Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresse du site :


Un clin d'œil sur la face cachée de la Lune.


I Introduction.

     Le 09/11/09 nous avons reçu de notre ami Olivier, la missive suivante :

----- Original Message -----
From: Olivier......
To: fred.idylle@orange.fr
Sent: Sunday, November 08, 2009 2:01 PM
Subject: LRO rolling boulders

           Cher Fred ,

     Ci joint une nouvelle photo de la sonde LRO.      Elle nous montre, semble t-il, les traces de rolling boulders, autrement dit de rochers ayant dévalé les pentes d'un volcan .


     Notons , malgré tout, l'incroyable symétrie de ces traces et l'aptitude du rocher de gauche à éviter les cratères......

     Cordialement
     Olivier
     Site source :
http://www.universetoday.com/2009/09/02/lro-sees-bouncing-rolling-boulders-on-the-moon/

     Disons déjà que la sonde LRO(Lunar Reconnaissance Orbiter) de la Nasa, avec son compagnon LCROSS (Lunar Crater Observation and Sensing Satellite) ont été lancés, le jeudi 18 juin à 21h32 TU par une fusée Atlas V, depuis Cap Canaveral, en Floride. Quatre jours plus tard ce fut la satellisation autour de la Lune. La sonde LRO de 1.916 kilos (dont 898 de carburant), fut placée en orbite polaire, à une altitude de 50 kilomètres.

II Genèse de l'affaire.

.
     Mais voyons d'abord le texte d'origine pour les puristes et ensuite notre modete traduction :

LRO Sees Bouncing, Rolling Boulders on the Moon

Written by Nancy Atkinson

     Think nothing ever happens on the Moon? New images from the Lunar Reconnaissance Orbiter Camera shows spectacular views of the famous Tsiolkovsky Crater, and a close-up look reveals boulders that have rolled down the slopes of the crater. In the larger image, below, it is easy to see where the boulders came from by following their rolling, bouncing tracks. These are not small rocks by any means: the largest boulder in this image is about 40 meters wide – half as big as a soccer field! Seeing where the boulders originated from is a great clue to geologists reconstructing the local geology. What do they see here?

     LRO découvre des rochers (Boulders) qui ont roulé sur la Lune.

Rédigé par Nancy Atkinson

     On pense que rien ne se passe jamais sur la Lune? De nouvelles images de la caméra de l' Orbiter de Reconnaissance Lunaire (LRO) montre des vues spectaculaires sur le cratère du célèbre Tsiolkovskiy, et une vue rapprochée révèle la présence de rochers qui ont roulé en bas des pentes du cratère. Dans la plus grande image, ci-dessus,(dans la lettre d'Olivier) , il est facile de voir d'où provenaient les rochers en suivant leur roulement, sur les pistes où ils ont rebondi. De toute façons ce ne sont pas de petits rochers: le plus grand bloc de cette image mesure environ 40 mètres de large - moitié grand comme un terrain de football ! Voir d' où provenaient les rochers est un indice idéal pour les géologues afin de reconstruire la géologie locale. Mais que voient-ils ici ?

     Poursuivons le texte en Anglais après cette image:


     Tsiolkvoskiy Crater is 185 km in diameter, and is a great example of complex impact crater. It has a terraced rim, a central peak, and a floor flooded with mare basalts. Impact events release tremendous amounts of energy and result in very dynamic changes in the local landscape. Just after the initial impact, the central peak was uplifted from lower crustal rock, forming a giant mountain in the middle of the crater. That's where the boulders rolled down the slopes, as pieces of the uplifted rock rolled down and accumulated at the base of the slope.

     This is an easy way for explorers to find samples of the central peaks without having to climb the top. The Apollo 17 astronauts used this strategy as an easy way to sample nearby mountain tops without having to don any climbing gear!

     The dark area in the lower right is the tip of enormous shadow cast by the central peak. Scroll north in the full image, and you will find the contact where the later-formed lavas pooled at the base of the peak. Even though the central peak formed before the mare, it has fewer craters due to its steep slope which tends to slump and slide erasing small craters. In this case, that's an apparent violation of the rule that older surfaces have more craters!

     Click here to see a zoomable look at Tsiolkovskiy Crater taken by the Apollo missions.


     Tsiolkovskiy cratère est de 185 km de diamètre, et est un excellent exemple d'un complexe cratère d'impact. Il a un plateau circulaire en terrasse, un pic central, et un plancher inondé de basaltes élémentaires des mers lunaires. Les effets de l'impact ont libéré d'énormes quantités d'énergie qui ont entraîné des changements très profonds dans le paysage local. Juste après l'impact initial, le pic central a été soulevée à partir de roches de la croûte inférieure, formant une montagne géante en plein milieu du cratère. C'est de là que les boulders ont dévalé les pentes, en tant que rochers expulsés et précipités vers la base de la pente.

     Il s'agit d'un moyen facile pour les explorateurs de trouver des échantillons des pics centraux sans avoir à grimper au sommet. Les astronautes d'Apollo 17, ont utilisé cette stratégie comme un moyen facile d'obtenir des échantillons des sommets de montagnes proches, sans avoir à endosser tout l'équipement d'escalade .

     La zone sombre en bas à droite est la pointe d'ombre immense du pic central. Faites défiler vers le nord l'image complète, et vous trouverez le contact où les dernières laves se sont entassées à la base de la crête. Même si le pic central formé avant la mer lunaire, elle a moins de cratères en raison de sa forte pente qui a tendance à se voûter et à produire l'effacement de petits cratères. Dans ce cas, c'est une violation apparente de la règle affirmant que les anciennes surfaces possèdent davantage de cratères.

     Cliquez ici pour voir un zoom des zones du cratère Tsiolkovskiy prise par les missions Apollo.

     Fin des infos du site en question.      Mais voyons alors tout cela de plus près :

     D'abord, repérons ce fameux cratère Tsiolkovskiy (21.2 S;128.9) sur la face cachée de la Lune :


     Voyons alors ce fameux cratère de plus près :

  

      Ces images ont été prises, dit-on, par Apollo 15 à une distance de 282 Km.

      Ce cratère est en lui même, une sorte de condensé de tout ce que l'on a déjà étudié sur la face connue de la lune. D'où son importance.

      Cependant, pas besoin de sortir de l'Ecole Polytechnique, pour s'apercevoir que le bloc central de ce cratère est extraordinairement structuré, où figurent des angles droits à profusion et des ombres à prolongements très insolites, et cela serait dû parait-il au choc d'un météor géant dont il resterait un morceau en place centrale. Bravo Super Hasard , tu nous combles , d'un émerveillement sans bornes. D'ailleurs un logiciel performant (qui existe déjà), ne tardera pas à nous en dire plus. Alors comme disent les anglo-saxons attentifs : Wait and see.

     Voyons maintenant cette affaire de boulders, qui semblent tout à fait invisibles :


     Disons d'emblée, qu'aucun boulder digne de ce nom, n'apparaît sur cette photo. A titre de modèle en voici deux qui se dressent verticalement sur le sol uni de l'astérioïde Éros :



     Puis, on découvre que les traces que l'on voit, ne sont pas des tranchées ou des érafflures, laissées sur le sol par ces pseudos boulders, mais ce sont bien des protubérances arquées (les détracteurs diront vite que notre point de vue, est dû à une illusion d'optique) de près de 40 m de large.

     Ensuite, on découvre ( mais là nous n'en sommes pas tout à fait certains, comme pour la photo qui suit) que les ombres ou les crevasses qui pourraient représenter ces boulders, ont des formes géométriques très insolites, et pourraient n'être que des dispositifs de camoufflages de formes brillantes trop caractérisées, comme on l'a fait ci-dessous pour le Pôle nord de Jupiter:


      Mais, si nous examinons le monticule en haut à gauche de la photo étudiée, nous découvrons une protubérance arquée et très lumineuse, qui surplombe ce monticule et qui serait justement le prolongement direct de la longue trace venant du dessous et trace qui se poursuit d'ailleurs vers le haut jusqu'à, on sait où et donc là, il n'y pas de boulder du tout.


     Enfin, vers le bas à droite, on distingue une zone très accidentée et très plissée, et on se demande encore quel phénomène naturel sur la lune, peut en être l'origne ?

     Passons maintenant à la deuxième photo qui serait prise parait-il juste au pied du bloc central.


     Nous avons déterminé deux zones très accidentées qui s'apparentent à des ruines archéologiques et que le fameux logiciel évoqué plus haut ne tardera pas à mettre en exergue.(voir les performance de ce logiciel au sujet Mars, sur notre page de garde)

     Chose curieuse, il nous a été impossible, comme on nous le suggerait plus haut, de zoomer dans les deux zones concernées pour y voir de plus près certains détails. A vous de juger tout cela !! .

     Mais, il nous est possible à nous, d'agrandir jusqu'à un certain point, ceci :


, où l'évidence pointe son nez, clairement .

III Conclusion.

      Cette affaire de boulders fantômes dans le magnifique cratère Tsiolkovskiy, nous a permis d'aller plus au fond des choses et ces choses ne sont que le sommet de l'iceberg, puisque le meilleur reste à venir, car chacun le sait désormais, le " Temps des retrouvailles de notre fabuleux Passé", est en marche, et il suffit d'ouvrir les yeux pour le voir. A bon entendeur salut !!!

     Fred IDYLLE.

     Article mis en page le 10/11/09 et revu le 18/11/09 .

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil