Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :



Dilemme cornélien à Paris Match.


     Le 9/10/01, nous avons appris, l'arrestation par les Talibans, d'un journaliste de Paris Match, Mr Michel Peyrard et de deux de ses accompagnateurs Pakistanais, aussi journalistes (mais dont bizarrement les noms n'ont pas été révélés ). Ces journalistes, qui ont voulu pénétrer, déguisés dans une région en crise de l'Afghanistan, ont tout juste échappé à la lapidation totale par la foule en colère et ils vont être exhibés, sans doute, dans un procès en règle retentissant et bien médiatisé pour l'exemple dans l'état conflictuel qui règne en ce moment dans le pays. Ces journalistes sont donc actuellement, et c'est le moins qu'on puisse dire, "dans de mauvais draps".

II La genèse de l' affaire.


     Franchement, dans le contexte de guerre très périlleux actuel de la zone en question et cela malgré l'avertissement solennel des responsables talibans stipulant que tout étranger pénétrant sans autorisation dans le pays allait être considéré comme un espion à la solde d'un pays ennemi, nous pensons donc que l'incursion audacieuse de ces journalistes dans cette zone explosive, relève d'un défi inouï, qui même pour faire son métier, vaille que vaille, afin de recueillir l'information au cœur même de l'action et surtout (ce qu'on dit moins), pour assurer la pérennité de la célèbre devise : "Le poids des mots et le choc des photos", cela ne valait certainement pas la peine de risquer la vie de ces trois individus pour la gloire éphémère d'un reportage journalistique si pointu et si désiré soit-il. (Remarque ces journalistes ont peut-être eux mêmes choisi de prendre le risque d'aller où on ne les a pas envoyés : c'est le système qu'il faut incriminer ici). Nous pensons aussi en effet que si Paris Match en ces temps de crise voulait faire monter son chiffre d'affaire d'une manière ahurissante, il lui aurait suffit de sortir de ses archives le n° 1028 du 18 Janvier 1969 et d' y extraire de la page 33, ce qu'aucun de ses journalistes n'avait remarqué àl'époque (ni d'ailleurs aucun autre journaliste de la presse française) une chose incroyable, inimaginable et pourtant bien apparente, représentant un bien étrange "artefact" de la face cachée de la Lune, que nous reproduisons encore ici, pour ceux qui n'auraient pas pris connaissance de notre dossier placé à :

http://www.artivision.fr/docs/match.html
     Voyez donc l'image ci-dessous :


     Et un modeste agrandissement donne ceci :


     Nous avons contacté pendant l'été 1992, certains responsables de Paris Match afin qu'ils recherchent le négatif ayant servi à imprimer ce document pour mieux appréhender ce que pouvait bien être cette "super-structure" de la face cachée de la Lune et nous n'avons obtenu hélas jusqu'à présent aucune réponse. Comment une chose aussi extraordinaire, qui devrait être décortiquée en long et en large par ces journalistes avides de sensationnel, a-t-elle pu pendant plus de 30 ans rester ignorée du grand public et mieux encore être mise sous le boisseau par ceux-là même à qui nous avions dévoilé l'affaire.

     Si nous éliminons au départ, (vu la forme et la netteté de cette superstructure), le fait que cette étrange anomalie pourrait être une poussière sur le négatif ou un défaut d'impression ou même quelques autres imperfections photographiques, devant ce manque flagrant de curiosité et d'initiative de la part de ces journalistes de Paris Match, trois hypothèses s'imposent en la circonstance :

- Soit que les gens de cette revue que nous avons contactés ont jugé que nous n'étions pas assez représentatifs, pour venir de si loin, hors de notre petite île, leur montrer une chose, qui en plus se trouvait dans leur "propre jardin". C'était trop d'audace pour en tenir compte.

