Consultations pour cet article :
ARTivision est une page Web strictement personnelle de :

Fred.IDYLLE - COPY RIGHT 1997

Pour tout contact avec ARTivision
fred.idylle@orange.fr

Bonne lecture !
Communiquez nous vos commentaires.
Merci d'avance.
Adresses du site :



L'incroyable "journal de bord"
de l'amiral Byrd .


     

I Introduction.


      Cet article est la suite logique de deux articles précédents sur "L'extraordinaire découverte de l'Amiral Byrd" qui ne pouvait être allongé outre mesure et qu'il convient et de lire respectivement en priorité aux adresses suivantes :

http://www.artivision.fr/docs/Byrd.html

http://www.artivision.fr/docs/Byrdsuite.html



     Cette aventure de l'Amiral Byrd est si extraordinaire, que nous avons pensé faire le rapprochement avec l'aventure, bien connue, d'Alice au pays des merveilles que nous devons au mathématicien et écrivain britannique Lewis CAROLL en 1865. Nous savons en effet, qu'Alice est plongée dans ce roman, par un concours de circonstances, dans un monde fantastique où rien ne se passe comme on pourrait le supposer. Il en a été de même, on le sait déjà, de l'Amiral Byrd, qui a pénétré dans un univers si insolite qu'il défie l'imagination la plus échevelée.

II Genèse de l'affaire.


Quand on découvre le "Carnet de bord" de l'amiral Byrd.

     Le 10 Novembre 2000, nous avons reçu par la poste d'un très aimable internaute suisse, le " Carnet de bord ", attribué à l'Amiral Byrd et correspondant à sa célèbre expédition du 19 Février 1947 (Voir notre bibliographie à biblioterrecreuse.html)

     Nous en avons fait une modeste traduction que nous vous livrons plus bas :

    Nous pensions y trouver plus d'allusions germaniques en provenance du peuple souterrain, mais c'est juste le mot "au revoir" et peut-être encore le "léger accent" des hôtes de Byrd ou encore peut-être le mot "Flugelrads" (dont nous préciserons plus bas la signification)". Aussi nous ne pensons pas pour cela qu'il soit nécessaire de suspecter les "loges Nazi " ou autres "obédiences allemandes" d'être à l'origine de ce texte qui nous vient d'ailleurs des USA. Mais on peut toujours émettre des réserves à ce sujet. Notons que le style de ce texte ne semble pas du tout correspondre au "verbe" d'un homme cultivé comme L'amiral Byrd .Il nous reste à découvrir comment ce texte a pu être publié sans que les Services Secrets américains s'y opposent et beaucoup d'internautes vont se poser cette question. Est-ce encore de la "désinformation" pour discréditer tous ceux qui s'intéressent à la "théorie de la Terre creuse" et ce ne serait pas si impensable que cela, , ou bien ce sont les "Maîtres eux mêmes" qui respirant le même air que nous (et air que nous sommes entrain de polluer de plus en plus), ont décidé d'agir indirectement pour nous faire savoir qu'ils existent bien. J'aime à penser que cette dernière éventualité serait préférable.

      Nous n'avons pas eu trop de difficultés pour traduire ce texte sauf en page 36 la phrase:"We are taken form the aircraft" où nous préfèrerons imaginer qu'il y a eu une faute de frappe et que l'on devrait écrire " We are taken from the aircraft ".

      Par déformation professionnelle de l'enseignant, nous aimons, d'autre part mettre en couleur les éléments d'un texte qui peuvent plus tard, faire l'objet de développements importants. Aussi nous espèrons que cette surcharge de couleurs ne dérangera pas trop l'internaute susceptible.

      Nous ne plaçons pas ici le texte anglais car il est sous copyright, et nous ne voulons pas avoir de problème avec les diffuseurs.

      Aussi voici donc la traduction, qui seulement, intéresse avant tout, les internautes français :

Modeste traduction du " Carnet de Bord " de l'Amiral Byrd.

En couverture:
Le carnet de vol disparu de l’Amiral Richard Byrd
..Qui vit à l’intérieur de notre Terre ?


Page1:

Reconstitution du vol historique de l’Amiral Byrd édité par la Société Internationale pour une Terre Complétée.



     Les lecteurs de ce carnet de Vol qui désirent des informations supplémentaires sur la Terre Creuse sont invités à écrire à :

Internationnal Sociéty for a complete Earth (ISCE)
Danny L.Weiss(Secretary)
P.O. Box 890
FELTON, Calif 05018

     La Société désire aussi annoncer qu’elle organise une reconstitution du vol historique de l’Amiral Byrd en partant de la ville de Reykjavik en Islande.
     Le vol sera rempli de mystère et de potentielle découverte. II suivra la route empruntée par l’Amiral et son équipage. Chaque événement marquant sera relevé pour caractérisé le stress, l’enthousiasme et la frustration qui ont été éprouvés par l’Amiral selon son carnet de vol.

ABELARD PRODUCTION, INC

Page 2

     L’édition développée ici est de 1990 par les Productions Abelard. Tout droits réservés.

     Aucune partie de ce livret ne peut être reproduite, enregistrée dans un système de stockage ou transmise de quelque forme que ce soit, électronique, mécanique, photocopiante, magnétique, ou autre, sans l’autorisation préalable de l’Editeur.

     Réalisé aux Etats-Unis d’Amérique.

     
Pour recevoir un catalogue complet des ouvrages New Age , écrire à Inner Ligh publication,
Box 753 New Brunswick,
NJ 08903
Typographie et croquis par Cross-Country Communication.


