bibles, d'abord de CHOURAQUI,(COL.Desclée de Brouwer),celle-ci toujours, et parfois celle de DHORME (COL. La Pléiade), nous transmettent le terme Elohim à la place des autres appellations de Dieuet sont les seules Bibles qui permettent de suivre le texte original, si l'on ne connaît pas un mot d'hébreu. Mais certains auteurs écrivent le pluriel Elohim sans s, d'autres Elohims. Nous ne pouvons que transcrire ce qui est écrit.)

    Vous trouverez une suite à cet article à :

      http://www.artivision.fr/docs/peupleciel.html

    Et aussi à :
      http://www.artivision.fr/docs/rencontreinso.html


IX Prolongement révélateur spécifique en date du 02/09/06 et hommage à Siragusa .


    Le 01/09/06 , nous avons reçu de notre infatigable explorateur du Web, Christian Macé, la triste nouvelle du décès du contacté Eugenio Siragusa. C'est sur le site suivant que la nouvelle fut diffusée :

    Mais ce qui est en plus important, c'est que Christian Macé en a profité pour nous transcrire l'adresse du site :

qui nous expose quelques propos significatifs de cet incomparable Siragusa. En voici quelques extraits :


    Voici donc ce que déclarait Siragusa, il y a quelques temps.

Question : Quand on voit ce qui se passe dans le monde, peut-on croire en la Miséricorde Divine ?

Eugenio Siragusa : Le Père Cosmique aurait voulu sur la Terre une humanité heureuse et féconde en lieu et place d'une humanité malheureuse et assassine. Depuis mon premier contact, cinquante années de conseils et d'avertissements ont été offertes par le Créateur à l'humanité terrestre qui les a refusés alors qu'elle aurait pu éviter de se trouver dans ses conditions de vie actuelles. Ce furent cinquante années de persécutions perpétrées par les conspirateurs de cette génération mauvaise qui n'est pas disposée à accepter la Vérité. Seule, la Vérité rend libre, véritablement libre.

    Malheureusement, Dieu permet à l'homme de demeurer dans sa souffrance, aussi terrible que cela puisse paraître ! Dans l'éternité du temps, Il exauce le libre choix de l'homme quant à son destin, aussi longtemps qu’il n’en arrive pas à détruire la Terre, car les épreuves qu’il s’est lui-même fabriqué sont aussi un moyen pour lui d’accéder à la Rédemption.

    Mais l'humanité déclenche aujourd’hui un processus génétique dangereux. Les scientifiques n’hésitent plus à manipuler les dynamiques génétiques des végétaux, des animaux et de tout ce qui devrait suivre une évolution naturelle, mettant ainsi en sérieux péril les équilibres enzymatiques de la planète Terre. L'homme terrestre pourrait y perdre son identité réelle, reçue en son temps par la volonté de Ceux qui l'avaient fait à Leur image et ressemblance. À cause de ces manipulations anormales et sans conscience, la jeune génération met de plus en plus en évidence des instincts félins, animalesques, et des attitudes ressemblant à la race primitive dont proviennent les premiers êtres humains génétiquement instruits par les "Elohim" ou Génies Solaires Créateurs.

    Soyez sur vos gardes, car il est vrai que l'homme risque aujourd’hui ni plus ni moins que de redevenir ce qu'il était avant de devenir un être humain. En effet, avant que les Génies Cosmiques, Créateurs de la Forme et de la Substance n'interviennent pour modifier la génétique de l'animal en l'adaptant à recevoir l'intelligence, l'homme n’était qu’un dinosaure aquatique long de six mètres…


Fin de citation.

    Pour en savoir plus, prière de se reporter, au site vu plus haut et il faut avouer que ce n'est pas , un langage habituel que l'on pourrait retrouver dans nos médias.

    Mais une fois de plus, nous voyons ici qu'il est fait mention de ces Elohim, bien présents dans les textes bibliques, comme nous l'avons démontré. A vous donc de juger tout cela...

    Et, en terminant souhaitons, que Siragusa découvre Paix,  Lumière et Harmonie dans la dimension , où il évolue en ce moment et que sa joie rejaillisse tant soit peu sur les terriens qui sont épris de la découverte d'une connaissance transcendante pour mieux vivre sur cette planète.