- Soit que ces journalistes n'étaient pas encore prêts pour "encaisser" , le fait que nous "ne sommes pas seul dans l'Univers", et que cette planète Terre est visitée depuis des siècles par des soi-disant "Dieux", présents dans presque toutes les mythologies. Nous, nous n'avons pas hésité à franchir ce seuil de compréhension, et ceci est justement à la base des recherches astro-archéologiques lancées sur notre site ARTivision. (voir pour cela notre article intitulé remucos.html)

- Soit que ces journalistes ont perçu, très bien, le caractère dérangeant de cette affaire, et qu'ils ont aussi compris, par la même occasion, que cela touchait sans doute au secret d'état ultra-confidentiel, et qu'il valait mieux ne pas s'y frotter.

     Seulement, voilà que nous sommes désormais confrontés actuellement à l'une des crises mondiales des plus graves et qu'il ne convient plus de faire le timoré, ou de mettre comme l'autruche la tête sous le sable, pour ne pas voir le danger. Comment en effet arrêter ce cycle infernal "attentats-représailles, re-attentats et re-représailles", qui n'en finit pas d'émailler la vie politique internationale et cela sans doute jusqu'à l'explosion apocalyptique finale, qui rasera tout sur cette planète qui s'endormira ainsi pour dix mille ans moins, et comme nous l'avons déjà dit, (voir notre article : reveutopique.html), ainsi que cela s'est déjà passé dans les temps reculés et hélas oubliés de l'humanité.

     Nous déplorons donc ici une fois de plus que des êtres humains vont devoir subir les affres maléfiques d'un système fantasmagorique, qui ne vise que le profit immédiat et qui pousse les individus comme les pions d'un échiquier, avec tous les risques que cela comporte de voir ces pions être mis hors circuit. Nous apportons ici aux familles de ces journalistes toute notre sympathie dans la terrible angoisse qui les étreint en ce moment, comme d'ailleurs, nous accordons aussi notre chaleureuse considération à tous ceux qui pleurent leurs blessés, morts ou disparus dans cette explosion de violence qui fuse de partout en ce moment.

     Paris Match avait donc mieux à faire pour éviter l'engrenage dans lequel se trouvent désormais son journaliste et ses confrères pakistanais. En effet imaginons, une fois encore (comme dans notre article "reveutopique" déjà cité), que cette revue ait pris le soin d'analyser, en son temps et surtout de faire d'agrandir en 3D par ses spécialistes, cette super-structure précitée parue dans son n°1028, et que les journalistes de cette revue soient arrivés à la conclusion :

1°) Soit qu'il s'agissait d'un vaisseau spatial de près de 30 km de long et que ce dernier se serait déplacé par la suite pour aller ailleurs, car toutes les autres photos de la Lune ultérieures ne présentaient plus rien au même endroit.

2°) Soit qu'il s'agissait d'une vraie ville gigantesque qui a été camouflée volontairement pour les même raisons qui veulent que nos gouvernements cachent tout ce qui concerne les ovnis pour ne pas affaiblir leur autorité auprès des masses laborieuses.

     Dans les deux cas, ce serait nous le pensons fermement le scoop du siècle, et le chiffre d'affaire crèverait le plafond. De plus ces révélations ne manqueraient pas de frapper l'opinion publique pour faire ressortir le fait indéniable que tous les hommes sont, en fin de compte, beaucoup plus frères entre eux, que l'on n'a bien voulu nous le faire croire.

     Une petite digression s'impose alors ici :

     Dans son ouvrage extraordinaire intitulé "A l'intérieur des vaisseaux de l'espace" publié chez Michel Moutet Editeur en 1979 :



, Georges Adamki cet homme si critiqué par les médias (dont le livre intitulé "Inside the Space Ships" a été publié à New York, chez Abelard-Schuman, Inc. en 1955), on peut lire à la page 81, ce passage renversant :

"- Peut-être puis-je illustrer ceci un peu plus clairement, - continua le Saturnien - Vous avez sur Terre une petite île dans un océan. Aussi loin que la vue peut s'étendre, il n'y a pas d'autre terre. Cependant, des hommes peuvent vivre sur cette île aussi bien que sur les vastes masses que vous appelez continents. Dans l'espace, les corps sont comme des îles; certains sont grands, d'autres petits., tous sont entourés et supportés par la même force qui leur donne la vie.