Page 3 : photo de l’Amiral BYRD

Page 4 : déclaration préliminaire de Byrd.
     Je dois écrire ce carnet de bord secrètement et dans l’ombre. Il concerne mon vol arctique du 19 Février 1947.
     Il viendra le temps où la pensée rationnelle des hommes deviendra insignifiante et que l’on devra accepter l’inévitable Vérité. Je ne suis pas libre d’assurer la mise au jour de la documentation suivante qui fait l’objet de cet écrit, peut-être ne verra t-elle jamais la lumière de l’analyse publique, Mais je dois faire mon Devoir et l’enregistrer ici, pour tout un chacun, afin qu’il puisse un jour en prendre connaissance dans un monde qui je l’espère profondément, ne laissera pas, l’avidité et l’oppression abusive d’une partie de l’humanité, nous soustraire ce qui est Vrai, plus longtemps.

Page 5 :
     Croquis montrant que la Terre est une sphère creuse avec des ouvertures polaires et un soleil central. Les lettres indiquent les étapes successives d’un voyage imaginaire à l’intérieur de la planète . Au point marqué “ D” c’est la première vision de la couronne du soleil central. Au point “E”, on peut voir le soleil central complètement. Revoyons donc cette image placée dans notre article "Byrd"



Page 6 :
     Croquis artistique montrant les ouvertures polaires et "le soleil central au noyau de la Terre".



Page 7 :
     Carnet de Vol Camp de Base Arctique: 19 Février 1947

Page 8 : heure non précisée.
     Tous les préparatifs sont complètement faits pour un vol en direction du Nord et nous décollons avec le plein de carburant.

Page 9 : heure non précisée.
     Le carburant du moteur de tribord semble trop riche, on fait l'ajustement le "Pratt Whitneys" file doucement maintenant.

Page 7 :
     Carnet de Vol Camp de Base Arctique: 19 Février 1947.

Page 8 : heure non précisée.
     Tous les préparatifs sont complètement faits pour un vol en direction du Nord et nous décollons avec le plein de carburant.

Page 9: heure non précisée.
     Le carburant du moteur de tribord semble trop riche, on fait l'ajustement le "Pratt Whitneys" file doucement maintenant.

Page10 : heure non précisée.
     La vérification de position avec le sextant à bulle et revérification avec la boussole solaire, notre avant exécute un changement léger, et la course se poursuit comme planifié.

Page11 : heure non précisée.
     Le contact radio est vérifié avec le camp de base, et la réception est est normale.

Page12 : heure non précisée.
     On note une légère fuite d'huile dans le moteur de tribord, l'indicateur de pression d'huile cependant semble normal.

Page13 : heure non précisée
     Une turbulence légère est notée dans la direction de l'Est à une altitude de 2321 pieds, correction à 1700 pieds, aucune autre turbulence, mais le vent d'arrière s'accroît , légers réglages de contrôle, les performances de l'avion sont très bien maintenant.

Page14 : heure non précisée.
     Contact radio avec le camp de base, situation normale.

Page15 : heure non précisée.
     Photo de l’Amiral Byrd conduisant un traîneau de Huskies à travers la toundra gelée, photo non présentée ici

Page16 : heure non précisée.
     Photo de l’avion de Byrd qui lui permis d’arriver au pôle Nord, photo non présentée ici

Page17 : heure non précisée.
     Nouvelle turbulence, à l'altitude de 2900 pieds. Conditions de Vol normales encore.

Page18 : heure non précisée.
     Vaste glace et neige en dessous, notons la coloration de nature jaunâtre qui se dispersait linéairement. Modifions l' itinéraire pour un meilleur examen de cette couleur en dessous, plus rougeâtre ou violet aussi. Nous exécutons deux tours au dessus de cette zone et nous reprenons l' itinéraire qu' indique la boussole. Nouveau contact avec le camp de base et transmission des informations relatives aux colorations de la glace et de la neige du sol.

Page19 : heure non précisée.
     La boussole magnétique et gyrocompas commençant tourner et bouger, nous sommes incapables à tenir notre route à l'aide des instruments. Nous supportons les caprices de la boussole, et maintenant tout semble bien. Nous effectuons des contrôles particulièrement lents et paresseux, mais il n'y a aucune présence de glace.

Page 20 : heure non précisée.      A quelque distance de là, apparaît ce qui semble être des montagnes !

Page 21: heure non précisée.
     Après 29 minutes de vol, notre première impression se confirme :ce sont bien des montagnes, et pas une illusion. C'est une petite chaine de montagnes, que je n'ai jamais vue auparavant.!

Page 22 : heure non précisée.
     l' Altitude change pour arriver à 2950 pieds, nous rencontrons de fortes turbulences à nouveau.

Page 23 : heure non précisée.
     Nous passons au dessus de la petite chaine de montagnes, et nous sommes toujours en direction du nord, apparemment comme on pourrait s'en assurer au mieux . Au-delà la chaine de montagnes apparaît une vallée avec un petit fleuve ou rivière se dirigeant vers le centre de la vallée. Il ne devrait pas y avoir de vallée verte en dessous! Quelque chose est définitivement faux et anormal ici! Nous ne devrions survoler que glace et neige. A bâbord, on voit de grands massifs forestiers le long des pentes montagneuses. Nos instruments de navigation tournoient encore, le gyroscope oscille d'arrière en avant !.

Page 24:
     Image non présentée ici de formations lumineuses lenticulaires

     D'étranges formations nuageuses circulaires comme celles-ci furent souvent vues lors de l'expédition de L'Amiral Byrd. Pourraient-elles dissimuler des disques volants non-identifiés dirigés par un peuple avancée vivant au Centre de la Terre?

Page 25: Totalement vide: à vérifier:

Page 26 : heure non précisée.
.      Je modifie l'altitude jusqu'à 1400 pieds et j' exécute une boucle serrée vers la gauche afin de mieux examiner la vallée en dessous. Elle est verte avec soit de la mousse, ou soit une sorte de d'herbes très dense. La lumière semble ici différente. Je ne peux pas voir davantage le soleil . Nous faisons une autre boucle à gauche et nous repérons ce qui semble être une sorte de grand animal en dessous nous. On dirait un éléphant !
     Mais pas du tout !!! Il ressemble à un mammouth! C'est incroyable! Cependant c'en est là, bien un. Nous descendons jusqu'à 1000 pieds et prenons les jumelles pour mieux examiner l'animal. Nous confirmons définitivement que l'animal est bien un mammouth. Nous communiquons cela au camp de base.