X Quand Israël prenait la raclée et que les Philistins s'interrogeaient au sujet de l'arche d'alliance de Yahvé.(Paragraphe en date du 07/01/09)

    En fonction d'une actualité plutôt guerrière touchant des belligérants du Moyen-Orient, il nous semble ici opportum de présenter quelques éléments analogues où Israël laissait plutôt des plumes, et cela est tiré l'Ancien Testament du Livre I de Samuel Chapitre 4 :

    Voyons donc ce que nous en dit une bible qui s'aligne avec toutes les autres habituelles connues ( qui n'utilisent jamais le mot Elohim ) et qui est la Bible du Chanoine A Crampon de 1939 chez Desclée et Co pages 234 et 235 :

" La parole de Samuel fut adressée à tout Israël.
    Israël sortit au devant des Philistins pour combattre; ils campèrent près d'Eben-Ezer, et les Philistins étaient campés à Aphec.

2 Les Philistins, s'étant rangés en bataille contre Israël, le combat s'engagea, et Israël fut battu par les Philistins, et ils tuèrent environ quatre mille hommes en bataille rangée dans la plaine.

3 Le peuple rentra au camp, et les anciens d'Israël dirent : " Pourquoi Yahweh nous a-t-il battus aujourd'hui devant les Philistins? (à notre époque on dirait simplement plutôt « pourquoi Iahvé a-t-il laissé les Philistins nous battre aujourd'hui ?)Faisons venir vers nous de Silo l'arche de l'alliance de Yahweh; qu'elle vienne au milieu de nous, et qu'elle nous délivre de la main de nos ennemis."

4 Le peuple envoya à Silo,( Des représentants du peuble furent envoyés à Silo), et l'on apporta de cette ville l'arche de l'alliance de Yahewh des armées, qui est assis sur les Chérubins.(Dans la bible, êtres hybrides mêlant des caractéristiques humaines et animales) Les deux fils d'Héli, Ophni et Phinées, étaient là avec l'arche de l'alliance de Dieu.

5 Lorsque l'arche de l'alliance de Yahweh entra dans le camp, tout Israël poussa de si grands cris de joie que la terre en retentit.

6 Le bruit de ces clameurs fut entendu des Philistins, et ils dirent : " Que signifie le bruit de ces grands cris de joie au camp des Hébreux? " Et ils apprirent que l'arche de Yahweh était venue au camp.

7 Les Philistins eurent peur, parce qu'ils disaient :" Dieu est venu dans le camp." Et ils dirent : " Malheur-à nous ! car chose pareille n'a jamais eu lieu jusqu'à présent.

8 Malheur à nous! Qui nous délivrera de la main de ces dieux puissants? Ce sont ces dieux qui ont frappé les Egyptiens de toutes sortes de plaies dans le désert.

9 Montrez-vous forts et agissez en hommes, Philistins, de peur que vous ne soyez asservis aux Hébreux, comme ils vous sont asservis. Soyez des hommes et combattez. "

10 Les Philistins livrèrent bataille, et Israël fut battu, et chacun s'enfuit dans sa tente; il y eut une très grande défaite, et il tomba du côté d'Israël trente mille hommes de pied. 11 L'arche de Dieu fut prise, et les deux fils d'Héli, Ophni et Phinées, périrent.
"

     Notez bien que les Philistins disent d'abord : " Dieu est venu dans le camp". Puis plus bas, ils disent " Qui nous délivrera de la main de ces dieux puissants?

      Voyons maintenant ce que nous en dit la Bible d'Edouard Dhorme publiée en 1956 chez Gallimard, qui parfois utilise le terme Elohim dans sa traduction :

" LA parole de Samuel d'adressait à tout Israël.

1 Il advint , en ces jours-là que les Philistins se rassemblèrent pour combattre contre Israël et Israël sortit à la rencontre des Philistins pour le combat. Ils campèrent auprès de d'Ebèn-ha-Ézer et les philistins campèrent à Apheq.