- Beaucoup de vos savants ont exprimé l'idée que la Lune est un corps mort. Si cela était vrai et que la Lune était morte, suivant le sens que vous donnez à ce mot, il y a longtemps qu'elle aurait disparu de l'espace par désintégration. Non ! Elle est bien vivante et supporte une vie qui comprend des humains. Nous avons nous-mêmes un grand laboratoire juste au-delà du bord de la Lune, hors de la vue de la Terre, dans la section tempérée et fraîche de ce corps.
"


     Alors Adamski a-t-il tout inventé ? Cette superstructure pourrait-elle être le laboratoire en question ? L'avenir nous le dira sans doute bientôt...
     Fin de la digression.

III Conclusion


     Alors messieurs les journalistes audacieux de Paris Match, vous n'avez nullement besoin de risquer votre vie pour ce scoop du siècle, il est à portée de main, déjà depuis 31 ans à la page 33 de votre propre revue n° 1028.

     Que ceux qui ont la chance d'avoir des tympans et des yeux en bonne santé, les utilisent souverainement pour mieux entendre et surtout pour mieux voir (en page 33 du n° 1028); ce qui ne nécessite même pas de loupe, et encore moins de microscope...

P.S. Le 17 Octobre 01, nous apprenions de l'Agence France Presse l'information suivante :

" le journaliste franco-algérien Aziz Zémouri du Figaro a été libéré hier matin par les autorités tribales qui le détenaient depuis une semaine dans le nord-ouest du Pakistan. "Il devrait regagner la France par le premier vol disponible " a précisé le porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères Bernard Valéro.

     Un autre journaliste français Michel Peyrard (Paris Match) est toujours détenu en Afghanistan, où il a été arrêté le mardi 9 Octobre près de Jalabad.
"      Comme vous le voyez ce communiqué ne fait plus état des 2 journalistes pakistanais qui pourtant risquent tout autant leur vie que celui de Paris Match. A méditer donc.

PS2: Le 3 Novembre 2001 nous avons appris avec une grande satisfaction que Michel Peyrard avait été libéré par les Talibans qui le retenaient prisonnier depuis près d'un mois, mais ses confrères eux n'ont pas parait-il, eu encore la même chance. Paris-Match a dû faire jouer, vous vous en doutez bien, au plus haut niveau sa notoriété pour réussir une telle prouesse en ces temps d'incertitude et de guerre qui règnent dans la région. Cette revue, maintenant que sa tranquillité d'esprit est revenue avec le retour au bercail de son téméraire reporter, aura-t-elle aussi l'audace de sortir de l'oubli enfin, maintenant, l'affaire incroyable de son propre numéro 1028 , affaire qui aurait assurément remis les compteurs à zéro dans tous ces conflits dérisoires qui arrivent en ce moment et aurait aussi, nous l'avons dit plus haut, éviter sans doute justement, l'arrestation de ce journaliste qui aurait alors eu bien d'autres reportages plus "cosmiques" à rapporter. Les responsables de cette revue auraient mieux fait de bien analyser, il y a 27 ans les propos extrêmement courageux pour l'époque, de l'écrivain Patrice Gaston dans son livre "Disparitions Mystérieuses" chez R. Laffont de janv. 1974 dans la prestigieuse collection "Les énigmes de L'univers" dont nous vous donnons un bref aperçu de la page 232 :

" Les savants n'ignorent pas que la Lune est habitée, qu'une activité fantastique s'y déroule depuis des lustres, que parmi les milliers de photos qui ont été prises de son sol, il en est qui sont "la" preuve d'une d'une vie sur le satellite. Mais la Nasa se tait. Sans doute attend-elle qu'on lui donne le feu vert pour faire -publiquement- des révélations. Ainsi , la conquête spatiale prendra-t-elle sa véritable dimension...."