Page 27 : heure non précisée.
     Nous rencontrons des collines mouvantes vertes maintenant. Le thermomètre extérieur donne 74 degrès F (23.3 °C) Nous poursuivons la route en avant. Les instruments de navigation sont maintenant normaux. Leurs mouvements m'intrigue . On essaye de contacter camp de base. La radio est muette.

Page 28 : heure non précisée.
     La campagne en dessous est plus nivelée et normale (si je peux employer ce mot). en avant nous percevons ce qui semble être une ville!!! C'est impossible!
     L'avion semble léger et bizarrement stable. Les contrôles refusent de fonctionner ! Mon DIEU!!

Page 29 : heure non précisée.
     Hors bâbord et à tribord notre aile, apparaît un étrange type d'avion. Ils nous suivent de près rapidement le long de notre côté . Ils sont en forme de disques et ils sont resplendissants. Ils sont assez proches maintenant pour que nous puissions voir leurs inscriptions. On y voit un symbole étrange que je ne révélerai pas. C'est fantastique. Où sommes nous! Que nous arrive-t-il ?. Je contrôle encore les appareils. Ils ne répondent pas.!! Nous sommes pris dans un invisible étau d'un certain type !

Page 30 : heure non précisée.
     Notre radio se met à crépiter et une voix anglaise en sort avec ce qui pourrait être peut-être un léger accent nordique ou germanique! Le message est : "Bienvenu , Amiral, dans notre domaine.. Nous vous ferons atterrir dans exactement sept minutes! Détendez-vous, Amiral, vous êtes dans bonnes mains". Je note que les moteurs de notre avion ont stoppé! L'avion est sous un étrange contrôle et vire maintenant tout seul . Les contrôles sont inopérants..

Page 31 : heure non précisée.

     Nous recevons un autre message de radio. Nous commençons le procédé d'atterrissage maintenant, et par moments l'avion frémit légèrement, et commence une descente comme s'il a été attrapé par quelque grand ascenseur invisible!
     La mouvement en descente est imperceptible, et nous touchons le bas en éprouvant seulement une secousse légère!

Page 32 : heure non précisée.
     J'enregistre une dernière note dans le carnet de bord . Plusieurs d'hommes approchent à pied de notre avion. Ils sont grands avec la chevelure blonde. A une certaine distance on aperçoit une grande cité scintillante en jets colorés d'arc-en-ciel. Je ne sais pas ce qui va arriver maintenant, mais je ne vois aucune arme sur ceux qui approchent. J'entends maintenant une voix me commandant personnellement d' ouvrir la porte de la cale de l'avion. J'optempére.

Fin du carnet de Bord.

Page 33 : Photo n°7

     Une spectacle merveilleux réservé à ceux qui ont observé l' aurore boréale phénomène qui est en fait créé par le Soleil au centre de la Terre se réfléchissant sur des couches supérieures de l'atmosphère alors qu'il brille au travers des ouvertures polaires.

Page 34: Photo n°8
     Ce dessin décrit l'aventure de Signora Daineilli qui affirma que deux petits hommes s'emparèrent des fleurs et chaussettes qu’elle avait en mains, pendant une folle rencontre d'ovnis en Italie pendant l'année 1953.

     Ces "petits êtres" venaient-ils du monde intérieur ?

Page 35:
     Photo n°9 représentant le globe terrestre dont on a enlevé le quart.


Page 36 :
     A partir de maintenant , j'écris ici, tous les événements qui suivent de mémoire. Cela défie l'imagination et se confinerait à la folie si n'était pas arrivé vraiment. L'opérateur radio et moi nous approchons de l'appareil et nous sommes reçus de la plus cordiale manière . Nous montons alors sur une petite plate-forme mobile de transport sans roues! Elle nous amène vers la ville scintillante avec une grande rapidité. Comme nous approchons, la ville semble être faite en matière cristalline.

Page 37 :
     Bientôt nous arrivons à un grand bâtiment qui est d'un type que je n'ai jamais vu avant. Il paraît être tiré directement des croquis de Franc Lloyd Wright, ou peut-être mieux encore d'un film de Buck Rogers.
     On nous offre un certain type de breuvage tiède qui avait un goût qui ne ressemble à rien de ce que j’ai connu au paravent.. . Il est délicieux. Après près dix minutes, deux de nos merveilleux hôtes viennent nous rejoindre et nous annoncent que je dois les accompagner. Je n'ai pas d'autres choix que de m'exécuter. Je quitte mon opérateur radio et nous marchons sur courte distance et nous pénétrons dans ce qui semblait être un ascenseur.

Page 38 :
     Nous descendons pendant quelque temps, la machine s'arrête, et la porte de l’ascenseur glisse silencieusement vers le haut. Puis nous suivons vers le bas, un long couloir qui est éclairé par une lumière rose qui semble émaner des murs mêmes eux-mêmes ! Un des êtres nous fait signe de nous à arrêter devant une grande porte. Sur la porte se trouve une inscription que je ne peux pas lire. La grande porte glisse en s'ouvrant sans bruit et on me fait signe d'entrer.

Page 39 :
     Un de mes hôtes parle. " N'ayez aucune crainte, Amiral, vous aller avoir une audience avec le Maître...". Je marche à l'intérieur et mes yeux contemplent la belle coloration qui semble remplir la pièce complètement. Alors je commence à voir les alentours. Ce qu'accueillent mes yeux est le plus beau spectacle de mon existence entière. Ceci est, en fait , trop beau et merveilleux à décrire. C'est exquis et délicat. Je pense pas qu'il existe un terme humain qui puisse le décrire honnêtement dans tous ses détails.