2 Les phillistins se rangèrent en bataille en face d'Israël et le combat s'étendit. Israel fut battu devant les Phillistins (à notre époque on dirait simplement plutôt n'est-ce pas qu' Israël fut battu par les Phillistins), qui tuèrent environ quatre mille hommes sur le front delan bataille dans la plaine.



3 Alors le peuple revint au camp et les anciens d'Israël dirent : « pourquoi Iahvé nous a-t-il battus aujourd'hui devant les Philistins?(à notre époque on dirait simplement plutôt « pourquoi Iahvé a-t-il laissé les Philistins nous battre aujourd'hui ?) Prenons donc pour nous, de Silo ( Allons donc querrir à Silo ) , l'Arche de l'Alliance de Iahvé, qu'elle vienne au milieu de nous ( afin qu'elle soit placée au milieu de nous ) et qu'elle nous sauve de la main de nos ennemis! »

4 Le peuple envoya à Silo ( Des représentants du peuple furent envoyés à Silo) et l'on rapporta, de là, l'Arche de l'Alliance de Iahvé des armées, qui siège sur les Chérubins !. Là se trouvaient, près de l'Arche de l'Alliance de Dieu, les deux fils d'Éli, Hophni et Pinekhas.

5 Or, dès que l'Arche de l'Alliance de Iahvé arriva au camp, tous les Israélites poussèrent une grande acclamation et la terre trembla.

6 Les Philistins entendirent le bruit de l'acclamation et ils dirent : « Que signifie le bruit de cette grande acclamation dans le camp des Hébreux ? » et ils surent que l'Arche de Iahvé était arrivée au camp.

7 Et les Philistins eurent peur, car il disaient :

" Dieu est arrivé au camp !" Ils dirent alors: " Malheur à nous ! car il n'y a rien de pareil , ni d'hier, ni d'avant-hier !

8 "Malheur à nous ! Qui nous délivrera de la main de ces dieux puissants ? Ce sont ces dieux qui ont frappé les Egyptiens de toutes sortes de plaies dans le désert.

9 Prenez courage et soyez, des hommes, Ô Philistins , de peur que vous ne soyez asservis aux Hébreux, comme ils vous ont été asservis, soyez des hommes et combattez! »

10 Les Philistins combattirent et les Israélites furent battus, ils s'enfuirent chacun à ses tentes (chacun dans sa tente) et ce fut une très grande défaite : il tomba d'entre les Israélites trente mille fantassins .

11 Et l'Arche d'Élohim fut prise et les deux fils d'Éli, Hophni et Pinekhas, moururent."


     Notez bien que les Philistins disent d'abord : " Dieu est venu dans le camp". Puis plus bas, ils disent " Qui nous délivrera de la main de ces dieux puissants?

     Vous avez bien noté que c'est seulement seulement à la fin, que Dhorme nous parle de l'Arche d'Élohim, et sa version est pratiquement la même, que celle de l'Abbé Crampon, alors qu'il prétend vouloir rester près du texte hébreu en respectant la présence du mot Elohim.

    Voyons maintenant la version du Chapitre IV d'André Chouraqui de 1985 :

Israël est battu à Aphéq


1. Et c’est la parole de Shemouél à tout Israël. Israël sort à l’abord des Pelishtîm, pour la guerre. Ils campent en haut de la Pierre d’Aide, Èbèn-ha-‘Ézèr. Les Pelishtîm campaient à Aphéq.

2. Les Pelishtîm se rangent à l’abord d’Israël et la guerre s’étend.
Israël est battu en face des Pelishtîm.( même remarque que plus haut)
Ils frappent dans la bataille, au champ, environ quatre mille hommes.

3. Le peuple vient au camp. Les anciens d’Israël disent: « Pourquoi IHVH-Adonaï nous a-t-il battus aujourd’hui en face des Pelishtîm ? ( même remarque que plus haut)
Prenons vers nous de Shilo le coffre du pacte de IHVH-Adonaï.
Qu’il vienne en notre sein, qu’il nous sauve de la paume de nos ennemis ! »

4. Le peuple envoie à Shilo, (même remarque que plus haut)et ils chargent de là
le coffre du pacte de IHVH-Adonaï Sebaot, qui siège sur les keroubîm.
Et là, ils trouvèrent les deux fils d’‘Éli, près du coffre du pacte d’Elohîms, Hophni et Pinhas.