     Ce n'est pas à notre avis la conquête spatiale qui aurait pris une autre dimension si la Nasa avait parlé, mais c'est toute l'humanité qui aurait pris un autre visage... sans doute moins agressif. Bravo donc aussi à l'Editeur R. Laffont d'avoir osé publier en 74, une déclaration aussi fracassante qui pourtant aurait dû inspirer davantage les grands rédacteurs de Paris Match et peut-être auraient-ils alors découvert dans leurs propres archives (par exemple dans ce n°1028) la preuve irréfutable de cette mémorable déclaration de Patrice Gaston.

     A bon entendeur salut...

PS3. Le 12/11/01, la chaîne I Télévision diffusée par satellite, nous apprenait la mort en Afghanistan de 3 journalistes dont deux français (Pierre Billaud de RTL et Johanne Sutton de RFI ), et un allemand dont le nom n'a pas été révélé. Nous adressons ici à leur famille toute notre chaleureuse sympathie dans la dure épreuve qui vient de les frapper. D'ailleurs, il s'en est fallu de peu que la journaliste Véronique Rebeyrotte de France Culture , qui a vu ses deux collègues français tombés du char d'assaut sur lequel, ils se trouvaient tous, passe elle aussi, de vie à trépas dans l'embuscade où ils sont tombés.

     Le 20/11/01 nous apprenions par la même chaîne I Télévision que 4 autres journalistes étrangers, Maria Cutuli, Harry Burton, Azizula Haidari et Julio Fuentes, de diverses Agences de Presse, avaient aussi été victimes d'une autre embuscade en Afghanistan et étaient décédés en service commandé.

     Ceci nous montre bien que ces journalistes prennent des risques inouïs pour assurer le suivi de l'information (in medias res :au milieu de l'action) qui à leurs yeux et aux yeux de ceux qui les envoient méritent que l'on se sacrifie pour elle. Et dans l'interview du 12/11/01 réalisé par I Télévision du journaliste Alberic de Gouville de RFI, ce dernier en déplorant ce qui est arrivé a déclaré finalement : " Évidemment, tout le monde aurait fait la même chose à leur place". Pas nous en tout cas, car tout est relatif en ce monde et chacun choisi la priorité de ses actions en fonction des données qu'il a en sa possession. Mais tout est une question de niveau d'appréhension du flux informatif et ce qui semble aujourd'hui fondamental sera assurément considéré demain, oh combien dérisoire, et donc qu'il ne valait pas du tout la peine de se sacrifier pour cela.

     Nous, nous avons sur ARTivision, choisi de vous montrer sans doute, avec de faibles moyens, que le Passé de la Terre est beaucoup plus fabuleux que l'on nous l'a inculqué et que destin de l'humanité est lié aux "dieux venus des cieux", et de plus, "qu' il l'a toujours été".

     Alors pourquoi faut-il encore que des humains meurent dans des guerres stupides alors que dès 1955, le lama Lobsang Rampa (toujours très controversé par les non-initiés) dans son ouvrage intitulé "Le Troisième Oeil" ecrivait : "Le lama Mingyar Dondup m'a raconté qu'un groupe de lamas étant entré en communication télépathique avec ces "dieux", ceux-ci avaient dit qu'ils surveillaient la Terre, sans doute comme les hommes observent les animaux sauvages et dangereux d'un Zoo". ( Editeur "J'AI LU" n° 1829 page 138)