Page 40 :
     Mes pensées sont interrompues d' une façon cordiale par une voix riche tiède de qualité mélodieuse. "Je vous souhaite la bienvenue à notre domaine, Amiral”. Je vois un homme avec des traits délicats et avec la marque des années sur son visage. Il est assis à une table longue. Il m'invite à m'asseoir sur une des chaises. Dès que je me suis assis, il place le bout de ses doigts ensemble et il sourit. Il parle moelleusement encore, et me transmet ce qui suit : " Nous vous avons permis Amiral, d'entrer ici parce que vous êtes de caractère noble et connu du le Monde de la Surface"

Page 41 :
     Le Monde de la Surface, J'en eu à moitié le souffle coupé! "Oui", fut la réponse du Maître en souriant, "Vous êtes dans le domaine des Arianni, le Monde Intérieur de la Terre. Nous ne retarderons pas longtemps votre mission, et vous serez escortés prudemment vers à la surface et au delà d'une certaine une distance. Mais maintenant, Amiral, je vais vous dire pourquoi vous avez été convoqués ici. Notre intérêt justement , commence immédiatement après que votre race ait fait exploser les premières bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki au Japon. C'est à ce moment dramatique que vous avons envoyés nos machines volantes, les "Flugelrads," sur votre monde de surface afin d'étudier ce que votre race avait fait. Page 42 :
     " Ceci est, bien sûr, de l'histoire ancienne maintenant, mon cher Amiral, mais je dois poursuivre. Vous voyez, nous n'avons jamais interféré auparavant dans des guerres et barbaries de votre race, mais maintenant nous le devons, car vous avez appris à manipuler avec un certain pouvoir ce qui ne revient pas aux humains, à savoir l'énergie atomique. Nos émissaires ont déjà livré des messages aux puissances de votre monde, et cependant elles n'en tiennent pas compte. Maintenant vous avez été choisi pour attester ici que notre monde existe. Vous voyez Amiral , notre Culture et notre Science sont en avance de plusieurs milliers d'années sur celles de votre race " . Page 43 :
     Je l' interrompis, " Mais qu'ai-je à voir avec tout cela , Monsieur! ". Les yeux du maître semblèrent me pénétrer profondément , et après m'avoir analysé pendant un moment il répondit, Votre race a maintenant atteint le point d'aucun retour, car il y a ceux parmi vous qui pourraient détruire votre propre monde plutôt que de vouloir abandonner leur prétendu pouvoir".

Page 44 :
     J'acquiesçais, et le Maître continua. " En 1945 et par la suite, nous avons essayer de contacter votre race, mais nos efforts n'ont rencontrés qu''hostilité, et nos Flugelrads furent mitraillés. Oui, et même poursuivis avec malice et animosité par vos avions de combat. Aussi , maintenant, je vous le dis vous, mon fils, il y a un grand orage se concentrant sur votre monde, une fureur noire qui subsistera elle même pour beaucoup d'années. Il n'y aura aucune possibilité de réponse de la part de vos armées, il n'y aura aucune protection de la part de votre science. Cette fureur fera rage jusqu'à ce que chaque fleur de votre culture soit piétinée, et que toutes choses humaines soient plongées dans un vaste chaos”.

Page 45 :
      " Votre récente guerre n'était seulement qu'un prélude de ce que doit encore advenir à votre race. Nous ici le voyons plus clairement à chaque heure.. .Pensez-vous que je me trompe ?" "Pas du tout” , répondis-je; " C'est arrivé déjà autrefois, que ces sombres périodes viennent et subsistent pendant plus de cinq cent années."

Page 46 :
     " Oui, mon fils," répondit le Maître, " les périodes sombres qui viendront maintenant pour votre race couvriront la Terre comme un voile, mais je crois qu'une certaine partie de votre peuple traversera cet orage au delà de ce que je ne peux pas exprimer. Nous voyons dans un avenir très loin, un nouveau monde renaissant des ruines de votre race, cherchant ses trésors perdus et légendaires et qui seront ici, mon fils, grâce à notre sauvegarde. Quand ce temps arrivera, nous viendrons à nouveau aider votre culture et votre race à revivre”.

Page 47 :
     " Peut-être, alors, vous aurez appris la futilité de la guerres et de ses conflits... et après ce temps, certains points de la culture et la science de votre race réapparaîtrons de nouveau. Vous, mon fils, devez retrouver le Monde de la Surface pour lui confier ce message..”..Avec ces derniers mots, notre réunion sembla arriver à son terme. Je restais, un moment comme dans un rêve.. mais, une fois de plus , je savais que tout cela était la réalité et pour une raison étrange, je me prosternai légèrement, soit par respect ou soit par humilité, je ne saurai le dire..

Page 48 :
     Soudainement, je pris conscience que les deux hôtes magnifiques qui m'avaient amené ici, se situaient encore à mon côté. "Par ici , Amiral," mentionna un. Je me retournai une fois de plus avant de partir et regardai en arrière vers le Maître. Un sourire doux était gravé sur son visage ancien et délicat. "Adieu, mon fils," Il parlait, et avait le geste exquis et svelte qui donne une impression de paix et notre réunion fut véritablement terminée.

Page 49 :
     Rapidement, nous sommes retournés jusqu'à la grande porte de chambre du Maître et une fois de plus nous sommes entrés dans l'ascenseur. La porte glissa silencieusement vers le bas nous sommes immédiatement monté. Un de mes hôtes dit encore, " Nous devons maintenant faire vite, Amiral, car le Maître ne voudrait pas vous retarder plus longtemps dans votre emploi du temps et vous devez retourner porter son message à votre peuple". Page 50 :
     Je dis rien, tout cela étant presque incroyable, et une fois de plus , mes pensées furent interrompues quand nous nous sommes arrêtés. J'entrai dans la pièce et retrouvai mon opérateur-radio. Il avait une expression anxieuse sur son visage.Comme j'approchais je lui dis, "Tout est OK, Howie, Tout est OK". Les deux êtres nous dirigèrent , vers le véhicule qui nous attendait et nous y sommes montés et nous retrouvâmes bientôt à notre avion.

Page 51 :
     Les moteurs tournaient au ralenti et nous nous embarquâmes aussitôt. La situation semblait relever un certain caractère d'urgence. Dès que la porte de la cale fut fermée l'avion fut immédiatement soulevé par cette force invisible jusqu'à ce que nous atteignîmes une altitude de 2700 pieds. Deux appareils nous escortèrent sur une certaine distance, nous faisant glisser en nous orientant sur notre chemin de retour. Je dois déclarer ici, que notre indicateur de vitesse n'enregistrait aucune information, bien que nous nous déplacions à une allure très rapide.

Page 52 :
     Photo non présentée:
     Le Gouverneur Jean G. Pollard de Virginie présente à L'Amiral Byrd , une Epée Cérémonielle, en tant que Fils le plus Célèbre des USA.

Page 53 :
     Photo non présentée:
L'Amiral Byrd plante le drapeau américain au Pôle.

Page 54 :
     Vint alors un message de radio. " Nous vous quittons maintenant Amiral, vos appareils de contrôles sont libérés. Auf Wiedersehen ( au revoir en allemand) !!!!" Nous voyons encore un moment les flugelrads disparaître du le ciel bleu pâle.

     L'avion soudainement plonge comme s'il était pris dans un étroit trou d'air pendant un moment. Nous réussissons rapidement à le contrôler. Nous ne parlons pas pendant un certain temps, chaque homme entretient ses pensées.

Carnet de vol est ouvert.

Page 55 : heure non précisée
     Nous retrouvons à nouveau de vastes superficies de glace et neige, et sommes approximativement à 27 minutes de camp de base. Nous les appelons, ils répondent. Nous rapportons que toutes les conditions sont normales ...normales. Le camp de base exprime son soulagement pour le rétablissement du contact. Page 56 :heure non précisée
     Nous atterrissons doucement au camp de base. J'ai une mission....
     Les notes du carnet de bord se terminent ici.

Page 57 :Photo toute noire illisible
     Les signes d'un "Grand bouleversement au Pôle sud sont montrés dans cette dramatique photo de 1929 montrant une cassure la bas sur la Ross Barrière: c'est au-delà de ce point que le climat change soudainement et une entrée peut être trouvée vers l'intérieur de la Terre.

Page 58 :
Photo des expéditions polaires:



     On devrait noter que des expéditions au Pôle et au pôle Sud ont officiellement contourné au moins l'ouverture, évitant entièrement la superficie où Byrd a pénétré. Voici une carte qui montre l'itinéraire prise par Lincold Ellsworth en 1930.

Page 59 :
      Le 11 Mars , 1947.
     Je viens d' assister à une réunion d' un personnel du Pentagone. J'ai énoncé pleinement ma découverte et le message du Maître. Tout a été dûment enregistré. Le Président a été averti. Je suis maintenant retenu pour plusieurs d'heures (six heures, trente - neuf minutes pour être exact). je suis interviewé spécifiquement par les Forces de Sécurité et une équipe médicale. Ce fut éprouvant !!!

Page 60 :
     Je suis placé sous strict contrôle par la Centrale de Prévision de Sécurité Nationale de ces Etats-Unis d'Amérique. On m'ordonne de rester RESTER SILENCIEUX au sujet de TOUT CE QUE J'AI APPRIS, au NOM de l' HUMANITE !!!Incroyable! Je me suis rappelé que j'étais un militaire et j’ai dû obéir aux ordres.

Page 61 :
      Le 30/12/1956:
     ENTREE FINALE

     Ces quelques dernières années qui se sont écoulées depuis 1947, n'ont pas été agréables.. J'inscris maintenant ma note finale dans ce singulier carnet de vol. En le fermant, je dois dire que j'ai fidèlement gardé toutes ces années cette affaire secrète, comme il me l'avait été demandée. Cela a été complètement à l'encontre mes convictions de droit moral. Maintenant, je sens venir sur moi, la longue nuit et ce secret ne mourra pas avec moi, mais comme toute vérité qui s’'impose un jour , il triomphera lui aussi.

Page 62 :
     Cela peut être la seul espérance pour l'humanité. J'ai vu la vérité et cela a stimulé mon esprit et je suis désormais libre! J'ai fait mon devoir envers le monstrueux complexe industriel militaire. Maintenant; la nuit longue commence à approcher, et il y aura une fin. Tout comme la nuit longue des confins arctiques, le brillant soleil de vérité reviendra encore, et ceux-là qui sont dans l'obscurité seront inondés de sa lumière ...Car j'ai vu " Cette Terre au-delà du Pôle, ce Centre du Grand Inconnu ".

- Amiral Richard .E.Byrd .,United States Nation ,

Le 24 Dec 1956.

Fin de la Traduction

     Que pouvons nous ajouter de plus, si ce n'est que ce document , (dans le cas où il serait authentique et il faut tout faire pour le savoir) apporte, une fois de plus, un troublant témoignage sur un incroyable secret que très peu, sans doute, de ceux qui détiennent en mains les destinées de la planète, ont gardé, très habilement, sous le boisseau pour des raisons que chacun pourra déterminer aisément.

     Nous avons appris de l'internaute : Enki Apsu , le 20 /07/01 le message suivant: "Ce qui m'avais surpris était ce nom de new Schwabland pour un pays comme l'Antarctique.

En passant, "Flugelrad" ne rien dire en allemand, mais par contre "Flügelrad" signifie littéralement "roues à ailes". Une sorte d'hélice ou de réacteur peut-être."

     Donc, comme vous le voyez, nous n'avons pas su écrire, correctement, le terme en question avec son tréma sur le u car la version du texte en anglais que nous avons, n'en possède pas.

III Conclusion.


     Donc cher internaute, vous avez là, des éléments tangibles pour juger plus avant cette incroyable affaire du carnet de bord de l'amiral Byrd.

      De nombreux sites anglais en parlent comme par exemple les sites :

http://veritastruth.holyconspiracy.com/JOURNEY.html
http://www.qsl.net/w5www/hollowearth.html
http://www.thehollowearthinsider.com/
ou même le site espagnol
http://www.las21tesisdetito.com/tierrahueca.htm#LA_TIERRA_HUECA


    La vérité approche à grand pas , et on saura sans doute bientôt qui a vraiment écrit ce journal.

    Nous attendons avec ferveur vos suggestions...

Prolongement révélateur en date du 25/02/04.

     Le 22/02/2004, nous avons reçu de l'ami canadien parfaitement bilingue Robert Momer, une étude très ciblée de ce fameux carnet de bord de l'amiral Byrd. Nous vous transmettons ci-dessous sa lettre suivie de ses commentaires :

----- Original Message -----
From: Robert Momer
To: fred.idylle
Sent: Sunday, February 22, 2004 9:03 PM
Subject: Une surprise...

     Bonjour Fred,

     J'ai trouvé le journal de l'amiral Byrd (en anglais). Après l'avoir lu, j'ai failli tomber à la renverse (voir commentaires dans le texte).

          Amitiés

          Bob


THE FLIGHT TO THE LAND
BEYOND THE NORTH POLE


A Copy Of Admiral Richard B. BYRD
foreword by: Dr. William Bernard Phd., D.D.

The reader of the following documentation should find a striking example of dire devotion. Especially when one considers that this log diary was written in the year 1947 in the months of February and March, under circumstances that evidently defied the imagination and credibility, for those times as any others. Here is dealt with the evident answers the origin of the so called UFOs, as well as the Hollow Earth, or as the admiral described. L’avant-propos, ci-haut, a été rédigé par le Dr. William Bernard .  On n’y relève aucune erreur, alors que le texte attribué à l’amiral est truffé de fautes d’orthographe, de vocabulaire et de syntaxe. Étrange pour un homme comme l’amiral, réputé être un intellectuel, non? Lors de son passage aux États-Unis, il y a de cela quelques années, j’ai  interviewé le « célèbre » voyageur de l’espace, Claude Vorhillon. Il est surprenant de constater que le vocabulaire employé, relativement à l’accueil du Maître de la Terre creuse et du chef de la planète des Éloïms (passage en bleu), est sensiblement le même. Je peux vous assurer, sans l’ombre d’un doute, que nous sommes en présence d’un canular genre « Les cahiers d’Hitler », publiés en Allemagne par le «Der Spiegel » (je crois) il y a une quinzaine d’années. 

Lire ci-dessous

 Land Beyond The Poles

The reader will relive that period as he reads this document. To say it is fascinating is to place it mildly, but to read it now for yourself, I know that you will conclude, in the Admiral’s own words " Just as the long night of the Arctic ends, the brilliant sunshine of truth shall come forth again, and those who are of Darkness shall fall in its Light". DR. D.B.

 





Admiral Richard B. Byrd's Diary (Feb. Mar. 1947 )

The exploration flight over the North Pole
( The Inner Earth My Secret Diary )


I must write this diary in secrecy and obscurity. It concerns my Arctic flight of the nineteenth day of February in the year of Nineteen and Forty Seven.

There comes a time when the rationality of men must fade into insignificance and one must accept the inevitability of the Truth! I am not at liberty to disclose the following documentation at this writing ... perhaps it shall never see the light of public scrutiny, but I must do my duty and record here for all to read one day. In a world of greed and exploitation of certain of mankind can no longer suppress that which is truth.



FLIGHT LOG: BASE CAMP ARCTIC, 2/19/1947

0600 Hours- All preparations are complete for our flight north ward and we are airborne with full fuel tanks at 0610 Hours.

0620 Hours- fuel mixture on starboard engine seems too rich, adjustment made and Pratt and Whittneys are running smoothly.

0730 Hours- Radio Check with base camp. All is well and radio reception is normal.

0740 Hours- Note slight oil leak in starboard engine, oil pres sure indicator seems normal, however.

0800 Hours- Slight turbulence noted from easterly direction at altitude of 2321 feet, correction to 1700 feet, no further turbulence, but tail wind increases, slight adjustment in throttle controls, aircraft performing very well now.

0815 Hours- Radio Check with base camp, situation normal.

0830 Hours- Turbulence encountered again, increase altitude to 2900 feet, smooth flight conditions again.

0910 Hours- Vast Ice and snow below, note coloration of yellowish nature, and disperse in a linear pattern. Altering course foe a better examination of this color pattern below, note reddish or purple color also. Circle this area two full turns and return to assigned compass heading. Position check made again to base camp, and relay information concerning colorations in the Ice and snow below.

0910 Hours- Both Magnetic and Gyro compasses beginning to gyrate and wobble, we are unable to hold our heading by instrumentation. Take bearing with Sun compass, yet all seems well. The controls are seemingly slow to respond and have sluggish quality, but there is no indication of Icing!

0915 Hours- In the distance is what appears to be mountains.

0949 Hours- 29 minutes elapsed flight time from the first sight ing of the mountains, it is no illusion. They are mountains and consisting of a small range that I have never seen before!

0955 Hours- Altitude change to 2950 feet, encountering strong turbulence again.

1000 Hours- We are crossing over the small mountain range and still proceeding northward as best as can be ascertained. Beyond the mountain range is what appears to be a valley with a small river or stream running through the center portion. There should be no green valley below! Something is definitely wrong and abnormal here! We should be over Ice and Snow! To the portside are great forests growing on the mountain slopes. Our navigation Instruments are still spinning, the gyroscope is oscillating back and forth!

1005 Hours- I alter altitude to 1400 feet and execute a sharp left turn to better examine the valley below. It is green with either moss or a type of tight knit grass. The Light here seems different. I cannot see the Sun anymore. We make another left turn and we spot what seems to be a large animal of some kind below us. It appears to be an elephant! NO!!! It looks more like a mammoth! This is incredible! Yet, there it is! Decrease altitude to 1000 feet and take binoculars to better examine the animal. It is confirmed - it is definitely a mammoth-like ani mal! Report this to base camp.

1030 Hours- Encountering more rolling green hills now. The external temperature indicator reads 74 degrees Fahrenheit! Continuing on our heading now. Navigation instruments seem normal now. I am puzzled over their actions. Attempt to contact base camp. Radio is not functioning!

1130 Hours- Countryside below is more level and normal (if I may use that word). Ahead we spot what seems to be a city!!!! This is impossible! Aircraft seems light and oddly buoyant. The controls refuse to respond!! My GOD!!! Off our port and star board wings are a strange type of aircraft. They are closing rapidly alongside! They are disc-shaped and have a radiant quality to them. They are close enough now to see the markings on them. It is a type of Swastika!!! This is fantastic. Where are we! What has happened. I tug at the controls again. They will not respond!!!! We are caught in an invisible vice grip of some type!

1135 Hours- Our radio crackles and a voice comes through in English with what perhaps is a slight Nordic or Germanic accent! The message is: 'Welcome, Admiral, to our domain. We shall land you in exactly seven minutes! Relax, Admiral, you are in good hands.' I note the engines of our plane have stopped running! The aircraft is under some strange control and is now turning itself. The controls are useless.

1140 Hours- Another radio message received. We begin the landing process now, and in moments the plane shudders slightly, and begins a descent as though caught in some great unseen elevator! L’auteur de ces lignes ne sait même pas écrire l’anglais correctement.The downward motion is negligible, and we touch down with only a slight jolt!  Il aurait dû dire:I found myself inside a type of elevator I have never seen before.”

1145 Hours- I am making a hasty last entry in the flight log. Several men are approaching on foot toward our aircraft. They are tall with blond hair. In the distance is a large shimmering city pulsating with rainbow hues of color. I do not know what is going to happen now, but I see no signs of weapons on those approaching. I hear now a voice ordering me by name to open the cargo door. I comply. END LOG


From this point I write all the following events here from memory. It defies the imagination and would seem all but madness if it had not happened.

The radioman and I are taken from the aircraft and we are re ceived in a most cordial manner. We were then boarded on a small platform-like conveyance with no wheels! It moves us toward the glowing city with great swiftness. As we approach, the city seems to be made of a crystal material. Soon we arrive at a large building that is a type I have never seen before. It appears to be right out of the design board of Frank Lloyd Wright, or perhaps more correctly, out of a Buck Rogers setting!! We are given some type of warm beverage which tasted like nothing I have ever savored before. It is delicious. After about ten minutes, two of our wondrous appearing hosts come to our quarters and announce that I am to accompany them. I have no choice but to comply. Jamais l’amiral n’a pu écrire une telle chose, étant donnée la courtoisie de ses hôtes dont il est question dans le texte. leave my radioman behind and we walk a short dis tance and enter into what seems to be??? an elevator » Pourquoi “Ce qui ressemble à un ascenseur??? . We descend downward for some moments, the machine stops, and the door lifts silently upward! We then proceed down a long hallway that is lit by a rose-colored light that seems to be emanating from the very walls themselves! One of the beings motions for us to stop before a great door. Over the door is an inscription that I cannot read. The great door slides noiselessly open and I am beckoned to enter. One of my hosts speaks. 'Have no fear, Admiral, you are to have an audience with the Master...'  En plus d’être invraisemblable, ce passage semble, quant au style, avoir été écrit par un enfant.

I step inside and my eyes adjust to the beautiful coloration that seems to be filling the room completely. Then I begin to see my sur roundings. What greeted my eyes is the most beautiful sight of my entire existence. It is in fact too beautiful and wondrous to describe. It is exquisite and delicate. I do not think there exists a human term that can describe it in any detail with justice! My thoughts are interrupted in a cordial manner by a warm rich voice of melodious quality, 'I bid you welcome to our domain, Admiral.' I see a man with delicate features and with the etching of years upon his face. He is seated at a long table. He motions me to sit down in one of the chairs. After I am seated, he places his fingertips together and smiles. He speaks softly again, and conveys the following.

'We have let you enter here because you are of noble character and well-known on the Surface World, Admiral.' Surface World, I half-gasp under my breath! 'Yes," the Master replies with a smile, 'you are in the domain of the Arianni, the Inner World of the Earth. We shall not long delay your mission, and you will be safely escorted back to the surface and for a distance beyond. Ne m’avez-vous pas affirmé que l’amiral avait perdu quelques plumes après avoir affronté des inconnus au cours d’expéditions antérieurs? Il semble qu’on l’a traité aux petits ognons, non?. But now, Admiral, I shall tell you why you have been summoned here. Ici, l’amiral ne reçoit rien de moins qu’un  ordre. Étrange ! Our interest rightly begins just after your race exploded the first atomic bombs over Hiroshima and Nagasaki, Japan. It was at that alarm ing time we sent our flying machines, the "Flugelrads", Véhicules volants, en allemand. De qui se moque-t-on?. to your surface world to investigate what your race had done. That is, of course, past history now, my dear Admiral, but I must continue on. You see, we have never interfered before in your race's wars, and barbarity, but now we must, for you have learned to tamper with a certain power that is not for man, namely, that of atomic energy. Our emissaries have already delivered messages to the powers of your world, and yet they do not heed. Now you have been chosen to be witness here that our world does exist. You see, our Culture and Science is many thousands of years beyond your race, Admiral.' I interrupted, 'But what does this have to do with me, Sir?'

The Master's eyes seemed to penetrate deeply into my mind, and after studying me for a few moments he replied, 'Your race has now reached the point of no return, for there are those among you who would destroy your very world rather than relinquish their power as they know it...' I nodded, and the Master continued, 'In 1945 and afterward, we tried to contact your race, but our efforts were met with hostility, our Flugelrads were fired upon. Yes, even pursued with malice and animosity by your fighter planes.  Cela ressemble, à s’y méprendre, à un passage  de “Star War”., now, I say to you, my son, there is a great storm gathering in your world, a black fury that will not spend itself for many years. There will be no answer in your arms, there will be no safety in your science. It may rage on until every flower of your culture is trampled, and all human things are leveled in vast chaos. Your recent war was only a prelude of what is yet to come for your race. We here see it more clearly with each hour..do you say I am mistaken?'

'No,' I answer, 'it happened once before, the dark ages came and they lasted for more than five hundred years.'

'Yes, my son,' replied the Master, 'the dark ages that will come now for your race will cover the Earth like a pall, but I believe that some of your race will live through the storm, beyond that, I cannot say. We see at a great distance a new world stirring from the ruins of your race, seeking its lost and legendary treasures, and they will be here, my son, safe in our keeping. When that time arrives, we shall come forward again to help revive your culture and your race. Perhaps, by then, you will have learned the futility of war and its strife...and after that time, certain of your culture and science will be returned for your race to begin anew. You, my son, are to return to the Surface World with this message.....'

With these closing words, our meeting seemed at an end. I stood for a moment as in a dream....but, yet, I knew this was reality, and for some strange reason I bowed slightly, either out of respect or humility, I do not know which.

Suddenly, I was again aware that the two beautiful hosts who had brought me here were again at my side. 'This way, Admiral,' motioned one. I turned once more before leaving and looked back toward the Master. A gentle smile was etched on his delicate and ancient face. 'Farewell, my son,' he spoke, then he gestured with a lovely, slender hand a motion of peace and our meeting was truly ended.

Quickly, we walked back through the great door of the Master's chamber and once again entered into the elevator. The door slid silently downward and we were at once going upward. One of my hosts spoke again, 'We must now make haste, Admiral, as the Master desires to delay you no longer on your scheduled timetable and you must return with his message to your race.'

I said nothing. All of this was almost beyond belief, and once again my thoughts were interrupted as we stopped. I entered the room and was again with my radioman. He had an anxious expres sion on his face. As I approached, I said, 'It is all right, Howie, it is all right.' The two beings motioned us toward the awaiting conveyance, we boarded, and soon arrived back at the aircraft. The engines were idling and we boarded immediately. The whole atmosphere seemed charged now with a certain air of urgency. After the cargo door was closed the aircraft was imme diately lifted by that unseen force until we reached an altitude of 2700 feet. Two of the aircraft were alongside for some dis tance guiding us on our return way. I must state here, the airspeed indicator registered no reading, yet we were moving along at a very rapid rate.

215 Hours- A radio message comes through. 'We are leaving you now, Admiral, your controls are free. Auf Wiedersehen!!!!' We watched for a moment as the flugelrads disappeared into the pale blue sky.

The aircraft suddenly felt as though caught in a sharp downdraft for a moment. We quickly recovered her control. We do not speak for some time, each man has his thoughts....

ENTRY IN FLIGHT LOG CONTINUES:

220 Hours- We are again over vast areas of ice and snow, and approximately 27 minutes from base camp. We radio them, they respond. We report all conditions normal....normal. Base camp expresses relief at our re-established contact.

300 Hours- We land smoothly at base camp. I have a mission.....

END LOG ENTRIES.

March 11, 1947. I have just attended a staff meeting at the Pentagon. I have stated fully my discovery and the message from the Master. All is duly recorded. The President has been ad vised. I am now detained for several hours (six hours, thirty- nine minutes, to be exact.) I am interviewed intently by Top Security Forces and a medical team. It was an ordeal!!!! I am placed under strict control via the national security provisions of this United States of America. I am ORDERED TO REMAIN SILENT IN REGARD TO ALL THAT I HAVE LEARNED, ON THE BEHALF OF HUMANITY1111 Incredible! I am reminded that I am a military man and I must obey orders.

30/12/56: FINAL ENTRY:

These last few years elapsed since 1947 have not been kind...I now make my final entry in this singular diary. In closing, I must state that I have faithfully kept this matter secret as directed all these years. It has been completely against my values of moral right. Now, I seem to sense the long night coming on and this secret will not die with me, but as all truth shall, it will triumph and so it shall.

This can be the only hope for mankind. I have seen the truth and it has quickened my spirit and has set me free! I have done my duty toward the monstrous military industrial complex. Now, the long night begins to approach, but there shall be no end. Just as the long night of the Arctic ends, the brilliant sunshine of Truth shall come again....and those who are of darkness shall fall in it's Light..FOR I HAVE SEEN THAT LAND BEYOND THE POLE, THAT CENTER OF THE GREAT UNKNOWN.

Admiral Richard E. Byrd
United States Navy
24 December

Conclusion

Ce n’est certainement pas un homme comme l’amiral Byrd qui a écrit ce journal, car il est écrit dans un  anglais douteux.


Fin des commentaires de Bob Momer.

     Donc cher internaute, vous avez là, des éléments tangibles pour juger plus avant cette incroyable affaire du carnet de bord de l'amiral Byrd. Nous attendons avec ferveur vos suggestions...

      La suite de ce dossier est désormais placée aux adresses suivantes :

http://perso.wanadoo.fr/artivision/docs/Byrdalice.html

http://perso.wanadoo.fr/artivision/docs/Byrdalicesuite.html

     Article mis en page le 21/12/2000 et revu le 24/07/01 puis le 31/10/01 puis le 09/03/02 et revu le 06/11/02, puis le 31/01/03, puis le 16/02/03, et revu le 16/04/03, puis le 02/08/03, puis le 18/12/03, puis le 23/02/04, et puis le25/02/04, et puis le 02/06/05, puis le 22/01/06, puis le 20/05/08, puis le 22/06/08 , puis le 26/01/2013.

.


IDYLLE Fred

Pour tout contact avec ARTivision : fred.idylle@wanadoo.fr


Retour à la page d'accueil