5. Et c’est à la venue du coffre du pacte de IHVH-Adonaï au camp, tout Israël ovationne une grande ovation. La terre s’agite.

6. Les Pelishtîm entendent la voix de l’ovation et disent :
« Qu’est-elle, la voix de cette grande ovation dans le camp des ‘Ibrîm ? »
Et ils le savent: oui, le coffre de IHVH-Adonaï est venu au camp.

7. Les Pelishtîm frémissent, oui, ils disaient: « Elohîms est venu au camp ! »
Ils disent: « Oïe, de nous ! Il n’en était pas ainsi hier ni avant-hier !
8. Oïe, de nous ! Qui nous secourra de la main de ces Elohîms majestueux,
eux, les Elohîms qui ont frappé Misraîm à tous coups au désert ?
9. Fortifiez-vous, soyez des hommes, Pelishtîm,
de peur que vous ne soyez asservis aux ‘Ibrîm
comme ils vous étaient asservis. Soyez des hommes ! Guerroyez ! »

10. Les Pelishtîm guerroient, Israël est battu. Ils s’enfuient, l’homme vers ses tentes. Et c’est le coup, grand, fort : trente mille fantassins d’Israël tombent.
11. Le coffre d’Elohîms est pris.
Les deux fils d’Éli meurent, Hophni et Pinhas.

     Fin de citation

     Vous avez bien noté les vocables :

- « Elohîms est venu au camp ! »
- Qui nous secourra de la main de ces Elohîms majestueux,
- eux, les Elohîms qui ont frappé Misraîm à tous coups au désert ?

     Nous vous faisons grâce des autres versets de ce chapitre, où l'Arche d'alliance de Iahvé, joue encore un rôle très important pour la suite.

     Bravo donc, à ce texte qui raconte un épisode ressemblant à un récit de guerre moderne et où l'on fait état de l'Arche insolite de Iahvé sorte de d'instrument fantastique au pouvoir fabuleux, qui pourrait encore faire rêver les auteurs de science-fiction actuels. Donc à vous de juger désormais tout cela, documents à l'appui.

          Mais en terminant, nous avons plaisir à vous retranscrire un extrait concernant cette arche d'alliance de notre article :



     " C'est maintenant Maître-mentor Ptahhotep qui s'exprime :

"Tu comprends maintenant pourquoi nous gardons ces appareils si secrets. L'homme-dieu qui a pleinement développé ses facultés supérieures peut impunément l'utiliser car l'arche d'alliance contient et radie la même force que lui, cette force qu'il est. Un homme d'un degré inférieur mourrait sur-le-champ comme frappé par la foudre s'il ne faisait que la toucher. Les fréquences divines brûleraient instantanément ses nerfs, il subirait un choc, une attaque. Il en va de même lorsque cette énergie se libère de son isolation dans la moelle épinière et attaque les nerfs. L'homme, l'animal et même la plante meurent immédiatement. Les hommes nomment cette mort une "attaque"; ils sentent qu'une force inconnue a frappé la personne comme la foudre. Cette force est le courant de vie qui, normalement, est bien isolé dans la moelle épinière, ou dans le canal central des plantes, et n'afflue dans le corps que correctement transformé. Ce n'est qu'en cas de maladie que cette force rompt son isolation et cause 1'attaque.

     C'est pourquoi les non-initiés ne peuvent approcher ces appareils. Mieux encore. Comme ces derniers radient des énergies pénétrant tout, nous devons les garder cachés derrière d'épaisses parois de rocher qui offrent la meilleure isolation. Car l'énergie de vie tue si elle pénètre une matière qui n'oppose pas la résistance correspondante. La matière est dématérialisée, désintégrée.