     Ingo Swann, l'un des plus grands sensitifs américains, mondialement connu pour ses facultés Psi, affirme dans un ouvrage paru en 1998, intitulé en anglais "Penetration", qu'il a été contacté en 1975, avec un luxe très grand de précautions, par un agent des services secrets dont le pseudonyme était Axelrod pour tenter de découvrir par vision astral ce qui se passait sur la Lune. Ingo Swann, qui croyait alors comme tout un chacun que la Lune était un astre mort sans atmosphère, dit qu'il a été choqué d'y découvrir une étrange activité. Mais donnons lui la parole pour terminer :

     " ...Même en écrivant ces lignes mon cœur s'accélère. C'est une chose de lire des informations sur les OVNI dans les journaux ou dans les livres. C'en est une autre d'entendre des rumeurs sur le gouvernement ou les militaires qui sont concernés par cela, ou des rumeurs suivant lesquelles un vaisseau alien ou des petits corps aliens avaient été récupérés. Mais c'est encore autre chose de se trouver dans une situation qui devenait la confirmation de tout. Non pas parce que je réalisai tout à coup que ces rumeurs étaient vraies, mais parce que je me trouvais moi-même, dans une position, dans laquelle mes propres capacités psychiques avaient constaté l'évidence. - "Mon Dieu" ! soufflai-je. "      Nous n'avons pas hélas les capacités d'un L. Rampa ou d'un Ingo Swann. Mais il nous reste (et cela semble leur donner raison) les premières photos non encore trafiquées de la NASA. Alors Messieurs les journalistes risque-tout, épluchez les photos de la Lune, de Mars, des astéroïdes etc... à votre disposition (dans les anciens Paris-Match par exemple), vous y verrez sans doute, qu'il y a bien, de quoi meubler paisiblement, vos reportages d'informations et cela d'une manière plutôt "cosmique". Et pour finir enfin, nous ne résistons pas à l'opportunité qui nous est offerte de vous transcrire cette pensée sublime : " La Connaissance protège, l'Ignorance expose au péril ..." (Site des Cassiopéens:
http://http://cassiopaea.org/ ).

PS4 : Le Samedi 23 Février 2002, nous avons appris de l'Agence France Presse relayée par France-Antilles que le journaliste Daniel Pearl du Wall Street Journal enlevé le 23 Janvier 2002 par des extrémistes musulmans pakistanais a été exécuté par ses ravisseurs dans des conditions horribles. La cassette de son exécution a été en effet transmise, Jeudi le 21 Février au soir, au Consulat américain de Karachi, le grand port du sud du Pakistan où avait disparu Daniel Pearl, il y a juste un mois. Le journaliste d'origine juive a en effet été filmé d'abord entrain de lire une déclaration en anglais selon laquelle "les musulmans sont persécutés dans diverses parties du mondes" et "alors qu'il finit la déclaration, une main apparaît de derrière et saisit sa tête, pendant qu'une autre main s'approche et avec une arme tranchante, lui coupe la gorge. Puis la caméra fait un zoom sur la tête de Daniel Pearl séparée de son corps. Puis un message des ravisseurs est lu en ourdou par une personne non identifiée. " nous dit l'agence l'Agence pakistanaise Ondine, à laquelle la cassette a d'abord été remise. Le message réclame selon cette agence Ondine entre autres "que les atrocités contre les musulmans à travers le monde cessent" et il avertit de plus que "si leurs exigences ne sont pas acceptées alors les américains et les juifs doivent être prêts à subir un sort semblable à celui de Daniel Pearl"

     Le président George W. Bush s'est déclaré "attristé et en colère" à la nouvelle de la mort du journaliste Daniel Pearl et condamne "le meurtre criminel et barbare" du journaliste. Le président alors en visite officielle à Pékin a aussi déclaré que lui et son épouse Laura étaient "particulièrement tristes pour l'enfant du journaliste qui n'est pas encore né et qui ne connaîtra son père que par le témoignage des autres"

     A la famille de ce journaliste et à tous ceux qui l'estimaient, nous transmettons ici notre profonde émotion ainsi que notre plus grande sympathie.

     Mais sans prendre parti, dans ce drame pour aucun des protagonistes, (c'est comme si par exemple, nous prenions parti pour les Sioux contre les Comanches avant l'arrivée des colons en Amérique du nord ) nous ne pouvons, une fois de plus que déplorer qu'une telle barbarie moyenâgeuse, soit encore appliquée sur Terre de nos jours, en plein 21ème siècle, alors que l'homme prétend vouloir explorer la Lune et les astres voisins de notre belle planète. Regrettons cependant que le journaliste Daniel Pearl n'ait pas pris contact avant son départ, dans cette contrée dangereuse avec Michel Peyrard de Paris Match, qui a eu la chance inouïe de s'en sortir, début Novembre 2001, après avoir été lui (voir plus haut) aussi retenu prisonnier, également pendant un mois, par les Talibans. D'ailleurs voici la missive que nous avons adressée à l'époque à la revue Paris Match pour féliciter son journaliste d'avoir eu la vie sauve :

----- Original Message -----

From: fred.idylle

To: rlesommier@hfp.fr

Sent: Monday, November 05, 2001 5:47 PM.

Subject: félicitations à Mr Michel Peyrard.

     Bien chère équipe de Paris Match

      Nous venons ici vous transmettre nos très sincères félicitations pour le retour sain et sauf de votre audacieux journaliste Mr Michel Peyrard , qui nous le pensons, a vraiment eu de la chance aujourd'hui, vu le contexte conflictuel qui règne en ce moment en  Afghanistan.  Nous n'avons hélas pas eu des nouvelles des deux autres journalistes pakistanais qui l'accompagnaient qui pourtant risquaient tout autant leur vie que lui.

     Nous vous prions donc de transmettre à Mr Michel Peyrard, le fichier joint ci-contre, dont il comprendra lui-même l'importance.  Même s'il n'a pas d'adresse e-mail en ce moment, nous pensons qu'il sera heureux d'en avoir une copie de votre part, car la chance inouïe dont il a bénéficié cette fois, ne sera peut-être pas au rendez-vous une seconde fois et il lui appartient donc d'en tirer incessamment, utilement profit.

     Fidélement et tropicalement Vôtre:

           Fred IDYLLE

Fichier Joint: Article ci-dessus "Dilemme   à Paris Match" et Photo "de la superstructure du PM 1028 du 18 janvier 1969"

     Évidemment nous n'avons reçu aucune réponse, ni de la rédaction de Paris Match, ni de la part du journaliste en question, qui avait sans doute autre chose à faire que de répondre à un inconnu notoire, vu les sollicitations des médias qu'il a dû recevoir. N'empêche que si (et ce si est d'une importance capitale) Paris Match avait révélé entre temps "l' affaire de son n° 1028 ", le journaliste Daniel Pearl serait peut-être encore vivant, car il aurait jugé plus utile, sans doute, plutôt que de risquer sa vie dans le bourbier pakistanais ou autre du même genre, de se pencher sur d'autres photos de la Nasa et il nous aurait avec les moyens qui sont les siens, certainement devancé, dans la présentation de notre récent et modeste article que vous pouvez découvrir :

Soit à l'epoque : http://perso.wanadoo.fr/artivision/docs/Nasatangible.html

Soit à actuellement : http://www.artivision.fr/docs/Nasatangible.html

     A bon entendeur Salut....

   Pour ceux qui sont passionnés par cette affaire du Paris Math 1028, prière de consulter aussi à ce sujet, notre article en date du 03/06/03:

http://www./artivision.fr/docs/adieuconcorde.html


     Article mis en page le 11/10/01 , et revu le 18/10/2001, puis le 03/11/01, puis le 12/11/01, puis le 20/11/01, puis le 24/02/02, puis le 15/08/03, et enfin le 24/04/05, puis le 08/06/08, puis le 09/06/08.

Pour tout contact : fred.idylle@orange.fr

Retour à la page d'accueil