      L'arche d'alliance ainsi que d'autres instruments encore sont donc composés d'une matière qui, sans se dématérialiser, peut être chargée de l'énergie créatrice divine. L'arche d'alliance radie la force créatrice non transformée, et selon 1e dosage, dispense la vie ou la mort. Cette force a le même caractère de vibrations que la force de volonté de l'homme qui peut tout vaincre, y compris la force d'attraction terrestre, même si ce n'est que pour un court instant. L'arche d'alliance radie cette force mille fois amplifiée. Ainsi, pareils à la terre qui agit sur la matière par sa force d'attraction et attire tout à elle, nous pouvons contrecarrer cette force d'attraction dans chaque matière, sans, exception, donc vaincre et supprimer son poids pour une période plus ou moins longue. Mais si cela s'avère nécessaire, nous pouvons aussi agir avec cette force d'attraction et, à volonté, augmenter un poids par les rayons ultra-matériels! Ainsi, même les grosses pierres perdent leur poids pendant le temps nécessaire à construire les édifices les plus importants avec une facilité déroutante. Ou alors, leur poids est augmenté de telle manière que ces pierres s'enfoncent dans le sol. Par exemple, lorsque nous voulons faire un puits, nous ne creusons pas la terre, mais nous choisissons un rocher de grosseur adéquate, nous amplifions son poids et le laissons s'enfoncer dans le sol jusqu'à la profondeur désirée.(Note du Webmater, Dur dur à encaisser n'est-ce pas? Mais on a effectivement découvert des puits dont on ne s'explique pas parfaite construction)

     Avec l'aide de l'arche d'alliance, cette énorme source de force, nous pouvons transformer des énergies immatérielles, comme les rayons lumineux par exemple, en matière ou, inversement, désintégrer la matière et la convertir en énergies qui resteront actives presque à tout jamais...


     Fin de citation.


     Comme tout cela semble relier à un contexte spirituel d'intuition et de transcendance, peut-être aussi, est-il utile ici de présenter les propos d'un Grand Maître sur la notion de ce qui peut nous déconcerter à un moment donné :

Ne ferme jamais, à aucun moment, ton coeur ni ton esprit.
Ne crains jamais le nouveau, l'étrange, le non conventionnel.
Sois prêt et préparé à écouter ton intuition,
l'inspiration qui peut révéler quelque chose
de si complètement nouveau pour toi
que cela peut même n'avoir ni forme ni substance,
et que tu peux même avoir à l'habiller de mots.

La fierté intellectuelle peut être un handicap au long de ce chemin spirituel
et une véritable pierre d'achoppement pour la vérité.
Ce n'est pas de l'intellect dont tu as besoin;
c'est de l'inspiration et de l'intuition.
L'intellect vient de l'extérieur, alors que l'inspiration et l'intuition viennent de l'intérieur
et ne peuvent être influencées par quoi que ce soit d'extérieur.

Laisse venir de l'intérieur ce que tu apprends;
inspire-toi de tout ce que tu as au-dedans de toi.
Tu seras ébahi de tout ce que tu recèles.
C'est sans limite, car cela vient du Très Haut,
Qui est sans limite,
et tout ce qui est de Lui est sans limite et éternel.


La petite voix : Eileen Caddy. Le Souffle d'or (1994).
Méditation pour le 7 Janvier, après adaptation d'ARTivision.


 Fred IDYLLE


      Article mis en page le 20/04/1998, et revu le 10/10/2001 , puis le 07/11/01, puis le 18/07/02, puis le 15/12/02, puis le 07/01/03, puis le 12/03/04, et puis le 24/04/05, puis le 14/06/05, puis le 02/12/05, puis le 03/12/05, puis le 07/03/06, puis le 09/04/06, puis le 10/04/06, puis le 19/04/06, puis le 23/04/06 puis le 28/05/06, puis le 02/09/06, puis le 24/03/08, puis le 07/04/08, puis le 13/07/08 , puis le 17/07/08, puis le 01/09/08, puis le 05/11/08, puis le 20/11/08, puis le 10/12/08, puis le 07/01/09, puis le 10/01/09, puis le 11/01/09, puis le 19/01/09, puis le 29/01/09, puis le 07/10/2010, puis le 05/12/2010 , puis le 16/04/2012 , puis le 17/04/2012 , puis le 24/06/2013, puis le 16/10/2014.

Pour tout contact avec ARTivision : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil